Les albums

14,49 €
9,99 €

Jazz - Paru le 22 février 2019 | Edition Records

Hi-Res Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Il a beau être un maître du saxo et pourrait s’en contenter mais non Chris Potter fait toujours preuve de gloutonnerie. Sur Circuits, son ténor et son soprano ne lui suffisent pas alors il tripote aussi la clarinette, la flûte, le sampleur, la guitare, les claviers et les percussions ! Avec James Francies au piano et aux claviers, Eric Harland à la batterie et, sur quatre titres, Linley Marthe à la basse électrique, le kid de Chicago pilote surtout un quartet inspiré par les échanges et le groove. Rien de bavard, juste de l’intense, du foisonnant et donc du groove. En cela, l’association Harland/Marthe est renversante et inébranlable. Après de superbes albums pour ECM, Potter a sans doute senti un besoin de revenir à l’esprit de son ancienne formation Underground, plus funky. Ici, il évite surtout le piège du rythme racoleur et épure à l’extrême pour n’en garder que l’essence. Idem pour son souffle, surpuissant et chaud… Sans doute l’un de ses disques les plus vivifiants. © Max Dembo/Qobuz
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 2 novembre 2018 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 2 novembre 2018 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
En 2016, Andrew Cyrille sortait un album au titre puissamment explicite : The Declaration of Musical Independence. Rien de surprenant venant de ce militant d’un free-jazz rarement coupé à l’eau de source et qui a accompagné les plus grands activistes de la marge parmi lesquels Cecil Taylor, Anthony Braxton, Marion Brown, Walt Dickerson, Charlie Haden, Carla Bley, Oliver Lake ou encore Horace Tapscott… Deux ans plus tard, le batteur new-yorkais a conservé le guitariste Bill Frisell de ce quartet pour réaliser Lebroba, un disque en trio cette fois, auquel participe également le trompettiste Wadada Leo Smith. Un album dont le titre contracte le nom des villes natales des trois hommes : Leland, Brooklyn et Baltimore. Manière sans doute d’insister sur la démocratique répartition des tâches, Cyrille laisse ses complices agir à leur guise. Même les compositions sont partagées entre ses trois maîtres de l’avant-garde jazz. Une avant-garde majoritairement méditative ici, à l’image du deuxième thème, le magistral Turiya, dédié à Alice Coltrane. Une sorte de célébration de l’espace et du temps… On sort surtout de Lebroba avec la sensation d’avoir traversé un sublime blues en apesanteur. © Marc Zisman/Qobuz
23,49 €
16,49 €

Jazz - Paru le 31 août 2018 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
18,99 €
15,99 €

Jazz - Paru le 16 mars 2018 | Okeh - Sony Masterworks

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
La guitare n’étant pas l’instrument le plus utilisé par les jazzmen, ses vrais révolutionnaires sont logiquement peu nombreux. Bill Frisell a la chance d’être l’un d’entre eux. Année après année (quatre décennies de carrière) et album après album (plus de 40 sous son nom et 300 comme sideman !), l’Américain a imposé une voix singulière, l’une des plus influentes de ces vingt dernières années. Frisell s’est surtout vite démarqué de ses aînés en embarquant son jeu, immédiatement reconnaissable, dans tous les répertoires possibles. Post-bop, free, noise, rock, country, 50’s, il s’est engouffré dans un nombre hallucinant de partitions tout en conservant sa langue, son style, son jeu, bref en restant toujours lui-même. Music IS n’est pourtant pas un énième album juste là pour grossir sa dense discographie. Lui qui partage avant tout sa musique a ressenti ici le besoin de s’exprimer en solo, un contexte qu’il n’a jamais trop affectionné, avouant même souvent en interview qu’il n’avait donné son premier concert seul que bien des années après avoir entamé sa carrière professionnelle… Mais l’origine de Music IS fut avant tout l’envie de jouer, à l’acoustique ou l’électrique, sa propre musique. Après avoir revisité celle des autres, Bill Frisell réunit pour cette cuvée 2018 des thèmes nouveaux mais aussi du passé, certains qu’il n’a pas rejoués depuis des lustres. Ecouter ces quinze pièces d’une traite, c’est voyager dans les méandres colorés du cerveau d’un musicien hors du commun. Qu’il épure à l’extrême ses phrases comme son maître Jim Hall, se lance dans des corps à corps saturés ou interprète à sa manière impressionniste l’americana, Bill Frisell livre des improvisations d’une invariable beauté. Et malgré ses allures de disque testament, Music IS est l’œuvre d’un artiste plus vivant que jamais. Sans doute l’un de ses plus beaux albums. © Marc Zisman/Qobuz
23,49 €
16,49 €

Jazz - Paru le 16 février 2018 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
17,99 €
13,49 €

Jazz - Paru le 26 janvier 2018 | ACT Music

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - 5 Sterne Fono Forum Jazz
De l’amour et de la paix. Le programme de cet album de Joachim Kühn a le mérite d’être clair. Avec le batteur Eric Schaefer et le contrebassiste Chris Jennings (son trio formé en 2015), le pianiste allemand désormais âgé de 73 ans semble avoir trouvé un nouveau terrain de jeu sur lequel la force de ses mélodies s’avère centrale. Plutôt rangé dans la catégorie des musiciens avant-gardistes, voire free, Kühn, qui a toujours rejeté les conventions tout au long de sa longue carrière, n’est évidemment pas en train de sombrer ici dans une musique simpliste et lisse. Bien au contraire. A travers des thèmes assez concis, essentiellement originaux – à l’exception de pièces des Doors (The Crystal Ship), de Moussorgski (Le Vieux Château, extrait des Tableaux d'une exposition) et d’Ornette Coleman (Night Plans) –, il aère ses improvisations et prend le temps de jouer avec l’espace et même les silences. Publié en 2016, Beauty & Truth, premier disque du trio, offrait déjà à entendre ce Kühn un brin inhabituel. Avec Love & Peace, il a trouvé une paix intérieure qui rend sa musique encore plus touchante. © MD/Qobuz
17,99 €
13,49 €

Jazz - Paru le 29 septembre 2017 | ACT Music

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
17,99 €
13,49 €

Jazz - Paru le 25 août 2017 | ACT Music

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 14 juillet 2017 | Capitol Records, LLC

Hi-Res Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Ecouter un nouvel album de Charles Lloyd est toujours l’assurance d’entreprendre un voyage intérieur viscéralement habité par une grande spiritualité. A quelques encablures de ses 80 ans, le saxophoniste de Memphis creuse ce même sillon sans jamais radoter ou laisser son auditoire indifférent. Sur scène, l’expérience prend même une dimension supplémentaire. Comme le prouve Passin' Thru enregistré durant l’été 2016 sur la scène suisse du Montreux Jazz Festival et sur celle du Lensic de Santa Fe en compagnie de son New Quartet composé du bassiste Reuben Rogers, du batteur Eric Harland et du pianiste Jason Moran. Une captation qui parait sur le label Blue Note et marque surtout le dixième anniversaire de cette impeccable formation. Au menu de ce festin improvisé, des thèmes récents mais plus anciens comme ce Passin’ Thru qui donne son titre au disque et que Lloyd enregistra pour la première fois en 1963 avec le quintet de Chico Hamilton. Le quartet a toujours joué un rôle assez essentiel dans la carrière du saxophoniste. Il forma son tout premier en 1965 avec Keith Jarrett au piano, Cecil McBee à la contrebasse et Jack DeJohnette à la batterie. Même si Lloyd reviendra régulièrement à cette configuration, il considère le présent New Quartet comme l’un de ses plus accomplis. « Dès les premières notes de notre tout premier concert ensemble, j’ai su que ce serait une formation magique ! » Dix ans plus tard, l’osmose comme la teneur des échanges entre les quatre musiciens est intense. Ça-et-là, Charles Lloyd souffle quelques ouragans dont il a le secret et qu’on encaisse en plein visage avec un plaisir béat. © MZ/Qobuz
25,49 €
17,99 €

Jazz - Paru le 9 juin 2017 | Blue Note (BLU)

Hi-Res Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Le Village Vanguard est un lieu sacré. Une sorte de Mecque jazz ayant vu défiler les plus grands musiciens du genre. Ce club new-yorkais de légende n’a pourtant rien d’incroyable et son aura tient davantage des esprits qui flottent dans l’atmosphère que de son architecture ou son acoustique finalement assez communes. C’est cet esprit qui semble avoir inspiré Ambrose Akinmusire. Avec ses fidèles complices le pianiste Sam Harris, le bassiste Harish Raghavan et le batteur Justin Brown, le trompettiste californien s’est investi comme jamais pour ce A Rift In Decorum: Live At The Village Vanguard qui prend sa source dans le mysticisme que dégage justement le Vanguard. « Je me suis laisser embrasser par les esprits présents dans ce lieu, précise-t-il. Surtout dans l’époque actuelle, c’est assez génial d’avoir un lieu qui existe dans le même état qu’il était autrefois. » Comme sur ces deux précédents albums (studio) pour le label Blue Note, When The Heart Emerges Glistening en 2011 et, trois ans plus tard, The Imagined Savior Is Far Easier To Paint, les compositions d’Akinmusire éblouissent par leur beauté et leur complexité. Le trompettiste ose les écarts, le chatoyant comme le turbulent. Pour ce live, le quartet aborde quatorze nouvelles compositions d’une richesse folle. Et chaque thème comme chaque improvisation, chaque échange comme chaque silence débouche sur un instant de grâce… Lauréat 2007 du Concours International de jazz Thelonious Monk, Ambrose Akinmusire rappelle aussi que l’inspiration d’un trompettiste de jazz en 2017 ne se limite pas au sempiternel tandem Miles/Chet et que d’autres souffles (Kenny Dorham ?) l’inspire tout autant. Enfin, l’enregistrement de ce concert est aussi l’œuvre d’un vrai quartet et non le simple délire d’un leader égoïste. Voilà donc un live qui comptera par la suite ; et compte déjà énormément. © MZ/Qobuz
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 5 mai 2017 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Pour son deuxième album pour ECM, le trompettiste Avishai Cohen s’entoure de ce qu’il décrit comme sa « dream team » : le pianiste Yonathan Avishai, le batteur Nasheet Waits et le contrebassiste Barak Mori. Trois virtuoses qui partagent son sens de l'improvisation et son intuition pour la structure. Moins habité que son prédécesseur Into The Silence qui rendait hommage à son père disparu, Cross My Palm With Silver offre une musique plus tourmentée car plus engagée. Avishai Cohen crée ici en cogitant sur la situation politique de sa terre natale comme sur celle de tout le Proche-Orient. Souvent osés, les échanges avec ses complices rendent ses compositions encore plus dense et son jeu, plus original. Car le trompettiste signe un vrai disque de quartet dans lequel l’espace comme la liberté occupent une place encore plus prépondérante que sur Into The Silence. Cross My Palm With Silver est surtout la preuve flagrante d’un musicien montant en puissance, album après album… © MD/Qobuz
15,99 €
11,49 €

Jazz - Paru le 5 mai 2017 | La Buissonne

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 31 mars 2017 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Tous les souffleurs du label ECM possède une sonorité en apesanteur bien à eux. Et Tomasz Stanko ne déroge pas à la règle. Chaque album du grand trompettiste polonais est toujours une petite révolution de velours. Pour les sens. Et pour le corps. Comme une méditation profonde pour cet ancien terroriste de la scène free qui travailla notamment avec le compositeur Krzysztof Komeda, auteur de belles partitions pour certains films de Polanski (Cul-de-sac, Le Couteau dans l'eau, Rosemary's Baby, Le Bal des Vampires). Komeda auquel Stanko rendit d’ailleurs hommage en 2000 avec le superbe Litania... Quatre ans après Wislawa, Stanko pilote à nouveau son New York Quartet composé du pianiste cubain David Virelles, du bassiste Reuben Rogers (qui a remplacé Thomas Morgan) et du batteur Gerald Cleaver. Pour ce December Avenue, le trompettiste laisse sa mélancolie miles davisienne se laisser chahuter par les improvisations habitées de ses complices. Sans tirer la couverture à lui, Virelles est d’ailleurs un élément clef de la réussite d’un disque que son jeu habite à chaque instant. Sur Wislawa, le constat ne faisait aucun doute. Sur December Avenue, il est une certitude. © MZ/Qobuz
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 17 mars 2017 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Même si le clarinettiste Louis Sclavis est à l’origine de ces Asian Fields Variations qui paraissent chez ECM, le projet a réellement été conçu à trois, avec le violoniste Dominique Pifarély et le violoncelliste Vincent Courtois : « J’ai proposé que l’organisation du groupe soit réellement collective, et chacun de nous participe à la composition du programme. » Figures majeures de l’avant-garde jazz (mais pas que), les trois hommes se connaissent de longue date. Sclavis et Pifarély jouent ensemble dans les contextes les plus diverse depuis plus de 35 ans, et Sclavis et Courtois depuis deux décennies. Une connivence qui n’empêche jamais la spontanéité d’être au cœur de cet album. « Nous étayons également notre discours sur de nombreuses expériences de jeu différentes. Elles se reflètent à la fois dans ce que nous jouons et dans ce que nous écrivons. Ça nous permet de continuellement apporter de nouveaux éléments au projet et de creuser toujours plus profond. » Si l’instrumentation — clarinette, violon, violoncelle — fait clairement référence à la musique de chambre, le résultat est évidemment ailleurs. Ces trois musiciens ont toujours misé sur la liberté et l’écriture plutôt que sur un cadre ou des codes. Cet univers très européen trouve ainsi ses repères dans le jazz comme dans la musique classique ou contemporaine. Seul le propos compte. Et il est d’une intensité plutôt rare. Du sans concession qui permet à Sclavis, Pifarély et Courtois de passer de l’avant-garde libertaire pure à des séquences tractée par la mélodie pour un résultat intense. © CM/Qobuz
19,49 €
13,99 €

Jazz - Paru le 5 août 2016 | Blue Note (US1A)

Hi-Res Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
A 60 ans, Nels Cline possède un CV extra-large et un buste digne d’un général soviétique ayant aussi bien travaillé avec Thruston Moore et Lee Ranaldo de Sonic Youth que Tim Berne, Rickie Lee Jones, Julius Hemphill, Wayne Kramer, Mike Watt, les Geraldine Fibbers de Carla Bozulich et quelques dizaines d’autres. Sans compter les nombreux disques de ses propres formations… Bref, Nels Cline est de la famille de ces passionnantes guitaristes de la marge, de ces Marc Ribot et autres Arto Lindsay. Navigant dans les eaux expérimentales du jazz et du rock, le Californien est devenu le guitariste principal du groupe Wilco depuis 2004. Un job à plein temps qui ne l’empêche pas de s’offrir ça-et-là quelques escapades en solitaires. Escapades toujours fascinantes comme ce Lovers qui parait chez Blue Note. Un disque qui s’inscrit davantage dans les albums instrumentaux des années 50 que dans les traités avant-gardistes dont Cline est souvent adepte. Ici, le guitariste revisite le Great American Songbook avec classe et sérénité. Avec originalité également. Il pousse même le raffinement de son entreprise dans les cordes d’une section de violons. Cette parenthèse chambriste – sans doute la plus calme de toute sa discographie – surprendra ses fans hardcore. A ses côtés, de nombreux musiciens majeurs, aux aussi ayant l’habitude de marcher en dehors des clous. Des fortes personnalités comme le trompettiste Steven Bernstein, la harpiste Zeena Parkins ou le guitariste Julian Lage. Avec Lovers, Nels Cline signe peut-être son enregistrement le plus accompli. L’un de ceux qui restera. © MZ/Qobuz
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 29 janvier 2016 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Depuis le temps qu’il est l’autre, Avishai Cohen s’est toujours dit que c’est en imposant son jeu, son style, ses disques, que le public saura qu’il existe aussi un Avishai Cohen trompettiste, sans aucun lien de parenté avec le populaire contrebassiste. A l’exubérance et au lyrisme de son compatriote ainé, il déroule depuis une quinzaine d’années un jeu feutré où le silence est roi. Un phrasé à l’économie dans la tradition de son idole Miles Davis qui est au cœur de ce premier album pour le compte d’ECM. Un label qui lui va divinement bien. C'est en entendant jouer Avishai Cohen lors des séances d'enregistrement de l’album Lathe Of Heaven de Mark Turner que Manfred Eicher, impressionné par sa contribution, a véritablement pris la mesure du talent du trompettiste né à Tel Aviv, et installé à New York depuis presque vingt ans, et l’a signé comme leader… Avec le bien nommé Into The Silence, enregistré au studio de la Buissonne durant l’été 2015, le trompettiste rend hommage à la mémoire de son défunt père. Les compositions originales aux mélodies profondément émouvantes évoquant les derniers jours de l'existence de son géniteur, et les magnifie par la sonorité si singulière et personnelle de son instrument, jouant avec virtuosité et profondeur des effets de sourdine. Pour l’aider dans cet exercice touchant et beau, Avishai Cohen est épaulé par le pianiste Yonathan Avishai, le contrebassiste Eric Revis, un fidèle du quartet de Branford Marsalis depuis vingt ans, le saxophoniste ténor Bill McHenry et le batteur Nasheet Waits, son complice batteur depuis plusieurs années. © MD/Qobuz
17,99 €
13,49 €

Jazz - Paru le 27 février 2015 | ACT Music

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Entre jazz traditionnel et plus contemporain, le batteur Wolfgang Haffner a d’abord choisi de s’entourer de musiciens de talent pour Kind Of Cool. Avec Dusko Goykovitch, trompettiste de 83 ans à l’heure de la sortie de l’album, qui, soit dit en passant, a eu la chance de jouer avec Miles Davis et Chet Baker, Nils Landgren au trombone, Jan Lundgren au piano, Christopher Dell au vibraphone, le Finlandais Jukka Perko et Dan Berglund (E.S.T.) à la batterie, Kind Of Cool présente un casting qui garantit presque d’avance un jazz de qualité. On y retrouve donc des standards du cool jazz ainsi que 3 compositions de Wolfgang Haffner pour un opus apaisé, non moins intéressant techniquement et musicalement. © LR/Qobuz
17,49 €
14,99 €
Up

Jazz - Paru le 27 février 2015 | WM Germany

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
17,99 €
13,49 €

Jazz - Paru le 30 janvier 2015 | ACT Music

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz

Le genre

Jazz manouche dans le magazine
  • Django et Stéphane, c'était Hot !
    Django et Stéphane, c'était Hot ! Une grande exposition consacrée à Django Reinhardt s'ouvre à la Cité de la musique...
  • Il était une fois Django Reinhardt, par Vincent Bessières
    Il était une fois Django Reinhardt, par Vincent Bessières Jusqu’au 23 janvier 2013, la Cité de la Musique à Paris propose une exposition consacrée à Django Reinhardt et réalisée par Vincent Bessières. Déjà commissaire de l’exposition We Want Miles, il évo...
  • Festival Django Reinhardt, la passion jazz !
    Festival Django Reinhardt, la passion jazz ! La 33e édition du Festival de jazz Django Reinhardt a eu lieu du 27 juin au 1er juillet, avec au programme le Trio Rosenberg, Sonny Amati Schmitt Quartet et Gonzala Bergara parmi d'autres. Un grand...
  • Festival de Chaillol, demandez le programme !
    Festival de Chaillol, demandez le programme ! Pour sa 16e édition le Festival de Chaillol s'intéresse aux traditions orales, aux musiques populaires et improvisées. Tout un programme à découvrir.
  • Brady Winterstein, furie manouche au Sunset
    Brady Winterstein, furie manouche au Sunset Le 21 janvier, Brady Winterstein, jeune prodige de la guitare jazz manouche, est en trio à Paris au Sunset. GAGNEZ DES PLACES AVEC QOBUZ EN VOUS RENDANT SUR LA PAGE FACEBOOK DE QOBUZ.
  • Brady à la folie !
    Brady à la folie ! A 17 ans, Brady Winterstein assure déjà la relève de la guitare jazz manouche…
  • Les doigts virtuoses
    Les doigts virtuoses Les 25 et 26 janvier, les Doigts de l’Homme sont aux Duc des Lombards à Paris dans le cadre du festival French Quarter...
  • Django, ressuscité à Samois
    Django, ressuscité à Samois Du 23 au 27 juin, 26 concerts célèbreront le maître de la guitare manouche, Django Reinhardt, dont on fête cette année le centenaire de la naissance, à Samois sur Seine.
  • Une place pour Django
    Une place pour Django A l’occasion du centenaire de la naissance de Django Reinhardt, une place du 18e arrondissement de Paris portera le nom du grand guitariste manouche.
  • Un Noël manouche à Pleyel
    Un Noël manouche à Pleyel Le 23 décembre, Biréli Lagrène, Swan Berger et Caravan Palace se produiront à Paris, Salle Pleyel, pour une grande soirée manouche.