Catégories :

Les albums

HI-RES48,99 €
CD34,99 €

Jazz - Paru le 29 mars 2019 | Craft Recordings

Hi-Res
En avril 1957, John Coltrane signe un contrat de deux ans avec Prestige Records. Les séances d’enregistrement du saxophoniste sur ce label furent assez nombreuses. Pour la majorité d’entre elles (certaines étant même plus ou moins informelles), Trane n’est que sideman. Mais c’est chez Prestige qu’il édite ses premiers disques en tant que leader, le label lui autorisant une infidélité, l’enregistrement d’un disque pour Blue Note, le mythique Blue Train. Le coffret Coltrane ’58 – The Prestige Recordings réunit chronologiquement les 37 pièces de l’année 1958 avec le guitariste Kenny Burrell, les trompettistes Donald Byrd, Freddie Hubbard et Wilbur Harden, les pianistes Tommy Flanagan et Red Garland, le contrebassiste Paul Chambers et les batteurs Jimmy Cobb, Louis Hayes et Art Taylor. Ce Coltrane est alors loin d’être un bleu. A 30 ans passés, le saxophoniste se débat avec les drogues mais annonce vouloir faire table rase de ses vilaines manies en signant justement ce nouveau contrat. Son style est en pleine mutation. On est encore loin de la révolution formelle qu’il concevra chez Atlantic et Impulse! et pourtant, accessible et d’une virtuosité toute contrôlée, il possède déjà une sonorité identifiable entre mille. Il y a une urgence dans cette musique qui ne sonne comme aucune autre.Avec ces prises de 1958 dans le fameux studio de Rudy Van Gelder à Hackensack dans le New Jersey, il s’extirpe de la timidité qu’on lui connaît et déploie de nouvelles progressions harmoniques en peaufinant tous ses solos. Il y a ici des versions définitives de Lush Life, Lover Come Back to Me, Stardust, Good Bait ou encore Little Melonae. Mais aussi les premiers enregistrements de Nakatini Serenade, The Believer, Black Pearls et Theme for Ernie. Sans oublier ces sommets de sax ténor que sont Russian Lullaby, Sweet Sapphire Blues et I Want to Talk About You. Evidemment essentiel, l’ensemble a été remastérisé à partir des bandes analogiques originales. La love story entre John Coltrane et Prestige cessera dès avril 1959, lorsque le saxophoniste s’engage avec Atlantic Records. Encore une autre révolution… © Marc Zisman/Qobuz
CD41,99 €

Jazz - Paru le 4 novembre 2016 | ECM

Livret Distinctions Choc de Classica
Le rapport que Keith Jarrett entretient avec l’enregistrement en général, et l’objet disque en particulier, est assez fascinant. Le pianiste d’Allentown possède une discographique pantagruélique alternant entre albums studios et live, d’hier comme d’aujourd’hui, n’hésitant jamais à ressortir de ses archives des captations anciennes pour mieux cerner l’évolution de son parcours. C’est le cas de A Multitude Of Angels qui parait en novembre 2016 et réunit sur quatre disques des enregistrements extraits de quatre concerts donnés en Italie en octobre 1996 à Modène, Ferrare, Turin et Gênes. Une publication qui s’inscrit donc dans la chronologie de ses nombreux enregistrements live en solo, juste après l’album La Scala paru en 1995. A Multitude Of Angels marque en ce sens la fin de la première période des grands concerts solo du pianiste, documentée par ECM dans les coffrets Bremen-Lausanne et Sun Bear Concerts. Durant cette période, la musique extraordinairement spontanée du pianiste américain, d’une totale liberté dans ses développements, donnait l’impression de pouvoir embarquer l’improvisateur dans un nombre infini de directions. « Ce furent les derniers concerts que j’ai donnés sans interruption entre chaque set, explique Jarrett dans les notes du livret. Le jazz y est omniprésent en parallèle de ma profonde proximité avec la musique classique (moderne et ancienne, Ives et Bach). » Le Jarrett de ces concerts transalpins qui paraissent vingt ans après leur enregistrement offre ainsi une forme de lyrisme rare comme des introspections beaucoup plus cérébrales. Et son agilité comme sa virtuosité lui permettent ainsi d’alterner sans que l’on perde le fil du propos, ni la trame narrative qu’il déroule. Fascinant. © MD/Qobuz
HI-RES48,99 €
CD41,99 €

Jazz - Paru le 16 octobre 2015 | Nonesuch

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
L’histoire du jazz compte un nombre impressionnant de pianistes magistraux. Mais lorsqu’il est question de se limiter au moins de 50 ans, le casting a tendance à se réduire… Un nom revient pourtant sans cesse. Comme un musicien au-dessus de la mêlée. Celui de Brad Mehldau. Car même sans qu’il soit question d’une quelconque et stupide compétition, le pianiste américain est l’un des meilleurs de sa génération. Fascinant surtout. Comme l’est cette publication : un quadruple album réunissant 32 pièces enregistrées en solo et en live. Mehldau a pioché dans les bandes de 19 de ses concerts européens donnés durant la décennie passée et a divisé en quatre chapitres les titres sélectionnés : Dark/Light, The Concert, Intermezzo/Rückblick et E Minor/E Major. Comme il l’explique lui-même dans les notes de pochette, « s’il s’agit d’environ 300 minutes de musique, l’ordre des morceaux n’est pas arbitraire. J’ai essayé de raconter une histoire du début à la fin dans la manière dont j’ai séquencé le disque. Et il y a un thème et un personnage pour chacun des quatre chapitres. » Ce projet est d’autant plus intéressant qu’au disque, Brad Mehldau a essentiellement enregistré en trio ou dans d’autres configurations, à l’exception d’Elegiac Cycle en 1999, d’un Live In Tokyo en 2004 et d’un Live In Marciac en 2006, ses trois seules publications en solo à ce jour… Sans surprise, la densité de la musique proposée avec ces 10 Years Solo Live exige de l’auditeur une attention soutenue. Mais le jeu en vaut la chandelle car le périple conçu ici par Mehldau est simplement époustouflant. La façon dont le pianiste digère la musique populaire des Beatles, Nirvana, Massive Attack, Radiohead ou Jeff Buckley, puis, plus loin, celle de Brahms par exemple, ou, plus loin encore, d’un Bill Evans, d’un John Coltrane ou d’un Keith Jarrett (sans oublier Léo Ferré !) est assez ahurissante. Ahurissante comme sa façon de balayer d’un revers de main une quelconque volonté d’impressionner la galerie. Autant de personnages croisés, autant de saynètes présentées et autant de décors plantés dans cet océan d’improvisation font de ce quadruple opus un pur chef d’œuvre. Le fait d’avoir sélectionné des titres live a également son importance. Brad Mehldau, toujours dans les notes de pochette, l’explique très bien : « Tout ce business des concerts, c’est assez étrange. C’est une directe et intense forme d’empathie avec un groupe d’inconnus qui dure environ 901 minutes. Et puis, c’est fini, chacun rentre à la maison. Je remonte dans ma chambre d’hôtel et je vais me coucher. Quelque chose s’est passé, mais ce qui était le plus vital ne peut être transposé avec des mots. C’est doux, un peu aigre-doux. Dans tous les cas, ça n’est pas suffisant de dire que les publics différents ont été importants pour la création de cette musique. Ils ont été absolument nécessaires, c’était la charnière. Sans ces publics, cette musique n’existerait pas dans la forme dans laquelle elle existe. » © MD/Qobuz
CD41,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2011 | Verve Reissues

CD38,99 €

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 2003 | Capitol Records

CD21,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1995 | Verve

Distinctions Qobuz Référence
HI-RES48,99 €
CD34,99 €

Jazz - Paru le 29 mars 2019 | Craft Recordings

Hi-Res
En avril 1957, John Coltrane signe un contrat de deux ans avec Prestige Records. Les séances d’enregistrement du saxophoniste sur ce label furent assez nombreuses. Pour la majorité d’entre elles (certaines étant même plus ou moins informelles), Trane n’est que sideman. Mais c’est chez Prestige qu’il édite ses premiers disques en tant que leader, le label lui autorisant une infidélité, l’enregistrement d’un disque pour Blue Note, le mythique Blue Train. Le coffret Coltrane ’58 – The Prestige Recordings réunit chronologiquement les 37 pièces de l’année 1958 avec le guitariste Kenny Burrell, les trompettistes Donald Byrd, Freddie Hubbard et Wilbur Harden, les pianistes Tommy Flanagan et Red Garland, le contrebassiste Paul Chambers et les batteurs Jimmy Cobb, Louis Hayes et Art Taylor. Ce Coltrane est alors loin d’être un bleu. A 30 ans passés, le saxophoniste se débat avec les drogues mais annonce vouloir faire table rase de ses vilaines manies en signant justement ce nouveau contrat. Son style est en pleine mutation. On est encore loin de la révolution formelle qu’il concevra chez Atlantic et Impulse! et pourtant, accessible et d’une virtuosité toute contrôlée, il possède déjà une sonorité identifiable entre mille. Il y a une urgence dans cette musique qui ne sonne comme aucune autre.Avec ces prises de 1958 dans le fameux studio de Rudy Van Gelder à Hackensack dans le New Jersey, il s’extirpe de la timidité qu’on lui connaît et déploie de nouvelles progressions harmoniques en peaufinant tous ses solos. Il y a ici des versions définitives de Lush Life, Lover Come Back to Me, Stardust, Good Bait ou encore Little Melonae. Mais aussi les premiers enregistrements de Nakatini Serenade, The Believer, Black Pearls et Theme for Ernie. Sans oublier ces sommets de sax ténor que sont Russian Lullaby, Sweet Sapphire Blues et I Want to Talk About You. Evidemment essentiel, l’ensemble a été remastérisé à partir des bandes analogiques originales. La love story entre John Coltrane et Prestige cessera dès avril 1959, lorsque le saxophoniste s’engage avec Atlantic Records. Encore une autre révolution… © Marc Zisman/Qobuz
CD41,99 €

Jazz - Paru le 16 octobre 2015 | Nonesuch

Livret
HI-RES36,99 €
CD26,49 €

Jazz - Paru le 21 avril 2017 | Stretch Records

Hi-Res Livret
48 concerts, 10 groupes et 27 musiciens ! Quand Chick Corea a fêté son 70e anniversaire, il n’y est pas allé par quatre chemins. Et pour ceux qui n’étaient malheureusement pas conviés à ses multiples fiestas, le pianiste américain publie ce triple album. Seul derrière son clavier, en trio acoustique, avec Return To Forever ou bien encore à la tête de son Elektric Band, Corea déploie son ample vision dans des configurations on ne peut plus variées. Return To Forever Unplugged avec Stanley Clarke à la basse, Lenny White à la batterie et Frank Gambale à la guitare ouvre les hostilités sur les chapeaux de roue. Un trio lyrique au possible avec Gary Peacock à la contrebasse et Brian Blade à la batterie prend la suite avant que le Five Peace Band avec John McLaughlin à la guitare, Kenny Garrett au saxophone, John Patitucci à la basse et Blade à la batterie n’offre une autre facette du musicien. Un duo avec le félin Bobby McFerrin vient apporter une parenthèse vocale. Puis c’est l’un des plus fréquents complices de Corea, le vibraphoniste Gary Burton qui, épaulé par le Harlem String Quartet, offre une séquence chambriste. Et comme si la liste des invités n’était pas assez remplie, d’autres pointures viennent aider Corea à souffler ses 70 bougies : le trompettiste Wallace Roney, le saxophoniste Gary Bartz, le contrebassiste Eddie Gomez, le batteur Jack DeJohnette, le saxophoniste Jorge Pardo, le bassiste Carles Benavent, le guitariste Niño Josele et le batteur Jeff Ballard ! Toujours plus loin, toujours plus fort avec des duos de piano avec Marcus Roberts et avec l’immense Herbie Hancock. Et pour conclure l’orgie, l’Elektric Band avec Dave Weckl, Eric Marienthal, Patitucci et Gambale vient magnifier un copieux disque (de plus de trois heures et demi) faisant office de portrait complet. Celui d’un musicien hors-norme. © CM/Qobuz
CD34,99 €

Jazz - Paru le 24 septembre 1996 | Verve Reissues

CD34,99 €

Jazz - Paru le 29 mars 2019 | Craft Recordings

En avril 1957, John Coltrane signe un contrat de deux ans avec Prestige Records. Les séances d’enregistrement du saxophoniste sur ce label furent assez nombreuses. Pour la majorité d’entre elles (certaines étant même plus ou moins informelles), Trane n’est que sideman. Mais c’est chez Prestige qu’il édite ses premiers disques en tant que leader, le label lui autorisant une infidélité, l’enregistrement d’un disque pour Blue Note, le mythique Blue Train. Le coffret Coltrane ’58 – The Prestige Recordings réunit chronologiquement les 37 pièces de l’année 1958 avec le guitariste Kenny Burrell, les trompettistes Donald Byrd, Freddie Hubbard et Wilbur Harden, les pianistes Tommy Flanagan et Red Garland, le contrebassiste Paul Chambers et les batteurs Jimmy Cobb, Louis Hayes et Art Taylor. Ce Coltrane est alors loin d’être un bleu. A 30 ans passés, le saxophoniste se débat avec les drogues mais annonce vouloir faire table rase de ses vilaines manies en signant justement ce nouveau contrat. Son style est en pleine mutation. On est encore loin de la révolution formelle qu’il concevra chez Atlantic et Impulse! et pourtant, accessible et d’une virtuosité toute contrôlée, il possède déjà une sonorité identifiable entre mille. Il y a une urgence dans cette musique qui ne sonne comme aucune autre.Avec ces prises de 1958 dans le fameux studio de Rudy Van Gelder à Hackensack dans le New Jersey, il s’extirpe de la timidité qu’on lui connaît et déploie de nouvelles progressions harmoniques en peaufinant tous ses solos. Il y a ici des versions définitives de Lush Life, Lover Come Back to Me, Stardust, Good Bait ou encore Little Melonae. Mais aussi les premiers enregistrements de Nakatini Serenade, The Believer, Black Pearls et Theme for Ernie. Sans oublier ces sommets de sax ténor que sont Russian Lullaby, Sweet Sapphire Blues et I Want to Talk About You. Evidemment essentiel, l’ensemble a été remastérisé à partir des bandes analogiques originales. La love story entre John Coltrane et Prestige cessera dès avril 1959, lorsque le saxophoniste s’engage avec Atlantic Records. Encore une autre révolution… © Marc Zisman/Qobuz
CD23,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2000 | Blue Note Records

CD23,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2004 | Blue Note Records

CD20,49 €

Jazz vocal - Paru le 2 octobre 2006 | Parlophone UK

CD55,99 €

Jazz - Paru le 24 octobre 2000 | Verve Reissues

CD20,49 €

Jazz - Paru le 8 octobre 2001 | Parlophone UK

CD34,99 €

Jazz - Paru le 13 avril 2018 | Verve Reissues

D'une musique de folklore afro-américaine enracinée dans le gospel et le blues traditionnel, Louis Armstrong a conçu un courant musical national et populaire à vocation internationale voire universelle ! Son talent de trompettiste, son charisme, ses qualités d’entertainer et sa personnalité généreuse ont forgé sa renommée. Celle d’un géant. D’une légende allant bien au-delà des arts. Enraciné dans la tradition de La Nouvelle-Orléans, Armstrong propulsera le soliste sur les sentiers de l’improvisation, épine dorsale du jazz à venir. Avec Charlie Parker et Duke Ellington, il formera la Sainte Trinité du jazz moderne…Publié au printemps 2018, Pops Is Tops: The Verve Studio Albums comprend sur 4 CD I’ve Got the World on a String, Louis Under the Stars (tous deux avec l’orchestre de Russ Garcia), A Day With Satchmo et Louis Armstrong Meets Oscar Peterson avec, pour chaque album, des bonus tracks de rigueur. Une somme captée en quelques jours lors de sessions d’août et octobre 1957. A cette époque, Armstrong est déjà considéré comme l’un des plus importants musiciens de son siècle. Même sa discographie est pantagruélique. Ces disques ont été enregistrés dans la foulée de ceux en duo avec Ella Fitzgerald, Norman Granz vient de prendre la direction du label Verve, et c’est lui qui chapeaute ces sessions. Le grand producteur a l’intelligence de mettre dans les pattes de la star des musiciens virtuoses – grand orchestre ou petite formation – et un répertoire cinq étoiles pour que son chant comme ses solos se retrouvent dans un contexte inégalé. Avec l’inimitable voix rauque d’Armstrong, n’importe quelle mélodie pouvait toucher au sublime et Pops Is Tops: The Verve Studio Albums le confirme à chaque instant. © Max Dembo/Qobuz
CD21,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1994 | Impulse!

Distinctions Qobuz Référence
CD41,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2011 | Verve Reissues

CD41,99 €

Jazz - Paru le 21 avril 2017 | Concord Jazz

48 concerts, 10 groupes et 27 musiciens ! Quand Chick Corea a fêté son 70e anniversaire, il n’y est pas allé par quatre chemins. Et pour ceux qui n’étaient malheureusement pas conviés à ses multiples fiestas, le pianiste américain publie ce triple album. Seul derrière son clavier, en trio acoustique, avec Return To Forever ou bien encore à la tête de son Elektric Band, Corea déploie son ample vision dans des configurations on ne peut plus variées. Return To Forever Unplugged avec Stanley Clarke à la basse, Lenny White à la batterie et Frank Gambale à la guitare ouvre les hostilités sur les chapeaux de roue. Un trio lyrique au possible avec Gary Peacock à la contrebasse et Brian Blade à la batterie prend la suite avant que le Five Peace Band avec John McLaughlin à la guitare, Kenny Garrett au saxophone, John Patitucci à la basse et Blade à la batterie n’offre une autre facette du musicien. Un duo avec le félin Bobby McFerrin vient apporter une parenthèse vocale. Puis c’est l’un des plus fréquents complices de Corea, le vibraphoniste Gary Burton qui, épaulé par le Harlem String Quartet, offre une séquence chambriste. Et comme si la liste des invités n’était pas assez remplie, d’autres pointures viennent aider Corea à souffler ses 70 bougies : le trompettiste Wallace Roney, le saxophoniste Gary Bartz, le contrebassiste Eddie Gomez, le batteur Jack DeJohnette, le saxophoniste Jorge Pardo, le bassiste Carles Benavent, le guitariste Niño Josele et le batteur Jeff Ballard ! Toujours plus loin, toujours plus fort avec des duos de piano avec Marcus Roberts et avec l’immense Herbie Hancock. Et pour conclure l’orgie, l’Elektric Band avec Dave Weckl, Eric Marienthal, Patitucci et Gambale vient magnifier un copieux disque (de plus de trois heures et demi) faisant office de portrait complet. Celui d’un musicien hors-norme. © CM/Qobuz

Le genre

Jazz manouche dans le magazine
  • Django et Stéphane, c'était Hot !
    Django et Stéphane, c'était Hot ! Une grande exposition consacrée à Django Reinhardt s'ouvre à la Cité de la musique...
  • Il était une fois Django Reinhardt, par Vincent Bessières
    Il était une fois Django Reinhardt, par Vincent Bessières Jusqu’au 23 janvier 2013, la Cité de la Musique à Paris propose une exposition consacrée à Django Reinhardt et réalisée par Vincent Bessières. Déjà commissaire de l’exposition We Want Miles, il évo...
  • Festival Django Reinhardt, la passion jazz !
    Festival Django Reinhardt, la passion jazz ! La 33e édition du Festival de jazz Django Reinhardt a eu lieu du 27 juin au 1er juillet, avec au programme le Trio Rosenberg, Sonny Amati Schmitt Quartet et Gonzala Bergara parmi d'autres. Un grand...
  • Festival de Chaillol, demandez le programme !
    Festival de Chaillol, demandez le programme ! Pour sa 16e édition le Festival de Chaillol s'intéresse aux traditions orales, aux musiques populaires et improvisées. Tout un programme à découvrir.
  • Brady Winterstein, furie manouche au Sunset
    Brady Winterstein, furie manouche au Sunset Le 21 janvier, Brady Winterstein, jeune prodige de la guitare jazz manouche, est en trio à Paris au Sunset. GAGNEZ DES PLACES AVEC QOBUZ EN VOUS RENDANT SUR LA PAGE FACEBOOK DE QOBUZ.
  • Brady à la folie !
    Brady à la folie ! A 17 ans, Brady Winterstein assure déjà la relève de la guitare jazz manouche…
  • Les doigts virtuoses
    Les doigts virtuoses Les 25 et 26 janvier, les Doigts de l’Homme sont aux Duc des Lombards à Paris dans le cadre du festival French Quarter...
  • Django, ressuscité à Samois
    Django, ressuscité à Samois Du 23 au 27 juin, 26 concerts célèbreront le maître de la guitare manouche, Django Reinhardt, dont on fête cette année le centenaire de la naissance, à Samois sur Seine.
  • Une place pour Django
    Une place pour Django A l’occasion du centenaire de la naissance de Django Reinhardt, une place du 18e arrondissement de Paris portera le nom du grand guitariste manouche.
  • Un Noël manouche à Pleyel
    Un Noël manouche à Pleyel Le 23 décembre, Biréli Lagrène, Swan Berger et Caravan Palace se produiront à Paris, Salle Pleyel, pour une grande soirée manouche.