Catégories :

Les albums

HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Jazz vocal - Paru le 22 mars 2013 | ACT Music

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Le top 6 JAZZ NEWS - Qobuzissime - Qobuz Référence - Hi-Res Audio - Sélectionné par Ecoutez Voir
Les afficionados l'ont repérée dès son premier album français - il y en eu un avant, Reflet, mais il n'est jamais sorti en France -, Light For The People, en 2002, un album que l'on a entendu d'emblée en playlist sur TSF - je m'en souviens très nettement, car à l'époque, je dirigeais les programmes de cette radio -. Mais c'est son deuxième disque pour le label ACT (Harmonia Mundi) - son septième si on les additionne tous -, Same Girl, en 2010, qui l'a totalement révélée au grand public. Pas moins de 50 000 exemplaires se sont vendus dans le monde, une consécration pour cette « chanteuse coréenne made in France » comme elle aime à se présenter. Lento confirme l'originalité et la singularité de cette chanteuse qui a entrevu sa voie/voix le jour où un ami, le chanteur Thierry Peala, lui a fait écouter la chanteuse britannique Norma Winstone. Plus question d'imiter Ella, Sarah ou Billie ni de se lancer dans des scats improbables, mais une approche toute en délicatesse, en légèreté, presqu'en fragilité. Cette manière, pourtant très européenne, You Sun Nah l'a faite sienne pour arriver à un style unique, magique, qu'elle décrit ainsi : « Je ne différencie pas la mélodie, les paroles et l'improvisation. Pour moi, c'est la même chose ». Ajouter à sa forte personnalité - entre temps, la chanteuse a gagné en puissance et en dynamique - une équipe fidèle depuis sa rencontre avec le guitariste suédois Ulf Wakenius (Oscar Peterson, Keith Jarrett, etc.), mais aussi avec Lars Danielsson à la contrebasse, Xavier Desandre-Navarre aux percussions qui la suivent depuis trois disques (les trois pour le label ACT) et, le petit dernier, Vincent Peirani à l'accordéon, et la chanteuse porte un projet qui emporte l'adhésion générale. Lento est un chef d’œuvre, qui dépasse nettement les frontières du seul jazz pour porter un chant universel, fort et émouvant, nuancé et subtil.Jean-Michel Proust (Qobuz - mars 2013)
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Jazz - Paru le 26 avril 2013 | ACT Music

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Qobuz Référence - Hi-Res Audio
Pour ce premier opus en leader, l'accompagnateur de Youn Sun Nah présente un trio original, né de rencontres impromptues : Michael Wollny au piano, Michel Benita à la contrebasse et quelques invités triés sur le volet, Michel Portal (accordéoniste et clarinettiste, tout comme lui) et Emile Parisien au saxophone. Mais c'est par le répertoire qu'il affirme son originalité, puisant tour à tour dans les folk songs de l'Ouest américain (Shenandoah, Goodnight Irene), les thèmes de jazz (Waltz for JB de Brad Mehldau, I mean you de Thelonious Monk), la ballade de jazz (Throw it away d'Abbey Lincoln), la mélodie classique (Baïlero de Joseph Canteloube), la tsarda (Balkanski Cocek) + quatre compositions à lui, dont l'une, Choral, est poignante, et une autre, 3 temps pour Michel P, rappelle avec humour ce passé incontournable ancré dans la valse musette.
CD14,99 €

Jazz - Paru le 21 septembre 2012 | Deutsche Grammophon ECM

Livret Distinctions 4F de Télérama - Indispensable JAZZ NEWS - Hi-Res Audio
Matanë Malit (Au delà des montagnes), le premier album de la talentueuse chanteuse Elina Duni sur ECM, est un hommage rendu à son pays natal, l’Albanie. Après des excursions dans la musique classique, le blues et les standards de jazz, Elina y explore ses racines. Au travers de l’histoire complexe des Balkans, elle nous fait découvrir des chansons anciennes, magnifiques et puissantes, qui proviennent d’Albanie et de ses terres d’exil. Matanë Malit nous parle d’amour, de héros, de travailleurs, de bergers, d’exils, de chants de résistance. Ces chansons traditionnelles et contemporaines (mais toujours ancrées dans la tradition) sont magnifiées par la voix expressive et le talent de la chanteuse et de ses musiciens.
CD7,99 €

Jazz - Paru le 23 septembre 2014 | Cristal records

Livret Distinctions 4F de Télérama - TSF - CHOC de JAZZmagazine-jazzman
C'est un coup de maître, un de plus, que réussit la le directeur du département jazz du CNSMDP (Conservatoire Supérieur de Musique de la ville de Paris). Riccardo Del Fra se retourne avec amour et tendresse sur ses années où il fut, dix ans durant, le contrebassiste de Chet Baker. Dans My Chet My Song, Riccardo Del Fra réunit des standards qu’il aime et des musiques originales. Son expérience avec Chet Baker est ici transmutée dans un monde musical où romantisme et onirisme, simplicité et recherche, tradition et modernité s'interpénètrent pour créer un chant magnétique et sensuel. © JMP/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 9 octobre 2012 | Outnote Records

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Le top 6 JAZZ NEWS - Hi-Res Audio
L'art du trio est une seconde nature chez Jean-Paul Celea qui après l'avoir expérimenté avec son vieux complice François Couturier, l'a prolongé dans une nouvelle suite de collaborations en compagnie de Wolfgang Reisinger, partenaire devenu fétiche au fil des séances avec Dave Liebman et maintenant Émile Parisien. Passé de la musique dite contemporaine au jazz par la grande porte ouverte de l'InterContemporain, le contrebassiste au catogan a toujours fait rimer les mots rythme et liberté. Il est donc très naturel de le retrouver dans le répertoire du pionnier Ornette Coleman, célébré sur onze des douze pistes que compte Yes Ornette !Faire chanter Ornette Coleman n'est pas une mince affaire. Le trio, qui s'est fait les doigts pendant toute une année, a pu goûter la difficulté de l'exercice et prendre plaisir à désapprendre pièce par pièce ces morceaux hirsutes que le temps n'a pas standardisé. Après un dernier rodage, les séances de La Buissonne où ont été fixées ces interprétations révèlent une vraie complicité entre les protagonistes de l'aventure, palpable sur « Sex Is for Woman » aux formes arrondies ou dans la mélancolie de « Lonely Woman », thème intrigant ici déshabillé avec délicatesse. Entre un saxophoniste soprano aux interventions justes et précises et un batteur volubile qui ouvre l'espace, la « walking bass » de Celea nage dans le bonheur sous les yeux du témoin Gérard de Haro à la console.Le grand Coleman ne pouvait trouver meilleur guide que ce trio pour faire comprendre et aimer sa musique visitée dans des recoins inattendus de sa première et folle période. Au centre du projet, Jean-Paul Celea a rendu possible cette rencontre aussi intense que les thèmes qu'elle développe. © Loïc Picaud / Music-Story
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 21 mai 2012 | Parlophone France

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Hi-Res Audio
A deux c’est mieux dit le proverbe. Pour son nouvel album, Avishai Cohen opte donc pour un duo. Un disque intitulé Duende, l'âme en espagnol. « Le mot en lui-même sonne merveilleusement, précise le contrebassiste. C'est un feeling essentiel qui éclaire la musique ! ». Ce dialogue quasi-télépathique entre deux complices, il l’entreprend avec Nitai Hershkovits, tout jeune pianiste. Quelques standards revisités, quelques anciens thèmes à lui transfigurés et quatre nouvelles compositions inspirées. Surtout, un disque parfaitement maîtrisé.
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 10 mai 2013 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Hi-Res Audio
Comment ne pas tomber sous le charme de cette chanteuse unique? Elle signe là, après un silence de sept ans, son troisième album pour un label (ECM) plutôt avare en interprète vocale. D'origine suisse-hollandaise, Suzanne Abbuehl, interprète délicate et sensible, propose ici un répertoire de chansons dénudées, parfois très courtes, s'appuyant largement sur des poèmes d'Emily Dickinson, énigmatique poétesse américaine du 19ième siècle, et de la non moins mystérieuse et onirique Emily Brontë. Elle est entourée d'une équipe réduite, totalement à son écoute, dans laquelle se distingue le buggliste à la sonorité chaude et ciselée, Matthieu Michel.
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Jazz - Paru le 20 octobre 2017 | Editions Jade

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama
« Berlioz le soulignait avec malice : l'orgue rechigne à dialoguer avec qui que ce soit [...] Sauf lorsque se croisent Richard Galliano et Thierry Escaich, deux improvisateurs capables de se couler dans à peu près tous les langages, deux familiers aussi des rencontres improbables. [...] Leurs pastiches ne nous déçoivent pas [...] Leurs transcriptions offrent quelques jolis cadeaux, comme cette variation délicieusement tangotante en guise de coda à la Sicilienne BWV 1031 ; on rend les armes devant un Marcello à faire pleurer Margot [...] les tangos remportent la palme. Comme souvent avec Galliano, l'ombre de Piazzolla [...] imprègne et signe cet album. La surprise est que Thierry Escaich puisse acculturer ce langage à l'orgue sans trahir ni dégrader celui-ci. [...] Un disque brillant, tendre et jubilatoire [...] » (Diapason, février 2018 / Paul de Louit)
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Jazz vocal - Paru le 17 avril 2015 | Okeh

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Sélection JAZZ NEWS
L’incroyable chanteuse de jazz Dee Dee Bridgewater est de retour avec un album mélangeant des chansons traditionnelles de la Nouvelles Orléans et des compositions originales qu’elle a concocté pour l’occasion. Dee Dee’s Feathers est un brillant hommage à la ville iconique du jazz et marque le triste 10e anniversaire de l’ouragan Katrina qui a profondément marqué l’Etat de la Louisiane.C’est à Esplanade Studio, une vieille église de la Nouvelles Orléans transformée en studio d’enregistrement que Dee Dee a choisi d’immortaliser cet opus. Accompagnée par des talentueux musiciens tels que Dr John, Bill Summers et le New Orleans Jazz Orchestra (NOJO), la chanteuse transporte l’auditeur dans un monde de swing et de douceur qui ne laisse pas indifférent. © LG/Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Jazz - Paru le 26 octobre 2018 | Mack Avenue Records

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Pour mêler une certaine virtuosité dont il est dépositaire et une énergie à l’instinct, Christian McBride s’est entouré de trois instrumentistes aussi indiscutables que lui : le saxophoniste Marcus Strickland, le trompettiste Josh Evans et l’incroyable batteur Nasheet Waits. Mais une belle affiche ne signifie pas obligatoirement une belle session. Avec Christian McBride's New Jawn, le contrebassiste de Philadelphie signe pourtant l’un de ses plus beaux disques. À 46 ans, McBride déballe un lâcher-prise assez salvateur. Le bien nommé Walkin' Funny d’ouverture suivi du débridé Ke-Kelli Sketch montrent un quartet fonçant tête baissée. Souvent le cas lorsque aucun pianiste n’est de la partie. Un gang déterminé à tirer sur tout ce qui bouge tout en gardant l’esprit bon enfant de la solide fratrie. Dans ce contexte, le jeu insaisissable de Waits est une colonne vertébrale surpuissante. Et Strickland et Evans alternent entre le souffle de la révolte et celui de la brise poétique. McBride, en maître de cérémonie, n’a plus qu’à slalomer entre les jambes de ses amis. De jouer au félin (Ballad of Ernie Washington) ou au sprinteur (Sightseeing) pour rendre son disque de hard-bop moderne réellement délicieux. © Marc Zisman/Qobuz
CD15,99 €

Jazz - Paru le 23 septembre 2016 | Okeh

Livret Distinctions 4F de Télérama - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Le chimichurri est un condiment sud-américain originaire d'Argentine à base de piment. Bref, le genre d’ingrédient qui ne laisse pas indifférent… Logique donc qu’il soit aussi le titre de l’album enregistré par Baptiste Trotignon et Minino Garay. Bientôt cinq ans que le pianiste français et le batteur et percussionniste argentin font la route ensemble. On sait les deux virtuoses adeptes des itinéraires bis et des sentiers vierges. Véritable touche à tout, Trotignon n’est pas un pianiste de jazz comme les autres, lui qui est capable de s’aventurer dans la chanson ou dans la musique classique. Installé à Paris depuis plus de 25 ans, Garay est pour sa part capable d'incorporer les rythmes latins au jazz, milieu dans lequel il évolue et qui l’a vu se produire aux côtés de Dee Dee Bridgewater, Jacky Terrasson et bien d’autres… Avec une formation réduite (le duo) et une instrumentation purement acoustique (piano / percus), les deux amis se nourrissent l'un et l'autre de leurs expériences, racontent en musique de façon festive et poétique leur histoire et leur culture. Avec un vaste répertoire allant de la chanson au jazz, de leurs compositions personnelles au tango argentin (pour faire court, on croise ici les mythiques Maria et I Feel Prety extraits de West Side Story de Bernstein, Trinkle Tinkle de Monk, Jenny Wren de Paul McCartney, Passport de Charlie Parker, mais aussi du Hermeto Pascoal et du Carlos Gardel), ils aiment jouer de la belle mélodie et improviser avec les rythmes d'Amérique du Sud. Une vraie amitié humaine et musicale qui donne le jour à un disque attachant, bel instantané de la collision entre l'Europe, le monde Afro-Américain et la tradition Sud-Américaine. Pour Baptiste Trotignon, la musique de Chimichurri est « un voyage entre Nord et Sud, entre le son du bois et celui des peaux, entre nostalgie langoureuse et folle frénésie selon les mélodies amoureusement choisies ensemble. » On ne saurait mieux dire. © CM/Qobuz
CD9,99 €

Jazz - Paru le 6 avril 2018 | BMC Records

Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica
« Le contrebassiste hongrois Mátyás Szandai puise dans les créations musicales de Bartók, essentiellement les Mikrokosmos et les danses et chants de Noël, pour le répertoire de l’album qu’il interprète avec Mathias Lévy au violon et Miklós Lukács au cymbalum, dont la densité harmonique et le timbre font ici merveille. Ces Bartók Impressions donnent une impression de familiarité pour qui écoute souvent les Mikrokosmos ou même le Concerto pour orchestre, mais aussi une sensation de fraîcheur renouvelée sans trahir l’esprit du grand Béla. On assiste à un double phénomène : de même que Bartók reprend des airs populaires pour en faire sa propre matière, à leur tour, Mátyás Szandai et ses compagnons puisent dans les chromatismes et les modulations audacieuses de ses compositions la sève de la leur. Il y a là une voie originale et novatrice où l’écriture et l’improvisation excellent et dont le résultat musical est une esthétique passionnante et féconde. » (Classica, novembre 2018 / Jean-Pierre Jackson)
CD5,99 €

Jazz - Paru le 16 octobre 2015 | Gazebo

Distinctions 4F de Télérama - Grand Prix de l'Académie Charles Cros
A chaque nouvel album, Géraldine Laurent confirme. Souffle chaud et surpuissant. Chant viscéralement inspiré. Conversations toujours passionnantes. Respect d’une certaine tradition. Improvisations sans superflu. Virtuosité jamais gratuite. At Work, produit par le pianiste Laurent de Wilde, est lui aussi la communion de tout cela. Ce saxophone alto incandescent rappelle également que le jazz n’est pas seulement une affaire d’hommes. Epaulée par Paul Lay au piano, Yoni Zelnik à la contrebasse et Donald Kontomanou à la batterie, Géraldine Laurent signe sans doute son disque le plus concis mais, à l’arrivée, son plus personnel et son plus abouti. Un havre de musicalité où ses propres compositions se fondent à la perfection dans celles d’épées nommées Monk, Mingus ou Jobim. Brillant. © MD/Qobuz
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Jazz - Paru le 29 mai 2015 | ACT Music

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - 5 Sterne Fono Forum Jazz
CD15,99 €

Jazz - Paru le 29 septembre 2017 | Legacy Recordings

Distinctions 4F de Télérama - Indispensable JAZZ NEWS
Thelonious Monk a 34 ans lorsqu’il traverse pour la première fois l’Atlantique. En cette année 1954, le pianiste américain déjà considéré comme un grand novateur est l’invité du Salon du Jazz qui se tient à Pleyel où il se produit avec le batteur Jean-Louis Viale et le contrebassiste Jean-Marie Ingrand. Cet album qui parait en 2017, année du centenaire Monk, propose certes la captation de cinq titres de cette prestation mais son véritable intérêt est ailleurs : Thelonious Monk seul au piano que le producteur André Francis a la judicieuse idée d’enregistrer. D’autant plus judicieuse que le musicien n’avait jusqu’ici jamais enregistré en solitaire. Et le feu d’artifice est total ! Entendre une telle musique mêlant chaos et passion, humour et intelligence, c’est regarder un funambule au bord de la chute mais qui évidemment ne tombe jamais. Sans parler du génie des compositions ! Tout l’art de Monk est déjà là. Dans cette promenade parisienne de 1954 qui sonne toujours aussi moderne bien des décennies plus tard… © MZ/Qobuz
CD13,49 €

Jazz - Paru le 29 septembre 2010 | Parlophone (France)

Distinctions 4F de Télérama - Choc Jazzman
Parfait mix entre les passages brumeux et world de "Mexico", le nu-jazz et l’électro-jazz dont le trompettiste est friand, In Between lorgne aussi du côté de la pop-lounge, classe et élégante. De quoi ravir les fidèles aficionados du génial Truffaz.
HI-RES14,99 €
CD10,99 €

Jazz - Paru le 13 septembre 2019 | Jazz Village

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
A 89 ans, Ahmad Jamal enregistre toujours. Il n’a plus rien à prouver. Guère besoin non plus d’étoffer sa discographie déjà pantagruélique de plus de 70 albums. Mais il grave dans la cire, régulièrement, la musique de son piano plus ample que jamais. Une petite musique inouïe, épurée et rythmée, qui a influencé des hordes de jazzmen. Comme son titre l’indique, le ton de Ballades (en français) est sans équivoque. Avec son fidèle bassiste James Cammack sur trois titres, Jamal réunit ici 10 pièces qu’il interprète en solitaire. Certaines sont même liées à son ADN comme le fameux Poinciana, qui ouvrait en 1958 son non moins fameux Live at the Pershing, et sur lequel il trouve toujours et encore de belles choses à raconter. Avec l’âge (dont aucun stigmate n’orne ses doigts), cette beauté est de plus en plus directe. Et sur Emily de Johnny Mandel, un thème cher à Bill Evans, le pianiste de Pittsburgh atteint de nouveaux sommets d’épure ; et de justesse. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES11,99 €
CD7,99 €

Jazz - Paru le 26 avril 2019 | Yolk

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
Oliva Rainey Boisseau International Trio. Orbit, pour faire simple. En astronomie, une orbite est la trajectoire d'un astre. En anatomie, c’est la cavité du crâne dans laquelle se trouvent l'œil et ses appendices. Le pianiste Stéphan Oliva, le batteur Tom Rainey et le contrebassiste Sébastien Boisseau ont peut-être décidé de mettre les deux en musique, qui sait… Ce qui est certain, c’est que la trajectoire de leur jazz est d’une netteté impeccable. Nette mais jamais lisse. On sait le piano impressionniste d’Oliva, héritier à part de Bill Evans et de Lennie Tristano, capable de calme comme de tempête. Ce passionné de cinéma (il a revisité de nombreuses partitions du 7e Art) fait ici surtout corps avec sa rythmique aussi versatile que lui. L’équilibre est parfait entre les trois hommes – Oliva ne tire jamais la couverture à lui – et chacun sait doser le lyrisme comme l’élégance, les bifurcations inattendues comme les improvisations très personnelles. © Max Dembo/Qobuz
CD13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2010 | Universal Music Group International

Distinctions 4F de Télérama
Réuni autour de son fidèle Quartet West, le contrebassiste Charlie Haden s’est également entouré pour ce nouvel album de grandes chanteuses de jazz, telles que Norah Jones, Melody Gardot, Diana Krall ou Cassandra Wilson. Dans ce projet inattendu qui se transforme en un cocktail des plus emballants alternent morceaux purement instrumentaux et plages avec voix.
CD8,99 €

Jazz - Paru le 13 novembre 2015 | Avalanche Productions

Distinctions 4F de Télérama

Le genre

Jazz manouche dans le magazine
  • Django et Stéphane, c'était Hot !
    Django et Stéphane, c'était Hot ! Une grande exposition consacrée à Django Reinhardt s'ouvre à la Cité de la musique...
  • Il était une fois Django Reinhardt, par Vincent Bessières
    Il était une fois Django Reinhardt, par Vincent Bessières Jusqu’au 23 janvier 2013, la Cité de la Musique à Paris propose une exposition consacrée à Django Reinhardt et réalisée par Vincent Bessières. Déjà commissaire de l’exposition We Want Miles, il évo...
  • Festival Django Reinhardt, la passion jazz !
    Festival Django Reinhardt, la passion jazz ! La 33e édition du Festival de jazz Django Reinhardt a eu lieu du 27 juin au 1er juillet, avec au programme le Trio Rosenberg, Sonny Amati Schmitt Quartet et Gonzala Bergara parmi d'autres. Un grand...
  • Festival de Chaillol, demandez le programme !
    Festival de Chaillol, demandez le programme ! Pour sa 16e édition le Festival de Chaillol s'intéresse aux traditions orales, aux musiques populaires et improvisées. Tout un programme à découvrir.
  • Brady Winterstein, furie manouche au Sunset
    Brady Winterstein, furie manouche au Sunset Le 21 janvier, Brady Winterstein, jeune prodige de la guitare jazz manouche, est en trio à Paris au Sunset. GAGNEZ DES PLACES AVEC QOBUZ EN VOUS RENDANT SUR LA PAGE FACEBOOK DE QOBUZ.
  • Brady à la folie !
    Brady à la folie ! A 17 ans, Brady Winterstein assure déjà la relève de la guitare jazz manouche…
  • Les doigts virtuoses
    Les doigts virtuoses Les 25 et 26 janvier, les Doigts de l’Homme sont aux Duc des Lombards à Paris dans le cadre du festival French Quarter...
  • Django, ressuscité à Samois
    Django, ressuscité à Samois Du 23 au 27 juin, 26 concerts célèbreront le maître de la guitare manouche, Django Reinhardt, dont on fête cette année le centenaire de la naissance, à Samois sur Seine.
  • Une place pour Django
    Une place pour Django A l’occasion du centenaire de la naissance de Django Reinhardt, une place du 18e arrondissement de Paris portera le nom du grand guitariste manouche.
  • Un Noël manouche à Pleyel
    Un Noël manouche à Pleyel Le 23 décembre, Biréli Lagrène, Swan Berger et Caravan Palace se produiront à Paris, Salle Pleyel, pour une grande soirée manouche.