Les albums

9,99 €

Cantates (profanes) - Paru le 1 janvier 1977 | Corona Classics Collection

9,99 €

Cantates (profanes) - Paru le 1 janvier 1978 | Corona Classics Collection

9,99 €

Cantates (profanes) - Paru le 1 janvier 1985 | Corona Classics Collection

9,99 €

Cantates (profanes) - Paru le 1 janvier 1985 | Corona Classics Collection

14,99 €
9,99 €

Musique vocale profane - Paru le 1 janvier 2009 | BIS

Hi-Res Livret
9,99 €

Cantates (profanes) - Paru le 27 janvier 2009 | Phoenix Edition

Cantates de Georg Friedrich Händel, Johann Adolf Hasse & Johann Sebastian Bach / Emma Kirkby, Sophie Boulin & Isabelle Poulenard, sopranos - Hans-Martin Linde, flûte traversière - Cappella Coloniensis - Hans-Martin Linde & Ferdinand Leitner, directions
6,49 €

Musique vocale profane - Paru le 6 janvier 2014 | harmonia mundi

14,99 €
9,99 €

Cantates (profanes) - Paru le 28 janvier 2014 | Zig-Zag Territoires

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica - Hi-Res Audio
9,99 €

Musique vocale profane - Paru le 6 octobre 2014 | Melodiya

14,99 €
9,99 €

Musique vocale profane - Paru le 24 mars 2015 | Zig-Zag Territoires

Hi-Res Livret
Loin des éclats triomphants et fanfarons des pièces jouées lors de l’entrevue du Camp du Drap d’or entre François I et Henry VIII en 1520, voici des œuvres bien plus intimes conçues pour la chambre de François I. Et quand l’on dit chambre, c’est précisément ce dont il s’agit, puisque l’ensemble Doulce Mémoire enregistra tout ce CD dans les appartements privés du château de Chambord. Loin d’être des pièces immenses et cinégéniques, en particulier pour les scènes de ripaille, ce sont des espaces plutôt modeste en taille – ne serait-ce que parce que des salles de vie trop grandes seraient inchauffables – à l’acoustique tranquille. Les séances d’enregistrement eurent lieu dans l’une des salles en croix du donjon, le cœur du château, le séjour royal. Et l’on comprend soudain pourquoi les témoignages de l’époque insistent sur la douceur des voix et leur suavité : dans de tels lieux, les éclats et les grandiloquence seraient incongrus. Les douces flûtes à bec, les tendres luts et théorbes, se mêlent avec tranquillité aux voix retenues et émues des chanteurs de l’ensemble. Seuls l’ensemble de « flûtes colonnes », une sorte de basson de la Renaissance, viennent remuer l’espace de quelques sonorités un peu plus accrochantes, mais cela reste de l’ordre de la grande transparence. Les compositeurs Claude Gervaise, Pierre Certon, Pierre Sandrin, Claudin de Sermisy et autres contemporains de François I y revivent comme au premier jour. © SM/Qobuz
9,99 €

Musique vocale profane - Paru le 31 mars 2015 | Glossa

14,99 €
9,99 €

Musique vocale profane - Paru le 31 mars 2015 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
La thématique de cet enregistrement est née d’une insomnie de la mezzo-soprano Blandine Staskiewicz, au cours d’une nuit de tempête dans sa jolie terre natale de Belle-Île-en-mer. S’étant mise à fredonner un air de tempête de Vivaldi, l’idée lui vint de réunir sur un disque quelques-uns des plus beaux airs sur les émotions du cœur si bien traduites en musique par les compositeurs italiens baroques principalement. Ainsi naît Tempesta, qui brosse en 13 tableaux les divers états d’âme amoureux — du calme avant la tempête à la crise aiguë suivie de l’apaisement. Outre la musique elle-même, c’est évidemment l’interprétation de Blandine Staskiewicz, d’une maîtrise souveraine, parfaitement soutenue par Alexis Kossenko, qui donne à cet ensemble tout son pouvoir de séduction. (© Qobuz)
9,99 €

Musique vocale profane - Paru le 1 mai 2015 | Passacaille

Livret Distinctions Diapason d'or - 4 étoiles de Classica
" Le Chant de l'échiquier confirme sa place de choix sur la scène médiévale. Le petit collectif (harpes, clavecins, organetto, vièle) animé par Guillermo Pérez et David Catalunya va très loin dans la quête d'une virtuosité instrumentale médiévale, dont les témoignages sont épars mais éloquents. Tasto Solo assure un travail historiquement informé dans les moindres détails, sans pour autant s'inscrire dans une froide logique de reconstitution : au geste pionnier des musiciens au XVe siècle répondent la redécouverte expérimentale de leurs héritiers et leur aisance à improviser. Le discours sans paroles et son ornementation scintillante surgissent avec tant d'énergie et de naturel qu'il en devient impossible de discerner l'écrit de l'instant." (Diapason, juin 2015 / Jacques Meegens)
14,99 €
9,99 €

Musique vocale profane - Paru le 25 septembre 2015 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
La petite abélardisation indispensable à la fabrication de castrats n’étant plus trop pratiquée de nos jours, du moins pas pour faire chanter les hommes, l’on n’a d’autre choix que de faire chanter le large répertoire – italien dans sa grande majorité – réservé aux castrats soit par des contre-ténors, soit des voix de femmes. Et pas seulement des contraltos, comme on pourrait l’imaginer, puisque le castrat se faisait autant dans le registre grave – celui de la contralto – qu’aigu, celui de la soprano. Pour preuve les deux versions italiennes d’Orfeo ed Euridice de Gluck, par exemple, destinées qui à un castrat grave pour la viennoise, qui à un castrat aigu pour la version de Parme. Ce sont donc, pour ce nouvel enregistrement de la soprano Ann Hallenberg, les rôles conçus pour le célèbre castrat aigu Luigi Marchesi (1754 – 1829) dont les prouesses vocales semblent avoir été extraordinaires, ainsi qu’on peut en juger par l’invraisemblable agilité technique exigée par toutes ces arias. Des arias d’opéras de Cherubini, de Mayr, Zingarelli, Pugnani, Sarti ou Cimarosa, écrits pour Marchesi qui, semble-t-il, n’hésita pas à rajouter encore des ornementations pour servir d’écrin à sa voix ! Hallenberg prête maintenant la sienne, une opulente voix d’une stupéfiante précision y compris dans les passages les plus vertigineux. © SM/Qobuz
8,99 €

Musique vocale profane - Paru le 25 novembre 2015 | Klangrede

Livret
En dehors de la chasse, l'Empereur Leopold Ier avait une autre passion : la musique. Non seulement excellent instrumentiste (clavecin et autres instruments), il avait de solides connaissances en écriture musicale qu'il mit à profit en composant des œuvres instrumentales, mais également vocales avec un attrait particulier pour les comédies et l'organisation de concours rhétoriques ou académies littéraires (où les dames étaient mises en avant) qui trouvèrent un plein épanouissement sous sa houlette en 1697. Le programme de "Best of Leopold" concocté par la claveciniste autrichienne Susanne Pumhösl et ses amis propose une sélection d'airs composés à Vienne à la fin du XVIIe siècle. L'alternance de musique vocale et instrumentale confirme la tradition dite "Seneraten" : des pièces généralement courtes pour la voix accompagnée d'instruments, mais longuement travaillées, se situant entre la cantate et l'opéra. Autour de compositions de l'Empereur Leopold Ier lui-même (à la fois vocales et instrumentales) figurent des pages de Giovanni Bononcini (c'est avec celui-ci et son frère Antonio Maria que fut introduit à la cour de Vienne le violoncelle virtuose) et de Antonio Draghi, qui, comme Leopold, écrivit pour les jeunes voix féminines de la cour.
16,99 €
9,99 €

Musique vocale profane - Paru le 8 janvier 2016 | Carpe Diem

Hi-Res Livret
« Hirundo Maris » est l’appellation latine de l’hirondelle de mer qui vole de la Méditerranée à la Mer du Nord. Dans le cas présent, la Méditerranée résonne sous les cordes vocales de la Catalane Arianna Savall, tandis que la Mer du Nord rugit sous les doigts du Norvégien Petter Udland Johansen, avec l’adjonction des services de trois collègues chanteurs et instrumentistes. Et notre hirondelle ne chôme pas, puisqu’elle papillonne de l’Espagne de la Renaissance jusqu’au Chili contemporain, en passant par l’Allemagne romantique, la France d’Apollinaire mis en musique par Arianna Savall elle-même, l’Italie de Monteverdi… Les pièces musicales sont arrangées d’une manière assez singulière, à la fois populaire et savante. Populaire car selon toute évidence les musiciens improvisent, certes sur des canevas anciens, mais dans un style qui pourrait tout aussi bien se retrouver dans certaines chansons de qualité. Savante car, selon toute évidence, Savall et Johansen et leurs acolytes connaissent leur métier sur le bout des ongles et mêlent les genres avec délices, voire un brin de provocation. Voilà donc bien encore une fois un album signé Hirundo Maris totalement inclassable. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Musique vocale profane - Paru le 10 novembre 2016 | Arcana

Hi-Res Livret
Une grande partie du répertoire italien de cantates et duos des XVIIe et XVIIIe siècles était composée pour des chanteurs professionnels au service de familles nobles. Ce répertoire servait au divertissement domestique et occasionnellement pour des fonctions privées, pour la distraction des invités, ou encore durant les rencontres au sein de sociétés académiques. Les parties vocales étaient plutôt aiguës, non seulement parce qu’elles jouissaient d’une grande faveur parmi les auditeurs, mais aussi parce que les registres de soprano et d’alto, outre qu’ils étaient naturels pour les voix féminines, étaient pratiqués par les voix masculines des falsettistes – contre-ténors – et des castrats. Les sept duos de chambre inclus dans le présent recueil proviennent tous de ce que l’on pourrait définir «l’âge d’or» du genre, qui en Italie concerne à peu près le dernier tiers du XVIIe siècle et le premier du XVIIIe. Agostino Steffani (1654-1728), qui travailla longtemps en Allemagne (d’où sans doute un certain goût pour le riche contrepoint), le Vénitien Antonio Lotti (1666-1740) très connu pour ses pièces sacrées dans le stile antico ainsi que ses opéras, le Bolognais Giovanni Bononcini (1670-1747), plus moderne sans doute que Lotti bien que ses duos de chambre soient antérieurs, sont les trois compositeurs choisis par la contralto Sara Mingardo et ses collègues chanteuses, ici accompagnées par le Cenacolo Musicale. Le genre, sans doute assez peu connu du grand public, bénéficie de l’implication totale de toutes ces artistes ; et l’on notera qu’une petite moitié des œuvres est donnée en première discographique mondiale. © SM/Qobuz
9,99 €

Musique vocale profane - Paru le 8 décembre 2016 | Son an ero

Livret Distinctions 5 de Diapason
Le baryton français Marc Mauillon, « Révélation lyrique » lors des Victoires de la musique classique cuvée 2010, ne s’est jamais laissé enfermer dans un genre, un style, une époque. Autant à l’aise dans le répertoire baroque (et même dans la musique médiévale, en vérité) que dans Mozart ou encore dans la musique de notre temps, à l’opéra comme au concert comme au disque, il nous offre ici un album entièrement solo et donc a capella allant, justement, du VIIIe au XXIe siècle. Ce récital s’inspire du livre Songlines (« Lignes/Chemins de chant ») de Bruce Chatwin, une narration de l’expérience de l’auteur en quête des itinéraires chantés des aborigènes australiens, même si aucune musique aborigène australienne ne fait partie du répertoire choisi ! On y entendra des œuvres anonymes du Haut Moyen-Âge, quelques troubadours du Moyen-Âge classique – Bernard de Vendadorn –, d’autres du Bas Moyen-Âge signés Gratiosus de Padua, Machaut, Jehan de Lescurel ; puis il passe directement aux XXe et XXIe siècles avec Scelsi, Meredith Monk et Georges Aperghis. La juxtaposition de ces pièces distantes de plusieurs siècles se fait tout naturellement, par le vecteur de la voix unique de Mauillon, quand bien même il fait appel à nombre de techniques très différentes. L’unité dans l’éclectisme. © SM/Qobuz
6,99 €

Musique vocale profane - Paru le 23 décembre 2016 | Les Indispensables de Diapason

Livret Distinctions Diapason d'or
14,99 €
9,99 €

Musique vocale profane - Paru le 3 mars 2017 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice - 4 étoiles de Classica
« Héroïnes d’amour et de deuil », voilà qui caractérise parfaitement cet album que consacrent la soprano Ruby Hugues, la violoncelliste Mime Yamahiro Brinkmann et le luthiste Jonas Nordberg à une belle poignée d’ouvrages dans lesquelles les dames chantent l’un et l’autre. Et quand on dit que « les dames chantent », c’est bien dans tous les sens du terme : une soprano, des héroïnes féminines parmi lesquelles la déchirante Didon de Purcell, et aussi des compositrices de l’époque baroque telles que la célèbre Barbara Strozzi, la religieuse Claudia Sessa, Francesca Caccini et Lucrezia Vizzana qui, toutes, ont contribué à la musique de leur époque même si l’époque avait du mal à considérer une femme comme une artiste à part entière. Aux côtés des ces arias, on entendra aussi quelques œuvres pour violoncelle solo de Vivaldi – une Sonate, dont les quatre mouvements sont distribués tout au long de l’album – et d’autres pour luth ou théorbe solo de Kapsberger, Piccinini et autres de cette même période. Le propos de l’alternance entre pièces vocales et instrumentales étant, bien sûr, de diversifier les styles, les genres, même si l’esprit d’amour vs. Lamento reste toujours présent. La soprano Roby Hugues, pour mémoire, est une habituée du Festival d’Edimbourg, de celui d’Aix-en-Provence, du Theater an der Wien avec René Jacobs, du London Haendel Festival et tant d’autres de la même renommée. © SM/Qobuz

Le genre

Musique vocale profane dans le magazine