Les albums

10,79 €

Jazz - Paru le 17 août 2018 | Intakt Records

Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz - Preis der deutschen Schallplattenkritik
17,99 €
12,99 €

Jazz - Paru le 2 février 2018 | Motema

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - Preis der deutschen Schallplattenkritik
L’un est une figure emblématique du jazz libertaire, souffleur plus poétique que radical, qui ne baisse pas la garde depuis le milieu des années 70. L’autre est un charismatique poète, slameur et acteur qui se gausse des étiquettes. David Murray et Saul Williams croisent ensemble le fer avec un discours politique commun sur ce Blues for Memo, hommage au manager turc Mehmet “Memo” Uluğ, inspiré par le compositeur d’avant-garde Butch Morris et par le poète et militant Amiri Baraka, tous trois proches du duo et décédés depuis peu. Enregistré à Istanbul, leur album réunit également le pianiste Orrin Evans, le bassiste Jaribu Shahid, le batteur Nasheet Waits, le tromboniste Craig Harris, le pianiste Jason Moran, le guitariste (et fils de David) Mingus Murray, le joueur de kanoun Aytac Dogan et le chanteur Pervis Evans. Avec son frère Ahmet, Memo Uluğ avait fondé Pozitif Music et créé l’incontournable club Babylon d’Istanbul. Pozitif est connu pour avoir ouvert les portes de la Turquie à un jazz expérimental et engagé, avec des artistes comme Murray justement mais aussi Butch Morris, Sun Ra ou Pharoah Sanders. De son côté, Saul Williams a rencontré Uluğ au Babylon à la fin des années 90, avec le projet Wax Poetics du saxophoniste Ilhan Ersahin. L’enregistrement de Blues for Memo fut aussi l’occasion de rendre hommage à un autre proche de Murray : l’innovant chef d’orchestre et cornettiste Butch Morris, qui vécut et enseigna quelques années à Istanbul à la fin des années 90. Mais cette collaboration entre Saul Williams et David Murray est surtout l’une des plus symboliques de leurs carrières respectives car elle perpétue aussi la vision singulière du grand Amiri Baraka. « Ayant grandi et m’étant formé grâce à l’inspiration de ses travaux, j’ai été réellement honoré lorsque David m’a proposé de participer à ce projet avec lui, raconte Saul Williams. Je me suis engagé là-dedans en connaissance de cause, en sachant que je travaillais avec quelqu’un qui connaissait très bien Amiri. » Ce projet, Saul Williams l’ancre dans son temps. Red Summer évoque la tuerie de 2015 dans l’église de Charleston, Citizens (The River Runs Red) parle des aspirations des femmes, Cycles and Seasons met en parallèle l’extraction de coltan – métal précieux utilisé notamment dans les smartphones et autres appareils – et les méthodes de minage plus traditionnelles, etc.. Comme le dit David Murray, Saul Williams est « un visionnaire, qui regarde loin devant. J’ai toujours cherché à me mettre au service de poètes et de leur vision de ce qu’est le monde ; et c’est ce que je cherche ici : rendre plus claire et plus palpable cette vision à travers la musique. » Engagement, militantisme, spiritualité, tradition et projection : voilà un album musicalement aussi important que le message qu’il véhicule. © CM/Qobuz
16,99 €
9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 1 septembre 2017 | Carpe Diem

Hi-Res Livret Distinctions Preis der deutschen Schallplattenkritik
En El Amor est un nouveau projet fascinant qui réunit deux grands musiciens de jazz, Michel Godard (serpent) et Jarrod Cagwin (percussion), et la bosnienne Natašća Mirković, chanteuse aux multiples talents qui s’est fait connaitre dans le monde entier grâce à la musique du film "Au pays du sang et du miel" et à son enregistrement du Winterreise de Schubert. Dans cet album, la chanteuse interprète des musiques de son enfance en Bosnie, des anciens chants séfarades toujours chantés par les habitants de la région des Balkans. Bien qu’elle puise son inspiration dans ses origines ancestrales, les musiciens ici présents ont arrangé ces anciens chants dans un contexte nouveau et expérimental, créant un paysage musical qui transcende le temps, la culture et la tradition. Enregistré dans une synagogue de Sankt Pölten (Autriche), cet album devient une oeuvre d’art totale combinant ancien et nouveau, religieux et profane, traditionnel et expression artistique moderne. © Carpe Diem

Le genre

Jazz manouche dans le magazine
  • Django et Stéphane, c'était Hot !
    Django et Stéphane, c'était Hot ! Une grande exposition consacrée à Django Reinhardt s'ouvre à la Cité de la musique...
  • Il était une fois Django Reinhardt, par Vincent Bessières
    Il était une fois Django Reinhardt, par Vincent Bessières Jusqu’au 23 janvier 2013, la Cité de la Musique à Paris propose une exposition consacrée à Django Reinhardt et réalisée par Vincent Bessières. Déjà commissaire de l’exposition We Want Miles, il évo...
  • Festival Django Reinhardt, la passion jazz !
    Festival Django Reinhardt, la passion jazz ! La 33e édition du Festival de jazz Django Reinhardt a eu lieu du 27 juin au 1er juillet, avec au programme le Trio Rosenberg, Sonny Amati Schmitt Quartet et Gonzala Bergara parmi d'autres. Un grand...
  • Festival de Chaillol, demandez le programme !
    Festival de Chaillol, demandez le programme ! Pour sa 16e édition le Festival de Chaillol s'intéresse aux traditions orales, aux musiques populaires et improvisées. Tout un programme à découvrir.
  • Brady Winterstein, furie manouche au Sunset
    Brady Winterstein, furie manouche au Sunset Le 21 janvier, Brady Winterstein, jeune prodige de la guitare jazz manouche, est en trio à Paris au Sunset. GAGNEZ DES PLACES AVEC QOBUZ EN VOUS RENDANT SUR LA PAGE FACEBOOK DE QOBUZ.
  • Brady à la folie !
    Brady à la folie ! A 17 ans, Brady Winterstein assure déjà la relève de la guitare jazz manouche…
  • Les doigts virtuoses
    Les doigts virtuoses Les 25 et 26 janvier, les Doigts de l’Homme sont aux Duc des Lombards à Paris dans le cadre du festival French Quarter...
  • Django, ressuscité à Samois
    Django, ressuscité à Samois Du 23 au 27 juin, 26 concerts célèbreront le maître de la guitare manouche, Django Reinhardt, dont on fête cette année le centenaire de la naissance, à Samois sur Seine.
  • Une place pour Django
    Une place pour Django A l’occasion du centenaire de la naissance de Django Reinhardt, une place du 18e arrondissement de Paris portera le nom du grand guitariste manouche.
  • Un Noël manouche à Pleyel
    Un Noël manouche à Pleyel Le 23 décembre, Biréli Lagrène, Swan Berger et Caravan Palace se produiront à Paris, Salle Pleyel, pour une grande soirée manouche.