Les albums

16,99 €
14,49 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 1 juillet 1997 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Insolite Qobuz - Qobuz Référence - Hi-Res Audio
On The Corner est l’album de Miles Davis le plus en phase avec les canons du funk. Et pas seulement pour la pochette groovy du dessinateur Corky McCoy… Pour la première fois, le trompettiste est en studio avec plus de quinze musiciens ! Un robuste casting représentatif de l’effervescence de cette musique enregistrée à New York durant l’été 1972. En guise d’épine dorsale, la basse hypnotique de Michael Henderson, un ex-stakhanoviste de chez Motown. Tout autour, des couches jetées en vrac par un Miles Davis qu’on entend finalement très peu : bruits blancs assassins (Miles flanque une wah wah à sa trompette !), percussions aux saveurs ethniques, batterie funk marathon (Cold Sweat de James Brown cité ça-et-là par les fûts de Billy Hart et Jack DeJohnette), implosion totale des règles d’écriture, harmonie et mélodie reléguées au second rang.On The Corner est un trésor à redécouvrir d’urgence, une mine de sonorités dorées comme ce redoutable effet wah wah filtré quand Michael Henderson branche sa basse dans une pédale Mu-Tron sur One And One. Le psychédélisme des improvisations collé à l’ampleur de la rythmique funk est une subversion de génie qu’on ne trouve que dans la musique funk. La vraie ! Se retrouver à terre, sonné voire inconscient, en plein On The Corner est logique car cette basse d’Henderson est là pour faire la voiture-balais et remettre sur pied les victimes. Dans son autobiographie, Miles ajoute aux influences de James Brown et Sly Stone, celles d’Ornette Coleman et surtout du compositeur Karlheinz Stockhausen qui lui aurait indirectement transmis l’utilisation des ajouts et des éliminations comme processus de création musical. Une règle alors majeure dans l’art davisien qui née tant devant les micros que derrière la console de mixage. Râteau commercial et critique, On The Corner et ses facettes répétitives et étirées ne trouveront malheureusement lors de sa sortie que peu d’échos. Comme à l’accoutumé, Miles Davis avait plusieurs métros d’avance… © MZ/Qobuz
8,99 €
5,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 4 mai 2018 | Brownswood Recordings

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS - L'album du mois JAZZ NEWS
Sorte de jeune savant fou des claviers qui connaît son Herbie Hancock sur le bout des doigts, Joe Armon-Jones est une énième preuve de la bonne santé de la jeune scène jazz britannique. Repéré notamment sur la compilation We Out Here (un disque Qobuzissime !) publiée en février 2018 par le label de Gilles Peterson, Brownswood Recordings, ce cofondateur d'Ezra Collective signe ici son premier album en tant que leader. Comme chez tous ses congénères issus de cette même scène, Armon-Jones a été biberonné à mille sons. Jazz donc mais aussi fusion, musique de club, afrobeat, hip-hop, neo-soul, acid jazz, dub et funk, tout traverse son Starting Today sur lequel il a notamment convié Nubya Garcia, Moses Boyd, Ras Asheber, Oscar Jerome, Big Sharer, Kwake Bass… Jamais viscéralement jazz au sens classique du terme, son disque fait écho à la fin des seventies et le début des eighties, lorsque la soul et le funk infiltraient le genre, pour le meilleur comme pour le pire. Les anciens penseront ainsi en vrac à Roy Ayers, Bernard Wright, Ramsey Lewis, Ronnie Laws, Ronnie Foster, les Blackbirds, les Headhunters, Alphonse Mouzon et quelques autres. Mais Joe Armon-Jones n’oublie jamais de rappeler çà et là qu’il vit bien en 2018 et pas en 1978, histoire que son premier album ne sente jamais la naphtaline et soit aussi festif qu’un grand zapping furieux et groovy. © Marc Zisman/Qobuz
12,49 €
8,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 22 mai 2012 | Epic - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Avec trois albums au compteur, Stanley Clarke est déjà célébré comme LE grand bassiste électrique des seventies lorsque parait School Days en 1976. Mais c’est tout de même ce disque que ses aficionados chérissent le plus. Véritable traité de quatre-cordes, le virtuose originaire de Philadelphie offre ici tout l’éventail de sa technique. Le groove est évidemment au cœur des débats et même lorsqu’il déballe son impressionnante pyrotechnie, la musicalité et l’inspiration restent toujours de mise. John McLaughlin, David Sancious, George Duke, Steve Gadd et Billy Cobham notamment comptent parmi les monstres qui ont fait déplacement pour épauler Stanley Clarke dans ce trip de jazz fusion renversant et furibard. Un classique du genre. © CM/Qobuz
16,99 €
14,49 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 24 mars 1993 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Avec son ancien « employeur » Miles Davis, Herbie Hancock est l’autre père fondateur du jazz fusion. Et cet album portant le nom de son groupe les Headhunters établit les Saintes Ecritures de l’union la plus réussies entre improvisation jazz et transe funk. L’ère est alors au rock psyché emmené par Jimi Hendrix et au funk groovy de Sly & The Family Stone (le titre Sly lui rend ouvertement hommage). Certains jazzmen prennent alors le train en marche pour goûter eux aussi à cette orgie d’électricité et de rythmique survitaminée. Passionné de nouvelles technologies, Hancock trouve ici un ingénieux prolongement à l’approche pianistique qu’il avait développé dans les 60’s en utilisant de façon inédite ses synthés. L’essence du jazz demeure mais comme embarquée dans un ouragan de textures nouvelles où le groove est furieux (Sly) ou félin (Vein Melter). © MZ
19,49 €
16,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 11 octobre 2010 | Rhino - Warner Bros.

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
En 1986, Miles Davis quitte Columbia, son label de (presque) toujours, pour atterrir chez Warner. L’occasion d’un énième nouveau départ musical, d’une énième fusion entre jazz et funk. Fruit de cette renaissance, l’album Tutu fut avant tout le disque d’un musicien : Marcus Miller. Digne héritier de Jaco Pastorius et Larry Graham, le bassiste concocta pour Miles un écrin moderne pour son temps et qui propulsera à nouveau le trompettiste sur le devant de la scène. Une étonnante résurrection. © MD/Qobuz
13,49 €
8,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 10 novembre 2017 | DuNose

Hi-Res Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Quand on tombe, dès l’enfance, dans la marmite des Headhunters d’Herbie Hancock, on ne s’en sort pas comme ça aussi facilement. Chlorine Free le sait bien. Depuis ses débuts, le septet parisien piloté par le bassiste Virgile Lorach a parfaitement digéré cet épisode fondateur du jazz fusion qu’il a croisé avec d’autres passions comme le hip hop (son âge d’or – 88/96 – de préférence), l’electro expérimentale (Squarepusher voire Aphex Twin) et la nu soul. Un patchwork instrumental qui a parfaitement nourri Start Fresh (2011) et Le Fish (2014) et qui en fait tout autant avec Free Speech. Un impeccable troisième album toutefois plus ancré dans son temps que ses deux prédécesseurs, un brin plus vintage dans le son. © MZ/Qobuz
8,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 18 mars 2011 | Buda musique

Livret Distinctions Le top 6 JAZZ NEWS
Le prodige de la clarinette klezmer est de retour. Révélé il y a trois ans avec son premier album "New King of Klezmer Clarinet", hommage teinté d’humour à Naftule Bradwein, puis par le magistral "Unue", série de duos inspirés (avec Ibrahim Maalouf, Farid D., Wang Li, Bijan Chemirani, Iurie Morar et Denis Cuniot) Yom nous revient, accompagné de son nouveau groupe, Les Wonder Rabbis, plus jazz, plus rock, plus fusion, plus fou que jamais !
14,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 11 janvier 1988 | ECM

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
11,99 €
8,49 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 1 janvier 1979 | MCA

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Co-fondés par Joe Sample, les Crusaders (ex-Jazz Crusaders) furent le parfait trait d’union entre jazz et funk. D’abord ancrés dans le hard bop, ils s’orienteront vers la soul et le funk pour un jazz fusion groovy à souhait et presque pop et dont le tubesque Street Life de 1979, du jazz funk disco porté par la voix de Randy Crawford, restera un vrai sommet. © CM/Qobuz
7,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 30 mars 2018 | The Headbangers

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
Aux commandes du sextet musclé Headbangers, Nicolas Gardel embarque le jazz sur les terres de la soul, du funk, de la world, de la pop et de l’électro. Un éclectisme guère étonnant quand on sait que le trompettiste a aussi bien grandi au son de Wynton Marsalis et Roy Hargrove que Muse, Radiohead ou Alicia Keys… Grâce à son phrasé limpide et virtuose, il a jusqu’ici croisé le fer avec des pointures nommées Henri Texier, David Sanborn, Nicholas Payton, Pierrick Pédron, Electro Deluxe, Rémi Panossian et Zebda… Après The Dark Side of a Love Affair, premier album qu’il signait à la tête de ses Headbangers, il enfonce un peu plus le clou de son éclectisme assumé voire revendiqué avec The Iron Age. En compagnie de Ferdinand Doumerc (sax et flûte), Thibaud Dufoy (claviers), Dorian Dutech (guitare), Philippe Burneau (basse) et Jérôme Martineau-Ricotti (batterie), Nicolas Gardel propose un trip à 360°, tantôt planant, tantôt psychédélique, parfois furibard, parfois en apesanteur. Mais sa musique indomptable fonctionne surtout grâce à ses compositions d’excellente tenue. © Max Dembo/Qobuz
16,99 €
14,49 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 2 octobre 1984 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Publié en 1974, Sun Goddess est un vrai sommet de ce jazz fusion, mi-pop, mi-funky, qui remplira le tiroir-caisse des maisons de disques entre le début des années 70 et la fin des années 80. Certains jazzmen désireux de goûter à l’ère du temps (et à quelques dollars supplémentaires sur leur compte en banque) plongeront corps et âme dans une musique groovy à souhait destinée à un plus large public. Ramsey Lewis fut l’un d’entre eux. Et pour atteindre sa cible, il s’est ici entouré d’un expert es-funk en la personne de Maurice White, alors leader d’Earth Wind & Fire. Les deux natifs de Chicago se connaissent d’ailleurs plus que bien, ayant travaillé ensemble dans le trio de Lewis quelques années auparavant. White n’est de plus pas le seul membre d’Earth, Wind & Fire à être ici de la partie puisque son frère Verdine mais aussi Johnny Graham et Philip Bailey sont présents sur ce Sun Goddess. Le single éponyme qui ouvre l’opus sera le plus gros succès du pianiste depuis The ‘In’ Crowd en 1964 et Earth, Wind & Fire en signera une superbe version sur son live de 1975, Gratitude. Rythmique élastique, cuivres bouillants et claviers électriques en pole position, Sun Goddess vieillit de mieux en mieux et son côté grovve 100% seventies fait rapidement bouger la tête et les hanches. Un album que de nombreux rappeurs pilleront : le single Sun Goddess a ainsi été samplé par Pete Rock & C.L. Smooth, Mos Def, E-40 et même Angie Stone tandis qu’Hot Dawgit a été utilisé par Public Enemy, Paris et même les Sages Poètes de la Rue ! © MD/Qobuz
14,49 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 17 septembre 1984 | Columbia - Legacy

Distinctions Discothèque Insolite Qobuz
14,99 €
9,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 23 septembre 2014 | Kakoum Records

Hi-Res Livret Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
"Open Me" est le deuxième album studio du "Electric Epic" ayant pour leader celui que beaucoup ont qualifié, dès son premier opus de "sax bombe". Guillaume Perret est un alchimiste des sons. Il joue des pédales et des effets électrifiés pour amener ses notes vers un univers surprenant et inclassable, qui nous invite au rêve, distordant les sonorités pour les rendre étrangement musicales. Sa musique ne s’inscrit pas dans un genre, elle fait appel à nos sens. Il s’agit d’une innovante mixture de jazz contemporain, de grooves funky, de métal hurlant… une musique hybride, troublante, envoûtante, évocatrice d’images et de sensations. Moins frontal, plus subtil que lors de son premier opus, "Open Me" confirme la profonde personnalité de ce musicien innovant, ce que pressentait John Zorn lui-même en produisant son premier disque : "Guillaume Perret est une centrale nucléaire d'émotions". JMP©Qobuz
14,49 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 16 mai 1995 | Epic

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Amis du jazz rock, de la fusion des années 70 et 80 et de sa proche contrée, ce disque ne fait pas de prisonnier. Geoge Duke rayonne ici au centre d'un système plus proche de la soul et du disco que du jazz pur et dur. Il est alors au faite de sa maîtrise des claviers et le son qu'il en sort, très daté désormais, ne manque pas du charme rétro qui aiguillonne notre nostalgie d'ado qui a grandi durant ces années-là. Un must du genre !
14,49 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 24 mars 1988 | CBS Associated

Distinctions Qobuz Référence
14,49 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 26 mai 1994 | Epic - Associated - Legacy

Distinctions Qobuz Référence
8,99 €
53

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 24 février 2015 | Such Production

Distinctions Découverte JAZZ NEWS
11,99 €
7,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 21 octobre 2014 | Bonsaï Music

Hi-Res Livret Distinctions Découverte JAZZ NEWS
7,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 15 février 2016 | Linoleum records

Distinctions Indispensable JAZZ NEWS
14,49 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 23 avril 1987 | Epic - Associated

Distinctions Qobuz Référence

Le genre

Jazz fusion & Jazz rock dans le magazine