Catégories :

Les albums

HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Opéra - À paraître le 15 mai 2020 | PentaTone

Hi-Res Livret
CD9,99 €

Opéra - Paru le 3 avril 2020 | The state51 Conspiracy Ltd

CD1,49 €

Opéra - Paru le 31 mars 2020 | Ghetto Farms

CD9,99 €

Opéra - Paru le 27 mars 2020 | ATMA Classique

Livret
Longtemps méprisée par les historiens et les musicologues, la musique qui animait la Cour de Russie au XVIIIe siècle commence peu à peu à sortir de l’oubli grâce à des études récentes. Sa réputation avait cependant largement dépassé les frontières impériales à l’époque, puisque Johann Sebastian Bach songea même à lui offrir ses services en 1726. Un projet concrétisé en quelque sorte par procuration avec la venue d’un de ses élèves, Jacob von Stählin-Starcksburg, qui va promouvoir l’opéra à la cour. Sous le titre « Nuits Blanches » (celles de Saint-Pétersbourg sans doute), la soprano québécoise Karina Gauvin et le Pacific Baroque Orchestra de Vancouver, dirigé du pianoforte par Alexander Weimann, ont conçu un album consacré à des airs d’opéra chantés à la cour de Russie avec des compositeurs du cru largement influencés par la musique internationale de l’époque, notamment celle de Gluck qui avait révolutionné l’opéra et dont on entend ici des extraits du splendide Armide écrit sur un livret de Philippe Quinault. C’est ainsi que les noms inconnus de Bortnianski, Berezovski ou Fomine (surnommé parfois « le Mozart russe ») viennent sonner familièrement à nos oreilles grâce à la proximité de leurs styles avec les modèles ambiants. Loin d’être des copies serviles, ces airs dévoilent l’excellence de la musique et des musiciens à Saint-Pétersbourg qu’ils soient compositeurs ou interprètes, autochtones ou étrangers. © François Hudry/Qobuz
CD9,99 €

Opéra - Paru le 26 mars 2020 | Vintage Jukebox

CD0,79 €

Opéra - Paru le 22 mars 2020 | love

HI-RES16,99 €
CD12,49 €

Opéra - Paru le 20 mars 2020 | Prima Classic

Hi-Res Livret
Révélée lors du Festival de Salzbourg 2009 sous la baguette de Riccardo Muti, la soprano lettone Marina Rebeka chante sur toutes les grandes scènes du monde. Très appréciée dans le répertoire de Mozart et Rossini, elle est aussi une Violetta (La Traviata) aujourd’hui très réputée. Son incarnation de Norma a triomphé à New York ou Milan, comme à Trieste et à Toulouse. Après plusieurs collaborations dans le cadre de diverses intégrales (La Clemenza di Tito de Mozart sous la direction de Yannick Nézet-Seguin ou La Bohème (Puccini) dans le cadre d’un live du MET) et quelques récitals (Mozart), la voici dans le répertoire français qu’elle aborde sans aucun accent et avec une grande conviction sur son nouvel album, « Elle », publié sur le label Prima Classic créé…par elle-même. Accompagnée par le modeste mais excellent Orchestre Symphonique de Saint-Gall (Suisse) dirigé par Michael Balke, la Rebeka a choisi des airs de Charpentier (Louise), Massenet (Hérodiade, Le Cid, Manon, Thaïs), Gounod (Faust, Roméo et Juliette) et Debussy (un extrait de la cantate L’Enfant prodigue). Son timbre pulpeux et la parfaite conduite de sa ligne vocale fait merveille également dans ce répertoire. Mais cette rebelle n’aime pas chanter les mêmes choses plusieurs fois, elle préfère garder ses rôles trois ans au maximum au grand désespoir des directeurs d’opéras. Ce sont les grands rôles verdiens que Marina Rebeka vise maintenant, Leonora (Il Trovatore), Elena (I Vespri sicilianni) et, plus tard, Aïda. La Habanera qu’elle présente sur ce nouveau récital laisse à penser qu’elle sera un jour une très grande Carmen. © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 20 mars 2020 | Delos

Hi-Res Livret
CD3,99 €

Opéra - Paru le 14 mars 2020 | Teatro Records

HI-RES23,99 €
CD15,99 €

Opéra - Paru le 6 mars 2020 | Alpha

Hi-Res Livret
L’état lacunaire de tant de manuscrits d’opéras et d’oratorios baroques représente un terrain de jeu des plus tentants pour les interprètes et les musicologues d’aujourd’hui. Il est toutefois assez rare qu’un interprète du XXIe siècle compose de toutes pièces un acte entier. C’est le cas pour El Prometeo du compositeur italien Antonio Draghi, actif à la cour des Habsbourg à Vienne. Composé en 1669, c’est un des rares opéras de cette époque en castillan, ce qui donne à cette découverte une importance historique essentielle. Draghi est un héritier direct de Monteverdi et de Cavalli, dont il a chanté les œuvres dans sa jeunesse et dont il perpétue le style. Sa musique dramatique mélange adroitement les situations comiques, à l’instar de ce qui se faisait couramment à l’époque. Une tradition qui va se prolonger jusqu’à Mozart via les opéras de Jommelli, que le jeune compositeur admirait. Persuadé de découvrir le manuscrit complet, Leonardo García Alarcón a dû déchanter et s’est trouvé piégé alors que la création de l’œuvre était prévue à l’Opéra de Dijon. Il fallait donc soit annuler la production, soit assembler d’autres œuvres en créant un « pasticcio » à la mode du XVIIIe siècle. Le vertige de la page blanche n’a pas paralysé le chef d’orchestre qui s’est mis dans la peau de Draghi en composant intégralement le troisième acte, le plus dense et le plus dramatique, irrémédiablement perdu. Dépassant le simple plagiat, García Alarcón s’est plu à rendre hommage à l’opéra autrichien, empruntant ses modèles à Draghi bien évidemment, mais aussi à Cesti, à Caldara jusqu’à Mozart. Le résultat de ce tour de force est une illusion parfaite grâce à une assimilation des styles lui permettant d’imaginer une musique inspirée et en parfait accord avec le reste de la partition. Le Chœur de chambre de Namur, de très nombreux solistes et les couleurs ensorcelantes de la Cappella Mediterranea ont largement contribué au succès d’une production que l’on peut goûter sur ce nouvel album. © François Hudry/Qobuz
HI-RES44,99 €
CD29,99 €

Opéra - Paru le 6 mars 2020 | Jube Classic

Hi-Res
CD1,29 €

Opéra - Paru le 2 mars 2020 | Hi-Fi Media Group

CD6,99 €

Opéra - Paru le 21 février 2020 | ASC Records

CD9,99 €

Opéra - Paru le 4 novembre 2016 | Skördemåne AB

CD19,99 €

Opéra - Paru le 14 février 2020 | Oehms Classics

CD9,99 €

Opéra - Paru le 14 février 2020 | Intense Media GmbH

CD9,99 €

Opéra - Paru le 14 février 2020 | Intense Media GmbH

CD9,99 €

Opéra - Paru le 14 février 2020 | Intense Media GmbH

CD19,99 €

Opéra - Paru le 11 février 2020 | ZYX Music

Le genre

Opéra dans le magazine