Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2005 | Melodia

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2011 | Melodia

CD9,99 €

Classique - Paru le 15 juillet 2015 | Melodia

CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1995 | Melodia

CD9,99 €

Classique - Paru le 1 décembre 2015 | Melodia

CD9,99 €

Opéra - Paru le 1 janvier 2010 | Melodia

CD9,99 €

Musique concertante - Paru le 29 octobre 2014 | Melodia

CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 janvier 2007 | Melodia

Et pourquoi donc, vous offusquerez-vous à juste titre, ne joue-t-on jamais que la deuxième symphonie de Rachmaninov alors que, par nécessité s’il en existe une deuxième, elle devait au moins être précédée d’une première ? Eh oui ; non seulement il existe bel et bien une première, mais aussi une troisième. Penchons-nous sur le sombre cas de la première. Selon tous les témoignages de l’époque, la création en 1897 sous la baguette de Glazounov fut un désastre total et le compositeur en conçut une véritable meurtrissure. César Cui, dont la dent n’a du diamant que la dureté et certainement pas l’éclat, écrivait en 1897 dans la Novosti i birzhevaya gazeta : « Cette musique nous laisse une horrible impression de rythmes brisés, d’obscurité et d’imprécision de formes, de redite inepte des mêmes petits trucs, de son nasillard d’orchestre (…), une harmonisation maladivement perverse, l’absence totale de simplicité et de naturel, l’absence totale de thèmes… ». On ne s’étonnera donc guère que le jeune Rachmaninov laisse son manuscrit dans le fond d’un carton et ne l’emporte même pas avec lui à son départ de la mère Russie. La partition originale disparut des suites des événements que l’on sait et l’œuvre considérée comme perdue, jusqu’à ce qu’en 1944 les parties instrumentales de la création de 1897 – que le compositeur n’avait pas même pris la peine de reprendre sur les pupitres – refassent surface dans un fonds d’archives léningradois ; le chef Alexander Gauk utilisa ce matériel (apparemment incomplet) ainsi que la réduction pour piano pour établir une reconstruction de la symphonie, qui fut re-créée en 1945 – hélas après la mort de Rachmaninov – avec grand succès. De là, l’ouvrage repartit à la conquête de la planète et s’il n’a jamais atteint le niveau de célébrité de la deuxième, il n’en mérite pas moins l’attention du mélomane. Nous proposons l’excellent et explosif enregistrement dirigé en 1966 par Evgueni Svetlanov, soigneusement remastérisé d’après les matrices de la firme Melodyia : une vraie matière à Discothèque idéale. © SM, Qobuz 2015

Le compositeur

Serge Rachmaninoff dans le magazine
  • Rachmaninov marxiste !
    Rachmaninov marxiste ! Il y a 70 ans s'éteignait Serge Rachmaninov…
  • Liège aime Tchaïkovski
    Liège aime Tchaïkovski Du 6 au 9 mai, Louis Langrée dirigera les trois dernières symphonies de Tchaïkovski, trois concertos russes, et Roméo et Juliette dans le cadre du festival « I ♥ Tchaïkovski» à la salle philharmon...