Catégories :

Les albums

CD14,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2010 | Original Jazz Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Indispensable JAZZ NEWS - Qobuz Référence
CD13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2008 | Fantasy Records

Distinctions 8/10 de Volume - Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Réédition de l'album paru en 1961 / Bill Evans, piano - cott LaFaro, contrebasse - Paul Motian, batterie
HI-RES23,99 €
CD19,99 €

Jazz - Paru le 18 septembre 2015 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Indispensable JAZZ NEWS
Il y a des albums d’une discothèque dite idéale qui font l’unanimité. Concert By The Sea d’Erroll Garner est l’un d’entre eux. Le by the sea en question – au bord de mer –se situe à Carmel, en Californie. Le 19 septembre 1955, le pianiste Erroll Garner et sa démentielle rythmique en béton armée – Eddie Calhoun à la contrebasse et Denzil Best à la batterie – déroulent un jazz au swing magnifié. Offrir une telle palette de couleurs, à trois seulement, relève du miracle. On passe d’une intimité chambriste à un feu d’artifices virtuose, de subtilités d’épures à des uppercuts rythmiques. Garner en général et Garner à Carmel en particulier c’est évidemment un style, surtout, dont l’épicentre (ce très léger décalage entre main gauche et main droite) regorge de ce swing volubile et communicatif. Les doigts de cet autodidacte caressent à peine le clavier que son univers si personnel et reconnaissable en un claquement de doigts est déjà là. Et quelle virtuosité spontanée ! Cette impeccable réédition propose non seulement l’album d’origine remasterisé mais surtout l’intégralité du concert. Une embardée de plus de deux heures et demi d’un jazz sans âge, que tous les pianistes (pas seulement jazz) devraient écouter au moins une fois dans leur vie. Deux fois même. Dix ! Cent ! © MZ/Qobuz
CD13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2005 | Verve

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence - Stereophile: Record To Die For
CD11,49 €

Jazz vocal - Paru le 20 mai 2013 | Le Chant du Monde

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Le trompettiste s'est fait connaître auprès du saxophoniste baryton Gerry Mulligan, mais c'est son talent de chanteur, avec cette voix fragile et mélodique, qui en ont fait une star du jazz, éclipsant alors les chanteurs à "grosses voix". Voici quelques unes de ses premières réussites. Il demeure avec le temps toujours aussi troublant
HI-RES23,49 €
CD16,49 €

Jazz - Paru le 15 février 2019 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik - 5 Sterne Fono Forum Jazz
En plus de s’adresser à un public restreint voire avisé, les albums de contrebasse solo ne courent pas les rues. Et ceux ayant osé l’exercice sont surtout des jazzmen aventureux ; ceux œuvrant, pour la plupart, en terre free : Barre Phillips, Joëlle Léandre, Malachi Favors, Alan Silva, William Parker, Dave Holland, Michael Formanek, Miroslav Vitous, Ron Carter, Eberhard Weber, Henri Texier, Renaud Garcia-Fons, Jonas Hellborg, etc.. L’Américain Larry Grenadier, s’il a joué avec des pointures nommées Paul Motian ou Pat Metheny, a surtout passé un quart de siècle dans le trio du pianiste Brad Mehldau, se faisant ainsi un nom. Enregistré aux studios Avatar de New York et produit par Manfred Eicher d’ECM, The Gleaners est avant tout le fruit d’une introspection. « Le processus de création de cet album a commencé par un regard vers l’intérieur, une fouille des éléments essentiels de ma personnalité en tant que bassiste, écrit Grenadier dans les notes de pochette. C’était une recherche d’un centre de son et de timbre, des fils d’harmonie et de rythme qui formaient le cœur d’une identité musicale. »Il ajoute que l’idée lui avait été proposée par Eicher, lui-même bassiste de formation. « Peu de gens savent vraiment comment traiter la contrebasse de manière sonore en studio, mais Manfred se concentre sur la mise en évidence de ses qualités propres. Pour The Gleaners, il a joué un rôle essentiel dans le montage et le mixage, m'aidant vraiment à façonner ce disque. » Pour rendre la chose bien vivante et éviter le monolithisme, Larry Grenadier utilise ici plusieurs techniques et accordages, offrant un vaste panel sonore jamais redondant. Avec notamment sept compositions originales (dont une, Pettiford, dédiée à son idole de jeunesse, le contrebassiste Oscar Pettiford), une reprise de My Man’s Gone Now de Gershwin et un medley de Compassion de John Coltrane et The Owl of Cranston de Paul Motian, The Gleaners est une palette d’émotions assez ample et un très bel album qui ne ressemble à aucun autre. © Marc Zisman/Qobuz
CD83,99 €

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 1993 | Capitol Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
CD14,99 €

Jazz - Paru le 8 mai 2000 | ECM

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
CD14,99 €

Jazz - Paru le 27 avril 2011 | Parlophone France

Distinctions Victoire de la musique - Lauréat du prix Constantin
CD19,99 €

Jazz - Paru le 31 mai 2010 | Fremeaux Heritage

Livret Distinctions TSF - Le Choix de France Musique
CD14,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2010 | Original Jazz Classics

Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz
Pour le remettre en selle après un séjour en prison (pour détention et consommation de drogues), la femme du saxophoniste Art Pepper lui offrit en 1957 une session d'enregistrement avec la meilleure rythmique du moment, celle de Miles Davis : Red Garland au piano, Paul Chambers à la contrebasse et Philly Joe Jones à la batterie. Selon la légende, le saxophoniste n'appris qu'il enregistrait avec ces musiciens que le matin même de la session. Il n'avait pas jouer de son saxophone alto depuis deux semaines et ce dernier, ne fonctionnait pas correctement. D'autres versions diffèrent de celle-ci. Mais quoiqu'il en soit sur les réelles conditions d'enregistrement de ce disque, ce « Meets The Rhythm Section » fut essentiel dans la reconnaissance publique de l'importance de ce soliste et la consolidation des rapports étroits qu'entretiendront Lester Koenig et le saxophoniste pour le Label Contemporary.
CD14,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2011 | Original Jazz Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Parce qu'il déboulait tel un chien dans un jeu de quilles, Julian Adderley fut surnommé "Cannonball", à moins que ce ne fût pour son appétit féroce. Les versions diverses sur les origines du surnom de ce successeur du virtuose Charlie Parker. Son art est profondément ancré dans la tradition noire américaine, à base de blues et de gospel, ne sacrifiant jamais au swing ravageur, marque de fabrique du jazz d'alors. Mais ce n'est pas tout à fait sur ce registre que l'alto s'exprime ici, retrouvant les subtiles harmonies de celui qu'il avait croisé au sein du sextet de Miles Davis, Bill Evans. Un très grand disque. ©JMP/Qobuz
CD14,99 €

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 2010 | Riverside

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Cet album est le résultat des premières sessions de Chet Baker pour le label Riverside et sous la tutelle du producteur Dick Bock. Le quartet comprend Kenny Drew (piano), Sam Jones (basse), et Philly Joe Jones (batterie) et des performances du bassiste George Morrow et du batteur Dannie Richmond sur quelques titres. Nous voilà avec l’archétype du son west coast, nonchalant, lyrique, fluide. Chet Baker Sings: It Could Happen to You est un petit miracle d’équilibre entre parties instrumentales et parties chantées, justement réparties entre deux titres forts : "Do It the Hard Way" et "Old Devil Moon". Cette version inclut des alternate takes et deux bonus issus de ces sessions : "I'm Old Fashioned" et "While My Lady Sleeps". ©JMP/Qobuz
CD13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1987 | Concord Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
CD13,99 €

Jazz - Paru le 23 mai 1988 | Chess

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
C'est en écoutant Ahmad Jamal que Miles Davis aurait eu la révélation de ce qu'il allait faire pour développer sa musique. Les deux musiciens ne joueront pourtant jamais ensemble. Sens de l'espace, du silence, art du suspens, de la tension, de la détente, le trio d'Ahmad Jamal amène beaucoup au jazz en terme de pensée du trio. Keith Jarrett lui-même se réclame de cet art de la mélodie. At The Pershing est l'album qui l'imposa définitivement fin des années 50, le titre Poinciana devint un énorme succès dépassant largement le cénacle du jazz. Un tel engouement ne plut guère à la critique qui ne le considéra pas beaucoup alors. Ce qui amuse beaucoup les amateurs car, aujourd'hui, le nom d'Ahmad est peu connu du grand public mais est très prisé des professionnels qui n'hésite pas à l'affubler des plus respectueux surnoms : « L'architecte », « Le prophète », « Ahmad le magnifique », « Le prestidigitateur du piano », « Le maître », « Le monstre aux deux mains droites ».
CD16,49 €

Jazz - Paru le 15 février 2019 | ECM

Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik - 5 Sterne Fono Forum Jazz
En plus de s’adresser à un public restreint voire avisé, les albums de contrebasse solo ne courent pas les rues. Et ceux ayant osé l’exercice sont surtout des jazzmen aventureux ; ceux œuvrant, pour la plupart, en terre free : Barre Phillips, Joëlle Léandre, Malachi Favors, Alan Silva, William Parker, Dave Holland, Michael Formanek, Miroslav Vitous, Ron Carter, Eberhard Weber, Henri Texier, Renaud Garcia-Fons, Jonas Hellborg, etc.. L’Américain Larry Grenadier, s’il a joué avec des pointures nommées Paul Motian ou Pat Metheny, a surtout passé un quart de siècle dans le trio du pianiste Brad Mehldau, se faisant ainsi un nom. Enregistré aux studios Avatar de New York et produit par Manfred Eicher d’ECM, The Gleaners est avant tout le fruit d’une introspection. « Le processus de création de cet album a commencé par un regard vers l’intérieur, une fouille des éléments essentiels de ma personnalité en tant que bassiste, écrit Grenadier dans les notes de pochette. C’était une recherche d’un centre de son et de timbre, des fils d’harmonie et de rythme qui formaient le cœur d’une identité musicale. »Il ajoute que l’idée lui avait été proposée par Eicher, lui-même bassiste de formation. « Peu de gens savent vraiment comment traiter la contrebasse de manière sonore en studio, mais Manfred se concentre sur la mise en évidence de ses qualités propres. Pour The Gleaners, il a joué un rôle essentiel dans le montage et le mixage, m'aidant vraiment à façonner ce disque. » Pour rendre la chose bien vivante et éviter le monolithisme, Larry Grenadier utilise ici plusieurs techniques et accordages, offrant un vaste panel sonore jamais redondant. Avec notamment sept compositions originales (dont une, Pettiford, dédiée à son idole de jeunesse, le contrebassiste Oscar Pettiford), une reprise de My Man’s Gone Now de Gershwin et un medley de Compassion de John Coltrane et The Owl of Cranston de Paul Motian, The Gleaners est une palette d’émotions assez ample et un très bel album qui ne ressemble à aucun autre. © Marc Zisman/Qobuz
CD14,99 €

Jazz - Paru le 17 septembre 2013 | Pablo

Livret Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz
Difficile de dire quel est le meilleur album de ce saxophoniste prolifique... Mais celui-ci, simple jam entre amis, comme aimait à les enregistrer le producteur Norman Granz, emporte notre enthousiasme. Une thématique autour du répertoire des frères Gershwin (une autre spécialité de Granz qui avait fait décliner ces « songbooks » de compositeurs majeurs de Broadway à de nombreux interprètes, à commencer par Ella Fitzgerald), une rythmique béton (Oscar Peterson au piano, Joe Pass à la guitare, George Mraz à la contrebasse et Grady Tate à la batterie), une excellente prise de son (merci l’équipe de Pablo Records), participent d’un disque décontracté, swinguant. L’album, enregistré le 6 juin 1975, met particulièrement en valeur ce saxophoniste attachant, disciple, comme d’autres brothers issus de l’ère cool, de Lester Young, et qui n’a pas oublié la chaleur d’un Ben Webster. A noter que cette réédition (avec livret numérique) comprend deux prises alternatives.
CD14,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2007 | Universal Music Division Decca Records France

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
CD14,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1987 | Universal Music Mexico

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - Qobuz Référence
HI-RES10,79 €17,99 €(40%)
CD8,09 €13,49 €(40%)

Jazz - Paru le 11 mars 2011 | Winter & Winter

Hi-Res Distinctions 4 étoiles Jazzman - Hi-Res Audio
En mars 2011, Paul Motian célèbre son 80e anniversaire, et à cette occasion Winter & Winter publie son nouvel album "The Windmills of your mind", avec Bill Frisell (guitare), Thomas Morgan (basse) et Petra Haden (chant, et fille de Charlie Haden), une formation inédite.Paul Motian présente des tubes de Broadway comme "Let's face the Music and dance", ou "I love you Porgy", ainsi que des compositions originales.Stefan Winter a enregistré le concert en septembre 2010 sans aucune manipulation numérique, effectuant une extraordinaire production en deux pistes analogiques authentiques et en haute-définition. L'album est également pressé en version limitée en qualité 24 bits et en vinyl collector 180 grammes.

Le genre

Jazz manouche dans le magazine
  • Django et Stéphane, c'était Hot !
    Django et Stéphane, c'était Hot ! Une grande exposition consacrée à Django Reinhardt s'ouvre à la Cité de la musique...
  • Il était une fois Django Reinhardt, par Vincent Bessières
    Il était une fois Django Reinhardt, par Vincent Bessières Jusqu’au 23 janvier 2013, la Cité de la Musique à Paris propose une exposition consacrée à Django Reinhardt et réalisée par Vincent Bessières. Déjà commissaire de l’exposition We Want Miles, il évo...
  • Festival Django Reinhardt, la passion jazz !
    Festival Django Reinhardt, la passion jazz ! La 33e édition du Festival de jazz Django Reinhardt a eu lieu du 27 juin au 1er juillet, avec au programme le Trio Rosenberg, Sonny Amati Schmitt Quartet et Gonzala Bergara parmi d'autres. Un grand...
  • Festival de Chaillol, demandez le programme !
    Festival de Chaillol, demandez le programme ! Pour sa 16e édition le Festival de Chaillol s'intéresse aux traditions orales, aux musiques populaires et improvisées. Tout un programme à découvrir.
  • Brady Winterstein, furie manouche au Sunset
    Brady Winterstein, furie manouche au Sunset Le 21 janvier, Brady Winterstein, jeune prodige de la guitare jazz manouche, est en trio à Paris au Sunset. GAGNEZ DES PLACES AVEC QOBUZ EN VOUS RENDANT SUR LA PAGE FACEBOOK DE QOBUZ.
  • Brady à la folie !
    Brady à la folie ! A 17 ans, Brady Winterstein assure déjà la relève de la guitare jazz manouche…
  • Les doigts virtuoses
    Les doigts virtuoses Les 25 et 26 janvier, les Doigts de l’Homme sont aux Duc des Lombards à Paris dans le cadre du festival French Quarter...
  • Django, ressuscité à Samois
    Django, ressuscité à Samois Du 23 au 27 juin, 26 concerts célèbreront le maître de la guitare manouche, Django Reinhardt, dont on fête cette année le centenaire de la naissance, à Samois sur Seine.
  • Une place pour Django
    Une place pour Django A l’occasion du centenaire de la naissance de Django Reinhardt, une place du 18e arrondissement de Paris portera le nom du grand guitariste manouche.
  • Un Noël manouche à Pleyel
    Un Noël manouche à Pleyel Le 23 décembre, Biréli Lagrène, Swan Berger et Caravan Palace se produiront à Paris, Salle Pleyel, pour une grande soirée manouche.