Les albums

13,49 €
8,99 €

Jazz - Paru le 1 mars 2019 | Full Rhizome

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
« Le jazz tourne-t-il en rond ? », s’interrogent régulièrement une poignée de ronchons. Une simple écoute de Montevago fermera le débat fissa ! Cette nouvelle embardée furibarde dans laquelle se lancent le pianiste Roberto Negro et le violoniste Théo Ceccaldi, plastique les étiquettes stylistiques. Le tandem cuisine ici un gombo ultrarythmique jouant aussi bien avec les motifs répétitifs que les folklores européens. Negro et Ceccaldi s’amusent aussi avec les textures sonores de leurs instruments respectifs mais surtout de l’accouplement de ceux-ci. Tantôt les mandales volent, puis les deux saltimbanques optent pour un temps calme. Et ainsi de suite. Surtout, leurs corps à cordes foisonnent d’idées. « Est-ce du jazz ? » Pas certain mais peu importe tant ces improvisations à 360° sont jouissives, ludiques et fascinantes. © Marc Zisman/Qobuz
21,49 €
14,99 €

Jazz contemporain - Paru le 15 février 2019 | Universal Music Division Decca Records France

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Le trio piano/basse/batterie, c’est la petite île, déserte dans l’esprit, très peuplée en réalité, sur laquelle les pianistes de jazz ne peuvent s’empêcher de passer des séjours réguliers. Certains y habitent même à l’année. D’autres non… Pour Yaron Herman, « le trio, c’est la liberté avec des contraintes. » Faire du neuf avec du vieux, ne pas radoter ni convoquer ad vitam aeternam les cadors du genre (Bill Evans, Keith Jarrett, Ahmad Jamal…), plastiquer les règles en restant dedans, mais surtout avoir quelque chose à dire. Le Franco-Israélien est bien conscient de la difficulté, voire de l’ambiguïté, de l’exercice. « Dans cette formule du trio, ce n’est pas évident de trouver des choses nouvelles, de faire chanter une mélodie, d’arriver à émouvoir, d’éclairer quelque chose, se placer dans l’espace, le son, l’improvisation. » Neuf ans après Follow the White Rabbit, Herman décide pourtant de « revenir à l’essentiel » avec cet album en trio. Et ses Songs of the Degrees sont loin de laisser indifférent. Avec le batteur Ziv Ravitz (à ses côtés sur ses quatre précédents disques) et le contrebassiste irano-américain Sam Minaie (ancien élève de Charlie Haden qui a beaucoup œuvré avec Tigran Hamasyan), il a trouvé la rythmique de rêve pour atteindre l’alchimie ultime mais aussi pour comprendre ses compositions. Des compositions adossées contre des mélodies ayant la force de chansons. Des chansons oui, ces petites choses qu’on sifflote, qu’on chérit, qui restent tatouées dans le cerveau. Celles de Yaron Herman sont même habitées par une force poétique née de l’utilisation comme jamais de l’espace et des silences. C’est là que son jeu atteint une forme de simplicité qui fait de Songs of the Degrees l’un de ses albums les plus attachants. © Marc Zisman/Qobuz
10,99 €

Jazz - Paru le 11 janvier 2019 | JMS Productions

Distinctions 4F de Télérama
91 ans et toujours aussi… joueur ? Martial Solal détaille lui-même la règle de ce jeu, la règle de son jeu, ici intitulé Histoires improvisées (Paroles et musique). « Elle consistait à improviser une vingtaine de pièces, plutôt courtes, inspirées par un nom ou quelques mots inscrits sur 52 petits carrés de papier contenus dans un chapeau. Je n’avais plus qu’à fermer les yeux et extraire un à un ces papiers qui me serviraient de points de départ. Le tout a été enregistré en une seule prise, ce qui peut expliquer quelques redites et le côté parfois débridé ou irréfléchi... J’ai joué de la même façon que je le ferais chez moi, le matin, juste pour divaguer sur le clavier. » Le résultat est à l’image de ce modeste géant du piano jazz ; voire du piano tout court. De délicieuses séquences, d’une ou cinq minutes c’est selon, racontant non seulement l’histoire d’un musicien, d’une ville, d’un instrument, d’un titre ou de n’importe quoi d’autre mais avant tout l’histoire de Solal lui-même. Et comme à l’accoutumée avec ses enregistrements, certains de ses confrères cadets feraient bien de tendre l’oreille à ces croquis d’improvisations d’une fraîcheur folle et d’une intelligence rare. © Marc Zisman/Qobuz
13,41 €
8,91 €

Jazz - Paru le 26 octobre 2018 | Mack Avenue Records

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Pour mêler une certaine virtuosité dont il est dépositaire et une énergie à l’instinct, Christian McBride s’est entouré de trois instrumentistes aussi indiscutables que lui : le saxophoniste Marcus Strickland, le trompettiste Josh Evans et l’incroyable batteur Nasheet Waits. Mais une belle affiche ne signifie pas obligatoirement une belle session. Avec Christian McBride's New Jawn, le contrebassiste de Philadelphie signe pourtant l’un de ses plus beaux disques. À 46 ans, McBride déballe un lâcher-prise assez salvateur. Le bien nommé Walkin' Funny d’ouverture suivi du débridé Ke-Kelli Sketch montrent un quartet fonçant tête baissée. Souvent le cas lorsque aucun pianiste n’est de la partie. Un gang déterminé à tirer sur tout ce qui bouge tout en gardant l’esprit bon enfant de la solide fratrie. Dans ce contexte, le jeu insaisissable de Waits est une colonne vertébrale surpuissante. Et Strickland et Evans alternent entre le souffle de la révolte et celui de la brise poétique. McBride, en maître de cérémonie, n’a plus qu’à slalomer entre les jambes de ses amis. De jouer au félin (Ballad of Ernie Washington) ou au sprinteur (Sightseeing) pour rendre son disque de hard-bop moderne réellement délicieux. © Marc Zisman/Qobuz
11,99 €
7,99 €

Jazz - Paru le 19 octobre 2018 | Gazebo

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
Comme un retour aux sources pour Eric Le Lann et Paul Lay. Á LA source même. Avec Thanks a Million, le trompettiste et le pianiste font un pèlerinage sur la planète Louis Armstrong. Ils ne sont évidemment pas les premiers à venir célébrer cette musique géniale mais leur approche tout en finesse et d’une grande pureté mélodique force le respect. Mais avant même l’élégance des relectures qu’ils proposent, Le Lann et Lay signent ici un pacte de complicité fascinant. Une profonde connivence qui donne à ces standards maintes fois entendus des teintes originales. Et puis les duos piano/trompette, surtout lorsqu’ils ont cette tenue, ne courent pas/plus les rues… Un superbe paso-doble qui se referme par Farewell to Louis, une composition originale gorgée de mélancolie. © Marc Zisman/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Jazz - Paru le 12 octobre 2018 | Sunnyside

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
Même si le Quartette Oblique avance comme un seul homme, Dave Liebman a des allures de leader. Préciser que son nom figure sur plus de 300 albums et que son CV comporte notamment des piges chez Miles Davis ou Elvin Jones, pour n’en citer que deux, permet de cerner le calibre du saxophoniste de Brooklyn… Heureusement pour lui, Liebman, désormais âgé de 72 ans, réussira rapidement à imposer son nom, loin de ses illustres employeurs… Ici, avec le pianiste Marc Copland, le contrebassiste Drew Gress et le batteur Michael Stephans – qui est en fait le véritable instigateur de ce quartet –, il souffle un vent coltranien au possible sur un répertoire essentiellement composé de standards, dont trois sont signés Miles (Nardis, All Blues et So What) et un du Duke (In a Sentimental Mood). Enregistré en live au club de jazz Deer Head Inn de Delaware Water Gap en Pennsylvanie, voilà une merveilleuse fulgurance d’improvisations jamais sages ou convenues. Un tourbillon libertaire à déguster d’une traite. © Marc Zisman/Qobuz
21,49 €

Jazz - Paru le 5 octobre 2018 | Universal Music Distribution Deal

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Avec son huitième album, Sounds of Mirrors, le oudiste vocaliste tunisien soufi Dhafer Youssef réalise un vieux rêve, celui de tremper son art dans l’univers de la musique hindoustanie, qui, à l’aube de sa vie d’adulte, l’avait ébloui. Ce projet a donc démarré comme un duo auprès du maître des tablas Zakir Hussain. Les pulsations méditatives du percussionniste indien offrent un tapis rythmique délicatement puissant aux envolées lyriques du musicien oriental. Mais leur complicité est généreuse et leurs ébats se sont ouverts à d’autres couleurs virtuoses. Celles du clarinettiste turc Hüsnü Senlendirici et du guitariste norvégien Eivind Aarset, musiciens de premier rang, âmes sensibles, scientifiques du partage. Loin du combat de titans, leurs échanges forment une seule parole, large, spirituelle, sans dogme et accueillante. De la magnifique ouverture Humankind à sa conclusion Good Morning Mumbai, ils nous transportent dans l’azur nous laissant planer, légers, réconciliés avec l’idée que les hommes peuvent trouver un langage commun pour décrire la beauté du monde. © Benjamin MiNiMuM/ Qobuz
11,99 €
7,99 €

Jazz contemporain - Paru le 5 octobre 2018 | TRAIN FANTOME

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Indispensable JAZZ NEWS
Plutôt courageux de donner un titre comme L’Odyssée à son album. Mais Fred Pallem a toujours été un véritable aventurier du jazz contemporain, empêchant le genre de tourner en rond... Et son périple 2018 n’est qu’un nouveau trip osé et dense articulé autour de rythmes costauds et d’arrangements délicieux. Ici, Pallem, épaulé par son indéboulonnable Sacre du Tympan, construit des pièces à tiroirs, souvent très funky et très cinématographiques. Rien de surprenant quand on pense à Soul Cinema !, son album de 2017 autour de la Blaxploitation, et son hommage aux BO de François de Roubaix publié l’année précédente, deux disques qui déteignent sur cette Odyssée. Ici, on déambule comme on regarderait un vrai faux film mi-thriller, mi-comédie dramatique, avec une légère saveur vintage (70's surtout). Les arrangements sont millimétrés, les compositions blindées de clins d’œil et les interventions des solistes toujours originales. © Max Dembo/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 21 septembre 2018 | Label Bleu

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Indispensable JAZZ NEWS
17,99 €
13,49 €

Jazz - Paru le 31 août 2018 | ACT Music

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Dire que Vincent Peirani a secoué la planète de l’accordéon jazz est un doux euphémisme… En 2015, son album Living Being libérait encore plus le piano à bretelles du carcan des stéréotypes. « Je voulais monter mon propre groupe, au sein duquel j’avais besoin de me sentir en confiance, expliquait alors l’accordéoniste. Je voulais me sentir en "famille". Pour ces raisons, j'ai fait appel à quatre musiciens, qui sont des amis de longue date. » Naturellement, Peirani s’entourait d’Emile Parisien, son binôme du duo Belle Epoque, et choisissait également le bassiste Julien Herné, le batteur Yoann Serra et le claviériste Tony Paeleman… Les compositions signées Peirani et les reprises de Michel Portal et Jeff Buckley faisaient de ce Living Being un laboratoire incroyablement organique. Une aire de jeu sur laquelle ces jeunes musiciens comblaient le fossé parfois existant entre composition et improvisation, harmonies classiques et rythmes jazz. L’écriture de Vincent Peirani sait être touchante et débordante d’imagination mais aussi surprenante et insaisissable. L’accordéoniste est d’une génération s’abreuvant à tant de sources musicales qu’on comprend l’origine d’une telle densité. Trois ans plus tard, avec les mêmes complices, Living Being II (Night Walker) est aussi sacrément dense. Et Peirani s’amuse là encore à faire le grand écart côté répertoire en glissant quatre reprises aux côtés de ses huit compositions : Bang Bang de Sonny Bono, What Power Art Thou extrait de King Arthur de Purcell et deux tubes de Led Zep, Kashmir et Stairway to Heaven. Sur ces relectures atypiques d’ailleurs, son approche est fascinante. Comme la manière avec laquelle son instrument s’approprie la partition de Jimmy Page et Robert Plant. Living Being II (Night Walker) est surtout la réussite d’une formation guidée par la complicité. L’osmose à son zénith. © Max Dembo/Qobuz
19,49 €
13,99 €

Jazz vocal - Paru le 29 juin 2018 | Blue Note

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
Pas besoin de siroter à la même source pour s’apprécier, voire cuisiner ensemble… La preuve avec cette rencontre entre une reine vénérée de la country alternative et un vieux sage respecté du jazz moderne : Lucinda Williams et Charles Lloyd, couple d’un jour épaulé par un casting cinq étoiles de musiciens dans lequel on croise le guitariste Bill Frisell, le maître de la pedal steel Greg Leisz, le bassiste Reuben Rogers et le batteur Eric Harland… En des temps anciens, chacun a fait la révolution dans sa propre maison. Ici, le tandem est plutôt là pour célébrer une certaine idée de l’Amérique avec un répertoire ouvert. Un menu hétéroclite mêlant jazz, blues, country et rock’n’roll, Lucinda ne chantant que sur la moitié des dix titres. Vanished Gardens offrent aussi bien du Jimi Hendrix (Angel) que du Thelonious Monk (Monk’s Mood), du Roberta Flack (Ballad of the Sad Young Men) mais aussi des pièces des deux intéressés (trois de Charles Lloyd, quatre de Lucinda Williams). Surtout, voilà à un album raffiné et profond, l’œuvre de deux auteurs/interprètes ayant su digérer avec intelligence des décennies de musique. © Marc Zisman/Qobuz
16,99 €
14,49 €

Jazz - Paru le 6 avril 2018 | Okeh

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Qobuzissime
Ce superbe ovni ne s’appelle pas Nordub pour rien. Nor pour North, le Nord, incarné ici par Nils Petter Molvaer. En 1997, lorsque le label ECM publia l’étonnant album Khmer, ce trompettiste norvégien ébranla la planète jazz en intégrant de l’électronique à son univers sonore assez climatique. Nor, c’est aussi son compatriote le guitariste Eivind Aarset et le bidouilleur et DJ finlandais Vladislav Delay. Quant aux trois lettres de Dub, elles sont ici représentées par le duo le plus emblématique du genre : le batteur Sly Dunbar et le bassiste Robbie Shakespeare. En 2015, cette association on ne peut plus atypique entre le tandem jamaïcain et Nils Petter Molvaer s’est produite sur scène. De quoi s’échauffer avant d’entrer tous ensemble en studio, à Oslo. Par essence, l’univers de Molvaer a toujours été hybride, accueillant des textures jamais exclusivement jazz. Son jeu manipule différents leviers atmosphériques sans jamais délaisser la force créative de ses improvisations ou de ses compositions. Ici, le trompettiste laisse même entrer le son unique de Sly & Robbie avec beaucoup de naturel. Là réside sans doute la force de Nordub. Personne ne prend le dessus, ni ne cherche à étouffer l’autre. La fusion est totale et sincère. On sent même nos deux vieux routiers sexagénaires jamaïcains sortir de leur habituelle zone de confort pour participer activement à la musique qui prend forme. Tout comme le travail d’Aarset et Delay est lui aussi essentiel dans le résultat final. Ensemble, nos cinq aventuriers du son accouchent d’une belle symphonie planante de dub’n’jazz vraiment singulière. © Marc Zisman/Qobuz
13,00 €

Jazz vocal - Paru le 6 avril 2018 | ODIN

Distinctions 4F de Télérama
9,99 €

Jazz - Paru le 6 avril 2018 | BMC Records

Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica
« Le contrebassiste hongrois Mátyás Szandai puise dans les créations musicales de Bartók, essentiellement les Mikrokosmos et les danses et chants de Noël, pour le répertoire de l’album qu’il interprète avec Mathias Lévy au violon et Miklós Lukács au cymbalum, dont la densité harmonique et le timbre font ici merveille. Ces Bartók Impressions donnent une impression de familiarité pour qui écoute souvent les Mikrokosmos ou même le Concerto pour orchestre, mais aussi une sensation de fraîcheur renouvelée sans trahir l’esprit du grand Béla. On assiste à un double phénomène : de même que Bartók reprend des airs populaires pour en faire sa propre matière, à leur tour, Mátyás Szandai et ses compagnons puisent dans les chromatismes et les modulations audacieuses de ses compositions la sève de la leur. Il y a là une voie originale et novatrice où l’écriture et l’improvisation excellent et dont le résultat musical est une esthétique passionnante et féconde. » (Classica, novembre 2018 / Jean-Pierre Jackson)
35,49 €
30,49 €

Jazz - Paru le 23 mars 2018 | Columbia - Legacy

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Indispensable JAZZ NEWS - Pitchfork: Best New Reissue - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Lorsque les noms de Miles Davis et John Coltrane se retrouvent à la même affiche, le frison est déjà à portée de main. Avec ce sixième épisode des Bootleg Series du trompettiste, il se transforme même – doux euphémisme – en extase. The Final Tour se concentre sur le dernier chapitre de la collaboration entre Miles et Coltrane. Sur quatre CD, il comprend des performances enregistrées dans le cadre de leur tournée européenne de 1960 – la dernière ensemble – avant la mort du saxophoniste en juillet 1967. On y retrouve les deux concerts de l’Olympia à Paris le 21 mars 1960, les deux du 22 mars à Stockholm et celui du 24 mars à Copenhague, le tout disponible pour la première fois à partir des bandes analogues ¼ pouces. Ces cinq concerts se déroulent un an à peine après la sortie du chef-d’œuvre Kind of Blue qui a violemment secoué la jazzosphère. La puissance nucléaire créative des protagonistes est ici telle que le quintet est à chaque seconde au bord de l’implosion. Avec le pianiste Wynton Kelly, le contrebassiste Paul Chambers et le batteur Jimmy Cobb, Miles comme Trane livrent des improvisations torrentielles dans lesquels la fusion comme l’opposition sautent aux oreilles. Mais miraculeusement, tout tient, rien ne s’effondre. Au contraire ! C’est la magie de ces cinq concerts : entendre à la fois l’individualisme de cinq géants et leur capacité à se tenir par la main pour rugir à l’unisson. Côté répertoire, ce coffret est une sorte de nirvana davisien avec les plus grands thèmes (pas toujours de lui) qui ont fait le succès du trompettiste : ’Round Midnight, Bye Bye Blackbird, On Green Dolphin Street, Walkin’, All of You, Oleo, So What ou bien encore All Blues… Enfin, The Final Tour se conclut par une étonnante interview donnée par Coltrane au DJ radio suédois Carl-Erik Lindgren. « Vous sentez-vous en colère ? », lui demande celui-ci. « Non, répond Trane. J’expliquais récemment à un ami que la raison pour laquelle je jouais tant de sons – et c’est pour ça que ça peut ressembler à de la colère –, c’est que j’essaie de dire beaucoup de choses en même temps. Et je ne les ai pas triées. » A l’écoute de ces concerts de 1960, on ne peut que crier : non au tri sélectif ! © Marc Zisman/Qobuz
8,99 €

Jazz - Paru le 23 mars 2018 | Buda musique

Distinctions 4F de Télérama
Entre les 6 055 tuyaux et les 25 tonnes de bois et de métal du grand orgue symphonique de la Philharmonie maniés par Baptiste-Florian Marle-Ouvrard et les quelques centaines de grammes et les dizaines de centimètres de la clarinette de Yom, le duel semble inégal. Mais les deux virtuoses ne font pas dans l’esbroufe et leur prière commune est nuancée et harmonieuse. Cette pièce de 26 minutes, divisée en 10 parties continues (incantation, pèlerinage, méditation, doute, fatalité, lumière brûlante, Eyli Ata, méditation 2, incantation 2 et apothéose) est un dialogue partiellement improvisé dans lequel chacun montre le désir de communier avec l’autre. Les origines sépharades du clarinettiste et le rattachement de l’organiste à l’église Saint-Eustache de Paris, où il est cotitulaire des grandes orgues, n’orientent en rien cette pièce profonde vers une logique dogmatique. Tout autant imprégnée d’intentions sacrées que profanes, cette Prière commune s’élève du fond de l’âme humaine, en respectant les doutes et les profondeurs émotionnelles. Elle sera bénéfique à quiconque sait dresser l’oreille. © Benjamin MiNiMuM/Qobuz 
9,99 €

Jazz - Paru le 9 mars 2018 | Intuition

Distinctions 4F de Télérama
Mieux que de savoir tout faire, ou plutôt tout jouer, Martial Solal pianote avant tout du Martial Solal. Et qu’il croque des scies certes géniales comme Body & Soul ou Night & Day ou qu’il emboîte le pas à la Marche turque de Mozart, il fait siennes toutes les partitions qu’il feuillette. Dans cet exercice de montage et de démontage de standards, l’une de ses marottes, il est surtout inégalable. Et même à 90 ans passés ! Ce qu'il propose en 2017, seul face à son Steinway, devant le public du théâtre de Gütersloh en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, est un nouveau tour du monde virevoltant. Un trip tout sauf nostalgique orchestré par des doigts toujours aussi agiles – si, si, si – et une inventivité perpétuellement renouvelée. Bref, certains de ses confrères cadets feraient bien de tendre l’oreille à cette heure de musique totale et d’une fraîcheur folle… © Marc Zisman/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 2 mars 2018 | ONJ Records

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama
8,63 €10,79 €
6,47 €8,09 €

Jazz - Paru le 26 janvier 2018 | ACT Music

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - 5 Sterne Fono Forum Jazz
De l’amour et de la paix. Le programme de cet album de Joachim Kühn a le mérite d’être clair. Avec le batteur Eric Schaefer et le contrebassiste Chris Jennings (son trio formé en 2015), le pianiste allemand désormais âgé de 73 ans semble avoir trouvé un nouveau terrain de jeu sur lequel la force de ses mélodies s’avère centrale. Plutôt rangé dans la catégorie des musiciens avant-gardistes, voire free, Kühn, qui a toujours rejeté les conventions tout au long de sa longue carrière, n’est évidemment pas en train de sombrer ici dans une musique simpliste et lisse. Bien au contraire. A travers des thèmes assez concis, essentiellement originaux – à l’exception de pièces des Doors (The Crystal Ship), de Moussorgski (Le Vieux Château, extrait des Tableaux d'une exposition) et d’Ornette Coleman (Night Plans) –, il aère ses improvisations et prend le temps de jouer avec l’espace et même les silences. Publié en 2016, Beauty & Truth, premier disque du trio, offrait déjà à entendre ce Kühn un brin inhabituel. Avec Love & Peace, il a trouvé une paix intérieure qui rend sa musique encore plus touchante. © MD/Qobuz
13,49 €
8,99 €

Jazz - Paru le 20 octobre 2017 | Editions Jade

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama
« Berlioz le soulignait avec malice : l'orgue rechigne à dialoguer avec qui que ce soit [...] Sauf lorsque se croisent Richard Galliano et Thierry Escaich, deux improvisateurs capables de se couler dans à peu près tous les langages, deux familiers aussi des rencontres improbables. [...] Leurs pastiches ne nous déçoivent pas [...] Leurs transcriptions offrent quelques jolis cadeaux, comme cette variation délicieusement tangotante en guise de coda à la Sicilienne BWV 1031 ; on rend les armes devant un Marcello à faire pleurer Margot [...] les tangos remportent la palme. Comme souvent avec Galliano, l'ombre de Piazzolla [...] imprègne et signe cet album. La surprise est que Thierry Escaich puisse acculturer ce langage à l'orgue sans trahir ni dégrader celui-ci. [...] Un disque brillant, tendre et jubilatoire [...] » (Diapason, février 2018 / Paul de Louit)

Le genre

Jazz manouche dans le magazine
  • Django et Stéphane, c'était Hot !
    Django et Stéphane, c'était Hot ! Une grande exposition consacrée à Django Reinhardt s'ouvre à la Cité de la musique...
  • Il était une fois Django Reinhardt, par Vincent Bessières
    Il était une fois Django Reinhardt, par Vincent Bessières Jusqu’au 23 janvier 2013, la Cité de la Musique à Paris propose une exposition consacrée à Django Reinhardt et réalisée par Vincent Bessières. Déjà commissaire de l’exposition We Want Miles, il évo...
  • Festival Django Reinhardt, la passion jazz !
    Festival Django Reinhardt, la passion jazz ! La 33e édition du Festival de jazz Django Reinhardt a eu lieu du 27 juin au 1er juillet, avec au programme le Trio Rosenberg, Sonny Amati Schmitt Quartet et Gonzala Bergara parmi d'autres. Un grand...
  • Festival de Chaillol, demandez le programme !
    Festival de Chaillol, demandez le programme ! Pour sa 16e édition le Festival de Chaillol s'intéresse aux traditions orales, aux musiques populaires et improvisées. Tout un programme à découvrir.
  • Brady Winterstein, furie manouche au Sunset
    Brady Winterstein, furie manouche au Sunset Le 21 janvier, Brady Winterstein, jeune prodige de la guitare jazz manouche, est en trio à Paris au Sunset. GAGNEZ DES PLACES AVEC QOBUZ EN VOUS RENDANT SUR LA PAGE FACEBOOK DE QOBUZ.
  • Brady à la folie !
    Brady à la folie ! A 17 ans, Brady Winterstein assure déjà la relève de la guitare jazz manouche…
  • Les doigts virtuoses
    Les doigts virtuoses Les 25 et 26 janvier, les Doigts de l’Homme sont aux Duc des Lombards à Paris dans le cadre du festival French Quarter...
  • Django, ressuscité à Samois
    Django, ressuscité à Samois Du 23 au 27 juin, 26 concerts célèbreront le maître de la guitare manouche, Django Reinhardt, dont on fête cette année le centenaire de la naissance, à Samois sur Seine.
  • Une place pour Django
    Une place pour Django A l’occasion du centenaire de la naissance de Django Reinhardt, une place du 18e arrondissement de Paris portera le nom du grand guitariste manouche.
  • Un Noël manouche à Pleyel
    Un Noël manouche à Pleyel Le 23 décembre, Biréli Lagrène, Swan Berger et Caravan Palace se produiront à Paris, Salle Pleyel, pour une grande soirée manouche.