Les albums

10,99 €

Jazz - Paru le 30 novembre 2018 | Cam Jazz

Distinctions Choc de Classica
« Les interprétations de Gershwin sont innombrables ; elles sont aussi assez souvent décevantes à cause de leur pompiérisme orchestral ou de leur mauvais goût. Le trio formé par le brillant pianiste Enrico Pieranunzi, son frère Gabriele, violoniste tout aussi brillant, et l’agile clarinettiste Gabriele Mirabassi évite avec grâce ces écueils en choisissant l’interprétation chambriste. Un Américain à Paris et la Rhapsody in Blue y acquièrent une fraîcheur et une juvénilité primesautière dont on ne les croyait plus susceptibles. Quatre préludes et une variation complètent le programme, dont chaque moment soigneusement arrangé témoigne d’une musicalité chantante et d’une délicatesse de traitement qui font de cet album l’un des meilleurs, sinon le meilleur, que l’on ait jamais consacré à la musique du magicien de Broadway.» (Classica, décembre 2018 / Jean-Pierre Jackson)
9,99 €

Jazz - Paru le 6 avril 2018 | BMC Records

Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica
« Le contrebassiste hongrois Mátyás Szandai puise dans les créations musicales de Bartók, essentiellement les Mikrokosmos et les danses et chants de Noël, pour le répertoire de l’album qu’il interprète avec Mathias Lévy au violon et Miklós Lukács au cymbalum, dont la densité harmonique et le timbre font ici merveille. Ces Bartók Impressions donnent une impression de familiarité pour qui écoute souvent les Mikrokosmos ou même le Concerto pour orchestre, mais aussi une sensation de fraîcheur renouvelée sans trahir l’esprit du grand Béla. On assiste à un double phénomène : de même que Bartók reprend des airs populaires pour en faire sa propre matière, à leur tour, Mátyás Szandai et ses compagnons puisent dans les chromatismes et les modulations audacieuses de ses compositions la sève de la leur. Il y a là une voie originale et novatrice où l’écriture et l’improvisation excellent et dont le résultat musical est une esthétique passionnante et féconde. » (Classica, novembre 2018 / Jean-Pierre Jackson)
17,49 €23,49 €
12,49 €16,49 €

Jazz - Paru le 19 janvier 2018 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 3F de Télérama - Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Comme tous les grands souffleurs, John Surman possède un son identifiable dès la première respiration. Un son qui s’est aussi bien nourri de la culture de sa terre natale britannique (le folklore local est une des composantes de sa musique) que de celle d’autres contrées. Le saxophoniste et clarinettiste a ainsi croisé la route du pianiste Nelson Ayres – bien connu des fans de jazz brésilien pour son travail avec Airto Moreira et Milton Nascimento – lors d’une tournée en Amérique du Sud. Et c’est à Oslo qu’il a rencontré le vibraphoniste américano-norvégien Rob Waring, expatrié en Scandinavie. Avec Invisible Threads, les trois hommes sont réunis pour jouer un programme composé principalement de pièces originales de Surman, enregistrées à Oslo en juillet 2017, sous la direction artistique de Monsieur ECM, Manfred Eicher. Un programme comme une ode aux mélodies qui transcendent les idiomes. Une fois de plus, John Surman déroule des narrations belles et singulières. Des parcelles de joie intérieure, presque mélancoliques, au cœur desquelles les improvisations se boivent comme de divins élixirs. Ce jazz est évidemment autre. Et comme le saxophoniste est un locataire d'ECM depuis des décennies, il est aussi l’un des artisans du son du label munichois. Et aujourd'hui plus que jamais. © MD/Qobuz « [...] La musique est diaphane, évocatrice de limbes irisés, constamment lyrique, comme issue d'un au-delà dont il connaît seul l'emplacement et avec lequel il tisse de fabuleux "liens invisibles". Et tout semble simple, naturel, coulant de source claire, comme sans préparation, respirant avec aisance, bruissant de souffles loquaces mais sans vertiges, dont l'effet durable n'est pas seulement musical, mais chaleureusement poétique.» (Classica, mars 2018 / Jean-Pierre Jackson) « [...] c’est une musique humble et recueillie qui compose cet album, son vingt-cinquième pour le label ECM. [...] On s’étonne de découvrir tant de verve et d’enfance inentamées chez ce Britannique de 73 ans qui n’a jamais renoncé à affiner sa sensibilité. » (Télérama, janvier 2018 / Louis-Julien Nicolaou)
17,49 €
12,49 €

Jazz - Paru le 8 septembre 2017 | Universal Music Division Decca Records France

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica
Un an après Note From New York, Bill Charlap enfonce un peu plus le clou de son identité new-yorkaise pure et dure avec un brillant Uptown Downtown. Discret autant que raffiné, le pianiste de la Grosse Pomme se concentre depuis des années sur la transmission et la célébration d’un jazz éternel. Avec lui, le voyage dans les années 40 et 50 est garanti sans vice de forme. Le Great American Songbook qui agita les planches de Broadway comme les écrans en cinémascope made in Hollywood ne pouvaient trouver meilleur ambassadeur. Et à chaque fois, la magie opère ! Même sur des standards archi-revisités comme Sophisticated Lady qui boucle cet album ! Epaulé par sa rythmique en or massif (Peter Washington à la contrebasse et Kenny Washington à la batterie), Bill Charlap en fait du nectar de swing, une merveille d’épure et de bon goût. Et puis il y a la chaleur de ce son sooooo new-yorkais. Cette façon unique de jouer une mélodie. Un art en soi. Art qui nécessite à la fois humilité et attention, expérience et intuition. Une approche qui fait de Charlap l’héritier impérial d’une certaine tradition du piano jazz, dont Hank Jones, Tommy Flanagan ou Shirley Horn (qu’il a connus tous trois) furent des figures essentielles, au même titre que Teddy Wilson, Art Tatum, Ahmad Jamal ou Sonny Clark… Un disque d’une classe folle. © CM/Qobuz
17,99 €

Jazz - Paru le 1 septembre 2017 | Fremeaux Heritage

Distinctions Choc de Classica
« Rassembler en un même coffret des enregistrements à l'origine éparpillés amène à une reconsidération bénéfique, à condition qu'un fil directeur thématique mette en valeur le sens du domaine regroupé. C'est le cas avec le fomidable coffret qu'Alain Tercinet consacre aux chanteurs et chanteuses de la West Coat, c'est-à-dire captés à Los Angeles et Hollywood entre 1953 et 1961. Si certains noms sont relativement connus tels Julie London, Peggy Lee, Mel Tormé, Doris Day, Sammy Davis Jr. ou... Marilyn Monroe, d'autres le sont moins aujourd'hui, et ce n'est pas justice. Mis en lumière par des arrangeurs qui admiraient Darius Milhaud ou Stravinsky, ces vocalistes étaient souvent moins conformistes que l'on ne le croyait, toujours d'une belle élégance et d'une décontraction qui n'exprimait sans doute pas l'état réel de leur esprit, mais une grâce faite à l'auditeur. Ces trois CD, reflets d'une époque qui baignait dans un optimisme confiant dans l'avenir, sont assurément de véritables trésors offrant découvertes et sensations inédites : ils sont chaudement recommandés. » (Classica, juin 2017 / Jean-Pierre Jackson)
7,99 €

Jazz - Paru le 7 juillet 2017 | Stunt Records

Distinctions Choc de Classica
« Kathrine Windfeld n'est pas seulement une pianiste inspirée, elle est aussi auteur de compositions pour grand orchestre. Son album Latency en donne une démonstration éclatante avec un big band de quinze musiciens [...] Timbres et sections sont parfois surprenants, mais toujours empreints d'une parfaite musicalité. Un pur régal [...] » (Classica, mars 2018 / Jean-Pierre Jackson)
7,99 €

Jazz - Paru le 6 avril 2017 | Disques Black & Blue

Distinctions Choc de Classica
« Le label Black & Blue édite plusieurs albums captés en 1978, lors du Festival de Nice qui était alors un festival de jazz. Les leaders de ces concerts, devenus légendaires, joyaux brillant dans la mémoire de ceux qui y assistèrent, est impressionnant : Illinois Jacquet, Mary Lou Williams, Helen Humes, Jonah Jones, Harry Edison (deux fois), Carrie Smith, Eddie "Lockjaw" Davis et le cher Guy Lafitte. Voir "Live at Nice Jazz 1978" (Classica, février 2018 / Jean-Pierre Jackson)
7,99 €

Jazz - Paru le 6 avril 2017 | Disques Black & Blue

Distinctions Choc de Classica
« Le label Black & Blue édite plusieurs albums captés en 1978, lors du Festival de Nice qui était alors un festival de jazz. Les leaders de ces concerts, devenus légendaires, joyaux brillant dans la mémoire de ceux qui y assistèrent, est impressionnant : Illinois Jacquet, Mary Lou Williams, Helen Humes, Jonah Jones, Harry Edison (deux fois), Carrie Smith, Eddie "Lockjaw" Davis et le cher Guy Lafitte. Voir "Live at Nice Jazz 1978" (Classica, février 2018 / Jean-Pierre Jackson)
7,99 €

Jazz - Paru le 6 avril 2017 | Disques Black & Blue

Distinctions Choc de Classica
« Le label Black & Blue édite plusieurs albums captés en 1978, lors du Festival de Nice qui était alors un festival de jazz. Les leaders de ces concerts, devenus légendaires, joyaux brillant dans la mémoire de ceux qui y assistèrent, est impressionnant : Illinois Jacquet, Mary Lou Williams, Helen Humes, Jonah Jones, Harry Edison (deux fois), Carrie Smith, Eddie "Lockjaw" Davis et le cher Guy Lafitte. Voir "Live at Nice Jazz 1978" (Classica, février 2018 / Jean-Pierre Jackson)
7,99 €

Jazz - Paru le 5 mai 2017 | Disques Black & Blue

Distinctions Choc de Classica
« Le label Black & Blue édite plusieurs albums captés en 1978, lors du Festival de Nice qui était alors un festival de jazz. Les leaders de ces concerts, devenus légendaires, joyaux brillant dans la mémoire de ceux qui y assistèrent, est impressionnant : Illinois Jacquet, Mary Lou Williams, Helen Humes, Jonah Jones, Harry Edison (deux fois), Carrie Smith, Eddie "Lockjaw" Davis et le cher Guy Lafitte. Voir "Live at Nice Jazz 1978" (Classica, février 2018 / Jean-Pierre Jackson)
24,99 €
17,99 €

Jazz - Paru le 16 juin 2017 | Sam Records

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - Indispensable JAZZ NEWS - Jazzwise Five-star review
Le cinéaste Roger Vadim eut beau trancher en faveur de la B.O. d’Art Blakey et de ses Jazz Messengers pour illustrer son adaptation cinématographique moderne des Liaisons dangereuses de Laclos, la partition élaborée par Thelonious Monk est tout aussi impressionnante. Non pas pour son originalité puisqu’il s’agit essentiellement des propres thèmes, revisités, du pianiste. Superbement exhumée par le label Sam Records (son Hi-Res 24Bit et livret numérique passionnant), cette session new-yorkaise inédite du 27 juillet 1959 réunissait, autour du pianiste, les saxophonistes Charlie Rouse et Barney Wilen, le contrebassiste Sam Jones et le batteur Art Taylor. Une séance assez magique durant laquelle un Monk détendu au possible laisse le champ libre notamment à ses deux ténors. Un vrai trésor caché à découvrir d’urgence. © MD/Qobuz « [...] La surprise est de taille, aucune nouveauté contemporaine ne pouvant se comparer à l'irruption d'une telle Atlandide inouïe. "Crepuscule with Nellie", qui accompagnait le générique du film, n'a peut-être jamais été aussi magnifique, aussi poétique et déchirant. L'ensemble constitue une extraordinaire révélation, un indispensable et inoxydable monument.» (Classica, juillet-août 2017 / Jean-Pierre Jackson)
7,99 €

Jazz - Paru le 5 mai 2017 | Disques Black & Blue

Distinctions Choc de Classica
« Le label Black & Blue édite plusieurs albums captés en 1978, lors du Festival de Nice qui était alors un festival de jazz. Les leaders de ces concerts, devenus légendaires, joyaux brillant dans la mémoire de ceux qui y assistèrent, est impressionnant : Illinois Jacquet, Mary Lou Williams, Helen Humes, Jonah Jones, Harry Edison (deux fois), Carrie Smith, Eddie "Lockjaw" Davis et le cher Guy Lafitte. Voir "Live at Nice Jazz 1978" (Classica, février 2018 / Jean-Pierre Jackson)
10,99 €

Jazz - Paru le 6 juin 2017 | Resonance Records

Distinctions Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Jazz
« L’enregistrement inédit du trio de Wynton Kelly (avec Ron McClure et Jimmy Cobb) auquel se joint le guitariste Wes Montgomery au Penthouse de Seattle, en avril 1966, mérite de rejoindre la discothèque idéale aux côtés du fabuleux Smokin’ at the Half Note. Il y a là une perfection de style qui démontre à chaque instant ce que Jacques Réda définit comme « un ordre harmonieux, euphorique entre humains et dans leurs rapports avec l’énigme dont ils résultent ». Bénis soient ceux à qui nous devons la conservation et la résurrection de cette musique qui autrement se serait à jamais évanouie dans l’air de ces nuits magnifiques.» (Classica, septembre 2017 / Jean-Pierre Jackson)
21,49 €
14,99 €

Jazz - Paru le 26 mai 2017 | Blue Note (US1A)

Hi-Res Distinctions Choc de Classica
En 1956, Louis Hayes n’a que19 ans lorsqu’il quitte sa Detroit natale pour débarquer à New York. Là, le batteur intègre le quintet d’Horace Silver avec lequel il gravera des merveilles pour Blue Note comme 6 Pieces Of Silver, The Stylings Of Silver, Finger Poppin' With The Horace Silver Quintet et Blowin’ The Blues Away. Soixante ans plus tard, Hayes signe son premier album comme leader sur le label fondé en 1939 par Alfred Lion et Max Margulis. Et pour boucler la boucle, il s’agit d’un hommage à Horace Silver, disparu en juin 2014. Dans les notes de pochette, le sémillant octogénaire s’explique : « Je voulais faire ce disque pour honorer la mémoire d’Horace Silver mais aussi pour que les fans de jazz entendent sa musique. Horace et moi sommes toujours restés en contact depuis notre première rencontre et, peu de temps avant sa mort, il m’avait déclaré : « Louis, tu fais partie de mon histoire ». Je me suis interrogé sur la signification de cette phrase et j’ai commencé à cogiter sur comment projeter la musique d’Horace et son héritage dans le futur. » Avec le vibraphoniste Steve Nelson, le pianiste David Bryant, le saxophoniste ténor Abraham Burton et le trompettiste Josh Evans, le batteur répond brillement à ses interrogations en revisitant dix compositions de son ami pianiste. Il signe également un thème original sur sa ville natale, Hastings Street. Et, cerise sur ce superbe gâteau hard-bop, la participation sur le tubesque Song For My Father du chanteur soul Gregory Porter. Une Serenade For Horace qui remplit bien sa mission d’hommage et donnera envie aux plus jeunes de se plonger dans le vaste répertoire de cette figure majeure du jazz du XXe siècle. © MZ/Qobuz « Louis Hayes est un grand batteur qui propulsa entre autres les formations de Cannonball Adderley, le trio dOscar Peterson et le quintet d'Horace Silver. C'est à la mémoire de ce dernier qu'est dédié ce nouvel album qui reprend certains des thèmes fétiches du groupe historique. Mais il ne s'agit pas d'une reproduction à l'identique. Le vibraphone de Steve Nelson apporte une couleur nouvelle, les découpages rythmiques sont renouvelés, les voicings réinventés. La réussite y est aussi éclatante qu'émouvante, témoignant à quel point le vif-argent de cette musique n'est pas près de se ternir.» (Classica, juin 2017 / Jean-Pierre Jackson)
8,99 €

Jazz - Paru le 6 février 2017 | Arts Et Spectacles

Distinctions Choc de Classica
« Formée musicalement par Jacques Rouvier, Théodore Paraskivesco et Laurent Cabasso, la pianiste Remi Masunaga a enregistré les Préludes de Chopin et les Variations Goldberg. Ces dernières sont au cœur de la rencontre avec le vibraphone et le marimba de David Patrois. Tantôt la citation des Goldberg est littérale, autour de laquelle brode le percussionniste, tantôt elle sert de tremplin à une recréation duelle où l'improvisation est toutefois ordonnée par l'enchaînement harmonique qui en est issu [...] Voilà donc un disque à la fois surprenant et bien sûr familier, mais tout à fait rafraîchissant. Il convient d'en saluer l'ambition exceptionnelle et la réussite qui, quoique inattendue, est manifeste et dont l'écoute est recommandée aux auditeurs fréquents de Glenn Gould et tant d'autres.» (Classica, février 2018 / Jean-Pierre Jackson)
7,99 €

Jazz - Paru le 18 novembre 2016 | Disques Black & Blue

Distinctions Choc de Classica
« Le label Black & Blue édite plusieurs albums captés en 1978, lors du Festival de Nice qui était alors un festival de jazz. Les leaders de ces concerts, devenus légendaires, joyaux brillant dans la mémoire de ceux qui y assistèrent, est impressionnant : Illinois Jacquet, Mary Lou Williams, Helen Humes, Jonah Jones, Harry Edison (deux fois), Carrie Smith, Eddie "Lockjaw" Davis et le cher Guy Lafitte. Voir "Live at Nice Jazz 1978" (Classica, février 2018 / Jean-Pierre Jackson)
7,99 €

Jazz - Paru le 18 novembre 2016 | Disques Black & Blue

Distinctions Choc de Classica
« Le label Black & Blue édite plusieurs albums captés en 1978, lors du Festival de Nice qui était alors un festival de jazz. Les leaders de ces concerts, devenus légendaires, joyaux brillant dans la mémoire de ceux qui y assistèrent, est impressionnant : Illinois Jacquet, Mary Lou Williams, Helen Humes, Jonah Jones, Harry Edison (deux fois), Carrie Smith, Eddie "Lockjaw" Davis et le cher Guy Lafitte. Voir "Live at Nice Jazz 1978" (Classica, février 2018 / Jean-Pierre Jackson)
7,99 €

Jazz - Paru le 18 novembre 2016 | Disques Black & Blue

Distinctions Choc de Classica
« Le label Black & Blue édite plusieurs albums captés en 1978, lors du Festival de Nice qui était alors un festival de jazz. Les leaders de ces concerts, devenus légendaires, joyaux brillant dans la mémoire de ceux qui y assistèrent, est impressionnant : Illinois Jacquet, Mary Lou Williams, Helen Humes, Jonah Jones, Harry Edison (deux fois), Carrie Smith, Eddie "Lockjaw" Davis et le cher Guy Lafitte. Voir "Live at Nice Jazz 1978" (Classica, février 2018 / Jean-Pierre Jackson)
41,99 €

Jazz - Paru le 4 novembre 2016 | ECM

Livret Distinctions Choc de Classica
Le rapport que Keith Jarrett entretient avec l’enregistrement en général, et l’objet disque en particulier, est assez fascinant. Le pianiste d’Allentown possède une discographique pantagruélique alternant entre albums studios et live, d’hier comme d’aujourd’hui, n’hésitant jamais à ressortir de ses archives des captations anciennes pour mieux cerner l’évolution de son parcours. C’est le cas de A Multitude Of Angels qui parait en novembre 2016 et réunit sur quatre disques des enregistrements extraits de quatre concerts donnés en Italie en octobre 1996 à Modène, Ferrare, Turin et Gênes. Une publication qui s’inscrit donc dans la chronologie de ses nombreux enregistrements live en solo, juste après l’album La Scala paru en 1995. A Multitude Of Angels marque en ce sens la fin de la première période des grands concerts solo du pianiste, documentée par ECM dans les coffrets Bremen-Lausanne et Sun Bear Concerts. Durant cette période, la musique extraordinairement spontanée du pianiste américain, d’une totale liberté dans ses développements, donnait l’impression de pouvoir embarquer l’improvisateur dans un nombre infini de directions. « Ce furent les derniers concerts que j’ai donnés sans interruption entre chaque set, explique Jarrett dans les notes du livret. Le jazz y est omniprésent en parallèle de ma profonde proximité avec la musique classique (moderne et ancienne, Ives et Bach). » Le Jarrett de ces concerts transalpins qui paraissent vingt ans après leur enregistrement offre ainsi une forme de lyrisme rare comme des introspections beaucoup plus cérébrales. Et son agilité comme sa virtuosité lui permettent ainsi d’alterner sans que l’on perde le fil du propos, ni la trame narrative qu’il déroule. Fascinant. © MD/Qobuz
21,49 €

Jazz - Paru le 21 octobre 2016 | Columbia - Legacy

Distinctions Choc de Classica - Qobuz Référence
Ce cinquième épisode de la saga Bootleg est – comme ses prédécesseurs – avant tout destiné aux grands aficionados et aux complétistes de Miles Davis. Sur trois CD, Miles Davis Quintet : Freedom Jazz Dance: The Bootleg Series, Vol. 5 donne un beau coup de zoom sur l’album Miles Smiles conçu avec le mythique second quintet du trompettiste. Le point de départ est évidemment la prise master de chaque titre, agrémentée ici de nombreuses alternative takes permettant de comprendre le cheminement pour arriver à ces chefs-d’œuvre… Le pianiste Herbie Hancock, le saxophoniste Wayne Shorter, le contrebassiste Ron Carter, le batteur Tony Williams et leur patron inventent lors de ces sessions de 1966 un style bien à eux. Une musique complexe, au tempo plutôt lent, mais surtout jamais prévisible. Les échanges, les solos, tout ici est d’une inventivité, d’une richesse et d’une musicalité impressionnantes. Assister grâce à ce coffret au processus créatif de ce jazz novateur est un véritable plaisir. © MD/Qobuz « Comment ne pas recommander Fredom Jazz Dance de Miles Davis ? Le disque réunit les prises masters de Miles Smiles, Nefertiti et Water Babies, albums devenus classiques du second quintet (avec Wayne Shorter, Herbie Hancock, Ron Carter, Tony Williams), et ajoute deux heures inédites et un blues joué par Miles... au piano ? C'est là une édition de référence absolument indispensable.» (Classica, décembre 2016 / Jean-Pierre Jackson)

Le genre

Jazz fusion & Jazz rock dans le magazine