Catégories :

Les albums

HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 24 mars 2017 | Ricercar

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
« [...] la partition suit à la lettre l’Evangile de saint Jean, et se développe donc sur l’alternance des versets et des dialogues bruts, sans gloses. Leonardo Garcia Alarcon déjoue la (relative) sévérité de Scarlatti en la truffant de Répons pour la semaine sainte, auxquels il confère le rôle de méditations théologiques. [...] Trahison ? Mutation, en tout cas, d’une partition qui nous avait paru convaincante dans sa concentration même et sa simplicité, et qui accorde à chaque personnage un traitement musical individualisé. Ainsi pour le Christ, ennobli de la lumière permanente des cordes, brèves phrases descendantes, gravité et douceur de ton, « consummatus est » en longs mélismes vers la mort. Et pour la foule, homophonie et homorythmie assurées. La parure très polyphonique des cordes revient au Millenium Orchestra mené par Manfredo Kraemer. Reste à mentionner le pivot d’une distribution vocale très caractérisée : le Testo de Giuseppina Bridelli nourrit chaque instant d’une conviction dramatique indispensable, timbre opulent, plasticité épurée sur un récit scandé de nombreux concitato, pathos juste et précis communiqué à un ensemble qu’Alarcon construit avec un geste ample et gradué. Voyez comment, dans la séquence de la comparution devant Pilate, il équilibre le renoncement progressif d’un Pilate aux abois et la rage croissante de la foule.» (Diapason, mai 2017 / Sophie Roughol)
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 16 septembre 2016 | Ricercar

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, les huit mises en musique de strophes du Cantique des cantiques de Lassus ne forment pas un tout cohérent ; en vérité le compositeur, à divers moments de son existence, s’est servi de ces textes pour des motets à cinq, six ou huit parties publiés entre 1555 et 1604, et seule l’identité de la source textuelle sert ici de fil rouge – un fil tout à fait cohérent, d’ailleurs. Il faut croire que Lassus tenait ces motets en quelque estime puisqu’il en recyclera plusieurs dans des messes polyphoniques ultérieures. Quant à la Messe Susanne un jour de 1577, elle « parodie » (dans le sens original du terme : une réutilisation de mélodies, d’éléments thématiques plus anciens, dans un travail ultérieur ; le Moyen Âge et la Renaissance en firent grande utilisation, de nombreuses chansons populaires se trouvant ainsi tissées dans la trame d’œuvres sacrées) une chanson publiée en 1548 et extraordinairement populaire en son temps, si l’on en juge par le nombre de réutilisations dont elle fut l’objet. Le texte original ? « Suzanne un jour d’amour sollicitée / Par deux vieillards convoitant sa beauté / Fut en son cœur triste et réconfortée / Voyant l’effort fait à sa chasteté. / Elle leur dit : si par déloyauté / De ce corps mien vous avez jouissance, / C’est fait de moi ! Si je fais résistance, / Vous me ferez mourir en déshonneur : / Mais j’aime mieux périr en innocence / Que d’offenser par péché le Seigneur. Le Chœur de chambre de Namur et les solistes de l’ensemble Clematis se sont réunis pour nous offrir ces perles qui, malgré leurs quelque 450 années d’existence, semblent toujours aussi présentes dans nos âmes. © SM/Qobuz
HI-RES26,49 €
CD18,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 3 septembre 2015 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica - Choc Classica de l'année
En 1745, le roi accorde à Jean-Philippe Rameau la charge de « Compositeur de la musique du Cabinet », charge assortie d’une pension. Cette nouvelle période sera celle de productions au caractère plus léger, en collaboration avec le librettiste Louis de Cahusac, comptant parmi les immenses chefs-d’œuvre du musicien bourguignon. Zaïs a été représentée en 1748 sur la scène de l’Académie Royale de Musique. Ce ballet-héroïque offre à la musique française parmi ses plus belles pages, tant vocales qu’instrumentales ; l’œuvre entière est à l’image de sa célèbre ouverture organisant le chaos, surprenant par des effets de timbres théâtraux et l’audace de l’écriture. Si l’intrigue est des plus ténues – un amant (Zaïs) éprouvant sa bien-aimée (Zélidie) pour mieux la chérir –, elle est prétexte à d’innombrables divertissements et danses de fort caractère féérique. À ce jour, il demeure étonnant qu'un ouvrage aussi somptueux que Zaïs de Rameau soit systématiquement négligé au profit des Indes Galantes ou d’Hippolyte et Aricie. C'est paradoxalement Gustav Leonhardt, que l’on associe peu à la musique française qu’il appréciait pourtant beaucoup, qui avait contribué au cours des années 1970 à réévaluer les beautés de cet ouvrage, en signant un enregistrement passionnant avec La Petite Bande de Sigiswald Kuijken (STIL), devenu véritable rareté aujourd’hui, et en dépit de chanteurs parfois à la peine. Heureusement, Christophe Rousset, qui se souvient du travail de son aîné, s’y consacre enfin aujourd’hui, et nous offre aujourd’hui cette intégrale somptueusement captée, avec chanteurs francophones, et sous sa direction affutée et pleine d’esprit. Bien plus vivace que dans le cadre du récital d’ouvertures que Les Talens Lyriques avaient réalisé il y a plus de vingt ans pour L’Oiseau-Lyre, l’Ouverture annonce d’emblée la couleur : Rousset saisit tout l’éclat de la partition, et son imagination, qui semble ici insatiable, libère totalement ses chanteurs, investis dans un seul élan, comme si tout le monde avait définitivement compris l’enjeu de cette nouvelle résurrection. Un enchantement ? Non. Un tourbillon, plutôt. © Qobuz
CD27,99 €

Classique - Paru le 7 octobre 2014 | Ricercar

Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 24 septembre 2013 | Ricercar

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Hi-Res Audio
HI-RES9,89 €16,49 €(40%)
CD6,59 €10,99 €(40%)

Classique - Paru le 9 juin 2011 | Ricercar

Hi-Res Livrets Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica - Hi-Res Audio
La découverte de la musique de Giorgi fut un coup de foudre pour Leonardo García-Alarcón. Compositeur totalement ignoré, mort en 1762, Giovanni Giorgi, dont on sait qu'il occupa en 1719 le poste de Maître de chapelle de Saint-Jean-de-Latran à Rome, avant d'achever sa carrière à Lisbonne, développe un style fortement influencé par la polyphonie de la Renaissance, notamment l’usage de la polychoralité et d'effets madrigalesques, alliés ici à des textures plus modernes, luxuriantes, ainsi que des harmonies inventives et audacieuses. Ce programme regroupe une Messe concertante, plusieurs motets dont un émouvant Ave Maria.

Le genre

Opéra dans le magazine