Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 12 octobre 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Le Choix de France Musique - Choc de Classica
L’impatience nous gagnait après leur très belle version des célébrissimes Variations Paganini du même Rachmaninov, pour le même éditeur. Les noces entre Rachmaninov et Daniil Trifonov avec Yannick Nézet-Seguin et le Philadelphia Orchestra s’avèrent somptueuses. Leur version du 2e Concerto renouvelle le miracle de versions mythiques comme celles de Rachmaninov himself, de Horowitz ou de Earl Wild. Destination Rachmaninov, annonce le titre. L'auditeur se sent bien dans ce train, confortablement installé avec le jeune pianiste russe qui regarde les paysages défiler. Et quels paysages ! car Trifonov et Nézet-Seguin ont une vue aussi large que les grands espaces russes qu'ils traversent. Le piano volubile, liquide, électrique, aérien, mais aussi puissant de Trifonov répond à l’opulence de l’orchestre. Une pâte sonore jamais pesante mais, au contraire, toujours en mouvement avec une souplesse épousant tous les mélismes et les humeurs d’une partition qui fêtait le retour à la vie d’un compositeur atteint d’une grave dépression. La grande surprise de ce disque provient pourtant du 4e Concerto, le mal-aimé de la série, qui prend ici les teintes de la mélancolie et s’inscrit dans la suite logique des trois autres avec la même puissance expressive grâce à ces interprètes d’exception. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, saluons une prise de son superlative « à l’ancienne » rendant parfaitement justice à la largeur des phrasés, à l’épaisseur des cordes et aux séduisantes couleurs des cuivres et de la petite harmonie du célèbre orchestre américain. En prime et sous la forme de formidables bis discographiques, quelques extraits de la Troisième Partita pour violon solo de Bach dans une transcription virtuose de Rachmaninov. À écouter d’urgence ! © François Hudry/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 11 octobre 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
Le voyage de Daniil Trifonov à travers l’univers de Rachmaninov s’achève. Le pianiste est arrivé à bon port avec l’Orchestre de Philadelphie de Yannick Nézet-Seguin. Ce finale a été inspiré par la permanence des cloches dans le paysage sonore de la Grande Russie. Alain Corbin a dit leur importance dans la scansion rythmique et symbolique du quotidien de la France au XIXe siècle dans son ouvrage Les Cloches de la Terre. Le témoignage du pianiste, qui a grandi à Novgorod, comme Rachmaninov, rejoint les analyses de l’historien. À la différence près que les cloches ont donné à la musique russe sa noblesse teintée de nostalgie populaire. Daniil Trifonov s’en souvient, particulièrement dans sa transcription pour piano du premier épisode des Cloches. Il a su respecter la puissance opératique de la partition et la splendeur de son orchestration : harpe, célesta et flûtes se sont véritablement transformés en cloches sous les doigts du musicien qui n’a pas oublié l’aura d’inquiétante étrangeté (Edgar Poe n’est pas loin) qui enveloppe le premier mouvement. Sa technique épouse tous les caprices de son imagination, qu’il a bouillonnante. Si l’on s’ennuie un peu dans la Vocalise, les premier et troisième Concertos font tour à tour frissonner d’extase et pleurer de plaisir. Un très beau disque où l’orchestre, un peu distant peut-être, remplit sa mission de caisse de résonance du soliste. © Elsa Siffert/Qobuz
CD14,99 €

Classique - Paru le 11 octobre 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret
CD18,99 €

Classique - Paru le 2 août 1993 | RCA Gold Seal

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
S’il n’est pas nécessairement vrai que l’on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même – certains compositeurs étaient de piètres pianistes ou chefs pour leurs propres œuvres, on ne citera personne mais les noms sont connus… –, dans le cas de Rachmaninov, la chose est flagrante : ce fut un phénoménal pianiste. Du haut de ses immenses mains d’ours, il savait caresser le piano avec une tendresse infinie, et sous ses doigts, ses propres concertos gagnent en évidence musicale ce qu’ils perdent – heureusement – en « dégoulinance ». Car en vérité, la musique de Rachmaninov est d’une finesse insondable, harmoniquement et d’un point de vue contrapuntique tirée à quatre épingles ; depuis des décennies, trop de pianistes, y compris de grands noms, s’évertuent à donner cette musique avec d’infâmes effets de manche et de rubatos qu’elle ne demande ni ne mérite. Les quatre Concertos, ainsi que la Rhapsodie sur un thème de Paganini sont ici joués par le maestro en personne, accompagné par Stokowski et Ormandy. Discographiquement idéal, et le son n’est pas mauvais du tout malgré l’âge vénérable des enregistrements – remastérisés, il est vrai. © SM/Qobuz ndlr : Vous pouvez trouver également ces mêmes enregistrements sous étiquette Naxos, disponibles sur Qobuz - dans des remasterings plus soyeux encore.
CD18,99 €

Classique - Paru le 2 août 1993 | RCA Gold Seal

CD14,49 €

Classique - Paru le 20 novembre 1994 | RCA Victor - Hits - 100

CD18,99 €

Classique - Paru le 2 novembre 1997 | RCA Red Seal

CD1,99 €

Classique - Paru le 28 septembre 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

CD14,49 €

Classique - Paru le 26 décembre 1995 | RCA Gold Seal

CD14,49 €

Classique - Paru le 15 avril 1997 | RCA Victor - Hits - 100

CD9,99 €

Classique - Paru le 15 septembre 2011 | BDMUSIC

Livret
CD16,99 €

Musique symphonique - Paru le 27 décembre 1999 | RCA Gold Seal

CD17,49 €

Classique - Paru le 27 décembre 1999 | RCA Gold Seal

CD14,49 €

Concertos pour clavier - Paru le 19 juin 2009 | RCA Red Seal

CD14,49 €

Classique - Paru le 9 août 1994 | Sony Classical

CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2000 | Hallmark

Le compositeur

Serge Rachmaninoff dans le magazine
  • Rachmaninov marxiste !
    Rachmaninov marxiste ! Il y a 70 ans s'éteignait Serge Rachmaninov…
  • Liège aime Tchaïkovski
    Liège aime Tchaïkovski Du 6 au 9 mai, Louis Langrée dirigera les trois dernières symphonies de Tchaïkovski, trois concertos russes, et Roméo et Juliette dans le cadre du festival « I ♥ Tchaïkovski» à la salle philharmon...