Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 25 octobre 2019 | Signum Records

Hi-Res Livret
Les Gabrieli Consort & Players de Paul McCreesh forment un ensemble homogène, ductile et très expressif, des qualités indispensables à qui s’empare de King Arthur, le semi-opéra de Purcell, une partition n’est pas sortie indemne des siècles qui nous séparent de sa composition. Les solistes sont éloquents, émouvants, sémillants… on les devine irrésistibles sur scène tant leur écoute mutuelle est précise et complice. La vocalité, réaliste dans sa restitution du texte, nous rappelle que ce genre de la fin du XVIIe siècle alliait parlé et chanté. C’est d’ailleurs le texte du livret, publié avant la création de l’œuvre de Purcell, qui sert de guide à la restauration musicale de la partition, éparpillée dans de nombreuses sources souvent douteuses. Écrit à l’occasion du 25e anniversaire du couronnement de Charles II, il raconte la naissance mythique du royaume d’Angleterre. L’intuition théâtrale et l’intelligence musicale de la clique de Paul McCreesh, cultivées grâce au compagnonnage au long cours avec ce répertoire, ont fabriqué une nouvelle version de King Arthur très réussie qui dote l’œuvre d’une cohérence inédite. En effet, le masque, ce spectacle total anglais typique des divertissements de cour, méritait que des musiciens chevronnés se penche sur son sort. L’air (et le chœur) « Hither this way » (Acte II) de la soprano Carolyn Sampson en Philadel, l’Esprit de l’Air, est d’une malice délicieuse. Et le baryton basse Ashley Riches incarne un Génie du froid (Acte III) d’une humanité bouleversante. À écouter sans tarder ! © Elsa Siffert/Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 10 avril 2020 | Signum Records

Hi-Res Livret
HI-RES20,99 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 23 novembre 2018 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Gramophone Editor's Choice
Oui, oui, King Arthur de Purcell est bien cet opéra duquel est tiré l’hyper-célèbre « Air du froid », immortalisé par le contre-ténor rock-pop-classique Klaus Nomi – même si dans l’original, le Génie du froid est confié à une voix de basse. Peu importe : ce semi-opéra de 1691 est, de bout en bout, un stupéfiant chef-d’œuvre d’une étonnante modernité. Pour mémoire, le semi-opéra est un genre appartenant au baroque anglais, dans lequel s’alternent des scènes parlées déroulant la pièce proprement dite, et des scènes chantées et instrumentales qui n’appartiennent pas vraiment à l’intrigue, mais procèdent plutôt d’illustrations morales, pastorales ou mythologiques. On y trouve aussi de nombreuses scènes dansées. Rien d’étonnant donc que les scènes chantées n’incorporent aucun des personnages arthuriens eux-mêmes, mais seulement des nymphes, Pan, Cupidon, des prêtres, Éole etc. Lionel Meunier et son ensemble Vox Luminis ont choisi d’étoffer l’orchestration, puisque la partition qui nous est parvenue ne mentionne que les cordes et quelques numéros avec trompettes ; Meunier rajoute des hautbois, des flûtes à bec, un basson, quelques timbales pour les fanfares, tandis que le continuo alterne entre théorbe, orgue et guitare baroque. Loin d’être une trahison, c’est là l’évidente « prise de possession » de la partition qui s’impose puisqu’à l’époque de Purcell déjà, on jouait ces ouvrages avec les instruments disponibles sur le moment. Et l’enrichissement sonore est ici des plus considérables. © SM/Qobuz
HI-RES45,99 €
CD29,99 €

Classique - Paru le 8 novembre 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Il est difficile d’imaginer la stupeur ressentie par les mélomanes anglais en découvrant la voix d’Alfred Deller au sortir de la guerre. À cette époque, la voix de contre-ténor avait disparu depuis plus de deux siècles, engloutissant dans le même oubli tout un répertoire. Surgie soudainement du passé, cette voix magique semblait presque surnaturelle. Elle était aussi celle d'un musicien exceptionnel, d'une expressivité naturelle qui savait toucher le cœur, toujours dans le respect du texte. Un public plus large va découvrir l’art d’Alfred Deller dès la fin des années 1960 avec l’entrée du chanteur et de son ensemble dans le catalogue du label harmonia mundi. C’est à la suite d’un concert du Deller Consort en Avignon en 1967, que Bernard Coutaz, le fondateur du célèbre label français, propose une collaboration à Alfred Deller. Les deux hommes sympathisent aussitôt et leur collaboration débute peu après avec un premier récital consacré à des madrigaux et des pièces sacrées de Carlo Gesualdo. L’achat par Deller d’une vieille ferme dans le Lubéron vient renforcer cette amitié avec la fondation d’une académie de musique ancienne (une des premières en France) dans la merveilleuse abbaye de Sénanque et à Lacoste – avec le soutien d’harmonia mundi. Dans la dernière partie de sa carrière, Alfred Deller va donc pouvoir graver, dans d’excellentes conditions sonores et techniques, les œuvres majeures de Purcell qu’il chantera et dirigera. À soixante-cinq ans passés, Alfred Deller donne le meilleur de lui-même dans ses ultimes enregistrements interrompus par sa mort subite, à la suite d’une crise cardiaque survenue au cours d’une tournée, le 16 juillet 1979 à Bologne. Ce célèbre legs purcellien reparaît aujourd’hui sous la forme d’un coffret « collector » de sept CD ou dans une luxueuse version en cinq vinyles en édition limitée et en cinq CD pour la version numérique. Qobuz vous les propose dans une édition Hi-Res Audio d’une grande qualité sonore, sous le titre générique « The Voice of Purcell » — compositeur de prédilection jamais quitté — à l’occasion des quarante ans de la disparition d’Alfred Deller, après un méticuleux travail de remastérisation d’après les bandes originales qui redonne toute leur splendeur aux prises de son. Des références reprenant chacun des LP originaux existent aussi par ailleurs, également en Hi-Res. © François Hudry/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 1 septembre 1979 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
Recording dates: 21-22 mars 1979 Recording place: Lurs, Notre-Dame des Anges Sound engineering: Jean-François Pontefract Remastering engineer: Alexandra Evrard (2019)
HI-RES23,09 €
CD16,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1979 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Recording dates: 1978 Recording place: Boughton Aluph, Kent. All Saints Church Sound engineering: Alberto Paulin Remastering engineer: Alexandra Evrard (2019)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1978 | harmonia mundi

Hi-Res
Recording dates: septembre 1977 Recording place: Boughton Aluph Saints Church Sound engineering, editing: Alberto Paulin Production: Deller Recordings Remastering engineer: Alexandra Evrard (2019)
CD5,99 €

Classique - Paru le 17 novembre 2008 | Alpha

Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 23 septembre 2010 | Ambronay Éditions

Hi-Res Livret
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 12 octobre 2018 | Alpha

Hi-Res Livret
Certes, ce programme 100% Purcell est construit autour d’œuvres vocales, mais ce n’est ni tout à fait un récital de chanteur solo (en l’occurrence le contre-ténor Tim Mead) ni un programme exclusif des Musiciens de Saint-Julien. Du côté instrumental, la pièce de résistance est la Fantazia upon a ground pour trois flûtes et continuo. Le pan vocal musarde allègrement entre airs d’opéras, cantates, songs, odes, ainsi – surtout – qu’à travers l’Europe de l’époque : la chaconne à la française, les basses obstinées, pavanes et contredanses à l’anglaise, les airs écossais, le tout avec un zeste de cette écriture à l’italienne qui fait déjà rage en Angleterre et le reste du continent. On entendra beaucoup la flûte, voire les flûtes, puisqu’outre les pièces purement instrumentales, les airs sont souvent accompagnés par ces gazouillants tuyaux. François Lazarevitch, directeur musical des Musiciens de Saint-Julien, se saisit tour à tour de la flûte à bec baroque, du traverso et même de la musette. La musette d’après Chédeville, en l’occurrence (car le terme couvre plusieurs genres d’instruments), est une sorte de petite cornemuse de l’époque baroque, à anches double, et dont le son s’approche donc plutôt de celui d’un petit hautbois. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 27 janvier 2009 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Chandos vous propose le chef-d'œuvre dramatique de Purcell par les meilleurs chanteurs anglais d'aujourd'hui et l'orchestre "The Age of Enlightenment". C'est une version particulièrement émouvante qui permet d'entendre la noble Didon de Sarah Connolly. Cet enregistrement réconciliera amateurs d'instruments baroques et amoureux de grandes voix lyriques.
CD9,99 €

Classique - Paru le 15 avril 2008 | Alia Vox

En 1680, Purcell composa en quelques semaines un ensemble d'oeuvres bouleversantes pour ensemble de violes, sorte d'accomplissement notoire et bouleversant d'un style d'écriture d'ores et déjà un peu disparu en ce temps-là. Dans ce sommet du répertoire pour consort, que Savall s'évertua à révéler par de nombreux enregistrements (Dowland, Tye, Holborne, Gibbons, Coprario, Jenkins), la vision du gambiste catalan fascine durablement. Perfection instrumentale, beauté inouïe des sonorités, transparence polyphonique idoine, atmosphères expressives d'une intériorité jamais troublée, infiniment mélancolique. Un très grand disque !
CD6,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1977 | Warner Classics

HI-RES23,09 €
CD16,49 €

Opéra - Paru le 1 janvier 1977 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Recording dates: September 1976 Sound engineering: Pierre Studer Remastering engineer: Alexandra Evrard (2019)
CD10,99 €

Classique - Paru le 6 novembre 2008 | Alpha

Didon et Enée, Z 626 / Simone Kermes, soprano - Deborah York, soprano - Dimitris Tiliakos, baryton - - New Siberian Singers - MusicAeterna - Teodor Currentzis, direction
CD11,49 €

Classique - Paru le 31 juillet 2007 | harmonia mundi

CD14,99 €

Classique - Paru le 12 septembre 1983 | Decca Music Group Ltd.

HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Musique vocale sacrée - Paru le 3 septembre 2015 | Mirare

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica - Choc Classica de l'année
Les « devotional songs » à trois voix d’hommes de Purcell restent nimbés d’un certain mystère. Vraisemblablement composés entre 1680 et 1688, ils sont restés à l’état de manuscrit et il est difficile de savoir s'ils furent écrits pour un établissement religieux ou pour des particuliers. Le régime puritain de Cromwell, pourtant remplacé dès 1661 par le retour du roi exilé Charles II (le « Merry Monarch », ou le « monarque joyeux/fêtard », connu pour ses frasques en tout genre), avait laissé des traces profondes dans la société britannique, en particulier dans le domaine de la dévotion domestique – la pratique religieuse à la maison. Sans doute Purcell connaissait-il les recueils de psaumes et de motets publiés pour ces pratiques, écrits pour un nombre réduit de chanteurs et continuo. Mais les Devotional Songs de Purcell sont autrement exigeants en termes de technique vocale que ces précédentes pièces destinées au salon, et l’on peut donc se demander s’il ne les a pas plutôt destinés aux professionnels de la cour. Deux ténors, une basse, ainsi que le continuo (basse de viole, clavecin, orgue, théorbe), servent ici à merveille cette sombre et ample musique que l’on ne connaît guère, et c’est bien dommage. Afin d’offrir quelque répit dans ce discours de grand recueillement, le présent album propose également quelques pistes de pièces instrumentales signées Geoffrey Finger, un compositeur morave installé en Angleterre, plus ou moins contemporain de Purcell. © SM/Qobuz« [...) D'une page à l'autre, les trois chanteurs, les ténors Jeffrey Thompson et Marc Mauillon et la basse Geoffroy Buffière, n'hésitent pas à souligner les contrastes et à s'engager sans réserve dans ce théâtre sacré, encouragés par un continuo exemplaire et convaincu. Le verbe haut et le ton volontiers déclamatoire, ils ont bien compris que l'intensité des couleurs et la volupté de l'expression pouvaient véhiculer les sentiments les plus intimes. Comme la peinture caravagesque judicieusement choisie pour la couverture. » (Classica, novembre 2015 / Philippe Venturini)
CD6,49 €

Classique - Paru le 14 juillet 2014 | harmonia mundi

CD9,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 1 mai 1981 | Chandos

Livret Distinctions Diapason d'or
« ... Une voix aussi claire et franche, amicale et chambriste qu’Emma Kirbky trouverait-elle sans se gonfler comme la grenouille de la fable les ressources du drame ? Coup de génie, car tout coule de source [...] En 1981, le deuxième enregistrement de Dido sur instruments d’époque déroutait et charmait par son petit orchestre doux, curieux de rendre Purcell à ses influences françaises. L’album, sous étiquette Chandos, reçut un Diapason d’or clairvoyant et resta célèbre » (Diapason, septembre 2015 / Gaëtan Naulleau)

Le compositeur

Henry Purcell dans le magazine
  • Ricercar Consort reveille Purcell
    Ricercar Consort reveille Purcell Le Ricercar Consort et Philippe Pierlot viennent de publier un programme autour des plus belles pièces vocales et instrumentales de Purcell...
  • Le bonjour d’Alfred…
    Le bonjour d’Alfred… Alors que la réédition de ses enregistrements pour le label Vanguard fut un des temps fort de la rentrée, il est toujours vital d’écouter et de réécouter, encore et encore, Alfred Deller qui, malgr...