Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD20,99 €

Classique - Paru le 11 mars 2016 | Ediciones Singulares

Livret
Hélas, mille fois hélas, dans l’esprit des musiciens passés par les « classes d’écriture » des conservatoires nationaux français, le nom de Théodore Dubois évoque, avec un brin d’amusement, le monotone et légèrement pompeux Traité d’harmonie. Comment ça, il a aussi écrit une demi-douzaine d’opéras, des ballets, des œuvres sacrées, trois symphonies, des concertos pour piano et pour violon, des pages et des pages pour orgue – il succéda à son quasi-contemporain Saint-Saëns à la tribune de la Madeleine en 1877 ? Mais oui, aimable lecteur : Dubois est l’un des plus prolifiques compositeurs de son époque, une longue époque puisque, rappelons-le, il est né en 1837, avant Bizet et mort la même année que Fauré, en 1924. Aux détracteurs qui railleront son conservatisme, on rappellera que c’est précisément la même remarque qui a été formulée à Saint-Saëns, pour les mêmes raisons ; mais pourquoi reprocherait-on à un musicien dont la carrière a commencé dans les années 1850 de comprendre, d’accepter, d’avaliser, ce qui se fait un demi-siècle plus tard ? Oui, la musique de Dubois procède sans doute de Schumann et parfois de Mendelssohn – en particulier dans sa musique de chambre –, mais aussi de Franck dans l’ampleur du geste symphonique, ainsi qu’on pourra le découvrir dans les deux symphonies ici présentées. Quant à son langage, outre qu’il déroule un magnifique tapis harmonique tiré à quatre épingles, il offre de grands moments d’inspiration orchestrale et thématique puissamment « française » qui le rattachent à Bizet, à Saint-Saëns, mais avec un je-ne-sais-quoi de très personnel. Nous ne pouvons qu’enjoindre l’auditeur de goûter à Théodore Dubois, dont voici dans un même coffret deux symphonies, une Messe pontificale, d’autres ouvrages sacrés – qui témoignent d’une supérieure science d’écriture chorale –, et de la musique de chambre dont le fort beau Quatuor avec piano. Rien d’avant-gardiste dans ces ouvrages teintés de XIXe siècle – pendant lequel ils furent d’ailleurs écrits, pour la plupart, devrait-on s’en étonner ? © SM/Qobuz
CD9,50 €16,49 €(42%)

Oratorios sacrés - Paru le 3 avril 2012 | Aparté

Livret Distinctions Diapason découverte
CD9,99 €

Classique - Paru le 2 novembre 2018 | CPO

Livret
Qui dit « Théodore Dubois », du moins en France, dit, mille fois hélas, Traité d’harmonie théorique et pratique, Conservatoire, classes d’écriture, bref, l’académique sous son aspect le plus conservateur et ringard. Quel dommage ! Oui, Dubois écrivit bien quelques traités, rien de plus normal pour un personnage qui fut directeur du Conservatoire de Paris de 1896 à 1905, mais c’est faire fi de son œuvre considérable qui offre plusieurs opéras, des ballets, plusieurs symphonies, des oratorios, beaucoup de musique de chambre, des œuvres pour orgue (il fut organiste à la Madeleine à la suite de Saint-Saëns), et des concertos. Voici son seul et unique concerto pour violon de 1896, tout à la fois romantique, français et impeccablement architecturé, dans un langage qui poursuit Saint-Saëns et Lalo ; son unique Sonate pour piano et violon de 1900 dans laquelle il n’est pas interdit de sentir le parfum, encore une fois, de Saint-Saëns et parfois même de Franck, dans le dernier mouvement ; puis la Ballade pour violon et piano de 1909, peut-être plus germanique dans la texture. Oui, rétorquerons certains, quid de Debussy, de Ravel, de tant d’autres grands défricheurs présents dès la fin du XIXe siècle sur la scène planétaire ? C’est oublier que Dubois était né en 1837, qu’il vécut toute sa carrière dans une atmosphère pédagogique et académique, conservatrice sans nul doute, mais sa musique reste empreinte d’une forte personnalité qui n’a rien, mais alors rien de rien, à voir avec l’austère Traité. © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 13 octobre 2011 | Mirare

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
CD9,99 €

Classique - Paru le 19 mai 2015 | Produccions BLAU S.L

CD9,99 €

Musique concertante - Paru le 1 janvier 2007 | Chandos

Livret Distinctions Diapason découverte
Gigout/Ropartz : Grand chœur dialogué - St-Saëns : Cyprès & Lauriers, op.156 - Gounod : Fantaisie sur l’hymne russe - Dupré : Cortège & Litanie - Dubois : Fantaisie triomphale - Guilmant : Allegro, op.81... / Ian Tracey, orgue - BBC Philharmonic, dir. Rumon Gamba
CD11,49 €

Classique - Paru le 17 avril 2012 | Musicales Actes Sud

CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 janvier 2007 | ATMA Classique

Livret
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 mars 2006 | ATMA Classique

Livret
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 mai 2013 | SWR Digital

CD9,99 €

Classique - Paru le 21 décembre 2007 | prospect

CD7,99 €

Classique - Paru le 26 février 2009 | Ligia

Livret

Le compositeur

Théodore Dubois dans le magazine