Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES25,19 €
CD17,99 €

Piano solo - Paru le 16 février 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Non-da, aimable lecteur, il n’existe pas de cycle des « 24 Préludes » de Rachmaninov ; par contre, il existe bien vingt-quatre Préludes : un recueil de dix Op. 23 de 1903, un autre de treize Op. 32 de 1910, et un Prélude isolé faisant partie des Cinq morceaux de fantaisie Op. 3 de 1893. Total : 24 Préludes, et un simple décompte permettra de constater que, comme Chopin et Bach bien sûr, Rachmaninov a illustré toutes les tonalités majeures et mineures. Hasard délibéré ou involontaire volonté de créer malgré tout un cycle raisonnablement cohérent ? À la différence de ses deux illustres prédécesseurs, Rachmaninov n’a pas rangé ses Préludes selon un plan tonal particulier : la fantaisie du musicien se développe au fur et à mesure. Nikolaï Lugansky, décrit par le célèbre magazine Gramophone comme « l’interprète le plus novateur et le plus brillant de tous » (merci pour les autres…), pianiste effectivement d’une profondeur et d’une polyvalence extraordinaires, a choisi de présenter les Préludes dans l’ordre prescrit par les partitions, plutôt que de tenter de ré-échafauder une hypothétique logique tonale dont on ne sait pas si Rachmaninov l’aurait préconisée, ou l’a même envisagée, d’autant que l’alternance entre les diverses humeurs, indépendante de toute aspect tonal, confère à l’ensemble une impression de parfaite cohérence. Enfin, précisons que Lugansky donne de cette somptueuse musique une lecture très « nouvelle », qui pourra donner à certains auditeurs l’impression de redécouverte. © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 21 octobre 2016 | Erato - Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Quatre Alexandre – Tharaud, Melnikov, Madzar et Vedernikov – et une Sabine – Devieilhe – se sont rassemblés pour ce superbe album Rachmaninov, dont la cheville ouvrière est l’immortel Deuxième Concerto pour lequel Tharaud est accompagné avec douceur par l’Orchestre de Liverpool, voilà de quoi grandement réjouir les rachmaninophiles. La lecture de Tharaud, élégante et sans le moindre effet surajouté – la partition n’en a vraiment pas besoin, elle parle d’elle-même, même si une certaine tradition à une certaine époque exigeait que l’on en fît des tonnes – permet de découvrir tous les détails orchestraux et harmoniques de ce chef-d’œuvre qui fit la gloire de Rachmaninov en 1901, après bien des années de doute suivant le flop de sa Première Symphonie. Le programme se poursuit avec les Cinq Morceaux de fantaisie Op. 3 pour piano, une très grande réussite de jeunesse, puis la célébrissime Vocalise vocalisée par Sabine Devieilhe, pour se terminer avec les fort rares Deux pièces pour piano à six mains des années 1890, ici données dans l’ordre inverse pour se terminer avec la délicieuse et tourbillonnante Valse. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 10 mars 2015 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 2 février 2018 | BR-Klassik

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Record of the Month - Le Choix de France Musique - 5 étoiles de Classica
Avec la participation de l’exceptionnel Chœur de la Radio de Bavière préparé par Peter Dijkstra et trois excellents solistes vocaux, voilà un grand disque des Cloches, cet étonnant poème symphonique pour soli, chœur et orchestre que Rachmaninoff compose d’après Edgar Allan Poe. Cette vaste symphonie vocale en 4 parties, écrite juste avant la Première Guerre mondiale, décrit les quatre âges de la vie humaine, de l’enfance à la mort. Un sujet repris dans les Danses Symphoniques de 1940 par le compositeur en exil, affaibli par le cancer du poumon qui devait l’emporter. Longtemps dominée par la version discographique d’Eugene Ormandy, son créateur, l’ultime œuvre symphonique de Rachmaninoff trouve ici une de ses très grandes réalisations modernes. Mariss Jansons avait déjà enregistré ces Danses Symphoniques avec la Philharmonie de Saint-Pétersbourg en 1992. Loin de la séduction trop souvent accolée à cette œuvre, ce nouvel enregistrement, réalisé lors de deux concerts en janvier 2017 à Munich, souligne au contraire l’aspect tragique d’une partition marquée par la mort à travers l’évocation des trois âges de l’homme : le matin, le midi et le soir. Le violon solo de la valse médiane semble répondre à la fois à la Danse macabre de Saint-Saëns et à la Valse triste de Sibelius, deux œuvres où la mort rôde en dansant de manière lubrique. Ce superbe enregistrement entièrement voué à l’évocation de la mort prend évidemment un aspect tout particulier au moment où l’on apprend la disparition, à l’âge de 76 ans, de ce chef d’orchestre aimé de tous pour ses qualités musicales, mais aussi pour des qualités humaines que chacun se plaisait à relever. © François Hudry/Qobuz« Des grelots scintillant au début des Cloches jusqu’au fracas morbide concluant les Danses symphoniques, Jansons met ses pas dans ceux de Kondrachine. Quelles splendeurs ! [...] Le deuxième volet des Danses symphoniques [...] n’est pas ici une fresque somptueuse observée à distance, mais un vrai théâtre animé de fantômes incarnés en autant d’instruments. La réalisation se démarque tant au niveau orchestral que choral. Un très grand orchestre, cela s’entend. De ce point de vue, dans le dernier volet des Cloches, seuls les Berliner Philharmoniker de Rattle se mesurent à leurs collègues de la Radio bavaroise. Mais Jansons apporte au drame le supplément d’une incarnation vibrante, tout comme il instille une lumineuse candeur aux scintillantes clochettes des traîneaux (premier mouvement). [...] S’il s’agit du premier enregistrement des Cloches par le chef letton, cette troisième version des Danses apporte aux disques précédents une densité dramatique étreignante. [...] » (Diapason, avril 2018 / Christophe Huss)
CD11,49 €

Classique - Paru le 8 décembre 2004 | Mirare

Distinctions Choc du Monde de la Musique
Prélude en ut dièse mineur op.3 n°2 - 10 Préludes op.23 - 13 Préludes op.32 / Boris Berezovsky, piano
CD8,99 €

Classique - Paru le 18 octobre 2010 | naïve classique

Livret
Laurence Equilbey nous invite à un voyage au cœur de la Russie de 1910 avec deux chefs-d’œuvre a cappella monumentaux. Pour cet enregistrement qui réunit soixante-cinq chanteurs, Accentus est rejoint par le chœur suédois fondé par Eric Ericson. Un siècle après sa création, cette musique, entre sacré et théâtral, revit dans toute son intensité et sa puissance émotionnelle.
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Piano solo - Paru le 9 février 2018 | Evidence

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Vingt ans de piano russe, voilà ce que nous propose le jeune pianiste Jean-Paul Gasparian dont voici le premier – déjà très remarqué, normal puisqu’il est remarquable – opus discographique. Gasparian commence en 1897 avec la Deuxième Sonate de Scriabine (ou aussi Sonate-Fantaisie), encore fort chopinienne mais dans laquelle paraissent déjà les équivoques harmoniques chers au mystique compositeur. Encore une Deuxième Sonate, celle de Prokofiev de 1912 – où l’aspect « motorique », sauvage, se fait pleinement jour. Le pianiste choisit, fort judicieusement, de ne pas surfaire l’aspect brutal de la partition qui n'en a certes pas besoin, et évite avec grand soin de noyer le propos dans des effets de pédale toujours nuisibles. La même année, 1912, Scriabine écrivait ses Trois Études Op. 65, dans le style de l’ultime maturité que l’on connaît du Poème de l’extase : là encore, le soliste choisit la transparence, permettant ainsi à l’auditeur de vraiment suivre le propos harmonique et thématique – si l’on peut encore appeler « thèmes » ces vignettes déchirées, ces bribes accolées, ces saillies féroces qui semblent autant d’appels à la révolte musicale. L’album s’ouvre avec les neuf Études-tableaux Op. 39 de Rachmaninov, écrites en 1917, où se mêlent l’aspect technique de l’étude et l’art de l’évocation – délibérément imprécise : jamais le compositeur ne prescrit-il de programme, libre à chaque auditeur et chaque pianiste de brosser le tableau qui lui convient dans le cadre que propose Rachmaninov. Bien sûr, tout l’aspect pictural « Île des morts » transparaît dans la deuxième étude, en particulier avec l’inlassable évocation de quelques lambeaux du Dies irae… En tous les cas, bienvenue à Jean-Paul Gasparian sur la grande scène européenne, lui qui vient de remplacer au pied levé Zacharias en Allemagne et dont la carrière se déploie avec rapidité et assurance. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 2 février 2018 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Ce n’est pas par le programme – les Second et Troisième Concertos de Rachmaninov, déjà mille fois enregistrés depuis des décennies – que brille cet album, mais bien par le pianiste, Yevgeny Sudbin. Acclamé par le Daily Telegraph en tant que « potentiellement l’un des meilleurs pianistes du vingt-et-unième siècle », Sudbin (né en 1980 à Saint-Pétersbourg, il a été disciple de Murray Perahia, Leon Fleisher, Stephen Kovacevich ou encore Dmitri Bashkirov) a réalisé son premier enregistrement chez BIS en 2005 déjà. Ses autres enregistrements ont depuis été salués par la critique et ont régulièrement été choisis en tant que « CD du mois » par le très sélectif BBC Music Magazine ou « Editor’s Choice » par le non moins pointilleux Gramophone. Sudbin se produit régulièrement dans des salles aussi prestigieuses que le Royal Festival Hall et le Queen Elizabeth Hall à Londres, le Concertgebouw à Amsterdam, la Tonhalle de Zurich, l’Avery Fisher Hall de New York ou le Davies Symphony Hall à San Francisco. On a pu l’entendre avec le Gewandhaus de Leipzig, la Philharmonie tchèque, l’Orchestre philharmonique de Rotterdam, l’Orchestre symphonique de Birmingham et l’Orchestre Philharmonia de Londres, et bien sûr le présent Orchestre de la BBC. © SM/Qobuz
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique concertante - Paru le 25 août 2017 | Alpha

Hi-Res Livret
Le Concerto pour piano n° 2 de Sergueï Rachmaninov n’aurait peut-être jamais vu le jour sans hypnose : avant qu’il ne commence à y travailler, le compositeur, alors âgé de 27 ans, était aux abois à tous points de vue, spirituel, artistique et financier. Le docteur Nikolaï Dahl hypnotisa tous les jours son patient en lui murmurant : Tu vas écrire ton concerto. Tu travailleras avec une grande légèreté. Le concerto sera de très grande valeur… Le blocage disparut et la création du concerto à Moscou en 1901 fut un triomphe − pour Rachmaninov, qui jouait la partie soliste. Anna Vinnitskaya dit qu’elle ressent une « atmosphère de printemps » dans cette oeuvre : tout est en mouvement, en renouveau. La musique traverse les paysages atmosphériques les plus opposés, mais elle va vers la clarté, vers la lumière. C’est en 1934, dix ans avant sa mort, qu’il compose sa Rhapsodie sur un thème de Paganini. La liste de compositeurs qui ont été inspirés par Paganini est longue, de Brahms et Liszt à Lutosławski et Szymanowski. La pianiste russe et le chef polonais Krzysztof Urbański ont souvent joué Rachmaninov ensemble, sur tous les continents. Les deux artistes, dont chacun signe ici son troisième disque pour ALPHA, se sont retrouvés dans les studios de la NDR à Hambourg pour graver ce répertoire qui leur va comme un gant. © Alpha
CD11,49 €

Concertos pour clavier - Paru le 1 octobre 2005 | Mirare

Boris Berezovsky, piano - Orchestre Philharmonique de l'Oural - Dmitri Liss, direction
HI-RES12,49 €
CD8,99 €

Classique - Paru le 4 novembre 2016 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 21 juillet 2017 | Genuin

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice
Oui, c’est vrai, il existe des brouettes d’enregistrements des Vêpres de Rachmaninov – aussi connues sous le nom de Vigiles ou Vigiles nocturnes, une œuvre de 1915 –, d’excellents, des bons, d’autres plutôt médiocres, et ce ne sont pas toujours les chœurs russes qui s’en tirent le mieux, soit dit en passant. Il n’y aurait donc pas tellement de raison que Qobuz se penche sur ce n-ième enregistrement, si ce n’est qu’il fait partie non seulement des excellents, mais plutôt des excellentissimissimes. L’ouvrage se caractérise par la présence de « basses profondes » qui, à la fin de l’un des numéros (en l’occurrence le Cantique de Syméon, autrement dit le Nunc dimittis), doivent descendre en solo jusqu’à un si bémol grave, ce qui est loin d’être fréquent. Et le chœur de la MDR – autrement dit la Radio de Leipzig – en possède un très beau nombre, sans doute plus que la majorité des chœurs y compris les plus Russes, de sorte qu’il lui est loisible d’offrir une lecture d’une profondeur, sans jeu de mots, vraiment inouïe. On rappellera que c’est aux accents du cinquième numéro de ses Vêpres que Rachmaninov avait souhaité être enterré ; la chose ne put se faire, car la partition n’était alors pas disponible, mais c’est dire combien le compositeur avait placé son cœur et son âme dans cette œuvre splendide, magistrale, fantastique, alliant les accents – tour à tour réels et imaginaires – des liturgies orthodoxes russe, kiovienne et grecque, le tout dans la richissime harmonie qui, elle, est purement rachmaninovienne. Oui, c’est vrai : voici l’un des plus beaux enregistrements qui se puissent imaginer et si Rachmaninov se retourne dans sa tombe sise à Valhalla (ça ne s’invente pas) près de New York, c’est pour mieux écouter. © SM/Qobuz
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Classique - Paru le 1 octobre 2012 | Ambroisie

Hi-Res Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - Prise de Son d'Exception - Hi-Res Audio
CD13,49 €

Classique - Paru le 21 octobre 2016 | Erato - Warner Classics

Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Musique symphonique - Paru le 11 mai 2010 | LSO Live

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 6 mars 2012 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Musique symphonique - Paru le 2 avril 2013 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Leonard Slatkin et l'Orchestre Symphonique de Detroit présentent le second des trois volumes des symphonies de Rachmaninov, chez Naxos ! La Troisième Symphonie opus 44 et les Danses Symphoniques opus 45 (sa dernière composition) sont deux oeuvres parmi les meilleures de Rachmaninov, et mélangent une énergie rythmique intense avec un riche romantisme. Le couplage de ces deux oeuvres est unique au disque.
CD10,99 €

Classique - Paru le 10 avril 1973 | Decca Music Group Ltd.

CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2011 | Decca Music Group Ltd.

Le compositeur

Serge Rachmaninoff dans le magazine
  • Rachmaninov marxiste !
    Rachmaninov marxiste ! Il y a 70 ans s'éteignait Serge Rachmaninov…
  • Liège aime Tchaïkovski
    Liège aime Tchaïkovski Du 6 au 9 mai, Louis Langrée dirigera les trois dernières symphonies de Tchaïkovski, trois concertos russes, et Roméo et Juliette dans le cadre du festival « I ♥ Tchaïkovski» à la salle philharmon...