Les albums

21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 4 mai 2018 | Blue Note

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Après un sublime Book of Intuition publié en 2016 avec le contrebassiste Kiyoshi Kitagawa et le batteur Johnathan Blake, Kenny Barron étoffe son trio avec le saxophoniste ténor Dayna Stephens et la trompettiste Mike Rodriguez. On connaît l’élégance, l’intelligence, le raffinement et le swing plus que parfait du pianiste originaire de Philadelphie basé à New York qui, pour son entrée sur le label Blue Note, trouve dans la fougue de ses complices souffleurs une inspiration supplémentaire. Pour ces Concentric Circles, Barron a opté pour un répertoire principalement axé sur ses propres compositions auquel il a ajouté Aquele Frevo Axe de Caetano Veloso, L's Bop du batteur Lenny White et Reflections de Thelonious Monk. Son quintet croque à pleines dents dans un hard-bop parfois ponctué de rythmes latinos. Mais c’est surtout la spontanéité des interventions comme la fluidité des échanges entre les cinq hommes qui rend le disque assez jouissif. Personne n’est venu pour réinventer la roue mais plutôt pour faire du jazz de haute voltige, sans esbrouffe, ni superflu. © Marc Zisman/Qobuz
35,49 €
30,49 €

Jazz - Paru le 23 mars 2018 | Columbia - Legacy

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Indispensable JAZZ NEWS - Pitchfork: Best New Reissue - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Lorsque les noms de Miles Davis et John Coltrane se retrouvent à la même affiche, le frison est déjà à portée de main. Avec ce sixième épisode des Bootleg Series du trompettiste, il se transforme même – doux euphémisme – en extase. The Final Tour se concentre sur le dernier chapitre de la collaboration entre Miles et Coltrane. Sur quatre CD, il comprend des performances enregistrées dans le cadre de leur tournée européenne de 1960 – la dernière ensemble – avant la mort du saxophoniste en juillet 1967. On y retrouve les deux concerts de l’Olympia à Paris le 21 mars 1960, les deux du 22 mars à Stockholm et celui du 24 mars à Copenhague, le tout disponible pour la première fois à partir des bandes analogues ¼ pouces. Ces cinq concerts se déroulent un an à peine après la sortie du chef-d’œuvre Kind of Blue qui a violemment secoué la jazzosphère. La puissance nucléaire créative des protagonistes est ici telle que le quintet est à chaque seconde au bord de l’implosion. Avec le pianiste Wynton Kelly, le contrebassiste Paul Chambers et le batteur Jimmy Cobb, Miles comme Trane livrent des improvisations torrentielles dans lesquels la fusion comme l’opposition sautent aux oreilles. Mais miraculeusement, tout tient, rien ne s’effondre. Au contraire ! C’est la magie de ces cinq concerts : entendre à la fois l’individualisme de cinq géants et leur capacité à se tenir par la main pour rugir à l’unisson. Côté répertoire, ce coffret est une sorte de nirvana davisien avec les plus grands thèmes (pas toujours de lui) qui ont fait le succès du trompettiste : ’Round Midnight, Bye Bye Blackbird, On Green Dolphin Street, Walkin’, All of You, Oleo, So What ou bien encore All Blues… Enfin, The Final Tour se conclut par une étonnante interview donnée par Coltrane au DJ radio suédois Carl-Erik Lindgren. « Vous sentez-vous en colère ? », lui demande celui-ci. « Non, répond Trane. J’expliquais récemment à un ami que la raison pour laquelle je jouais tant de sons – et c’est pour ça que ça peut ressembler à de la colère –, c’est que j’essaie de dire beaucoup de choses en même temps. Et je ne les ai pas triées. » A l’écoute de ces concerts de 1960, on ne peut que crier : non au tri sélectif ! © Marc Zisman/Qobuz
10,49 €
6,99 €

Jazz - Paru le 27 octobre 2017 | RareNoiseRecords

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
13,49 €
8,99 €

Jazz - Paru le 5 octobre 2017 | Gazebo

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Dire que Laurent de Wilde entretient une love story assez intense avec Thelonious Monk est un doux euphémisme… Il n’est évidemment pas le seul musicien à avoir été chamboulé par l’auteur de Straight No Chaser, simplement lui, lui a consacré une brillante biographie en 1996 (Monk paru à l’époque chez L’Arpenteur et réédité au format poche chez Folio). Un ouvrage dans lequel Laurent de Wilde écrivait : « Il croit au silence, Monk. Dans sa musique, dans la vie, partout. » Avec son New Monk Trio, il propose donc une relecture personnelle et originale du répertoire du maître. Ses compositions sont reprises et arrangées pour un trio acoustique composé de Jérôme Regard à la contrebasse et Donald Kontomanou à la batterie. De Wilde se permet juste de glisser une compo perso qu’il interprète seul au piano : Tune For T… Le projet a logiquement été mûrement réfléchi par son auteur, actif au disque depuis trente ans. « Après avoir passé une partie conséquente de mon existence à étudier les multiples facettes du génie de Monk et à en partager l’émerveillement avec mes contemporains explique-t-il, il m’était très difficile de me convaincre de la nécessité d’une reprise de ses titres, qui paraphraserait sans grâce l’éblouissante et singulière perfection de ses interprétations… Mais les années passant, je me suis progressivement habitué à emprunter quelques pièces de son répertoire pour les couler dans l’esprit musical de mon groupe du moment… Parallèlement, voici vingt ans que mes disques ne contiennent quasiment que des compositions originales – les précédents étaient constitués de standards réarrangés – et je me suis progressivement habitué à la sensation d’avoir un son et une couleur à moi qui se retrouvaient dans chacun de mes enregistrements. C’est dans ce contexte que, voyant arriver la date historique de la naissance de Thelonious, je me suis convaincu que le moment était venu pour moi de lui rendre hommage à ma façon : en reprenant ses mélodies et en les réarrangeant avec ma modeste palette de couleurs personnelle, recomposant parfois sa musique, choisissant pour cela un terrain qui m’est agréable et familier, le trio. » Le résultat est des plus intéressant dans ses partis-pris. Modifications du tempo original, altérations des formes, éclatement des harmonies et rapprochement de plusieurs mélodies dans un seul morceau, Laurent de Wilde et sa section rythmique superbement impliquée ne laissent jamais de marbre et propose même un éclairage vraiment passionnant sur un répertoire pourtant enregistré des milliers de fois… © MD/Qobuz
15,99 €

Jazz - Paru le 29 septembre 2017 | Legacy Recordings

Distinctions 4F de Télérama - Indispensable JAZZ NEWS
Thelonious Monk a 34 ans lorsqu’il traverse pour la première fois l’Atlantique. En cette année 1954, le pianiste américain déjà considéré comme un grand novateur est l’invité du Salon du Jazz qui se tient à Pleyel où il se produit avec le batteur Jean-Louis Viale et le contrebassiste Jean-Marie Ingrand. Cet album qui parait en 2017, année du centenaire Monk, propose certes la captation de cinq titres de cette prestation mais son véritable intérêt est ailleurs : Thelonious Monk seul au piano que le producteur André Francis a la judicieuse idée d’enregistrer. D’autant plus judicieuse que le musicien n’avait jusqu’ici jamais enregistré en solitaire. Et le feu d’artifice est total ! Entendre une telle musique mêlant chaos et passion, humour et intelligence, c’est regarder un funambule au bord de la chute mais qui évidemment ne tombe jamais. Sans parler du génie des compositions ! Tout l’art de Monk est déjà là. Dans cette promenade parisienne de 1954 qui sonne toujours aussi moderne bien des décennies plus tard… © MZ/Qobuz
24,99 €
17,99 €

Jazz - Paru le 16 juin 2017 | Sam Records

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - Indispensable JAZZ NEWS - Jazzwise Five-star review
Le cinéaste Roger Vadim eut beau trancher en faveur de la B.O. d’Art Blakey et de ses Jazz Messengers pour illustrer son adaptation cinématographique moderne des Liaisons dangereuses de Laclos, la partition élaborée par Thelonious Monk est tout aussi impressionnante. Non pas pour son originalité puisqu’il s’agit essentiellement des propres thèmes, revisités, du pianiste. Superbement exhumée par le label Sam Records (son Hi-Res 24Bit et livret numérique passionnant), cette session new-yorkaise inédite du 27 juillet 1959 réunissait, autour du pianiste, les saxophonistes Charlie Rouse et Barney Wilen, le contrebassiste Sam Jones et le batteur Art Taylor. Une séance assez magique durant laquelle un Monk détendu au possible laisse le champ libre notamment à ses deux ténors. Un vrai trésor caché à découvrir d’urgence. © MD/Qobuz« [...] La surprise est de taille, aucune nouveauté contemporaine ne pouvant se comparer à l'irruption d'une telle Atlandide inouïe. "Crepuscule with Nellie", qui accompagnait le générique du film, n'a peut-être jamais été aussi magnifique, aussi poétique et déchirant. L'ensemble constitue une extraordinaire révélation, un indispensable et inoxydable monument.» (Classica, juillet-août 2017 / Jean-Pierre Jackson)
12,99 €
11,49 €

Jazz - Paru le 9 septembre 2016 | Nonesuch

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Avant d’être le leader et la star internationale que l’on sait, Brad Mehldau fut le pianiste clef du quartet de Joshua Redman durant les années 90. Les deux amis s’étaient musicalement retrouvés sur Highway Rider, un album publié en 2010 par le pianiste. Trois ans plus tard, ce dernier jouait et produisait le Walking Shadows de son ami saxophoniste. Cette fois, l’affaire monte d’un cran, Mehldau et Redman signant un vrai duo au disque. Composé de pièces enregistrées lors d’une tournée européenne, Nearness montre deux musiciens non seulement au sommet de leur art mais dans un contexte de complicité rare. Partagé entre grands standards (Ornithology de Charlie Parker et In Walked Bud de Thelonious Monk et The Nearnest Of You d’Hoagy Carmichael) et compositions originales, ce duo est une déambulation inspirée dans les méandres d’un jazz qui affirme ses valeurs mélodiques et harmoniques. Le dialogue fonctionne comme toujours à merveille car les deux musiciens ont d’une certaine manière deux styles assez opposés. Des différences qui rendent leur conversation plus riche comme sur In Walked Bud. Là naissent des improvisations singulières et passionnantes. Un album qui, au rayon des duos piano/saxo, vient aisément rejoindre ceux de Kenny Barron/Stan Getz, Richie Bierach/Dave Liebman, Dave Brubeck/Paul Desmond ou bien encore Mal Waldron/Steve Lacy. © MD/Qobuz
22,49 €
19,49 €

Jazz - Paru le 16 juin 2014 | Nonesuch

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
C'est la bonne nouvelle de ce mois de juin 2014, un live en trio de Joshua Redman. Quelle énergie, quelle ambiance ! L'album a été enregistré pour partie au Jazz Standard de New York et pour l'autre au Blues Alley de Washington avec deux trios (d'où le titre Trios Live). A New York, Joshua Redman s'est entouré de Matt Penman à la contrebasse et Gregory Hutchinson à la batterie. A Washington, le saxophoniste et son batteur sont avec le contrebassiste Reuben Rogers. Au répertoire quatre originaux du leader et trois standards. Rien de nouveau sous le soleil, mais qu'est-ce qu'on est bien sous le soleil, exactement ! © JMP/Qobuz
14,49 €
12,49 €

Jazz - Paru le 16 juin 2014 | Nonesuch

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
C'est la bonne nouvelle de juin 2014, un live en trio de Joshua Redman. Quelle énergie, quelle ambiance ! L'album a été enregistré pour partie au Jazz Standard de New York et pour l'autre au Blues Alley de Washington avec deux trios (d'où le titre Trios Live). A New York, Redman s'est entouré de Matt Penman à la contrebasse et Gregory Hutchinson à la batterie. A Washington, le saxophoniste et son batteur sont avec le contrebassiste Reuben Rogers. Au répertoire quatre originaux du leader et trois standards. Rien de nouveau sous le soleil, mais qu'est-ce qu'on est bien sous le soleil, exactement ! © JMP/Qobuz
16,99 €

Jazz - Paru le 17 juin 2014 | Nonesuch

Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
C'est la bonne nouvelle de ce mois de juin, album non annoncé par Nonesuch Records, un live en trio de Joshua Redman. Quelle énergie, quelle ambiance ! L'album a été enregistré pour partie au "Jazz Standard" de New York et pour l'autre au "Blues Alley" de Washington DC avec deux trios (d'où le titre "Trios Live"). A New York, Joshua Redman s'est entouré de Matt Penman à la contrebasse et Gregory Hutchinson à la batterie. A Washington, le saxophoniste et son batteur sont avec le contrebassiste Reuben Rogers. Au répertoire quatre originaux du leader et trois standards. Rien de nouveau sous le soleil, mais qu'est-ce qu'on est bien sous le soleil, exactement ! JMP©Qobuz
15,49 €21,49 €
10,99 €14,99 €

Jazz - Paru le 13 juin 2014 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - Indispensable JAZZ NEWS
Un album très attendu compte tenu de l'excellence du premier, Jasmine, qui réunissait Keith Jarrett et Charlie Haden qui n'avaient plus joué ensemble depuis les années 70. Le pianiste, heureux et fier de cet enregistrement, écrira les notes de pochettes : « Invitez votre femme ou votre mari ou votre amant tard dans la nuit, asseyez-vous et écoutez. Ce sont de splendides chansons d'amour, jouées par des musiciens qui essaient de communiquer leur pur message. J'espère que vous pourrez l'entendre comme nous l'avons entendu. » La séance d’enregistrement de Jasmine, (le disque est sorti en 2010 mais l'enregistrement - trois jours et trois nuits soit plus de dix heures de musique - date de 2007) dans le studio de Keith Jarrett, fût tellement riche et créative qu’un second album pouvait en découler : c'est ce Last Dance. Heureux sont ceux qui découvrent ce nouvel opus du génial improvisateur et de son vieux compagnon de route. © JMP/Qobuz
14,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2012 | Universal Music Group International

Distinctions 4 étoiles de Classica - Indispensable JAZZ NEWS
14,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2011 | Riverside

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS

Le genre

Jazz manouche dans le magazine
  • Django et Stéphane, c'était Hot !
    Django et Stéphane, c'était Hot ! Une grande exposition consacrée à Django Reinhardt s'ouvre à la Cité de la musique...
  • Il était une fois Django Reinhardt, par Vincent Bessières
    Il était une fois Django Reinhardt, par Vincent Bessières Jusqu’au 23 janvier 2013, la Cité de la Musique à Paris propose une exposition consacrée à Django Reinhardt et réalisée par Vincent Bessières. Déjà commissaire de l’exposition We Want Miles, il évo...
  • Festival Django Reinhardt, la passion jazz !
    Festival Django Reinhardt, la passion jazz ! La 33e édition du Festival de jazz Django Reinhardt a eu lieu du 27 juin au 1er juillet, avec au programme le Trio Rosenberg, Sonny Amati Schmitt Quartet et Gonzala Bergara parmi d'autres. Un grand...
  • Festival de Chaillol, demandez le programme !
    Festival de Chaillol, demandez le programme ! Pour sa 16e édition le Festival de Chaillol s'intéresse aux traditions orales, aux musiques populaires et improvisées. Tout un programme à découvrir.
  • Brady Winterstein, furie manouche au Sunset
    Brady Winterstein, furie manouche au Sunset Le 21 janvier, Brady Winterstein, jeune prodige de la guitare jazz manouche, est en trio à Paris au Sunset. GAGNEZ DES PLACES AVEC QOBUZ EN VOUS RENDANT SUR LA PAGE FACEBOOK DE QOBUZ.
  • Brady à la folie !
    Brady à la folie ! A 17 ans, Brady Winterstein assure déjà la relève de la guitare jazz manouche…
  • Les doigts virtuoses
    Les doigts virtuoses Les 25 et 26 janvier, les Doigts de l’Homme sont aux Duc des Lombards à Paris dans le cadre du festival French Quarter...
  • Django, ressuscité à Samois
    Django, ressuscité à Samois Du 23 au 27 juin, 26 concerts célèbreront le maître de la guitare manouche, Django Reinhardt, dont on fête cette année le centenaire de la naissance, à Samois sur Seine.
  • Une place pour Django
    Une place pour Django A l’occasion du centenaire de la naissance de Django Reinhardt, une place du 18e arrondissement de Paris portera le nom du grand guitariste manouche.
  • Un Noël manouche à Pleyel
    Un Noël manouche à Pleyel Le 23 décembre, Biréli Lagrène, Swan Berger et Caravan Palace se produiront à Paris, Salle Pleyel, pour une grande soirée manouche.