Artistes similaires

Les albums

9,99 €

Classique - Paru le 26 avril 2019 | Signum-Cala

9,99 €

Electro - Paru le 28 avril 2019 | Narrominded

38,99 €
27,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 22 juin 2018 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica - Qobuzissime - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Eh oui, il est encore possible de découvrir une partition de Bernstein, ou plutôt la version de chambre de A Quiet Place, adaptée par Garth Edwin Sunderland et pour la première fois dirigée et enregistrée par le chef d’orchestre Kent Nagano, à la Maison Symphonique de Montréal. Ultime partition scénique du compositeur américain créée au Houston Grand Opera, en 1983, elle fut révisée par le librettiste Stephen Wadsworth et le compositeur qui y ajouta plusieurs fragments de l’ouvrage en un acte Trouble in Tahiti, de 1951, donnant lieu à deux nouvelles créations (Scala de Milan et Washington). Une nouvelle mouture – définitive – fut créée à l’Opéra de Vienne, sous la direction du compositeur en 1986. Fascinante à plus d’un titre, sorte d’Intermezzo de Strauss contemporain, l’œuvre dépeint la société américaine à travers la solitude et la crise existentielle d’un couple (Trouble in Tahiti) puis d’une famille. Bernstein citait Mahler pour la structure, avec un mouvement final d’une « noblesse grave » rappelant ceux des Troisième et Neuvième Symphonies de son modèle vénéré. Comme souvent chez lui, le mélange des styles (jazz, chœur antique, Broadway, Mahler, Berg, Britten, Copland…) provoque un cocktail détonant, qui lorgne du côté d’une conversation en musique plutôt que du grand opéra – ce qui paradoxalement rend cet ouvrage si particulier… et attachant. À redécouvrir, sous la baguette de l’ancien élève et fidèle Kent Nagano, à la tête de chanteurs solistes de haut vol, pour comprendre quel est cet « endroit tranquille » où « l’amour nous enseignera l’harmonie et la grâce ». © Franck Mallet / Qobuz « [...] Le projet initial a été profondément retaillé. La suppression de Trouble in Tahiti — décision lourde s'il en est, mais qui instaure une unité de temps —, l'allègement de l'orchestration resserrent sans conteste la tension dramatique, mettant à nu les caractères. Et le travail de réduction est viscéralement bernsteinien. Kent Nagano, lui, avait assisté le compositeur lors de la production viennoise de 1986. Enregistré en public, il entretient sans effort la tension interne, et maintient une nostalgie amère en accord étroit avec une distribution vocale très cohérente. [...] A Quiet Place est un chef-d'œuvre américain, tout simplement. Souhaitons que cette nouvelle mouture très réussie lui ouvre les portes d'une nouvelle carrière.» (Diapason, septembre 2018 / Rémy Louis)
14,49 €

Comédies musicales - Paru le 7 juin 2004 | Masterworks Broadway

Distinctions Qobuz Référence
21,49 €
14,99 €

Classique - Paru le 1 mars 1985 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Deutsche Grammophon Classics

Livret
21,49 €
14,99 €

Symphonies - Paru le 24 août 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Diapason d'or / Arte - 5 Sterne Fono Forum Klassik - Preis der deutschen Schallplattenkritik - 5 étoiles de Classica
La Deuxième Symphonie de Leonard Bernstein, « The Age of Anxiety », d’après le poème éponyme de W. H. Auden, est une œuvre de la relative jeunesse du compositeur-chef-d’orchestre, puisqu’elle date des années 1948-1949 – tout juste la trentaine donc. La symphonie se présente comme une suite de variations, mais non pas des variations à partir d’un thème initial. Non : chacune des variations reprend des éléments de la variation précédente, la varie à son tour, et ainsi de suite. On pourrait donc parler d’une forme de métamorphose ininterrompue. Comme on peut se l’imaginer, Bernstein mêle des éléments symphoniques classiques avec des éléments de jazz, en particulier dans la partie de piano solo – ici tenue par Krystian Zimerman, qui eut la chance de se produire maintes fois avec Bernstein. C’est à sa manière une sorte d’hommage pour le centenaire de la naissance du compositeur, d’autant que, selon ce qu’indique Zimerman dans le livret, Bernstein lui aurait demandé « s’il voulait bien jouer cette symphonie avec lui pour ses cent ans ». Promesse presque tenue, si ce n’est que l’orchestre est le Philharmonique de Berlin, le chef Sir Simon Rattle. © SM/Qobuz « Trente ans après l'avoir donnée avec Bernstein, Zimerman magnifie avec Rattle cette symphonie concertante, déambulation existentielle et nocturne trouée de silences. » (Diapason, décembre 2018)
14,49 €

Comédies musicales - Paru le 19 janvier 2018 | Sony Classical

41,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2002 | Deutsche Grammophon (DG)

Œuvres de Leonard Bernstein / Orchestre Symphonique d'Israel - Ruth Mense, piano - Leonard Bernstein, piano - Dicky Tarrach, percussions - Los Angeles Philharmonic Orchestra - Christa Ludwig, mezzo-soprano - Leonard Bernstein, direction - etc.
17,99 €
13,49 €

Jazz - Paru le 29 janvier 2016 | ACT Music

Hi-Res Livret
14,49 €

Comédies musicales - Paru le 2 juin 2009 | Masterworks Broadway

Livret
20,49 €
17,49 €

Musique symphonique - Paru le 10 août 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Record of the Month - Prise de son d'exception - 5 étoiles de Classica
Si Leonard Bernstein fût un des plus grands chefs d’orchestre de la seconde moitié du XXe siècle, son activité d’interprète n’a jamais occulté celle du compositeur. Mais le succès durable et mondial de West Side Story l’a souvent agacé, car il laissait dans l’ombre le reste d’un catalogue abondant et varié. Antonio Pappano a la bonne idée de réunir les trois symphonies de Bernstein en un seul album enregistré lors de plusieurs concerts à Rome avec son Orchestra dell'Accademia Nazionale di Santa Cecilia qui a atteint sous sa baguette une audience internationale. Bernstein avait une relation privilégiée avec cette institution qu’il venait diriger régulièrement. Jeremiah, la première symphonie de Bernstein, date de 1944. Bernstein a vingt-six ans et écrit la même année son premier ballet pour Broadway, Fancy Free, il pratique un mélange des genres qui sera désormais sa marque de fabrique, déroutant bon nombre de mélomanes frileux qui ne comprennent alors pas que cette dichotomie est le fruit de son propre génie. Cette première symphonie, chantée en hébreu, dénonce l’horreur de l’Holocauste en Europe. 1949 est l’année de The Age of Anxiety (L’Âge de l’angoisse), son étrange deuxième symphonie inspirée d’un long et difficile poème de W. H. Auden. Peu jouée en raison de sa difficile partie de piano solo que peu d’interprètes ont à leur répertoire, cette symphonie est une suite de « thème et variations ». Si le début flirte avec la musique savante européenne, celle de Prokofiev notamment, elle se conclue dans un sentimentalisme syncopé à la manière des grands films hollywoodiens. L’excellente pianiste Beatrice Rana (qui a enregistré pour Warner Classics un très excitant Deuxième Concerto de Prokofiev avec le même chef, ainsi que plus récemment des Variations Goldberg de J. S. Bach plus discutées) en est ici une interprète brillante et convaincue. Écrite en 1963 et dédiée au président Kennedy, Kaddish, sa troisième symphonie est sans doute l’œuvre la plus personnelle de cette trilogie. Hétérogène comme l’est toute la musique de Bernstein, elle est assortie d’un texte de sa plume qui fit scandale par son arrogance iconoclaste, Bernstein donnant des conseils à Dieu pour mieux gouverner les hommes… Insatisfait de son texte, le compositeur effectua plusieurs révisions de son œuvre pour lui donner la forme généralement utilisée aujourd’hui. © François Hudry/Qobuz « [...] Pappano rappelle que les trois œuvres (1942-1963) "ont pour sujet une crise de la foi" avant d'ajouter qu'il "ne cesse cependant avec elles de rechercher la rédemption — c'est manifeste dans leur finale — parce qu'il estimait nécessaire d'être racheté ou de retrouver la foi, ou la paix de l'esprit ou la paix de l'âme". [...] Avec beaucoup de caractère, Antonio Pappano éclaire ces œuvres d'une lumière moderniste, qui le détache en un sens (et plus que ces prédécesseurs) de l'exemple de l'auteur. [...] Le son d'ensemble est plus serré, la pulsation nerveuse, les effets de timbre sont accusés sans craindre la stridence (cuivres, percussions), la tension dramatique s'infiltre partout. [...] Ce qui n'empêche pas le maître italien de soigner l'éloquence, d'obtenir des pianissimos porteurs de mystère. [...] On ne peut qu'admirer l'intensité de Marie-Nicole Lemieux, la splendeur de son timbre [...] la plus impressionnante demeure Josephine Barstow, dont la récitation incendiaire de Kaddish (Din-Torah !) est un chef-d'œuvre. [...] Cet ensemble intense et cohérent constitue un très bel hommage à Bernstein.» (Diapason, septembre 2018 / Rémy Louis)
14,99 €

Classique - Paru le 1 juillet 1999 | Warner Classics

16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 19 janvier 2018 | Sony Classical

Hi-Res
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 19 janvier 2018 | Sony Classical

Hi-Res
6,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2009 | Deutsche Grammophon (DG)

Leonard Bernstein : Danses symphoniques de "West Side Story" / Philharmonique de Los Angeles - Leonard Bernstein, direction / Disque enregistré au Live Davies Hall, San Francisco en juillet 1982
5,99 €

Musique symphonique - Paru le 9 septembre 2003 | Naxos

Livret Distinctions Hi-Res Audio
Chichester Psalms - On the Town - On the Waterfront / Orchestre Symphonique de Bournemouth - Marin Alsop, direction
19,99 €
17,49 €

Classique - Paru le 3 mars 2017 | Sony Classical

Hi-Res

Le compositeur

Leonard Bernstein dans le magazine
  • 5 questions à ... Marianne GAUSSIAT
    5 questions à ... Marianne GAUSSIAT Grand rendez-vous des amateurs de musique classique, le festival Classique au Vert prendra place cette année du 11 Août au 02 Septembre au cœur du Parc Floral à Paris. Marianne GAUSSIAT, directrice...
  • Rare Bernstein
    Rare Bernstein Sortie de la version de chambre de "A Quiet Place", dirigée et enregistrée par le maestro Kent Nagano...
  • Bernstein à la Mass
    Bernstein à la Mass Quand Yannick Nézet-Séguin s'attaque au détricotage de la messe traditionnelle par Leonard Bernstein...
  • Le Hall of Fame de Gramophone
    Le Hall of Fame de Gramophone Le mensuel britannique Gramophone lance son panthéon des personnalités ayant contribué à l’industrie du disque classique. Callas, Karajan, Abbado, Furtwängler et Bernstein ouvrent le bal !
  • L’Orchestre de Paris présente Swing Lenny
    L’Orchestre de Paris présente Swing Lenny Mercredi 11 mai à la Salle Pleyel, l'Orchestre de Paris revisitera les plus belles comédies musicales du génial Leonard Bernstein.
  • Bernstein version rock’n’roll !
    Bernstein version rock’n’roll ! Leonard Bernstein est mort il y a 20 ans, l'occasion de revenir, sous forme de clin d'oeil, sur le parcours du chef d'orchestre et compositeur de West Side Story.
  • Une nuit américaine sous la Pyramide
    Une nuit américaine sous la Pyramide A l’occasion de la Fête de la Musique, la musique de John Adams, George Gershwin et Leonard Bernstein s’invite sous la Pyramide du Louvre le 21 juin, lors de La Nuit Américaine, avec l'Orchestre de...
  • Dans l’Omnibus avec Leo !
    Dans l’Omnibus avec Leo ! Quand Leonard Bernstein expliquait la musique aux téléspectateurs américains…
  • Quand Christa danse pour Leo…
    Quand Christa danse pour Leo… C'est bien connu, Christa Ludwig est la reine du... tango ?
  • Professeur Lennie
    Professeur Lennie Chef démentiel et compositeur génial, Leonard Bernstein était également un pédagogue irrésistible, unique dans son don de transmission.