Les albums

15,99 €
11,49 €

Concertos pour clavier - Paru le 12 avril 2019 | Aparté

Hi-Res Livret
Les deux concertos pour piano de Chopin sont l’œuvre d’un tout jeune compositeur parti à l’assaut de la capitale. Puissants et virtuoses, ils accueillent aussi bien les frasques romantiques du concertiste qu’est déjà Frédéric Chopin à vingt ans, que ses épanchements les plus sensibles. Cette dualité est ici mise en valeur par une interprétation sur instruments d’époque en formation de chambre. Des choix qui sont autant d’indices pour reconnaître à la manœuvre de cet enregistrement les musiciens du Quatuor Cambini-Paris et leurs complices : David Lively dans le rôle du soliste et Thomas de Pierrefeu à la contrebasse. Héritier direct du legs pianistique de Chopin grâce à une tradition transmise de professeur en disciple, David Lively a choisi un piano Érard d’époque (1836) pour ce programme qui se présente comme une "version de poche" de ces concertos. L’effectif qui unit le piano au quintette renoue avec la tradition du genre : avant de passer sous les feux de la rampe des grandes salles de concert, les compositeurs et pianistes comme Chopin jouaient leurs nouvelles partitions dans des salons mélomanes et mondains. Mais le large ambitus couvert par les cordes et la richesse de la sonorité du pianoforte respectent la dimension symphonique de ces pièces. Une réalisation ambitieuse. © Aparté
14,99 €
9,99 €

Piano solo - Paru le 12 octobre 2018 | Andante Spianato

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] En ce qui concerne la musicalité, le pianiste serbe n'a pas de leçons à recevoir. Il ne s'épanche pas inutilement dans les mouvements lents [...] Dans les pages les plus vives domine un sentiment de sobriété éclairée : rien n'est laissé dans l'ombre, mais rien n'est trop appuyé. Le jeu d'Eugen Indjic ne cherche pas l'épate. Sa puissance, ses colères, ses questionnements s'épanouissent dans une palette somptueuse. [...] C'est un voyage qui vaut vraiment la peine. [...] » (Diapason, décembre 2018 / Jérôme Bastianelli)
18,99 €
15,99 €

Piano solo - Paru le 7 septembre 2018 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
La musique de Frédéric Chopin parle au cœur du grand pianiste norvégien comme peu d’autres compositeurs. Pour lui, les Ballades sont comme un résumé de la diversité des émotions, du souffle épique et de la beauté mélodique du compositeur polonais. « Je ne connais pas un autre compositeur qui a cette façon de m’atteindre », avoue Leif Ove Andsnes. En choisissant d’enregistrer dans son nouvel album les quatre Ballades avec trois Nocturnes choisis comme des intermezzos, afin de faire contraste et rompre par un songe le côté épique des Ballades, Andsnes a le désir de présenter un autoportrait de Chopin en même temps que le sien. Amoureux de ce corpus quasi littéraire depuis son adolescence, Leif Ove Andsnes attendait de pouvoir enregistrer ces quatre Ballades comme on caresse un rêve de longue date. Après un disque passionnant, et très réussi, consacré à des œuvres de Sibelius, voici qu’il s’est enfin décidé à enregistrer des œuvres qui ont accompagné toute sa carrière. Sensible à l’atmosphère des lieux, Leif Ove Andsnes a cherché l’endroit idéal pour réaliser cet enregistrement auquel il tient tant. Pas question pour lui de revenir au studio Teldex de Berlin qui manque d’intimisme. C’est finalement à la Sendesaal de Brême que le pianiste a trouvé l’acoustique idéale, particulièrement bien isolée et porteuse d’inspiration. Voilà sans doute pourquoi ce nouvel album sonne avec un accent de vérité propre à une sereine maturité et que le piano, magnifiquement réglé, chante avec une telle intensité. © François Hudry/Qobuz
15,99 €
11,49 €

Piano solo - Paru le 31 août 2018 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret Distinctions 5 étoiles de Classica
Les Préludes de Chopin ne sont pas de petits joyaux disposés les uns à côtés des autres ; ils forment un tout, une œuvre gigantesque. Chaque prélude, si bref soit-il, présente une humeur particulière et constitue un univers en soi. On a affaire à vingt-quatre « études psychologiques », vingt-quatre états d'esprit : humanité, joie, rage, héroïsme, défaite, triomphe, amour, nostalgie, tristesse, espoir, résignation, etc. – autant de sentiments que Chopin connaissait parfaitement. À quatre-vingt-cinq ans, Joaquín Achúcarro aura attendu longtemps avant d'enregistrer Les Préludes car il voulait avoir la sensation de les avoir totalement assimilés – au point d'en faire pour ainsi dire une part de son subconscient ; un peu comme s'il s'était agi de nouer une relation d'amitié avec un être vivant. A partir de là, il était prêt à prendre le chemin du studio d'enregistrement. © La Dolce Volta « [...] une vision profonde, sombre et pleine de grandeur. [...] L'éloquence est ferme, le ton exempt d'hésitation comme de coquetteries. [...] Achucarro livre ainsi — ce qui n'est pas si fréquent — une véritable intégrale de ce que Chopin écrivit sous le titre de prélude, et termine son parcours avec deux nocturnes subtilement équilibrés, la Fantaisie-Impromptu, dans une lecture tendue et inquiète, et la Barcarolle, où il fait scintiller les folles harmonies du compositeur comme des pierres précieuses au fond d'un torrent.» (Diapason, septembre 2018 / Jérôme Bastianelli)
10,79 €

Classique - Paru le 30 mars 2018 | Piano Classics

Livret Distinctions 5 de Diapason
« Rutkowski nous donne ici un récital splendide de la première note de la Ballade en sol mineur à la dernière de la Valse, op. 64 n° 1. Une telle liberté de phrasé jamais fâchée avec la barre de mesure mais sautant par-dessus avec célérité, une telle fluidité, un tel esprit poétique et lyrique sont en soi admirables. Mais l’à-propos qui fait passer de telle mazurka à l’Etude, op. 10 n° 5, de telle autre au Scherzo, op. 20, ou du Nocturne, op. 27 n° 2 à une polonaise de jeunesse ne se croise pas tous les jours. Le Pleyel sonne rond et chante ; il tient les assauts – contrôlés – de la Ballade comme du Scherzo, permet des clairs-obscurs touchants dans la Mazurka, op. 68 n° 2. Surtout, Rutkowski a toujours le ton juste : ni trop vite, ni trop lent, ni trop ceci ni trop cela, supérieurement équilibré et libre… [...] (Diapason, octobre 2018 / Alain Lompech)
15,99 €
13,49 €

Piano solo - Paru le 1 septembre 2017 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica - Prise de son d'exception
Fazil Say, qui avait fait ses débuts chez ce label avec son intégrale très, très remarquée des sonates de Mozart, se penche maintenant sur Chopin, mais le Chopin plus confidentiel, bien moins virtuose, celui des Nocturnes, dont il donne ici la quasi-intégrale enregistrée au Mozarteum de Salzbourg en mars 2016. C’est là une interprétation enflammée et quasiment symphonique, qui sort avec bonheur ces Nocturnes d’une certaine torpeur hyper-romantique que lui donnent trop souvent les interprètes ; on entendra, en plus de la musique de Chopin, quelques momentanés grognements de Say qui, comme Gould (mais dans une moindre mesure) aime parfois à fredonner en arrière-plan. © SM/Qobuz « [...] Une prise de son naturellement réverbérée sert son jeu fondu, mouvant, fuyant le métronome comme les accents nets. [...] Le calme profond du jeu se nourrit d'un son dense et résonnant longtemps, sans aucune brillance [...] c'est étrangement beau et jamais égotique ni précieux. Son raffinement est d'une autre nature : il est seul et joue pour lui-même." [...] (Diapason, octobre 2017 (Alain Lompech)
14,99 €
9,99 €

Piano solo - Paru le 2 juin 2017 | Signum Records

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
10,79 €
8,09 €

Piano solo - Paru le 5 mai 2017 | Berlin Classics

Hi-Res Livret
13,49 €
8,99 €

Classique - Paru le 15 juillet 2013 | naïve classique

Hi-Res Livret Distinctions Choc du Monde de la Musique - 4F de Télérama - RTL d'Or - Hi-Res Audio
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 9 septembre 2016 | Groupe Analekta, Inc

Hi-Res Livret
Médaille d’argent et Prix Krystian Zimerman pour la meilleure interprétation d’une sonate lors du Concours International Chopin à Varsovie en 2015, Charles Richard-Hamelin se démarque aujourd’hui comme l’un des pianistes les plus importants de sa génération. Précisons-le d’emblée : aucun lien de parenté avec Marc-André Hamelin, il se trouve plusieurs milliers de personnes portant ce patronyme au Québec… Qu’on se le dise ! On a déjà pu l’entendre à La Roque d’Anthéron, au Printemps de Prague, le Festival Chopin de Varsovie, et avec l’Orchestre Philharmonique de Varsovie, l’Orchestre Symphonique de Montréal, l'Orchestre Symphonique de Toronto, l'Orchestre Métropolitain de Montréal ou encore I Musici de Montréal, beau palmarès pour ce musicien né en 1989 et déjà célèbre. Cet album a été enregistré en concert public dans le si beau Palais Montcalm de Québec, en mai 2016 : aucune tricherie donc, un véritable jet de spontanéité d’un bout à l’autre. Richard-Hamelin a choisi un programme fort éclectique, au centre duquel se trouve la bien trop rare et si magique Deuxième Suite d’Enescu de 1903, ravélienne à la fois et pourtant si roumaine, un chef-d’œuvre duquel il fait ressortir l’esprit puissamment orchestral de l’écriture pianistique. Le programme comportait aussi nombre de sommets de Chopin, dont la Troisième Ballade dans une lecture profonde et généreuse. Un nom – et un prénom – à suivre de près. © SM/Qobuz
15,99 €
11,49 €

Piano solo - Paru le 29 avril 2016 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret
Pour ceux de nos aimables lecteurs que la couverture CHOPIN_POLONIA_Pascal Amoyel laisserait – à juste titre – quelque peu dans le flou : le pianiste Pascal Amoyel nous donne ici les six Polonaises de Chopin, ainsi que la Polonaise-Fantaisie. Ce sont là les Polonaises de maturité : on n’y compte donc pas les trois Polonaises ; Op. 71, un numéro d’opus posthume qui ne reflète en rien le fait qu’elles ont été écrites par un teenager. Avec ses Polonaises de la grande époque, Chopin signe à la fois un manifeste d’amour pour sa patrie quittée à jamais, mais aussi sa déclaration d’indépendance pianistique vis à vis des autres modèles romantiques. Quant à l’implication du pianiste Pascal Amoyel dans le monde de Chopin, rappelons qu’en 2010, à l'occasion du bicentenaire de la naissance du compositeur, il fut récompensé aux côtés de Martha Argerich et Nelson Freire par un « Grand Prix du Disque » décerné tous les cinq ans par la prestigieuse Société Fryderyk Chopin à Varsovie, pour son intégrale des Nocturnes de Chopin. Un gage d’excellence s’il en est. © SM/Qobuz
21,49 €
15,49 €

Piano solo - Paru le 29 octobre 2015 | La Musica

Hi-Res Livret Distinctions Pianiste Maestro - 4 étoiles de Classica
« Quel miracle de pouvoir encore enrichir un univers où l'on pensait que tout avait été dit et entendu ! Emmanuelle Swiercz réussit ce que peu d'interprètes obtiennent : la maîtrise dans l'abandon, la clarté dans le lâcher-prise. [...] Il y a beaucoup de noblesse et de sincérité dans ce piano "hors du temps" qui nous emmène au gré des tonalités dans une narration continue, celle d'un romantisme déjà tardif, susceptible de troubler certains puristes. [...] Cette lecture sincère et personnelle ne se rattache pas à une école ou une tradition. Elle ne cherche surtout pas l'imitation. Elle a été pensée en profondeur, comme l'aboutissement d'un parcours. [...] Un enregistrement solaire et humble à la fois.» (Classica, décembre 2015 / Stéphane Friédérich)
15,99 €
11,49 €

Piano solo - Paru le 15 juin 2015 | Paraty Productions

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
« [...] Le pianiste belge Maxence Pilchen [...] semble jouer pour lui, dans une sorte de douloureuse confession. Piano timbré, jeu subtil de la pédale, il porte un souffle non seulement intimiste, y compris dans le bouillonnement qui tend à la concentration et non à l'explosion, mais aussi un sens de la couleur, comme tourné vers le futur, l'impressionnisme. [...] Cette conception personnelle signale un pianiste qu'il va falloir suivre de près.» (Classica, novembre 2015 / Stéphane Friédérich)
13,49 €
8,99 €

Piano solo - Paru le 1 avril 2015 | HORTUS

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
Certes né à Tokyo, le pianiste japonais Kotaro Fukuma étudia au Conservatoire National Supérieur de Paris puis à l’Université de Berlin, avant de remporter le premier prix au Concours de Cleveland ainsi que, peu après, le Prix Chopin au Japon. Dès lors il a suivi le chemin des pianistes virtuoses itinérants, de salle en salle prestigieuse, de ville en grande ville, de pays en pays majeur et d’orchestre en orchestre international, sans oublier qu’il a déjà enregistré plusieurs CD consacrés à Schumann, Albéniz et Debussy, salués par la critique comme il se doit. Son jeu dénué de tout effet de manche, sans la moindre noyade dans la pédale droite (dont tant de pianistes abusent pour cacher certaines imperfections techniques…), restitue la partition telle qu’elle est écrite, dans une lecture analytique et pure. Cet album Chopin est axé autour des quatre Ballades qu’entourent des œuvres de caractère approchant. © SM/Qobuz
17,49 €
12,49 €

Classique - Paru le 16 février 2015 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Excellente idée que d’entourer quelques œuvres de Chopin écrites à Nohant en 1846 – en particulier une poignée de Mazurka, ainsi que deux Nocturnes, même s’il est difficile d’échapper aux grands tubes de-ci, de-là, dont quelques valses – avec la trop rare sonate pour piano et violoncelle, l’un des ultimes chefs-d’œuvre ducher cadavre, comme l’appelait affectueusement George Sand. La sonate fut composée en 1846, créée l’année suivante par son dédicataire et le compositeur lors de l’ultime concert public de Chopin ; voilà de quoi faire une œuvre d’exception, et en effet, elle l’est. On ne la joue que bien trop rarement, n’est-elle pas assez virtuose pour les solistes ? Eh donc, quand bien même elle ne procurerait pas autant de feux d’artifice techniques que certaines autres, elle offre suffisamment de musique pour remplir une salle de bout en bout. Et considérez que le violoncelle est l’unique instrument solo auquel Chopin a offert la moindre musique hormis son cher piano ; un trio pour violon, piano et violoncelle et quelques mélodies viennent refermer la courte liste d’œuvres non-pianistiques du malheureux compositeur. Que son amitié avec Franchomme ait généré quelques pièces destinées à l’instrument, ou bien que Chopin se soit lié d’amitié précisément avec un violoncelliste pour cause d’affinité sonore, peu importe. La violoncelliste Emmanuelle Bertrand est ici complice de Pascal Amoyel : la fine fleur des solistes français-cocorico. © SM/Qobuz
17,99 €
13,49 €

Piano solo - Paru le 21 novembre 2014 | Suite Classics

Hi-Res
17,99 €
13,49 €

Piano solo - Paru le 14 novembre 2014 | Suite Classics

Hi-Res
17,99 €
13,49 €

Piano solo - Paru le 7 novembre 2014 | Suite Classics

Hi-Res
19,99 €

Classique - Paru le 27 octobre 2014 | La discothèque idéale de Diapason

Livret
17,99 €
13,49 €

Piano solo - Paru le 31 octobre 2014 | Suite Classics

Hi-Res

L'époque

Musique Romantique dans le magazine