Catégories :

Les albums

309526 albums triés par Plus distingués et filtrés par Blues/Country/Folk
HI-RES11,19 €15,99 €(30%)
CD8,04 €11,49 €(30%)

Blues - Paru le 7 octobre 2013 | Dixiefrog

Hi-Res Livret + Vidéo Distinctions 4F de Télérama - Discothèque Idéale Qobuz - Indispensable JAZZ NEWS - Hi-Res Audio
Avec cet album, Eric Bibb exprime de façon poétique et totalement contemporaine sa vision du monde actuel. Ce New-yorkais qui n’a cessé de parcourir la planète, parle de ses habitants, de leurs conflits et de leurs souffrances, mais aussi de compassion, de tolérance et d’empathie. Jericho Road est coproduit par Eric et Glen Scott, un jeune anglais d’origine jamaïcaine éblouissant de talent et d’inventivité. Les arrangements musicaux sont extrêmement riches, la qualité de la réalisation et du son remarquables. Bibb apporte au blues un second souffle et le fait entrer dans le nouveau siècle, preuve que cette musique est toujours vivante et en pleine évolution.
HI-RES19,49 €
CD16,99 €

Country - Paru le 26 février 2013 | Nonesuch

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio - Stereophile: Recording of the Month
Les années passent, filent même, et Emmylou Harris et Rodney Crowell sentaient cette nécessité de graver un instant partagé. C’est chose faite avec Old Yellow Moon enregistré à Nashville. Leurs routes s'étaient croisées à de nombreuses reprises depuis 1974 lorsque la plus belle voix de la country music embarqua l'une des plus fines gâchettes de Nashville en tournée avec elle... Il y a des saveurs californiennes de la fin des 70’s dans cette rencontre au répertoire éclectique. Piochant aussi bien dans celui d’Emmylou que dans les standards (Roger Miller. Ou Allen Reynolds pour une magnifique version de Dreaming My Dreams), cette Old Yellow Moon a des teintes automnales de toute beauté. Aucune surprise, ni effets de manche gratuit là-dedans. Juste une superbe conversation entre gens de bonne compagnie et de bon goût. © MZ/Qobuz
CD17,49 €

Blues - Paru le 22 avril 2011 | Columbia - Legacy

Distinctions Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz - Stereophile: Record To Die For
À l’occasion du centenaire de la naissance du génie du Delta Blues, Columbia Legacy publie une nouvelle édition des fameux "Complete Recordings" paru en 1990. Au delà de son style unique, l’influence de Robert Johnson sur la musique populaire est énorme et résonne jusque dans les enregistrements de stars actuelles du rock tels Beck ou les White Stripes. Voici donc 42 titres mythiques agrémentés d’'alternate takes' enregistrés en 1936 et 1937 remasterisés par le sorcier du mastering Steve Lasker. © Qobuz
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Folk - Paru le 23 janvier 2007 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Parmi la vingtaine d’albums de Joni Mitchell, Blue est un vrai sommet. Dépouillé à l’extrême, ce disque d’une grande pureté publié en juin 1971 symbolise à la perfection la singularité de sa voix dans la scène folk des 70's. Sur dix thèmes, la Canadienne âgée de 28 ans embarque son art dans des harmonies virginales, sur les rives d’une poésie désabusée mais jamais plombante. Joni, pleine de grâce, évite l’introspection ridicule ou gênante grâce à son ton juste pour chanter la solitude, la désillusion, la perte ou l’amour déçu (elle vient de quitter Graham Nash). La guitare et la voix de son complice d’alors James Taylor, la basse de Stephen Stills mais aussi la pedal steel impressionniste de Sneaky Pete Kleinow des Flying Burrito Brothers viennent enrichir avec finesse un disque qui laisse entrevoir quelques inflexions jazz vers lesquelles Joni Mitchell (qui joue également ici du dulcimer des Appalaches) tendra par la suite sur d’autres albums. Rarement une œuvre n’aura dégagé une telle puissance avec si peu de moyens… © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Folk - Paru le 1 janvier 2013 | UMC (Universal Music Catalogue)

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Une simple guitare acoustique, quelques notes de piano, des cordes parfois… En trois albums, Nick Drake – disparu à seulement 26 ans – a construit l’œuvre la plus essentielle de la musique folk. Comme un éden climatique, minimaliste d’aspect et harmoniquement dément. Sa voix d’ange n’avait plus qu’à embarquer cette mélancolie toujours solaire vers des éthers bouleversants et dont ce Pink Moon reste LE grand chef d’œuvre. © MD/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Folk - Paru le 1 janvier 2013 | UMC (Universal Music Catalogue)

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Il fut comme une apparition. Brève donc. Mais une apparition dont l’ombre plane encore aujourd’hui toujours aussi majestueusement sur la musique actuelle. Trois albums et vingt-six années passées sur terre suffiront à Nick Drake pour chambouler la face du mouvement folk… Paru en septembre 1969 sur le label Island, ce premier album de Nick Drake embarque pourtant d’entrée de jeu le folk britannique vers des cieux de poésie et de mélancolie rarement atteints. Une scène folk pourtant aux côtés du jeune songwriter pour le soutenir dans cet enregistrement (Richard Thompson de Fairport Convention et Danny Thompson de Pentangle sont notamment là) porté par des cordes sublimes orchestrées par Robert Kirby. Est-ce encore du folk ? Du folk chambriste peut-être ? Qu’importe… Avec cet alliage onirique, Nick Drake impose son style mais pas encore son nom : les critiques d’alors, sans être négative, ne trouvent cette première copie qu’intéressante et sympathique. Le temps donnera heureusement raison au jeune garçon… © MZ/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Country - Paru le 30 mars 2018 | MCA Nashville

Hi-Res Livret Distinctions Pitchfork: Best New Music - Grammy Awards
En 2013, avec l’impeccable Same Trailer Different Park qui décrocha, à la surprise générale, le Grammy Award du meilleur album country de l’année, Kacey Musgraves avait évité de tomber dans les pièges tendus par Nashville en devenant une 5 473e Taylor Swift. D’autant plus que ses textes parlaient notamment d’homosexualité, de fumette et de mères célibataires, bref de choses qu’on n’aime guère trop dans les franges les plus conservatrices de la country américaine… Pour Pageant Material, son deuxième opus paru durant l’été 2015, la Texane poursuivait dans une veine similaire. Lorsqu’une chanson semblait s’engager sur le chemin miné des clichés du genre, la jeune cow-girl donnait un gros coup de collier pour faire brillamment vriller sa composition. On alternait alors entre country pure et country pop en passant par des titres nettement plus rock voire un brin rétro avec banjo et pedal steel ou, à l’opposé, violons langoureux… Sans révolutionner le genre, ni faire vaciller Nashville, la native de Golden, dans le Nord du Texas, étendait son cercle de fans qui se demandaient sans doute à quoi allait ressembler la suite… Printemps 2018, Kacey Musgraves sort donc la suite en question. Un troisième album qu’elle ancre encore un peu plus vers la pop. Si les intégristes de la country risquent de lâcher l’affaire, les curieux feraient bien d’écouter Golden Hour jusqu’au bout. Est-ce le fait d’avoir passé la bague au doigt de son collègue Ruston Kelly qui fait de ce disque un traité d’Amour ? Sans jamais sonner niaiseux, ses chansons d’amour offrent en effet un vrai lâcher-prise émotionnel et une sincérité inédite. Dans une interview accordée à Entertainment Weekly, Kacey Musgraves dit avoir été influencée par Neil Young, Sade et les Bee Gees ! Un triumvirat on ne peut plus éclectique et déroutant mais plutôt pertinent une fois Golden Hour refermé. Reste à se laisser porter par la douceur de ses chansons qui fleurent bon l’été indien et dont les mélodies sont souvent d’une redoutable efficacité. © Max Dembo/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Country - Paru le 1 mai 1968 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Country - Paru le 16 février 2018 | Low Country Sound - Elektra

Hi-Res Distinctions Grammy Awards - Preis der deutschen Schallplattenkritik
Brandi Carlile ne chôme pas. Entre sa nouvelle vie de mère homosexuelle librement affichée, son activisme auprès de l'association War Child, la belle a trouvé le temps de rentrer en studio pour la sixième fois. En pleine maternité, l'hallucination d'une Amérique au bord du craquage a infusé le récit de ce qu'elle considère comme le plus intense de sa carrière. By the Way, I Forgive You, traversé par le thème évangélique du pardon, coproduit par Shooter Jennings (le fils de feu Waylon) et Dave Cobb (Jason Isbell, Chris Stapleton et Lori McKenna) succède à la country folk de The Firewatcher's Daughter (2015). Dix titres sur 43 minutes abattent tour à tour sujets familiaux, politiques et identitaires signés Carlile et les fidèles jumeaux Hanseroth (Fightings Machinists). Le tout emballé dans une country émotive pour large audience, dont les cordes ont été arrangées par le regretté Paul Buckmaster (Elton John, David Bowie, Rolling Stone ou encore Leonard Cohen). © Charlotte Saintoin/Qobuz
CD13,99 €

Country - Paru le 1 janvier 1994 | American Recordings

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Stereophile: Record To Die For
Dans les années 90, Johnny Cash est devenu un symbole, une légende, une icône, quelque chose comme la conscience (bonne ou mauvaise, par ailleurs) de la chanson populaire américaine. Il a, au fil des années, incarné l’individualisme des pionniers, le romantisme du rebelle, et la rédemption après l’épreuve (en l’occurrence, l’addiction aux drogues). Le problème reste que plus personne ne s’intéresse alors à ses nouveaux enregistrements. Voilà qui interpelle son tout nouveau label, bien décidé à capitaliser sur la renommée du chanteur. Et c’est là que Rick Rubin, par ailleurs producteur des Beastie Boys (donc, dans le contexte, venu de la planète Mars) a l’idée de la décennie, celle d’enfermer Cash dans une pièce, seul avec sa guitare et quelques partitions, et de jeter la clé. Johnny marmonne, déchiffre quelques mélodies signées Tom Waits, Leonard Cohen (« Bird On A Wire ») ou du roi hardcore Glen Danzig, suce son crayon pour écrire une magnifique ode à la mémoire des vétérans du Viêt-Nam (« Drive On »), se souvient de sa jeunesse (« Like A Soldier »), et, globalement, enregistre un chef d’œuvre de sa belle voix grave. On retrouve en effet ici la capacité de Cash de faire passer les chansons des autres par le filtre de sa propre sensibilité, et ainsi de totalement se les approprier. Entre intimité, et drame, American Recordings permet donc le retour en front de scène d’un prêcheur laïque (voir le cliché du recto du livret) et d’un immense artiste. Vous avez dit justice ? Malgré une carrière somme toute plutôt modeste dans les classements de vente, l’album se vit attribuer le Grammy Award du meilleur album de folk contemporain de l’année. © ©Copyright Music Story Christian Larrède 2015
CD13,99 €

Folk - Paru le 1 janvier 2010 | Virgin Records

Distinctions 5/6 de Magic - Sélection du Mercury Prize
CD14,99 €

Country - Paru le 1 janvier 2013 | Mercury Nashville

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Grammy Awards
Certains imaginaient sans doute que Kacey Musgraves serait le clone n°25478 de Taylor Swift. Grosse grosse grosse erreur… Avec ce Same Trailer Different Park qui décrochera le Grammy Award du meilleur album country, la jeune songwriteuse texanne évite de tomber dans les pièges tendus par Nashville. Et lorsque chaque chanson semble s’engager sur le chemin des clichés du genre, Musgraves donne un gros coup de collier pour faire brillamment vriller la composition. On alterne ainsi de la country pure à la country pop en passant par des titres nettement plus rock voire un brin rétro. Et côté textes, elle maîtrise son art à la perfection, capable de soutirer les larmes comme de faire rire avec causticité. Souvent formatées, les stars de la country pop contemporaine proposent peu d’aspérité et de talent. Same Trailer Different Park prouve que Kacey Musgraves est non seulement une star mais une grande artiste. © CM/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Country - Paru le 3 novembre 1958 | Columbia Nashville Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
CD9,99 €

Folk - Paru le 14 avril 2009 | Drag City Records

Distinctions 4F de Télérama - Pitchfork: Best New Music
HI-RES11,19 €15,99 €(30%)
CD8,04 €11,49 €(30%)

Blues - Paru le 21 octobre 2013 | Dixiefrog

Hi-Res Livret Distinctions Découverte JAZZ NEWS - Hi-Res Audio
Leyla McCalla puise son inspiration à partir d'une variété de sources : son patrimoine haïtien, un séjour à la Nouvelle Orléans dont elle a découvert les influences cajuns (Mardi Gras) et la danse de manière générale. Chanteuse, multi-instrumentiste accomplie, c’est au violoncelle qu’elle se distingue, faisant montre d’un art singulier et unique en son genre. Née à New York de parents haïtiens émigrés, Leyla McCalla a grandi dans la banlieue du New Jersey. À l'adolescence, elle déménage à Accra, au Ghana pendant deux ans. À son retour, elle étudie au Smith College puis à l'Université de New York où elle se spécialise en musique de chambre au violoncelle. Elle s’installe un temps à la Nouvelle-Orléans où on peut l’entendre dans les rues du French Quarter, un séjour qui sera déterminant dans ses goûts à venir. C'est en jouant dans la rue qu'elle a attiré l'attention de Tim Duffy, le fondateur et directeur de la Music Maker Relief Foundation, qui l’a présenté au Carolina Chocolate Drops. Avec ce groupe, elle sera nominée aux Grammy Awards pour Leaving Eden. Ce Vari-Colored Songs, hommage à Langston Hughes, est son premier album solo et le résultat d’une collecte sur internet (sur Kickstarter) qui lui en a permis la production. Sur cet album, on retrouve l’un des rois du banjo de la Nouvelle Orléans, Don Vappie, l’excellent guitariste Luke Winslow et son mari, issu des Carolina Chocolate Drops, Huby Jenkins. © JMP/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Country - Paru le 14 novembre 2005 | Arista

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
HI-RES16,99 €
CD9,99 €

Country - Paru le 1 octobre 1964 | Columbia Nashville Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
CD9,99 €

Folk - Paru le 17 septembre 2013 | Drag City Records

Distinctions 4F de Télérama - Pitchfork: Best New Music
Après l'urgence d'Apocalypse, paru en 2011, l'ex-Smog Bill Callahan retrouve les sonorités familières et intimistes de ses travaux les plus connus sur Dream River. Enregistré au Texas, l'album bénéficie à nouveau d'une pochette signée Paul Ryan et des travaux du guitariste Matt Kinsey. © TiVo
CD9,99 €

Blues - Paru le 13 mars 2012 | Telarc

Distinctions 3F de Télérama - Sélection Les Inrocks
Otis Taylor n’est pas un bluesman comme les autres. Ce n’est pas qu’avec son physique impressionnant qu’il se démarque de ses pairs, c’est aussi grâce à deux atouts majeurs : sa grande variété de styles et son talent de multi-instrumentiste. Contraband ne fait pas défaut à ces caractéristiques de l’artiste originaire de Chicago, l’album contient de la soul avec The Devil’s Gonna Lie de la musique acoustique avec Yell Your Name, et met en scène aussi bien sa maitrise de la guitare que du banjo, son premier instrument de prédilection. Les textes sont remplis d’émotions, remontant à l’esclavage, à la guerre de Sécession et à la Première Guerre mondiale, et leur impact se voit multiplié par la voix chaude, rugueuse et puissante de Taylor. L’album est aussi enrichi par la présence de musiciens de qualités : le claviériste Brian Juan, la violoniste Anne Harris, le guitariste Jon Paul Johnson, le joueur de djembe Fara Tolno, le batteur Larry Thompson et la propre fille d’Otis Taylor, Cassie Taylor, à la basse. © LG/Qobuz
CD13,99 €

Folk - Paru le 24 janvier 2011 | 4AD

Distinctions 4F de Télérama - Sélection Les Inrocks
Cerveau d’Iron & Wine, Sam Beam est l’un des songwriters les plus doués de sa génération. Fils spirituel de Nick Drake et Simon & Garfunkel, l’Américain ouvre ici son folk virginal à une riche instrumentation. Kiss Each Other Clean, solidement ancré dans le rock solaire des 70’s, est surtout l’album qui fait grandir Iron & Wine.

Le genre

Blues/Country/Folk dans le magazine
  • Willie Nelson, rebelle au cœur
    Willie Nelson, rebelle au cœur Avec "First Rose of Spring", le toujours aussi prolifique pape de la country music signe un nouvel album habité par l'émotion...
  • LaMontagne ça vous gagne
    LaMontagne ça vous gagne Avec "Monovision", son 8e album, le songwriter américain Ray LaMontagne peaufine son folk rock teinté de soul...
  • Dion a le blues
    Dion a le blues A 80 ans, l'homme de "The Wanderer" signe un album blindé d'invités 5 étoiles nommés Bruce Springsteen, Paul Simon, Jeff Beck, Billy Gibbons, Brian Setzer, Van Morrison...
  • Jaime Wyatt, une rebelle à Nashville
    Jaime Wyatt, une rebelle à Nashville Dans la pure tradition de la country outlaw, la cowgirl signe un premier album confession évoquant ses addictions passées, ses sorties de route, ses doutes et son coming out...
  • Steve Earle au fond de la mine
    Steve Earle au fond de la mine Pour son 20e album, le maître de l'americana signe un hommage poignant aux mineurs morts en 2010 en Virginie-Occidentale...
  • Lucky Peterson, blues à mort
    Lucky Peterson, blues à mort Aussi à l'aise à la guitare qu'à l'orgue, le grand bluesman américain s'est éteint à l'âge de 55 ans...
  • Jason Isbell, sobre, sombre et sain
    Jason Isbell, sobre, sombre et sain Avec "Reunions", le songwriter d'Alabama confirme son statut de maître de l'Americana...
  • Lucinda Williams sort ses griffes
    Lucinda Williams sort ses griffes Avec "Good Souls Better Angels", la boss de l'americana signe un album aux teintes bluesy, engagé et rageur comme jamais...
  • Pokey LaFarge dompte ses démons
    Pokey LaFarge dompte ses démons Grâce au rétro "Rock Bottom Rhapsody", le troubadour de l’americana moderne revient sur une crise personnelle aiguë qui nourrit un impeccable nouvel album...
  • Laura Marling, le 7e saut
    Laura Marling, le 7e saut Avec "Song for our Daughter", son puissant septième album, la Britannique conforte son statut de reine du folk moderne...