Les albums

21,49 €
14,99 €

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 2013 | Blue Note

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Prise de son d'exception - Hi-Res Audio
Cassandra Wilson s'est diversement exprimée sur les terrains du free funk, de la M-Base ou de la chanson façon Betty Carter chante les standards du jazz et s'est orientée plus récemment vers un répertoire à tendance folk à la manière d'une Nina Simone. Sur ce New Moon Daughter, elle aborde un répertoire qui va de U2 à Son House, de Hoagy Carmichael à Hank Williams (I'm So Lonesome I Could Cry). Cet album est sans route le seul à présenter côte à côte des chansons aussi différentes que Last Train To Clarksville et Strange Fruit. Le disque remporta un grand succès à sa sortie, d'autant que la voix de la grande Cassandra Wilson semble détachée, presque distante. Plusieurs écoutes seront nécessaires pour découvrir la chaleur sous le détachement. © JMP/Qobuz
23,99 €
19,99 €

Jazz - Paru le 18 septembre 2015 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Indispensable JAZZ NEWS
Il y a des albums d’une discothèque dite idéale qui font l’unanimité. Concert By The Sea d’Erroll Garner est l’un d’entre eux. Le by the sea en question – au bord de mer –se situe à Carmel, en Californie. Le 19 septembre 1955, le pianiste Erroll Garner et sa démentielle rythmique en béton armée – Eddie Calhoun à la contrebasse et Denzil Best à la batterie – déroulent un jazz au swing magnifié. Offrir une telle palette de couleurs, à trois seulement, relève du miracle. On passe d’une intimité chambriste à un feu d’artifices virtuose, de subtilités d’épures à des uppercuts rythmiques. Garner en général et Garner à Carmel en particulier c’est évidemment un style, surtout, dont l’épicentre (ce très léger décalage entre main gauche et main droite) regorge de ce swing volubile et communicatif. Les doigts de cet autodidacte caressent à peine le clavier que son univers si personnel et reconnaissable en un claquement de doigts est déjà là. Et quelle virtuosité spontanée ! Cette impeccable réédition propose non seulement l’album d’origine remasterisé mais surtout l’intégralité du concert. Une embardée de plus de deux heures et demi d’un jazz sans âge, que tous les pianistes (pas seulement jazz) devraient écouter au moins une fois dans leur vie. Deux fois même. Dix ! Cent ! © MZ/Qobuz
19,49 €
13,99 €

Jazz - Paru le 16 juin 2014 | Impulse!

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica - Sélection JAZZ NEWS
Voici la rencontre touchante de deux musiciens qui se sont connus durant un demi siècle et qui n’avaient jamais enregistré ensemble avant. Charlie Haden à la contrebasse et Jim Hall à la guitare ont en commun un sens et un amour de la mélodie, une réelle notion d'espace, allant directement à l'essentiel. Le répertoire est bien connu des admirateurs de l'un ou de l'autre mais il est ici revisité complètement. Cette rencontre inédite est un petit bijou d’intimisme. Les deux musiciens sont morts à sept mois d’écart, Jim Hall en décembre 2013 et Charlie Haden en juillet 2014. Cette édition de leur performance enregistrée au cours du Festival de Jazz de Montréal en 1990 est un ajout majeur à la discographie de ces deux artistes. Ils sont en pleine forme, en pleine maîtrise de leur art. Un grand disque. © JMP/Qobuz
16,99 €
14,49 €

Jazz vocal - Paru le 25 septembre 2015 | RPM Records - Columbia

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica - Grammy Awards
Considéré dans un premier temps comme le vice-président des crooners – le président étant évidemment Franky – Tony Bennett a imposé son style, sa griffe et sa voix depuis belles lurettes. Et c’est dans le cadre épuré du simple piano/voix, qu’il est devenu l’un des plus grands. Ses fans ne chérissent pas pour rien les deux disques qu’il enregistra en duo avec le pianiste Bill Evans au milieu des années 70… C’est dans un cadre également épuré (solo et trio) qu’il signe ce sublime The Silver Lining avec Bill Charlap (épaulé par sa femme Renee Rosnes sur les quatre titres à deux pianos) et la rythmique composé du contrebassiste Peter Washington et du batteur Kenny Washington. Sur le pupitre, les partitions de Jerome Kern qui signa, durant la première moitié du XXe siècle, des merveilles telles que All The Things You Are et The Way You Look Tonight. A 89 ans tout de même, Tony Bennett revient à des affaires sérieuses après d’amusantes parenthèses avec Amy Winehouse et Lady Gaga. Et quel retour ! A quelques heures d’entrer dans sa neuvième décennie, sa voix est évidemment différente et c’est armé de la sorte qu’il aborde ce récital. Croonant juste comme il faut, swingant comme personne, sachant faire sobre quand nécessaire et revisitant avec une classe folle ces standards tant de fois enregistrés, le New-yorkais joue ici la carte de la nostalgie sans forcer le trait et en visant droit au cœur. Touché ! © CM/Qobuz« Tony Bennett a bien de la chance : après Lady Gaga pour un album surprenant mais charmant, c'est en compagnie du trio de Bill Charlap qu'il chante les classiques de Jerome Kern ! L'expérience et l'assurance de son chant y trouvent l'écrin le plus sophistiqué et le plus brillant qu'un chanteur puisse espérer. Bien des artistes d'une génération plus récente pourront y trouver une admirable leçon et tout mélomane déguster avec délices ce récital de grande classe.» (Classica, novembre 2015 / Jean-Pierre Jackson)
7,99 €

Jazz - Paru le 23 septembre 2014 | Cristal records

Livret Distinctions 4F de Télérama - TSF - CHOC de JAZZmagazine-jazzman
C'est un coup de maître, un de plus, que réussit la le directeur du département jazz du CNSMDP (Conservatoire Supérieur de Musique de la ville de Paris). Riccardo Del Fra se retourne avec amour et tendresse sur ses années où il fut, dix ans durant, le contrebassiste de Chet Baker. Dans My Chet My Song, Riccardo Del Fra réunit des standards qu’il aime et des musiques originales. Son expérience avec Chet Baker est ici transmutée dans un monde musical où romantisme et onirisme, simplicité et recherche, tradition et modernité s'interpénètrent pour créer un chant magnétique et sensuel. © JMP/Qobuz
13,99 €

Jazz - Paru le 16 juin 2014 | Impulse!

Livret Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica - Sélection JAZZ NEWS
Voici la rencontre touchante de deux musiciens qui se sont connus durant un demi siècle et qui n’avaient jamais enregistré ensemble avant. Charlie Haden à la contrebasse et Jim Hall à la guitare ont en commun un sens et un amour de la mélodie, une réelle notion d'espace, allant directement à l'essentiel. Le répertoire est bien connu des admirateurs de l'un ou de l'autre mais il est ici revisité complètement. Cette rencontre inédite est un petit bijou d’intimisme. Les deux musiciens sont morts à sept mois d’écart, Jim Hall en décembre 2013 et Charlie Haden en juillet 2014. Cette édition de leur performance enregistrée au cours du Festival de Jazz de Montréal en 1990 est un ajout majeur à la discographie de ces deux artistes. Ils sont en pleine forme, en pleine maîtrise de leur art. Un grand disque. © JMP/Qobuz
17,99 €
13,49 €

Jazz vocal - Paru le 19 mai 2017 | ACT Music

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Quoi de mieux que de s’entourer de nouveaux complices pour faire un nouveau casse ! C’est la bonne idée de Youn Sun Nah pour ce She Moves On. Quatre ans après Lento, la chanteuse coréenne s’est entourée d’un proche de John Zorn, Jamie Saft au piano, à l’orgue Hammond, au Fender Rhodes et au Wurlitzer (il est aussi le producteur du disque), ainsi que de Brad Jones à la contrebasse et du batteur Dan Rieser, compagnon de Norah Jones au sein des Little Willies. Mais c’est surtout la présence du guitariste Marc Ribot, sur cinq des onze titres, qui fait tendre l’oreille. Entourée de ces quatre fortes personnalités, Youn Sun Nah explore un répertoire assez varié empruntant aussi bien au rock qu’au folk, aux rythmes qu’aux textes, à travers des reprises de Joni Mitchell (The Dawntreader), Paul Simon (She Moves On), Lou Reed (Teach The Gifted Children), Jimi Hendrix (Drifting avec un solo furibard de Ribot) ou encore le traditionnel Black Is The Color Of My True Love’s Hair. Trois compositions originales, Traveller, Evening Star et Too Late, complètent cet album résolument inspiré par la musique américaine et qui présente sa voix impressionnante dans un contexte qui n’est pas sans rappeler Norah Jones justement, voire Melody Gardot. Mais la personnalité vocale de Youn Sun Nah est assez forte pour qu’elle ne marche jamais ici sur les plates-bandes de ses illustres consœurs et propose, à l’arrivée, un enregistrement qui lui ressemble. © MD/Qobuz
9,99 €
6,99 €

Jazz - Paru le 26 octobre 2018 | Impulse!

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Le label Impulse ! sort de ses archives ce concert inédit de novembre 2007 entre deux géants : Charlie Haden et Brad Mehldau. Le contrebassiste disparu en 2014 rencontra le pianiste pour la première fois au début des années 90. L’étincelle fut immédiate et, par la suite, les deux virtuoses croiseront régulièrement le fer, à la scène comme au disque. Mais jamais en duo. Ce live de 2007 fut donc une première. A l’invitation de l’Enjoy Jazz Festival d’Heidelberg en Allemagne, Haden et Mehldau acceptent de se produire ensemble dans le cadre magique d’une église, la Christuskirche de Mannheim. Le résultat a beau être renversant, les bandes resteront à la cave durant plus d’une décennie… « C’était passionnant de jouer avec quelqu'un qui improvise comme ça, se souvient le pianiste américain. Après tout, c'est le mec qui l'a fait en premier sur son instrument. Les premiers disques du quartet d’Ornette Coleman, comme This Is Our Music ou Change of the Century, n’étaient pas free en ce sens qu’ils abandonnaient les principes de l’harmonie. Ils étaient souvent free d'un schéma harmonique fixe, et Charlie improvisait l'harmonie à partir de rien ! »C’est surtout la profondeur de leur complicité qui éclate sur cet enregistrement. L’aisance avec laquelle Charlie Haden et Brad Mehldau intègrent espace et silence dans leurs échanges touche au sublime. Côté répertoire, ils ont opté pour du standard et du classique (Charlie Parker, Irving Berlin, Johnny Mercer, Gershwin, Kern…) qu’ils caressent du bout de leurs doigts. © Marc Zisman/Qobuz
11,49 €

Jazz vocal - Paru le 20 mai 2013 | Le Chant du Monde

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Le trompettiste s'est fait connaître auprès du saxophoniste baryton Gerry Mulligan, mais c'est son talent de chanteur, avec cette voix fragile et mélodique, qui en ont fait une star du jazz, éclipsant alors les chanteurs à "grosses voix". Voici quelques unes de ses premières réussites. Il demeure avec le temps toujours aussi troublant
13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1997 | Verve

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Enregistré avec un trio de rêve, Ray Brown à la contrebasse et Ed Thigpen à la batterie, cet album enregistré en 1962 compte parmi les meilleurs vente de ce pianiste prolixe. Tout est parfait dans ce disque, le répertoire consensuel (Night Train, C Jam Blues, Georgia On My Mind, etc.), la prise de son élégante, et surtout, le swing imparable de ce trio constitué de trois musiciens incontournables, insatiables. Night Train représente la quintessence du trio piano-contrebasse-batterie tendance swing. Engagé, à l'origine, par le producteur Norman Granz pour remplacer Nat King Cole dans les tournées du JATP (Jazz At The Philharmonic) afin d'accompagner les géants du jazz, le virtuose va rapidement devenir le monument que l'on connaît, l'une des figures dominante du piano jazz classique, tournant et enregistrant sous son nom propre.
19,49 €
13,99 €

Jazz - Paru le 1 octobre 2014 | Universal-Island Records Ltd.

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Sélection JAZZ NEWS
Souvent annoncé, régulièrement repoussé, voici enfin l'album que nous attendions de Jamie Cullum, un vrai album de jazz dans lequel le musicien et chanteur délivre l'intégralité de son talent immense. Interlude le bien nommé est enregistré à l’ancienne. Le répertoire est constitué de reprises colorées, toutes empreintes de spontanéité et de joie communicative. On connaissait le goût prononcé pour le jazz de ce showman accompli, à l'attitude de rocker et à la voix ensorceleuse. Ses émissions de radio ne trompent pas, elle parlent de jazz et uniquement de jazz. On le savait, on l'espérait, on n'est pas déçu, cet Interlude est une totale réussite d'un des chanteurs jazz les plus populaires de ces 15 dernières années. JMP©Qobuz
13,49 €
9,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2013 | CM BLUE NOTE (A92)

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
A l'origine, une bande de très bons musiciens réunis autour du pianiste Horace Silver, les Jazz Messengers ne prirent leur envol international que lorsque le batteur Art Blakey engagea Benny Golson comme directeur artistique. Le saxophoniste prit la tache à coeur, composa sur mesure pour son chef d'orchestre (Blues March) et orchestra pour ce quintet constitué de jeunes loups : Bobby Timmons au piano, Lee Morgan à la trompette et Jimmy Merritt à la contrebasse. Au final, Golson ne resta que six mois dans cette formation mais marqua à tout jamais le destin de ce quintet hors-normes. En France, Frank Ténot et Daniel Filipacchi empruntèrent Blues March pour en faire l'indicatif de leur émission Pour ceux qui aiment le jazz. Le reste n'est qu'histoire. © JMP/Qobuz
13,49 €
9,99 €

Jazz - Paru le 27 janvier 2017 | Contemporary

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Jazzwise Five-star review
Aussi essentiel que la photo de la pochette de William Claxton, Way Out West réunit plusieurs premières pour Sonny Rollins. Enregistré le 7 mars 1957 à Los Angeles (à l’ouest du pays, d’où le clin d’œil de cette tenue 100 % western), cet album réunit le contrebassiste Ray Brown et le batteur Shelly Manne, deux géants auxquels le saxophoniste ne s’était jusqu’ici jamais frotté. Pour la première fois aussi, Rollins se passe de pianiste et inaugure ses envolées puissantes surfant sur une simple rythmique basse/batterie. Une mise en exergue inédite de son ténor (ce son !) mais qui ne fait pas pour autant passer Brown et Manne pour de simples passe-plats, bien au contraire. Le trio avance d’un seul homme, subtil dans ses échanges et les improvisations qu’il distille, surpuissant dans ses instants rythmiquement plus soutenus. A la sortie de Way Out West (la révolution Coltrane n’a pas commencé), Sonny Rollins est plus que jamais sur l'Olympe du sax. © Marc Zisman/Qobuz
13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2005 | Verve Reissues

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
15,49 €
10,99 €

Jazz - Paru le 27 janvier 2017 | Contemporary

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Jazzwise Five-star review
Aussi essentiel que la photo de la pochette de William Claxton, Way Out West réunit plusieurs premières pour Sonny Rollins. Enregistré le 7 mars 1957 à Los Angeles (à l’ouest du pays, d’où le clin d’œil de cette tenue 100 % western), cet album réunit le contrebassiste Ray Brown et le batteur Shelly Manne, deux géants auxquels le saxophoniste ne s’était jusqu’ici jamais frotté. Pour la première fois aussi, Rollins se passe de pianiste et inaugure ses envolées puissantes surfant sur une simple rythmique basse/batterie. Une mise en exergue inédite de son ténor (ce son !) mais qui ne fait pas pour autant passer Brown et Manne pour de simples passe-plats, bien au contraire. Le trio avance d’un seul homme, subtil dans ses échanges et les improvisations qu’il distille, surpuissant dans ses instants rythmiquement plus soutenus. A la sortie de Way Out West (la révolution Coltrane n’a pas commencé), Sonny Rollins est plus que jamais sur l'Olympe du sax. © Marc Zisman/Qobuz
11,99 €
8,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1998 | Verve

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Les spécialistes vous diront que ce génie de l’orgue Hammond connut trois périodes dans sa carrière. La première, celle de sa révélation, sur le label Blue Note, avec des petites formations où Smith nous réjouissait de traits bebop mettant en valeur sa virtuosité et sa fulgurance. La seconde où il fut mis en lumière par des arrangeurs de grandes classes (Lalo Schifrin, Oliver Nelson), entouré de grands orchestres, pour le label Verve. C’est à cette deuxième période qu’appartient ce disque où Jimmy Smith est à son sommet, un phrasé éblouissant, des thèmes qui lui vont à merveille et une prise de son mettant en valeur toutes les qualités de cet instrument hors-norme et de sa cabine Leslie. Enfin, la dernière période est celle où l'organiste essaie d’autres marques que Hammond, se confronte à bien des rencontres et des genres (pour les labels Mercury, Milestone) avant de revenir à ses fondamentaux, le blues et le bebop, avec ses comparses de la première heure (et de retour sur Blue Note ou Verve). Il demeure de très nombreux disque excellents dont celui-ci : un must ! © JMP/Qobuz
19,99 €

Jazz - Paru le 31 mai 2010 | Fremeaux Heritage

Livret Distinctions TSF - Le Choix de France Musique
13,99 €

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 2005 | Verve

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Le monde du jazz l'a baptisé "The Queen Of The Blues", mais il aurait tout aussi de la nommée "The Queen Of The Jazz". Aux côtés d'Ella, Sarah ou Billie, Dinah Washington est bien la quatrième des trois mousquetaires de la chanson jazz vocal au féminin. Ce disque nous la propose sur un répertoire de standards incontournables. Elle y est entourée de cordes, entreprise à haut risque. Mais c'est un chef d'oeuvre que vous avez entre les mains (entre les oreilles de préférence). Dinah sublime ces titres avec maestria, force et conviction. A conserver précieusement dans sa discothèque idéale. JMP©Qobuz
19,49 €
13,99 €

Jazz - Paru le 17 juin 2015 | Universal Music Division Decca Records France

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Top du mois de Jazznews
Nouvel album posthume de Charlie Haden, Tokyo Adagio marque l’ultime étape de la très fructueuse collaboration entre le contrebassiste américain et le pianiste prodige Gonzalo Rubalcaba, entamée dès 1986 lors de leur première rencontre à Cuba (The Montreal Tapes en 1998 puis Nocturne en 2001 et Land Of The Sun en 2004). Enregistré lors d’une série de concerts donnés au club Blue Note de Tokyo au printemps 2005, ce live retranscrit toute la complicité, l’intimité et l’intensité de leur relation artistique. Dix ans après, le label Impulse!, récemment « ressuscité », publie cet enregistrement unique, un hommage à la grandeur et à la grâce de ce musicien inimitable disparu en juillet 2014. © CM/Qobuz
12,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1999 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Enregistré au mythique Van Gelder Studio à New Jersey le 9 Mars 1958, Somethin' Else est sans aucun doute l'un des albums majeurs du Jazz. Il incarne la parfaite cristallisation de la rencontre entre deux musiciens géants qui ont marqué à jamais le monde musical, Julian "Cannonball" Adderley et le révolutionnaire Miles Davis. Album de "croisée de chemins", Somethin' Else est enregistré entre la dissolution du groupe de Cannonball et son adhésion à l'équipe de Miles Davis qui transforme son quintette en sextuor. Bien qu'invité, Miles Davis ne joue pas simplement le sideman au sens conventionnel du terme, il imprègne profondément l'album de son «univers sonore» en y apportant une élégance et une modernité toutes personnelles. On y trouve un avant-goût de l'univers modal qui constituera un an plus tard le fondement de Kind of Blue.

Le genre

Jazz manouche dans le magazine
  • Django et Stéphane, c'était Hot !
    Django et Stéphane, c'était Hot ! Une grande exposition consacrée à Django Reinhardt s'ouvre à la Cité de la musique...
  • Il était une fois Django Reinhardt, par Vincent Bessières
    Il était une fois Django Reinhardt, par Vincent Bessières Jusqu’au 23 janvier 2013, la Cité de la Musique à Paris propose une exposition consacrée à Django Reinhardt et réalisée par Vincent Bessières. Déjà commissaire de l’exposition We Want Miles, il évo...
  • Festival Django Reinhardt, la passion jazz !
    Festival Django Reinhardt, la passion jazz ! La 33e édition du Festival de jazz Django Reinhardt a eu lieu du 27 juin au 1er juillet, avec au programme le Trio Rosenberg, Sonny Amati Schmitt Quartet et Gonzala Bergara parmi d'autres. Un grand...
  • Festival de Chaillol, demandez le programme !
    Festival de Chaillol, demandez le programme ! Pour sa 16e édition le Festival de Chaillol s'intéresse aux traditions orales, aux musiques populaires et improvisées. Tout un programme à découvrir.
  • Brady Winterstein, furie manouche au Sunset
    Brady Winterstein, furie manouche au Sunset Le 21 janvier, Brady Winterstein, jeune prodige de la guitare jazz manouche, est en trio à Paris au Sunset. GAGNEZ DES PLACES AVEC QOBUZ EN VOUS RENDANT SUR LA PAGE FACEBOOK DE QOBUZ.
  • Brady à la folie !
    Brady à la folie ! A 17 ans, Brady Winterstein assure déjà la relève de la guitare jazz manouche…
  • Les doigts virtuoses
    Les doigts virtuoses Les 25 et 26 janvier, les Doigts de l’Homme sont aux Duc des Lombards à Paris dans le cadre du festival French Quarter...
  • Django, ressuscité à Samois
    Django, ressuscité à Samois Du 23 au 27 juin, 26 concerts célèbreront le maître de la guitare manouche, Django Reinhardt, dont on fête cette année le centenaire de la naissance, à Samois sur Seine.
  • Une place pour Django
    Une place pour Django A l’occasion du centenaire de la naissance de Django Reinhardt, une place du 18e arrondissement de Paris portera le nom du grand guitariste manouche.
  • Un Noël manouche à Pleyel
    Un Noël manouche à Pleyel Le 23 décembre, Biréli Lagrène, Swan Berger et Caravan Palace se produiront à Paris, Salle Pleyel, pour une grande soirée manouche.