Les albums

26,99 €

Free jazz & Avant-garde - Paru le 25 janvier 2019 | Resonance Records

Distinctions Pitchfork: Best New Reissue
Expert en archive de qualité, Resonance Records déterre ici une pépite essentielle d’Eric Dolphy. Après avoir quitté Prestige/New Jazz Records, le saxophoniste travaille durant l’été 1963 avec le producteur Alan Douglas (célèbre pour ses enregistrements avec Jimi Hendrix mais aussi derrière la console de l’album Money Jungle avec Duke Ellington, Charles Mingus et Max Roach). Deux albums sortiront de cette rencontre : Iron Man et Conversations. Des sessions concoctées avec la crème de l’avant-garde jazz de l’époque : William “Prince” Lasha à la flûte, Huey “Sonny” Simmons au saxophone alto, Clifford Jordan au saxophone soprano, Woody Shaw à la trompette, Garvin Bushell au basson, Bobby Hutcherson au vibraphone, Richard Davis et Eddie Kahn à la contrebasse et J.C. Moses et Charles Moffett à la batterie. Janvier 2019 : revoici l’intégralité de ces séances des 1er et 3 juin 1963, alternate takes comprises. Les bandes avaient été stockées dans une valise par Dolphy lui-même avec d’autres effets personnels juste avant qu’il ne s’envole pour son ultime tournée européenne au cours de laquelle il mourra, à Berlin, le 29 juin 1964 à 36 ans. Le Californien avait confié la valise en question à des amis. Des années plus tard, elle est récupérée par le flûtiste James Newton qui évoque son contenu avec Zev Feldman de chez Resonance Records et les pontes du Eric Dolphy Trust de Los Angeles. Avec ses deux heures et demie de musique, Musical Prophet est un document majeur de l’évolution artistique d’Eric Dolphy. Un enregistrement à rapprocher de Out to Lunch!, son chef-d’œuvre pour Blue Note gravé sept mois plus tard. Mais pas son brouillon pour autant. Ici, le groupe veut embarquer la tradition sur des sentiers inédits et cabossés. Sans couper le cordon avec les anciens (Jitterbug Waltz de Fats Waller ouvre les hostilités), il fait souffler le chaud et le froid et ose toutes les options. Selon l’arme utilisée (saxo alto, flûte ou clarinette basse), Dolphy offre un visage différent. Mélancolique et introspectif comme énervé pour ne pas dire affolé, il est constamment marqué à la culotte par des complices tout aussi véloces que lui. Et la liberté revendiquée n’éradique jamais la trame mélodique. Cinquante-six ans plus tard, ce jazz en devenir n’a pas perdu de sa spontanéité et ringardiserait facilement certaines productions de 2019… © Marc Zisman/Qobuz
28,99 €
20,99 €

Jazz - Paru le 29 juin 2018 | Impulse!

Hi-Res Livret Distinctions Pitchfork: Best New Reissue - 5 Sterne Fono Forum Jazz - 5 étoiles de Classica
« C’est comme de découvrir une nouvelle pièce dans la grande pyramide. » Le saxophoniste Sonny Rollins n’y va pas par quatre chemins pour évoquer cette séance inédite enregistrée par John Coltrane en mars 1963 et publiée pour la première fois en juin 2018. En matière d’inédits, de soi-disant pépites et autres raretés, on connaît le potentiel des labels à racler les fonds de tiroir et faire turbiner la caisse enregistreuse avec de l’anecdotique, voire du carrément inutile. Sauf que là, l’affaire est tout autre. La discographie posthume de John Coltrane, disparu en juillet 1967, a beau être déjà bien dodue, ce Both Directions at Once: The Lost Album s’avère du premier choix ! Du filet dans le filet ! Le petit Jésus en culotte de velours ! Un léger bémol tout de même sur l’appellation de Lost Album, aucun document ne prouvant que Trane ou même le producteur Bob Thiele n’aient envisagé de transformer cette impeccable séance en véritable album… La scène se déroule donc en mars 1963. Quatre jours avant que le saxophoniste entouré de sa mythique garde prétorienne – le pianiste McCoy Tyner, le batteur Elvin Jones et le contrebassiste Jimmy Garrison – n’enregistrent un disque essentiel avec le chanteur Johnny Hartman. Le mercredi 6 dans l’après-midi, le quartet fait un crochet par le fameux studio de Rudy Van Gelder à Englewood Cliffs dans le New Jersey. Juste quelques heures avant de rentrer à Manhattan pour se produire, le soir, sur la scène du club Birdland. Les bandes de cette session ont été retrouvées par la famille de Naima, première femme de Coltrane. Quatorze titres sont écoutables. Dont deux pièces originales, Untitled Original 11386 et Untitled Original 11383 sur lequel Garrison signe un solo à l'archet ! La merveille est donc disponible en édition simple (sept titres sélectionnés par le fils, Ravi Coltrane) ou Deluxe (les quatorze !). La complicité entre les quatre hommes saute aux oreilles comme jamais. Coltrane alterne entre séquences habitées préfigurant ses embardées furieuses à venir (Untitled Original 11386 et son mythique Impressions) et moments viscéralement lyriques (le standard Nature Boy). Des déluges de notes se mariant à la perfection au style percussif de McCoy Tyner… Bref, Both Directions at Once: The Lost Album a beau ne donner aucune information inédite sur le quartet de Coltrane, il demeure une archive totalement indispensable, tant pour sa qualité musicale que sonore. © Marc Zisman/Qobuz
35,49 €
30,49 €

Jazz - Paru le 23 mars 2018 | Columbia - Legacy

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Indispensable JAZZ NEWS - Pitchfork: Best New Reissue - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Lorsque les noms de Miles Davis et John Coltrane se retrouvent à la même affiche, le frison est déjà à portée de main. Avec ce sixième épisode des Bootleg Series du trompettiste, il se transforme même – doux euphémisme – en extase. The Final Tour se concentre sur le dernier chapitre de la collaboration entre Miles et Coltrane. Sur quatre CD, il comprend des performances enregistrées dans le cadre de leur tournée européenne de 1960 – la dernière ensemble – avant la mort du saxophoniste en juillet 1967. On y retrouve les deux concerts de l’Olympia à Paris le 21 mars 1960, les deux du 22 mars à Stockholm et celui du 24 mars à Copenhague, le tout disponible pour la première fois à partir des bandes analogues ¼ pouces. Ces cinq concerts se déroulent un an à peine après la sortie du chef-d’œuvre Kind of Blue qui a violemment secoué la jazzosphère. La puissance nucléaire créative des protagonistes est ici telle que le quintet est à chaque seconde au bord de l’implosion. Avec le pianiste Wynton Kelly, le contrebassiste Paul Chambers et le batteur Jimmy Cobb, Miles comme Trane livrent des improvisations torrentielles dans lesquels la fusion comme l’opposition sautent aux oreilles. Mais miraculeusement, tout tient, rien ne s’effondre. Au contraire ! C’est la magie de ces cinq concerts : entendre à la fois l’individualisme de cinq géants et leur capacité à se tenir par la main pour rugir à l’unisson. Côté répertoire, ce coffret est une sorte de nirvana davisien avec les plus grands thèmes (pas toujours de lui) qui ont fait le succès du trompettiste : ’Round Midnight, Bye Bye Blackbird, On Green Dolphin Street, Walkin’, All of You, Oleo, So What ou bien encore All Blues… Enfin, The Final Tour se conclut par une étonnante interview donnée par Coltrane au DJ radio suédois Carl-Erik Lindgren. « Vous sentez-vous en colère ? », lui demande celui-ci. « Non, répond Trane. J’expliquais récemment à un ami que la raison pour laquelle je jouais tant de sons – et c’est pour ça que ça peut ressembler à de la colère –, c’est que j’essaie de dire beaucoup de choses en même temps. Et je ne les ai pas triées. » A l’écoute de ces concerts de 1960, on ne peut que crier : non au tri sélectif ! © Marc Zisman/Qobuz
15,49 €
10,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1974 | Milestone

Hi-Res Livret Distinctions Pitchfork: Best New Reissue
Entre post bop et hard bop, Joe Henderson s’est fait un nom durant les années 60, signant cinq disques brillants en tant que leader pour le compte du label Blue Note. Comme nombre de ses confrères à la fin de cette même décennie, le saxophoniste veut chahuter les règles du genre et fricoter avec une certaine avant-garde. Enregistré en octobre 1973 à Los Angeles et publié l’année suivante par Milestone Records, The Elements est l’un des beaux fruits de cette quête d’un ailleurs jazz. Comme son titre l’indique, l’album est divisé en quatre parties logiquement baptisées Fire, Air, Water et Earth et dans les improvisations duquel Henderson embarque avec lui des aventuriers de renom : Alice Coltrane au piano et à la harpe, le violoniste Michael White, le contrebassiste Charlie Haden, le batteur Leon Ndugu Chancler et les percussionnistes Kenneth Nash et Baba Duru Oshun. Un gang de chasseurs de sons plus qu’inspirés, n’hésitant pas à se perdre dans des sonorités latinos et indiennes. Mais ce millefeuille libertaire jazz et world, comme il en pleuvait à l’époque, est surtout l’œuvre de musiciens totalement habités, impliqués et à l’écoute les uns des autres. Implications qui fait que ces Elements sont bien au-dessus de la mêlée… © MZ/Qobuz
14,99 €

Free jazz & Avant-garde - Paru le 22 septembre 2014 | Strut

Distinctions Sélection JAZZ NEWS - Pitchfork: Best New Reissue
Allumé ? Oui Sun Ra était sans doute un véritable allumé. Difficile de trouver vocable plus adéquate pour définir cet hallucinant créateur-agitateur qui traversa le ciel jazz comme une comète incontrôlable. À la tête de son Arkestra, Herman Poole Blount alias Sun Ra a enregistré plus de deux cents albums, le plus souvent sur son label Saturn depuis la fin des années 50. Vénéré (ou détesté) pour ses compositions à tiroirs et ses performances phénoménales autant que pour la bizarroïde philosophie cosmique qu'il prêchait, le pianiste d’Alabama fut un bruitiste qui influencera de nombreux acteurs de la scène expérimentale des années 70 à nos jours. Un créateur à part que ce Sun Ra répétant inlassablement : « Certaines personnes sont contrôlées par des forces venues d’autres planètes. J’en fais partie, donc je ne suis pas réellement libre ». Cette excellente compilation intitulée Marshall Allen presents Sun Ra And His Arkestra: In The Orbit Of Ra paru sur le non moins excellent label Strut est la parfaite porte d'entrée au royaume de ce Ra. Tous ses essentiels hommes de main sont là (Marshall Allen, Michael Ray, Knoel Scott et Danny Ray Thompson) pour un vaste périple à bord de l'Arkestra du début des années 60 jusqu'à celui des années 80, du blues céleste de Spontaneous Simplicity et Plutonian Nights à l'urgence de Rocket Number Nine Take Off For Planet Venus et Dance Of The Cosmo-Aliens. © MD/Qobuz
18,99 €
15,99 €

Jazz - Paru le 21 mars 2014 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions Pitchfork: Best New Reissue

Le genre

Jazz fusion & Jazz rock dans le magazine