Catégories :

Les albums

HI-RES11,99 €
CD7,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 20 septembre 2019 | Brownswood Recordings

Hi-Res
Depuis Starding Today, son premier album solo de 2018, on savait que Joe Armon-Jones avait trouvé sa place sur l’échiquier de la jeune scène jazz britannique dans le rôle du savant fou des claviers qui connaît son Herbie Hancock sur le bout des doigts. Repéré notamment sur la compilation We Out Here (un disque Qobuzissime !) publiée par le label de Gilles Peterson, Brownswood Recordings, le cofondateur d'Ezra Collective enchaîne avec Turn to Clear View, un opus tout aussi éclectique que son prédécesseur avec des invités comme Oscar Jerome, Moses Boyd, Georgia Anne Muldrow et Nubya Garcia. A l’instar de ses congénères, JAJ a été biberonné à mille sons. Jazz donc mais aussi fusion, musique de club, afrobeat, hip-hop, nu-soul, acid jazz, dub et funk qu’il emboîte comme des Lego avec beaucoup de dextérité.Comme son prédécesseur, ce deuxième album en tant que leader fait écho à la fin des 70's et au début des 80's, lorsque la soul et le funk infiltraient le genre, pour le meilleur comme parfois pour le pire. JAJ marchent ainsi sur les brisées de Roy Ayers, Bernard Wright, Ramsey Lewis, Ronnie Laws, Ronnie Foster, les Blackbirds, les Headhunters, Alphonse Mouzon et quelques autres. Mais sur un titre comme The Leo & Aquarius, il rappelle – avec l’aide du rappeur Jehst – qu’il vit bien au XXIe siècle et non dans un passé fantasmé. Idem lorsque Georgia Anne Muldrow fait de Yellow Dandelion un tube soul’n’jazz aux sonorités bien actuelles. Derrière ses claviers, JAJ ne pense pas exclusivement à lui et n’abuse jamais de sa pyrotechnique virtuosité. Là réside la force de son très plaisant Turn to Clear View. © Marc Zisman/Qobuz
CD0,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 20 septembre 2019 | Millennium Jazz Music

CD9,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 17 septembre 2019 | Electric Kif Records

HI-RES2,54 €
CD1,69 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 13 septembre 2019 | Frutex Tracks

Hi-Res
CD9,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 13 septembre 2019 | Boofa the River Elephant

CD9,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 13 septembre 2019 | JKT

CD0,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 12 septembre 2019 | Honk Tank

CD9,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 12 septembre 2019 | Elysian Green

CD5,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 10 septembre 2019 | DMJ

CD9,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 9 septembre 2019 | Drexel Fusion Band

HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 6 septembre 2019 | Rhino - Warner Records

Hi-Res
Les bandes inédites de Miles Davis officiellement rééditées ne courent pas les rues. Raison de plus pour se précipiter sur celles que publient Warner Bros. et Rhino en septembre 2019. Évidemment, elles ne concernent pas vraiment l’âge d’or du trompettiste puisque datées de 1985. Cette année-là, Miles quittait Columbia, sa maison de disques attitrée depuis plus de trente ans, pour rejoindre Warner. Un déménagement d’autant plus étonnant qu’il avait renoué avec un certain succès commercial grâce à The Man With the Horn (1981), Star People (1983), Decoy (1984) et le très commercial You're Under Arrest (1985). En octobre, à 59 ans, il démarre donc l'enregistrement d’un nouvel album intitulé Rubberband à Los Angeles avec les producteurs Randy Hall et Zane Giles.Lors des séances, le trompettiste s'embarque dans une direction musicale radicalement différente en incluant des grooves funk et soul avec l'intention de recruter Al Jarreau et Chaka Khan. Mais l'album ne sortira pas, et Miles Davis concoctera à la place son fameux Tutu grâce à Marcus Miller, laissant les titres de Rubberband inédits pendant plus de trois décennies. Le trésor s’ouvre enfin. L'album a été complété par les producteurs originaux – Hall et Giles – et Vince Wilburn Jr., son neveu qui jouait de la batterie lors des sessions d’origine. Le son est 100 % 80's avec synthés à gogo et rythmique funky disco assez commerciale. Au point que certains morceaux, sur lesquels Miles est plutôt discret, ne sonnent aucunement jazz (surtout ceux portés par les voix de Ledisi et Lalah Hathaway). Impossible en tout cas d’écouter ce Rubberband (conçu avec les claviéristes Adam Holzman, Neil Larsen et Wayne Linsey, le percussionniste Steve Reid, le saxophoniste Glen Burris et le batteur Vince Wilburn Jr.) sans penser à cette période musicalement très typée. Mais sur certains thèmes comme See I See, la candeur des phrases de Miles reste impressionnante. Et tout au long de l’album, il lâche çà et là quelques envolées vibrantes. Assez en tout cas pour combler ses fans. © Max Dembo/Qobuz
CD9,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 6 septembre 2019 | Jordy Blanco Entertainment

CD1,49 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 1 septembre 2019 | Dirk Quinn Band

CD9,99 €

Jazz fusion & Jazz rock - Paru le 29 août 2019 | Pearring Sound

Le genre

Jazz fusion & Jazz rock dans le magazine