Catégories :

Les albums

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 6 octobre 2017 | BR-Klassik

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica
« [...] Le début impressionne : l'air redoutable de l'Anaï de Moïse et Pharaon, qu'elle assume crânement, révèle à la fois une technique, un style et un tempérament. Certes la voix n'a pas beaucoup de rondeur, surtout dans l'aigu, mais elle a de la substance, des harmonies et des reflets, les registres se tiennent. [...] Marina Rebeka ne se contente pas de chanter son Rossini, elle le vit, nous faisant succomber à cet "Amor fatale". [...] » (Diapason, décembre 2017 / Didier Van Moere)« Voix spectaculaire comme il en est peu, la soprano Marina Rebeka rappelle Cristina Deutekom par sa puissance, par le métal et par le cisèlement des vocalises. Nul doute que les rôles de Mathilde (Guillaume Tell), Anaï (Moïse et Pharaon) ou Armida (Armida) lui vont comme un gant et mettent en valeur ses moyens vocaux hors du commun. [...] La tragédienne Marina Rebeka, enflammée, éblouit dans les scènes les plus dramatiques : le « Pour notre amour » de Mathilde ou le rondo d’Armida sont peut-être les seules versions enregistrées à ce jour à soutenir la comparaison avec Montserrat Caballé (EMI et RCA) : la lenteur du tempo, qui surprend au début, permet une exécution impeccable de la redoutable variation en triolets, avec des diminutions gravées dans le marbre, là où tant d’autres escamotent dans un flou peu artistique. Car Rebeka vocalise avec une santé vocale d’une rare insolence [...] C’est avant tout par son engagement et par sa force que la soprano lettone Marina Rebeka subjugue et éblouit dans un répertoire fascinant, à mi-chemin entre la tragédie lyrique et le grand-opéra naissant. » (Classica, novembre 2017 / Damien Colas)
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 10 mars 2014 | Signum Records

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 7 avril 2017 | BR-Klassik

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
Enregistré en concert en avril 2016 au Prinzregententheater de Munich, avec l’Orchestre de la Radio Bavaroise, cette version de L'Heure espagnole de Ravel bénéficie, avant tout, d’un plateau exemplaire avec des voix uniquement francophones – quatre Français, Gaëlle Arquez en Concepción, Julien Behr comme Gonzalve, Mathias Vidal pour Torquemada, Alexandre Duhamel incarnant Ramiro – et un Belge, Lionel Lhote, chantant Don Iñigo Gomez. Autrement dit, et ce n’est pas si fréquent, le bienheureux auditeur pourra entendre l’ouvrage chanté par un plateau de grande jeunesse, de parfaite expérience, et d’une élocution absolument impeccable. Et comme il s’agit d’une captation en public, l’excitation du direct est au rendez-vous ; voilà bien une version qu’il convient de faire figurer au palmarès des meilleurs enregistrements du chef-d’œuvre de Ravel. © SM/Qobuz
HI-RES10,79 €17,99 €(40%)
CD7,19 €11,99 €(40%)

Opéra - Paru le 11 février 2014 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Cette re-création mondiale, servie par une distribution de premier plan, met en lumière une oeuvre majeure du patrimoine opératique français. Pyrrhus de Royer (compositeur rendu célèbre par ses merveilleuses et virtuoses pièces pour clavecin), fut créé au début du règne de Louis XV. Cet opéra fait partie des vingt-et-une « tragédies lyriques » sur le thème de la guerre de Troie portées à la scène de l’Académie Royale de Musique entre 1687 et 1730.
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 1 septembre 2017 | Orfeo

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 20 septembre 2019 | Odradek Records

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 13 septembre 2019 | Cypres

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 12 avril 2019 | Oehms Classics

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Opéra - Paru le 24 mai 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Grand admirateur du génial peintre Francisco de Goya en qui il voyait un des plus dignes représentants du caractère espagnol, Enrique Granados composa en 1911 un cycle de pièces pour piano, les Goyescas, en hommage au peintre madrilène. « Je suis amoureux de la psychologie de Goya », écrivait Granados, « de sa palette, de sa personne, de sa muse, la duchesse d'Alba, des disputes qu'il avait avec ses modèles, de ses amours et de ses liaisons. Ce rose blanchâtre des joues qui contraste avec le velours noir ; ces créatures souterraines, les mains perle et jasmin reposant sur des chapelets m'ont possédé. » C’est à la demande de l’Opéra de Paris que Granados compose ce bref opéra sur la base de ses propres pièces pour piano qu’il orchestre et amplifie. La Première Guerre mondiale va compromettre le projet, et c’est finalement le Metropolitan Opera de New York qui verra, en 1916 et avec l’assentiment de l’Opéra de Paris, la création de cet opéra riche en couleurs, d’une écriture élégante et raffinée. On y trouve nulle trace de musique andalouse ou arabo-andalouse, mais plutôt une inspiration provenant de la culture et de la musique du Madrid de l’époque de Goya, entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe. Granados met au point un style populaire idéalisé en revitalisant les modèles historiques. Enregistré en public lors d’un concert donné au Barbican Center de Londres en janvier 2018, sous la direction de Josep Pons auquel on doit tant de remarquables enregistrements de musique espagnole, cet opéra si plaisant bénéficie d’une distribution ibérique et d’un orchestre anglais, celui de la BBC. On admirera une fois de plus la versatilité des formations londoniennes capables de s’adapter à tous les styles avec aisance et virtuosité. © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,39 €23,99 €(40%)
CD9,59 €15,99 €(40%)

Intégrales d'opéra - Paru le 17 juin 2016 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Le chef Jérémie Rhorer est désormais considéré comme l’un des meilleurs interprètes de la musique de Mozart en général et de ses opéras en particulier. Après avoir dirigé L’Enlèvement au Sérail au Festival d’Aix en Provence 2015, il a redonné l’œuvre lors d’un concert mémorable au Théâtre des Champs Elysées à Paris en septembre dernier, avec son orchestre, Le Cercle de l’Harmonie. C’est cet enregistrement exceptionnel, captation « live » qui restitue toute l’intensité dramatique de l’opéra, que nous vous proposons aujourd’hui. « Dans L’Enlèvement, Mozart propose une vision du singspiel complètement inédite avec le développement des ensembles et cette continuité musicale, alors que le spectateur de l’époque pouvait s’attendre à une alternance classique entre parlé et chanté. », dit Jérémie Rhorer dans l’interview qui accompagne le disque. Cette dramaturgie musicale est au centre de cette interprétation, qui est servie par un plateau vocal très homogène. Cette parution inaugure une série d’enregistrements de concerts au Théâtre des Champs Elysées et une collaboration entre Alpha Classics et Le Cercle de l’Harmonie qui vont continuer à mettre leur excellence au service des grands chefs-d’œuvre de Mozart…. Et d’autres compositeurs.
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 15 mars 2019 | Cantaloupe Music

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 15 juin 2018 | Solo Musica

Hi-Res Livret
Certes, on peut ne pas trop aimer ces albums-carte-de-visite dans lesquels de jeunes solistes font leur shopping dans le répertoire pour en donner nombre de grands tubes, généralement éculés au possible. Mais la soprano roumaine Elena Moşuc a eu le flair : son choix d’héroïnes de Verdi propose, il est vrai, quelques incontournables (Traviata, Trouvère), mais on l’entend surtout dans des raretés d’Attila, d’Aroldo, de I due Foscari, des Vêpres siciliennes, des ouvrages dont tout le monde connaît bien sûr l’existence, mais quelle scène les produit avec une raisonnable régularité ? Elena Moşuc a largement consolidé sa carrière à l’Opéra de Zurich où elle incarna bon nombre des grandes héroïnes que sont La Reine de la Nuit, Gilda, Violetta, Lucia, Mimì, Marguerite, Donna Anna, Konstanze, Zerbinetta, Norma, Nedda, Lucrezia Borgia, Anna Bolena, Maria Stuarda ou encore Desdemona – un net penchant donc pour les personnages de l’opéra italien. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 4 novembre 2016 | BR-Klassik

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
HI-RES14,39 €23,99 €(40%)
CD9,59 €15,99 €(40%)

Opéra - Paru le 10 février 2017 | Alpha

Hi-Res Livret
Le Théâtre des Champs-Élysées et Alpha poursuivent leur collection d’enregistrements des opéras de Mozart, dirigés par Jérémie Rhorer. Après un Enlèvement au Sérail qui a reçu d’excellentes critiques internationales (FFFF Télérama…), voici La Clémence de Titus. Comme l’écrivait Gilles Macassar dans Télérama fin 2014, « direction musicale divinatrice, distribution vocale proche de l'idéal… Le dernier opéra composé par Mozart, longtemps déprécié, tourne la page du baroque pour aller de l’avant, frayer une voie neuve qui annonce le XIXème siècle…». Cette version exceptionnelle est désormais disponible dans ce coffret 2 CD. Avec une distribution de haut vol - Kurt Streit (Titus), Karina Gauvin (Vitellia), Julie Fuchs (Servilia), Julie Boulianne (Annius), Robert Gleadow (Publius) et, dans le rôle de Sextus, celle qui reçut un accueil triomphal du public lors de chaque représentation : Kate Lindsey.
HI-RES10,79 €17,99 €(40%)
CD7,19 €11,99 €(40%)

Intégrales d'opéra - Paru le 2 juin 2015 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Avec Tancrède de 1702, André Campra (1660-1744), déjà célèbre par son opéra-ballet L’Europe galante, signe en matière de tragédie lyrique le grand chef-d’œuvre reliant les derniers opéras de Lully à Hippolyte et Aricie de Rameau. L’argument, emprunté à la Jérusalem délivrée du Tasse, met en scène, au temps des croisades, les amours tragiques du chevalier chrétien Tancrède avec la belle amazone sarrasine Clorinde, qu’il finira par tuer en un combat singulier où cette dernière l’affronte sous l’armure d’un soldat. Là encore, le succès est au rendez-vous et il semble même que l’œuvre, créée à l’Académie Royale à Paris, ait été donnée en province, une rareté à l’époque. L’Orchestre des Temps Présents, sous la direction d’Olivier Schneebeli, sert d’écrin à un bel ensemble de chanteurs qui se saisissent de cette truculente et explosive partition avec passion.
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 2 octobre 2015 | Naxos

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 17 février 2017 | Orfeo

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
« [...] Krassimira Stoyanova choisit souvent des pages où s'épanche une langueur douloureuse ou nostalgique, sensuelle aussi [...] La longueur naturelle de sa voix de lirico spinto, la rondeur pulpeuse du timbre, le galbe du phrasé font merveille dans les airs de Manon Lescaut, dont l'agonie garde assez de sobriété pour que l'émotion, comme dès le "Poveri fiori" d'Adrienne Lecouvreur, ne sombre pas dans l'excès. Sa Butterfly émeut parce que son innocence échappe à la mièvrerie, sa Liu aussi [...]. C'est que la technique est souveraine, qui permet de tenir ces longues phrases qu'affectionne un Puccini, notamment dans la prière de Tosca. Quart d'heure à marquer d'une pierre blanche pour l'art de la chanteuse et celui de l'interprète : la magnifique et poignante scène où la Lodoletta de Mascagni meurt doucement dans la neige, à Paris. Bref, du vérisme bien compris [...] L'Orchestre de la Radio de Munich [...] lui offre un chatoyant écrin sonore.» (Diapason, juin 2017 / Didier Van Moere)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 4 janvier 2019 | Dacapo

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 9 novembre 2018 | Jube Classic

Hi-Res
HI-RES12,49 €
CD8,99 €

Opéra - Paru le 14 juin 2013 | Signum Records

Hi-Res Livret

Le genre

Opéra dans le magazine