Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2000 | Decca (UMO)

CD24,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1994 | Deutsche Grammophon (DG)

CD9,99 €

Musiques pour le cinéma - Paru le 1 janvier 2007 | Chandos

Livret
Musique du film The Sea Hawk ("L'Aigle des mers") de Michael Curtiz / Chœur de Chambre de Manchester - BBC Philharmonic - Rumon Gamba, direction
CD14,99 €

Classique - Paru le 13 juin 2011 | Warner Classics

CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1998 | Decca (UMO)

CD14,99 €

Bandes originales de films - Paru le 2 janvier 2015 | Varese Sarabande

CD8,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 30 mai 1997 | Naxos

La Ville morte, opéra en 3 actes
CD9,99 €

Musiques pour le cinéma - Paru le 22 juin 1999 | CPO

CD9,99 €

Classique - Paru le 1 juillet 2013 | CPO

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 juillet 2007 | Chandos

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
Der Schneemann (Acte I) - Märchenbilder op.3 - Schauspiel Ouvertüre op.4 - Violenta op.8 / BBC Philharmonic - Matthias Bamert, direction
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 mai 1998 | Chandos

Livret
Der Schneeman (Acte 1) - Sieben Märchenbilder - etc. / BBC PHilharmonic - Matthias Bamert, direction
CD9,99 €

Classique - Paru le 27 août 2013 | Music and Arts Programs of America

Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 juillet 2007 | Chandos

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
Sursum op.13 - Sinfonietta op.5 / BBC Philharmonic Orchestra - Dir. Matthias Bamert
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 18 janvier 2019 | Ars Produktion

Livret Distinctions 5 de Diapason
Si seulement quatorze années séparent les trios avec piano de Zemlinsky et de Korngold, respectivement écrits en 1896 et 1919, le contraste est des plus saisissant. Là où l’œuvre de Zemlinsky, qu’il a écrite à 22 ans, trahit encore l’influence de Brahms – que dis-je l’influence : l’ombre tutélaire ! –, celui de Korngold, écrit alors que le compositeur affichait fièrement… 13 ans, regarde avec fermeté vers l’avenir, ou du moins le présent le plus brûlant, celui de Strauss ou Mahler, celui aussi du premier Schönberg. La filiation entre Zemlinsky et son disciple Korngold semble à peine perceptible, et ces quatorze années de distance semblent un immense saut temporel. Ces deux fascinants ouvrages sont présentés par le Trio Stefan Zweig, un ensemble aussi viennois que les compositeurs qu’il défend ici, fondé en 2012. © SM/Qobuz
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 avril 2011 | Ondine

Livret
Achevée en 1952, la Symphonie Op.40 de Erich Wolfgang Korngold demeure l'une des grandes symphonies de la première moitié du XXe siècle, et confirme le talent exceptionnel du prodige autrichien, exilé aux États-Unis, révolutionnaire dans le domaine de la musique de film à Hollywood. D'une puissance implacable, aux grands élans sombres, cette symphonie trouve en les mains de John Storgards un apôtre raffiné et intense. Premier enregistrement mondial de Tänzchen.
CD19,99 €

Classique - Paru le 19 mars 2009 | Archipel - Walhall

CD11,99 €

Opérette - Paru le 18 avril 2006 | Naxos

Livret Distinctions 10 de Classica-Répertoire
Strauss : Die Fledermaus (La Chauve-Souris) / Elisabeth Schwarzkopf - Nicolai Gedda - Rita Streich - Helmut Krebs...Philharmonia Chorus & Orchestra, dir., Herbert von Karajan + Bonus.
CD7,99 €

Opéra - Paru le 24 juillet 2002 | Naxos

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Mélodies & Lieder - Paru le 1 juillet 2007 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
S’il n’y en a qu’une… Korngold est de ces compositeurs qui n’ont écrit, en tout et pour tout, qu’une seule et unique symphonie – la Sinfonietta de jeunesse de 1911 (le compositeur, certes précoce en diable, n’avait que quatorze ans alors) n’étant pas ici rangée dans la catégorie de symphonie à part entière. C’est en 1952 seulement, exilé aux Etats-Unis où il s’était fait un nom prodigieux dans le milieu de la musique de films, qu’il écrivit sa symphonie en fadièse majeur, un imposant monument de quelque cinquante minutes, d’un lyrisme exacerbé, aux couleurs orchestrales somptueuses et irisées, des caractères que d’aucuns appelleraient peut-être hollywoodiens. C’est hélas regarder du mauvais bout de la lorgnette : ce sont précisément des génies comme Korngold qui ont conféré à la grande musique de cinéma ses lettres de noblesse en leur offrant des partitions de haut vol. En réalité, la symphonie de Korngold n’est pas plus « cinématographique » ni plus (ni moins) imagée que n’importe quel opéra vériste. Il serait temps de rendre au compositeur sa place de créateur majeur de la scène européenne de la première moitié du XXe siècle, et l’enregistrement de sa symphonie réalisé en 1992 par Edward Downes avec l’Orchestre de la BBC nous paraît mériter grandement d’accéder à la Discothèque idéale de Qobuz. Le CD est complété par les très beaux Abschiedslieder du même Korngold, quatre splendides Lieder pour orchestre et voix de contralto qui n’ont pas à pâlir devant leurs pairs chez Strauss ou Mahler. © SM/Qobuz

Le compositeur

Erich Wolfgang Korngold dans le magazine