Retour chez les ancêtres

PURCELL: Indian Queen (The) | Henry Purcell par Scholars Baroque Ensemble

PURCELL: Indian Queen (The) | Henry Purcell par Scholars Baroque Ensemble

Classique

Paru le 1 janvier 1998 chez Naxos

L’un des premiers grands exemples de « masque » anglais, qui mélange chant, danse et théâtre, dans un grand spectacle mettant en scène la reine des Incas et un général aztèque – sans se préoccuper de savoir si le croisement de ces deux civilisations était plausible, mais l’œuvre date de 1695, on pardonnera donc l’aberration géographique et historique

Les modèles français et anglais de la fin du XIXe siècle

L'âge d'or de Broadway

LOESSER: Guys and Dolls (Original Broadway Cast) (1950) / Where's Charley? (Excerpts) | Robert Alda

LOESSER: Guys and Dolls (Original Broadway Cast) (1950) / Where's Charley? (Excerpts) | Robert Alda

Jazz

Paru le 22 décembre 2004 chez Naxos

D’après deux histoires courtes du truculent Damon Runyon, qui décrit avec maestria les petites frappes et les petites dames du demi-monde new-yorkais, avec une petite incursion de l’Armée du Salut. Une musique jubilante, un sujet délicieux, qui firent d’ailleurs l’objet d’un film musical avec Brando et Sinatra. La production initiale fut jouée quelque 1200 fois d’affilée ! Incontournable.

Sondheim

Miss Saigon | Compositeurs Divers par Original London Cast

Miss Saigon | Compositeurs Divers par Original London Cast

Classique

Paru le 29 juin 1999 chez Geffen Records Inc.

Pour la forme ; ce genre d’ouvrage procède plutôt du grand produit commercial, du grand spectacle à grande machine, fortement formaté, dans un style musical de « crossover » entre la variété et le jazz symphonique, mais le succès populaire est au rendez-vous…

Lire la suite...

Les albums

15,99 €
11,49 €

Comédies musicales - Paru le 7 septembre 2018 | LSO Live

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Après le succès de Fancy Free et de On the Town et bien avant que Woody Allen ne glorifie New York dans ses films, Leonard Bernstein écrit une véritable déclaration d’amour à Big Apple avec Wonderful Town créée à Broadway en 1953. Écrite sur un livret de Betty Comden et Adolph Green et chorégraphiée par Donald Saddler avec la collaboration (non créditée) de Jerome Robbins (le futur créateur de West Side Story), elle se déroule en été 1935 dans le quartier de Greenwich Village. C’est l’histoire de deux sœurs débarquant de leur Ohio natal pour conquérir la ville. La première veut devenir écrivain, la seconde danseuse, mais les difficultés s’amoncellent dans une ville où la concurrence est rude, les loyers hors de prix et l’indifférence générale. Les deux sœurs tomberont amoureuses du même homme, une intrigue qui permet à Bernstein de tricoter une partition brillante oscillant entre comique et gravité. Sir Simon Rattle adore cette partition qu’il avait déjà enregistrée pour EMI en 1998 à Birmingham et dirigée en version de concert, à Berlin, pour le concert de l’an 2002 à la Philharmonie. Quinze ans plus tard, il récidive pour notre plus grand bonheur à la tête du London Symphony Orchestra, dont il est désormais le directeur musical, très attendu. Enregistrée lors de deux concerts donnés au Barbican Center de Londres, en décembre 2017, à l’occasion du centenaire du compositeur, cette nouvelle version de concert d’une heure sacrifie les éléments narratifs au profit des principaux numéros musicaux. Elle bénéficie d’une superbe distribution avec Danielle de Niese et Alysha Umphress dans les rôles principaux. Même en connaissant la versatilité exceptionnelle de Sir Simon, on ne peut qu’admirer la justesse de sa direction, du ton qu’il imprime à cette partition, aux rythmes déhanchées et aux sonorités cuivrées qu’il obtient sans peine d’un LSO (orchestre et chœur) rompu à toutes les musiques. Un régal ! © François Hudry/Qobuz
21,49 €
14,99 €

Comédies musicales - Paru le 7 septembre 2018 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason
Avouons-le, le public français – et la scène française – ne sont guère familiers du répertoire de Broadway et des « musicals » dans leur grande majorité, et si tel ou tel ouvrage (The Sound of Music, flasquement traduit en français par « La mélodie du bonheur ») trouve parfois le chemin de tel ou tel théâtre, cela reste une rareté. Il faut donc se rabattre sur la renommée planétaire de Renée Fleming pour se laisser tenter par cet album rassemblant quelques compositeurs connus de ce côté de l’Atlantique (Jerome Kern, Richard Rogers, Andrew Lloyd-Webber ou Stephen Sondheim) et beaucoup d’autres totalement de nous inconnus, à tord ou à raison. Les arrangements orchestraux rappellent très sérieusement les comédies musicales cinématographiques de la grande époque hollywoodienne, c’est d’ailleurs un choix délibéré et fort bien mené à bout. Fleming adopte parfois une émission jazzy, mais avec le velouté qu’on lui connaît, et la beauté absolue de sa voix, pour un mélange singulier qui peut dérouter les amateurs. Mais qui ne risque rien n’a rien, et cet album (à la limite du répertoire « classique ») est magnifiquement réalisé, en particulier de la part de l’Orchestre de la BBC qui n’a plus besoin d’être présenté. © SM/Qobuz

Le genre

Comédies musicales dans le magazine