Catégories :

Les albums

HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 26 octobre 2018 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 étoiles de Classica
Des duos d’amour, rien que des duos d’amour signés Puccini, voilà ce que nous offrent la soprano polonaise Aleksandra Kurzak et le ténor Roberto Alagna, tous deux des habitués des plus grandes scènes planétaires, habitués aussi à ce répertoire pour lequel leurs voix sont taillées comme sur mesure. Chose singulière, là où les héroïnes – Mimì, Minnie, Tosca, Giorgetta, Butterfly, Manon – représentent la femme absolue, celle qui fascine le compositeur, l’attire, l’inspire, le rend amoureux. Et sans doute ses personnages masculins sont-ils le reflet de sa propre personnalité. Rodolfo, Mario, Calaf aussi, tellement épris de Turandot qu’il en risque sa vie : l’homme, l’amant, le séducteur, le vil, le fourbe, le goujat, le poète, l’artiste, le chevalier, le soupçonneux, le traître... Et sans nul doute Roberto Alagna lui-même se retrouve-t-il dans ces personnages, à la fois si semblables d’un opéra à l’autre, mais pour lesquels Puccini sut, à chaque fois, distiller un idiome vocal si unique. © SM/Qobuz« [...] Vocalement bien appariés, les deux chanteurs savent aussi bien murmurer les tendres épanchements que se lancer dans les grandes envolées lyriques culminant sur des aigus éclatants. Dans une forme superlative, Aleksandra Kurzak fait entendre une voix large, d’une splendide homogénéité et dont les ressources quasi infinies lui permettent de triompher sans difficulté apparente des passages les plus meurtriers dont Puccini est prodigue. Si les Rodolfo, Cavaradossi ou Ruggero (La Rondine) de Roberto Alagna sont célèbres à juste titre, le ténor ose aborder ici Luigi (Il tabarro) et Dick Johnson (La fanciulla del West), qu’il ne chantera sans doute jamais sur scène. À la tête du Sinfonia Varsovia, Riccardo Frizza cisèle avec un merveilleux souci du détail l’orchestration luxuriante et sensuelle de Puccini [...] » (Classica, novembre 2018 / Louis Bilodeau)
HI-RES21,99 €
CD14,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 7 août 2015 | Da Capo

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice - 4 étoiles Classica
Pourquoi Maskarade de Nielsen ne fait-il pas partie de tous les répertoires de toutes les grandes scènes mondiales ? Parce que l’œuvre est chantée en danois ? Fi donc, qui se targue de comprendre le tchèque chanté des opéras de Janáček… Il est donc très grand temps de rendre à Nielsen sa place dans le grand concert lyrique des nations en replaçant Maskarade au hit-parade des ouvrages qui comptent. Quelques enregistrements récents sont venus soutenir cette quête, dont celui-ci en cette année anniversaire de la naissance de Carl Nielsen, venu droit du Danemark : l’Orchestre national du Danemark dirigé par Michael Schønwandt, et un plateau réunissant pour la plupart des membres de l’ensemble de l’Opéra royal du Danemark, l’une des plus brillantes troupes qui soient. Dégustez ce chef-d’œuvre de 1906, un opéra-comique qui représente pour les Danois l'opéra national, un petit bijou de perfection mélodique et orchestrale dans la lignée directe de Falstaff créé treize ans plus tôt – la filiation est évidente et parfaitement assumée – et de Molière. © SM/Qobuz« [...] Cette nouvelle lecture organisée par Michael Schønwandt charme d'emblée par son entrain communicatif, par l'excellence des chanteurs et la présence marquée d'une orchestration pétillante et fringante qui les accompagne efficacement et imprègne presque sans discontinuer tout le spectacle. [...] Cette interprétation séduit totalement tant elle répand bonne humeur et humour tout en magnifiant les trésors de la partition.» (Classica, mars 2016 / Jean-Luc Caron)
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Opéra - Paru le 31 janvier 2020 | Supraphon a.s.

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Opéra - Paru le 28 juin 2013 | Challenge Classics

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 1 septembre 2013 | Challenge Classics

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica
Cet opéra, dont l'histoire se situe dans l'époque médiévale, connut un très grand succès lors de sa création en 1920 pour retomber dans l'oubli ensuite. Histoire d'amour forte et impossible, de cette Els d'abord "vendue" à un riche noble, puis au puissant bouffon, et qui ne croise vraiment son seul amour qu'une fois pour aimer et l'autre pour mourir. Dirigé de façon idéale par Marc Albrecht qui en livre une interprétation aussi lyrique et puissante que nuancée, cet opéra donne la pleine mesure de l'univers fascinant et riche de la musique de Schreker.
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Opéra - Paru le 29 octobre 2013 | Challenge Classics

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Opéra - Paru le 13 septembre 2018 | Antarctica Records

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Opéra - Paru le 8 juillet 2014 | Challenge Classics

Hi-Res Distinctions Gramophone Editor's Choice
HI-RES15,39 €
CD10,99 €

Opéra - Paru le 17 mai 2013 | Mariinsky

Hi-Res
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Opéra - Paru le 2 juin 2017 | Coviello Classics

Hi-Res Livret
HI-RES31,99 €
CD22,99 €

Opéra - Paru le 22 septembre 2014 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Diamant d'Opéra - Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Christophe Rousset poursuit son exhumation des tragédies lyriques de Lully et du Grand Siècle. Ce nouvel enregistrement a été réalisé en 2013, lors d'un concert donné à l'Opéra Royal de Versailles où l'ouvrage fut présenté en 1685, après le décès de la reine. Il resta à l'affiche dans tout le royaume jusqu'en 1772. C'est une des œuvres les plus abouties de Lully, sur un sujet choisi par Louis XIV en personne. Le livret de Quinault est une nouveauté, car l'histoire délaisse l'Antiquité pour raconter l'épopée d'Amadis de Gaule, d'après le roman de chevalerie espagnol écrit par Garci Rodriguez de Montalvo. Une fresque qui est prétexte à un opéra à grand spectacle (le cinéma de l'époque) se terminant d'une manière particulièrement spectaculaire par la destruction du palais de l'infortunée héroïne de l'opéra. La musique de Lully est superbe, alternant des airs chargés de sentiments variés et des passages instrumentaux avec timbales et trompettes. La traditionnelle chaconne finale est sans doute une des plus belles de tout l'opéra français. FH
HI-RES21,99 €
CD14,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 1 novembre 2002 | Chandos

Hi-Res
Chœur Geoffrey Mitchel - Chœur du New London Children - Philharmonia Orchestra - David Parry, direction
HI-RES21,99 €
CD14,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 1 janvier 2003 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES21,99 €
CD14,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 1 novembre 2005 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Chœur de l'Opera Australia, Australian Opera & Ballet Orchestra, dir. Richard Hickox
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Opéra - Paru le 7 octobre 2016 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Qobuzissime
Certes, ainsi que l’écrivait Mozart à son père en 1778, « j’aime qu’une aria aille à un chanteur aussi bien qu’un costume bien taillé », ce qui implique que pratiquement tous ses grands airs – de prima donna mais aussi de seconds rôles – étaient conçus pour tel(le) ou tel(le) chanteur(euse) précis(e), de sorte que quiconque veut de nos jours s’attaquer à une grande pluralité de rôles mozartiens doit savoir adapter son costume, puisque Mozart n’est plus là pour retailler au fur et à mesure comme il était souvent de mise en son temps. Ainsi la délicieuse soprano colorature suisse Regula Mühlemann, de sa voix cristalline et précise, a su parfaitement faire siens tous ces airs, y compris dans leur grande diversité de genre, de styles, de personnages. En plus de quelques grands airs, on pourra entendre l’Exultate, Jubilate et aussi un air que Mozart avait écrit pour être inséré dans Le Barbier de Séville de Paisiello, même si la chose ne se fit pas et Mozart laissa le travail inachevé : toute la ligne chantée, toute la basse, et des éléments d’accompagnements – ici complétés dans le plus pur style de Mozart par Franz Beyer. Regula Mühlemann, que l’on a déjà pu entendre à Salzbourg, Berlin, Paris, Zürich et tant d’autres scènes prestigieuse, est ici accompagnée par l’Orchestre de chambre de Bâle dirigé par Umberto Benedetti Michelangeli, le neveu d'Arturo Benedetti Michelangeli. © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Extraits d'opéra - Paru le 25 octobre 2019 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Les larmes, les plaintes et les tourments d’amour sont, depuis ses débuts, la constante de l’opéra et de ses malheureuses héroïnes. C’est autour de ces thèmes récurrents et si touchants que la soprano Katherine Watson a conçu son premier récital, à travers l’opéra français du Grand Siècle. Largement soutenu par le Centre de musique baroque de Versailles, ce projet dépasse le simple programme discographique par sa conception ambitieuse rejoignant à la fois l’organologie (emploi des instruments, des effectifs et des modes de jeu propres à l’époque baroque) et une musicologie inventive créant une sorte de pasticcio dont ce siècle était friand. Ce magnifique programme mêle subtilement airs d’opéras et pièces instrumentales en présentant les œuvres les plus significatives du règne du Roi Soleil, de Lully (père et fils) à Marin Marais avec la découverte de plusieurs ouvrages oubliés, notamment des morceaux de… Jean-Baptiste Stuck. Contemporain transalpin de Bach né à Livourne, ce virtuose du violoncelle fit partie de « l’ordinaire de la musique du roi » dès 1715, année de la mort de Louis XIV. On apprécie la souplesse et la sensualité de la voix de Katherine Watson, soprano anglaise parfaitement à l’aise dans la langue et le style français, accompagnée avec volupté par l’ensemble Les Ambassadeurs mené avec panache par Alexis Kossenko, épousant les moindres intentions d’une musique basée sur l’affect et les états d'âmes troublées et inquiètes. © François Hudry/QobuzLes fastes de Versailles reprennent vie dans ce programme opératique construit autour de la jeune soprano Katherine Watson et portés par le flûtiste et chef Alexis Kossenko, sous l’égide du Centre de Musique Baroque de Versailles. Combinant airs d’opéra et pièces instrumentales, ce florilège baroque met en avant les œuvres phares du règne du Roi Soleil, d’André Campra à Marin Marais, et redécouvre à l’occasion plusieurs ouvrages oubliés, à l’image d'Orphée de Louis de Lully. Il permet également d’entrevoir la prégnance dramatique des rôles des premières amoureuses, alors reines de la tragédie lyrique, desquelles Katherine Watson se révèle l’interprète idéale. Magnifiés par le velouté de son timbre et la clarté de jeu des Ambassadeurs, ces airs français explorent les tréfonds de l’âme humaine, souvent malmenée par des dieux cupides, tourmentée par les affres amoureuses, mais toujours empreinte de noblesse. © Aparté
HI-RES23,09 €
CD16,49 €

Opéra - Paru le 1 janvier 1979 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Recording dates: 1978 Recording place: Boughton Aluph, Kent. All Saints Church Sound engineering: Alberto Paulin Remastering engineer: Alexandra Evrard (2019)
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Opéra - Paru le 10 novembre 2014 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Extraits d'opéra - Paru le 16 mai 2014 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Héritier désigné de Luciano Pavarotti, le ténor napolitain Vittorio Grigolo se penche sur quelques-uns des plus emblématiques airs d'opéras français après un récital de variétés (In the Hands of Love), deux épisodes italiens (The Italian Tenor et le plus varié Arrivederci) puis un recueil de chants sacrés (Ave Maria). Si le chanteur connu pour son énergie sportive a tenu ses promesses sur scène, ses enregistrements ne furent pas aussi heureux, malgré un indéniable plébiscite public.Cette douzaine d'extraits, survenant deux mois après le magnifique L'Amour de son concurrent direct Juan Diego Flórez, a le mérite de posséder une sélection attrayante entre les airs incontournables et quelques découvertes. Pour deux passages de Manon et Roméo et Juliette ou un de Werther, Faust, Carmen et Les Contes d'Hoffmann, sont proposés un échantillon du Cid de Massenet et deux pièces signées Meyerbeer (L'Africaine) et Halévy (La Juive). Au jeu des comparaisons avec le récital du ténor péruvien, The Romantic Hero (dommage pour ce titre international) abrite en commun les airs « Pourquoi me réveiller », tiré du Werther de Massenet, et « L'amour, l'amour...Ah, lève-toi soleil », du Roméo et Juliette de Gounod. La diction parfaite de Grigolo, moins quelques « r » trop bien roulés, s'ajuste à un accompagnement plutôt discret de l'Orchestre symphonique de la RAI, conduit par Evelino Pido. Au chapitre des classiques, « La fleur que tu m'avais jetée » (Carmen), « Quel trouble inconnu... » (Faust), « Je suis seul...Ah fuyez, douce image » (Manon) et « O Dieu, quelle ivresse » (Les Contes d'Hoffmann) méritent leur présence. Le florilège est également bonifié par l'apparition de l'épouse du ténor, Sonya Yoncheva, sur « En fermant les yeux...c'est un rêve » (Manon) et « Va ! je t'ai pardonné...Nuit d'hyménée » (Roméo et Juliette) et de la récitante Alessandra Martines. Le projet abordé avec sérieux se révèle digne de la réputation scénique de Vittorio Grigolo. © Loïc Picaud / Music-Story
HI-RES23,09 €
CD16,49 €

Opéra - Paru le 1 janvier 1972 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Recording dates: 1972 Recording place: Boughton Aluph, Kent. All Saints Church Sound engineering, producer: Pierre Studer Remastering engineer: Alexandra Evrard (2019)

Le genre

Opéra dans le magazine