Les albums

26,99 €
19,49 €

Jazz - Paru le 1 juin 2015 | Decca (UMO)

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Sélection JAZZ NEWS
Melody Gardot entre dans sa 30e année avec l’album qui, sans doute, lui ressemble le plus. Non pas que les brillants essais passés de l’Américaine n’étaient guère en phase avec sa personnalité musicale mais elle affirme qu’avec ce Currency Of Man, elle a enfin écrit, enregistré et travaillé avec l’esprit de Philadelphie, la ville où elle a grandi, là où le groove n’est pas le même qu’ailleurs… C’est une Melody Gardot très soul’n’blues qui s’offre ici. Les cuivres sont de sortie et les influences sont moins monolithiques que sur le sublime mais très rétro My One And Only Thrill ou sur le tout aussi séduisant The Absence et ses influences bossa, tango et fado. La palette de tannins de cette cuvée 2015 surprend de prime abord. Puis le charme agit pour, à l’arrivée, rafler la mise. Comme à son habitude sans jamais trancher entre jazz, soul, blues et pop, la Gardot se faufile entre les styles et chante toujours aussi divinement bien. A noter que cette Deluxe Edition baptisée The Artist’s Cut propose cinq superbes thèmes supplémentaires, notamment un court et bel interlude de piano solo intitulé After The Rain. © MD/Qobuz
19,49 €
13,99 €

Jazz vocal - Paru le 28 mai 2012 | Decca (UMO)

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio - Sélection JAZZ NEWS - Sélectionné par Ecoutez Voir
Melody a écrit les titres de son nouvel album en voyageant à travers le monde : dans les déserts du Maroc, les rues de Lisbonne, depuis les bars à tango de Buenos Aires jusqu'aux plages du Brésil. The Absence saisit l'essence musicale de chacun de ses séjours tout en préservant la quintessence de l'artiste. Melody a travaillé avec des musiciens dont la réputation n'est plus à faire - Heitor Pereira (producteur, arrangeur, guitares), Jim Keltner et Peter Erskine (batterie), John Leftwich (basse) - ainsi qu'avec une pléiade de musiciens et contributeurs invités, afin de réaliser encore une fois un disque beau et intemporel, qui transcende tout les styles. Son nouvel album suit les traces des deux millions d'exemplaires vendus de son premier disque 'Worrisome Heart' et de 'My One & Only Thrill'. JMP©Qobuz
19,49 €
13,99 €

Jazz - Paru le 31 mars 2015 | Concord Jazz

Hi-Res Livret Distinctions Sélection JAZZ NEWS - Grammy Awards
Made In Brazil marque un retour musical au pays pour Eliane Elias. C’est en effet la première fois depuis 1981, date de son arrivée aux États-Unis, que la chanteuse-pianiste-compositrice enregistre un album sur sa terre natale. Pour cet événement, la virtuose s’est entourée d’un luxueux casting comptant notamment Take 6, Roberto Menescal, Mark Kibble et Ed Motta et Rob Mathes. A l’arrivée, la grande force d’Elias est de réussir à embarquer l’auditeur dans un Brésil d’une sensualité folle, même lorsque le répertoire est connu (ses interprétations de Jobim sont délicieuses). Une parenthèse hors du temps, hors des modes. © CM/Qobuz
19,49 €
13,99 €

Jazz - Paru le 16 juin 2015 | Blue Note (BLU)

Hi-Res Distinctions Sélection JAZZ NEWS
Avec son concept de Black Radio et les deux albums qui ont suivi, Robert Glasper a livré d’impressionnantes orgies de groove où s’entrechoquent jazz, R&B, rap, soul, funk et pop. Enregistré live aux mythiques studios Capitol, Covered en livre de nombreux titres phares en version entièrement acoustique. Epaulé par ses fidèles complices, le bassiste Vicente Archer et le batteur Damion Reid déjà présents sur ses albums Blue Note Canvas ( 2005) et In My Element (2007), le pianiste texan passe évidemment par d’autres chemins. Celui des standards ( Stella By Starlight) mais aussi celui de la reprise inattendue (Reckoner de Radiohead ou Barangrill de Joni Mitchell). A l’arrivée, un disque « retour aux sources ». Révélation du piano soul de ces dix dernières années, Glasper n’a pas épaulé Mos Def, Erykah Badu, J Dilla, Meshell, Kanye West, Common ou Q-Tip pour rien… Avec lui, la nu soul trouve l’ambassadeur smooth à souhait, clavier de velours et mélodiste suprême. Mais pas un simple tapoteur doué. Non, un pianiste, un vrai de vrai ! Qui connaît son McCoy Tyner sur le bout des ongles. Qui croise le fer avec Christian McBride, Terence Blanchard et Roy Hargrove… Surtout, Robert Glasper mène ses aventures plurielles, jazz ou hip hop, avec une insolente facilité. Mélodiste et instrumentiste hors pair, son toucher aérien en fait l'une des personnalités les plus recherchées. Son atout ? Avoir assimilé tout le spectre moderne du jazz, de son idole Herbie Hancock à Roy Hargrove, pour le mixer à ses influences contemporaines. © MZ/Qobuz
19,49 €
13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2012 | Verve

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio - Sélection JAZZ NEWS
Exploration grisante et audacieuse de sons nouveaux, Glad Rag Doll est le fruit d'une aventure menée avec de nouveaux musiciens, et avec une instrumentation inhabituelle. Pour Diana Krall, musicienne douée qui joue ici sur un Steinway de 1890, c'est à la fois un nouveau départ important et une évolution naturelle. Des chansons que la dame médite depuis toute une vie. Si d'aucuns peuvent s'identifier comme « musiques des années 20 ou 30 », c'est qu'il s'agit de chansons des années 20 ou 30 telles que la Canadienne les imagine pour le XXIe siècle. En collaborant pour la première fois avec le célèbre producteur T-Bone Burnett et l'ingénieur du son Mike Piersante, elle se délecte d'un nouveau terrain de jeu sonore.
14,99 €
9,99 €

Jazz - Paru le 13 octobre 2014 | naïve Jazz

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Sélection JAZZ NEWS
Un très beau son de trompette bien à elle, une réelle inspiration, Airelle Besson nous offre là le disque qu'on attendait de cette artiste sensible et pas assez médiatisée. D'autant que son impeccable duo avec le Brésilien Nelson Veras, l'un des très grands guitaristes d'aujourd'hui, jamais dans l'excès, toujours dans la note juste voire la retenue, est à l'image de leur concerts, excellent. Un grand disque. © JMP/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Jazz vocal - Paru le 9 octobre 2014 | Laborie Jazz

Hi-Res Livret Distinctions Sélection JAZZ NEWS
Pour son premier album sous son nom, Lisa Simone a choisi un répertoire personnel, constitué essentiellement de ses propres compositions, de quelques standards et une seule reprise de sa mère, Nina Simone, Ain't Got No. Une belle manière d'enfin exister pleinement en tant que chanteuse et quitter ce terrible fardeau de "fille de…". Entourée d'Hervé Samb à la guitare (et aux arrangements), Reggie Washington à la contrebasse et Sonny Troupé à la batterie, Lisa Simone fait preuve d'un réel talent. Une voix sure et puissante, une interprétation emprunte d'émotion (Child In Me, une des chansons préférées de sa mère, All Is Well qui a donné son nom à l'album) et un sens du show (mais il faut l'entendre en live pour cela) assurera un bel avenir à cette artiste attachante qui a régulièrement été saluée de critiques élogieuses aux Etats-Unis où elle remporta plusieurs prix comme meilleure actrice de comédie musicale (en 1995, 1998 et 2002). De retour en France où elle a choisi de s'installer (dans la maison provençale où sa mère termina sa vie), Lisa Simone enregistre pour un label français Laborie Jazz Records. © JMP/Qobuz
17,49 €
12,49 €

Jazz vocal - Paru le 5 mars 2012 | Jazz Village

Hi-Res Livret Distinctions Sélection Les Inrocks - Qobuzissime - Hi-Res Audio - Sélection JAZZ NEWS
L’esprit est jazz, l’énergie plutôt rock, le feeling assez pop et le groove définitivement imparable. Un alliage qui pourrait paraître forcé ou contre-nature mais ne l’est jamais sur ce nouvel album de Sandra Nkaké. Un disque porté par la liberté d’une voix qui s’immisce dans chaque recoin de mélodies soul savamment travaillées. Une voix souvent rageuse, dans les mots qu’elle lâche, dans les cambrures suaves qu’elle offre. En cela, et comme tous les grands disques, Nothing For Granted se savoure sur la durée."
19,49 €
13,99 €

Jazz - Paru le 1 octobre 2014 | Universal-Island Records Ltd.

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Sélection JAZZ NEWS
Souvent annoncé, régulièrement repoussé, voici enfin l'album que nous attendions de Jamie Cullum, un vrai album de jazz dans lequel le musicien et chanteur délivre l'intégralité de son talent immense. Interlude le bien nommé est enregistré à l’ancienne. Le répertoire est constitué de reprises colorées, toutes empreintes de spontanéité et de joie communicative. On connaissait le goût prononcé pour le jazz de ce showman accompli, à l'attitude de rocker et à la voix ensorceleuse. Ses émissions de radio ne trompent pas, elle parlent de jazz et uniquement de jazz. On le savait, on l'espérait, on n'est pas déçu, cet Interlude est une totale réussite d'un des chanteurs jazz les plus populaires de ces 15 dernières années. JMP©Qobuz
8,99 €

Jazz - Paru le 3 mars 2014 | naïve Jazz

Livret Distinctions Sélection JAZZ NEWS
L'amusement, la jubilation, le plaisir de se travestir, de se déguiser ont présidé à la naissance de ce cinquième opus Shaker. Sur ce disque Sophie Alour rassemble des compositions originales d'époques différentes de sa vie. Les unes comme Shaker ou Joke ont été écrites pour Rhoda Scott, ils sont un clin d’œil aux années 60, années charnières pour les débuts du funk (Jimmy Smith, Lonnie Smith...). D'autres au contraire sont d'une facture plus rock, elles ont été conçues pour une instrumentation différente, trio basse, batterie, sax ou quartet avec piano et se retrouvent détournées, magnifiées par cette nouvelle orchestration et notamment par l'orgue, couleur débordante, volontiers criarde, aux allures de dandy moderne. Ce disque mené tambour battant, se révèle plein de gaieté, d'autodérision et de références aux grandes épopées du jazz. Pour cette aventure, Alour s'est entourée de deux compères, Frédéric Nardin à l'orgue et Frédéric Pasqua à la batterie. Fédéric Pasqua s'est illustré sur le précédent disque La géographie des rêves tandis que Frédéric Nardin est une nouvelle recrue dans son univers, tous deux se révèlent être des compagnons de jeu de tout premier ordre pour ce nouveau projet. Par ailleurs, Sophie Alour accorde ici une grande place au soprano et ajoute ainsi une nouvelle couleur à son expressivité.
19,49 €
13,99 €

Jazz vocal - Paru le 1 juin 2015 | Decca (UMO)

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Sélection JAZZ NEWS
Melody Gardot entre dans sa 30e année avec l’album qui, sans doute, lui ressemble le plus. Non pas que les brillants essais passés de l’Américaine n’étaient guère en phase avec sa personnalité musicale mais elle affirme qu’avec ce Currency Of Man, elle a enfin écrit, enregistré et travaillé avec l’esprit de Philadelphie, la ville où elle a grandi, là où le groove n’est pas le même qu’ailleurs… C’est une Melody Gardot très soul’n’blues qui s’offre ici. Les cuivres sont de sortie et les influences sont moins monolithiques que sur le sublime mais très rétro My One And Only Thrill ou sur le tout aussi séduisant The Absence et ses influences bossa, tango et fado. La palette de tannins de cette cuvée 2015 surprend de prime abord. Puis le charme agit pour, à l’arrivée, rafler la mise. Comme à son habitude sans jamais trancher entre jazz, soul, blues et pop, la Gardot se faufile entre les styles et chante toujours aussi divinement bien. © MD/Qobuz
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 26 février 2016 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Sélection JAZZ NEWS
Le groupe de Manu Katché inclut ici deux musiciens norvégiens qui avaient tous deux fait leurs débuts sur ECM dans les années 80 au sein du groupe Masqualero : le trompettiste Nils Petter Molvaer et le saxophoniste Tore Brunborg. L'Anglais Jim Watson, apporte à la fois une touche minimaliste et lyrique au piano et un son dense et intense à l'orgue. C'est à partir d'arrangements souvent inspirés de modules rythmiques que le batteur influe la direction musicale de l'ensemble. Son jeu de batterie reconnaissable, propulsif et au groove relaxe, porte littéralement ses partenaires. © JMP/Qobuz
30,99 €
21,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2014 | Universal Music Group International

Hi-Res Livret Distinctions Sélection JAZZ NEWS
Le virtuose du piano jazz, apparu sur la scène jazz rock des années 70, n'est jamais plus fascinant qu'en piano acoustique. Enregistré ici dans une salle bourrée d'étudiants, le voici nous racontant ses influences et les morceaux déterminants de sa vie musicale. Un disque que l'on écoute comme on prendrait une leçon de piano jazz. JMP©Qobuz
17,99 €
13,49 €

Jazz - Paru le 29 août 2014 | ACT Music

Hi-Res Livret Distinctions Sélection JAZZ NEWS
Quel bel album ! Lars Danielson, contrebassiste (et violoncelliste) de Dave Liebman, Bobo Stenson, Jon Christensen, accompagnateur de John Scofield, Jack DeJohnette, Mike Stern, Billy Hart, Charles Lloyd, Terri Lyne Carrington, Joey Calderazzo, Gino Vannelli ou Dave Kikoski, signe là un nouveau projet européen de toute beauté. Faisant suite à son premier quartet Liberetto crée trois ans plus tôt, le Suédois approfondit une musique à situer entre jazz de chambre, musique classique et folk européen. Entouré de l'ex-batteur d'E.S.T., Magnus Öström, du guitariste anglais John Paricelli et du pianiste arménien Tigran, Lars Danielson interprète ses compositions faisant appel de titres en titres à quelques invités inspirés, Mathias Eick à la trompette et Dominic Miller à la guitare, Zohar Fresco aux percussions et au chant et Cæcilie Norby, la chanteuse dont il est le producteur. Un beau disque ! © JMP/Qobuz
16,99 €

Jazz contemporain - Paru le 14 septembre 2012 | Nonesuch

Livret Distinctions 4F de Télérama - Sélection JAZZ NEWS
Le Brad Mehldau Trio revient avec son nouvel album Where Do You Start, considéré comme la suite de son précédent opus Ode. Alors que ce dernier comprenait onze compositions inédites de Brad Mehldau, le trio présente ici dix ré-interprétations de chansons d’autres compositeurs tels que Chico Buarque, Nick Drake, Elvis Costello ou encore Sufjan Stevens, ainsi qu'une composition originale de Brad Mehldau (Jam).
13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2013 | Universal Music Group International

Livret Distinctions Sélection JAZZ NEWS
Avec The Blue Room, la chanteuse de jazz, songwriter et guitariste, Madeleine Peyroux revient à ce qui a fait son succès, des reprises bien choisies et impeccablement produites. On retrouve ainsi beaucoup de chansons tirées de l'album de Ray Charles Modern Sounds In Country & Western Music mais également des morceaux de Randy Newman et Leonard Cohen. Partageant avec The Genius des origines musicales communes - à la jonction entre jazz, country et blues - Madeleine Peyroux, issue de Brooklyn et fortement influencée par les années passées à Paris et à la Nouvelle-Orleans imprègne ses interprétations d'une profondeur qui n'est pas sans rappeler Billie Holiday, Edith Piaf ou Bob Dylan.
15,49 €21,49 €
10,99 €14,99 €

Jazz - Paru le 8 mai 2015 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - Sélection JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
S’il est avare d’interviews, on ne pourra jamais reprocher à Keith Jarrett de l’être en publications discographiques… Avec Creation, le pianiste d’Allentown propose une sélection personnelle de musique enregistrée tout au long de l’année 2014, lors de ses concerts improvisés au Japon, au Canada et en Europe. Si dans le passé ses témoignages solo reflétaient le processus d'improvisation évoluant au fil d'une soirée, cette fois-ci Jarrett choisit de concentrer les moments les plus révélateurs de six concerts donnés à Tokyo, Toronto, Paris et Rome. Avec cette «nouvelle» approche, il livre ici le tout dernier état de sa création musicale spontanée et prouve une fois de plus qu’il est un musicien en constante évolution. Passionnant. © CM/Qobuz " L'extrême concentration du pianiste y impose peu à peu celle, indispensable, de l'auditeur, envoûté par de longues suites d'accords où l'on pense irrésistiblement à Scriabine, par de superbes développements issus d'une cellule mélodique ou harmonique initiale dont la logique et l'inventivité fascinent. Mais ce qui réjouit le plus profondément, c'est qu'une musique aussi aventureuse et exigeante puisse naître en situation de concert, qu'il existe un public dans le monde entier pour en partager les silences et les vertiges, l'incroyable austérité et l'absence de toute plaisante concession." (Classica, mai 2015 / Jean-Pierre Jackson)
16,99 €
14,49 €

Jazz vocal - Paru le 16 mars 2015 | Legacy Recordings

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Sélection JAZZ NEWS - 5 Sterne Fono Forum Jazz
De nombreuses chanteuses actuelles pensent prolonger l’héritage de Billie Holiday, Ella Fitzgerald et Sarah Vaughan grâce à des voix au velours rassurant, des organes sans callosité et au bout du compte totalement dispensables. Cassandra Wilson, elle, s’est toujours installée ailleurs. Déjà, la grande dame du Mississippi n’a jamais chanté QUE du jazz, relisant des pièces signées Bob Dylan, Neil Young, Hank Williams, Antonio Carlos Jobim, Joni Mitchell, Robert Johnson, Paul McCartney, Stevie Wonder, U2 ou Charley Patton. Elle embarque la note bleue sur des sentiers rarement foulés, osant des escapades blues, country, soul, gospel, funk ou folk… A l’heure où Billie Holiday souffle virtuellement ses cent bougies, Cassandra Wilson propose ici un hommage. Son hommage. Plus à l’esprit qu’incarnait celle qu’on surnommait Lady Day qu’à sa voix ou son répertoire. Sur ce sublime Coming Forth By Day, sa voix rauque et ample comme sa nonchalance singulière hantent des standards pourtant mille fois entendus comme You Go To My Head, All Of Me, These Foolish Things, Strange Fruit ou I'll Be Seing You. Enregistré à Los Angeles avec Nick Launay (grand producteur britannique notamment de Nick Cave depuis une dizaine d’années), l’album accueille plusieurs épées (venues plutôt du rock que du jazz d’ailleurs) comme T-Bone Burnett à la guitare, Nick Zinner des Yeah Yeah Yeahs, le grand Van Dyke Parks aux arrangements pour cordes, le jeune saxophoniste Robby Marshall (dans la rôle de Lester Young) et même la rythmique des Bad Seeds de Nick Cave avec le batteur Thomas Wydler et le bassiste Martyn P. Casey. Tous lui ont confectionné un superbe manteau de notes. Une symphonie mélancolique et grandiose bien contemporaine et ne jouant jamais la facilité de la carte du sépia sonore. Les cordes sont superbement chloroformées. Le piano comme la rythmique semblent échappés d’un cabaret fantôme. Et entre les chaises, Cassandra Wilson slalome en chantant les amours perdus, les déceptions et le mal de vivre avec une classe dantesque. Un disque miraculeux. © MZ/Qobuz
17,99 €24,99 €
17,99 €

Jazz - Paru le 28 juillet 2014 | Jazz Village

Hi-Res Livret Distinctions Sélection JAZZ NEWS
C'est une profonde amitié qui unissait ces deux musiciens exceptionnels. Tous les deux ont choisi de changer leurs noms afin de correspondre à leur inclinaison spirituelle et de la revendiquer haut et fort leur appartenance à la religion musulmane. Tous les deux sont des magiciens, à la recherche du sublime, là où on ne les attend pas forcément, à l'écoute du monde. Ce rendez-vous en public à l'Olympia a longtemps été prémédité, sur un répertoire d'originaux et de standards, il tient toutes ses promesses. Magnifiquement bien capté, ce disque a quelque chose en plus qu'un enregistrement studio n'aurait pu retransmettre, de l'ordre de la prise de risque, de l'équilibre tangible de deux funambules de la musique. Un grand disque et le dernier signe d'un alchimiste, Yusef Lateef, le doigt levé vers le ciel pour interpeler les esprits. JMP©Qobuz
15,99 €
11,49 €

Jazz vocal - Paru le 2 février 2014 | Jazz Village

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio - Sélection JAZZ NEWS
Puisant dans l'héritage familial, Catherine Russell s'inspire ici du travail de son père Luis Russell avec Louis Armstrong. Arrangés pour un orchestre de dix musiciens, ces joyaux de l'âge d'or du swing se combinent avec des blues éternels qui ont été chantés par Esther Phillips ou Little Willie John. Dans cet album où chaque titre est un vibrant hommage à une tradition sans cesse renouvelée, Russell est entourée de l'équipe de son dernier album Strictly Romancin' (pour lequel elle avait remporté le Prix du jazz vocal de l'Académie du Jazz 2013) et rend hommage ainsi à ses parents (notamment à sa mère Carline Ray avec ce titre magnifique Lucille). L'album est très bien enregistré, Catherine Russell domine son sujet avec goût, swing et authenticité. C'est sans conteste l'une des petites perles du jazz vocal de 2014.

Le genre

Jazz manouche dans le magazine
  • Django et Stéphane, c'était Hot !
    Django et Stéphane, c'était Hot ! Une grande exposition consacrée à Django Reinhardt s'ouvre à la Cité de la musique...
  • Il était une fois Django Reinhardt, par Vincent Bessières
    Il était une fois Django Reinhardt, par Vincent Bessières Jusqu’au 23 janvier 2013, la Cité de la Musique à Paris propose une exposition consacrée à Django Reinhardt et réalisée par Vincent Bessières. Déjà commissaire de l’exposition We Want Miles, il évo...
  • Festival Django Reinhardt, la passion jazz !
    Festival Django Reinhardt, la passion jazz ! La 33e édition du Festival de jazz Django Reinhardt a eu lieu du 27 juin au 1er juillet, avec au programme le Trio Rosenberg, Sonny Amati Schmitt Quartet et Gonzala Bergara parmi d'autres. Un grand...
  • Festival de Chaillol, demandez le programme !
    Festival de Chaillol, demandez le programme ! Pour sa 16e édition le Festival de Chaillol s'intéresse aux traditions orales, aux musiques populaires et improvisées. Tout un programme à découvrir.
  • Brady Winterstein, furie manouche au Sunset
    Brady Winterstein, furie manouche au Sunset Le 21 janvier, Brady Winterstein, jeune prodige de la guitare jazz manouche, est en trio à Paris au Sunset. GAGNEZ DES PLACES AVEC QOBUZ EN VOUS RENDANT SUR LA PAGE FACEBOOK DE QOBUZ.
  • Brady à la folie !
    Brady à la folie ! A 17 ans, Brady Winterstein assure déjà la relève de la guitare jazz manouche…
  • Les doigts virtuoses
    Les doigts virtuoses Les 25 et 26 janvier, les Doigts de l’Homme sont aux Duc des Lombards à Paris dans le cadre du festival French Quarter...
  • Django, ressuscité à Samois
    Django, ressuscité à Samois Du 23 au 27 juin, 26 concerts célèbreront le maître de la guitare manouche, Django Reinhardt, dont on fête cette année le centenaire de la naissance, à Samois sur Seine.
  • Une place pour Django
    Une place pour Django A l’occasion du centenaire de la naissance de Django Reinhardt, une place du 18e arrondissement de Paris portera le nom du grand guitariste manouche.
  • Un Noël manouche à Pleyel
    Un Noël manouche à Pleyel Le 23 décembre, Biréli Lagrène, Swan Berger et Caravan Palace se produiront à Paris, Salle Pleyel, pour une grande soirée manouche.