Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD11,49 €

Classique - Paru le 21 décembre 2012 | harmonia mundi

Livret
CD0,99 €

Classique - Paru le 5 avril 2015 | Louth Contemporary Music

HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 19 octobre 2018 | Cantaloupe Music

Hi-Res Livret
Il va sans dire que le titre « Mystery Sonatas » de David Lang (né en 1957) reprend le concept des Sonates du Rosaire, aussi connus sous le nom de « Sonates du Mystère », écrites en 1678 par Ignaz Biber. Cela dit, Lang dévie du modèle sous plusieurs aspects fondamentaux : ses sonates restent pour violon seul, là où Biber en accompagne certaines d’un continuo, et surtout Lang ne fait pas appel au principe de la « scordattura », l’accord inhabituel du violon mis en œuvre par Biber pour créer des sonorités inouïes. Ce qui ne signifie pas que l’œuvre de Lang ne procède pas de l’inouï, du moins dans le sens étymologique du terme, d’autant qu’il l’a écrite pour le violoniste Augustin Hadelich qui l’enregistre ici en première discographique – et que les deux artistes ont travaillé en étroite collaboration. Autre pont entre Lang et Biber, la conception en trois volets : la joie, la douleur, la gloire. On reconnaît bien sûr l’appartenance de Lang à la mouvance minimaliste ; par contre, ses fréquentes incursions dans le rock, dans le modernisme et dans la raillerie n’ont pas leur place ici, car il cherche avant tout à exprimer une introspection autour des mystères, qu’ils soient religieux ou non d’ailleurs, de la vie et de la beauté. Hadelich, manifestement, prend à son compte toutes les conceptions du compositeur. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique vocale profane - Paru le 24 juin 2016 | Cantaloupe Music

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
« Compositeur issu du minimalisme le plus pur, David Lang occupe une place importante dans la musique américaine, inspirant notamment Steve Reich pour son impressionnant WTC 9/11. The National Anthems vient de ses recherches infructueuses d'un point commun liant tous les hymnes nationaux. [...] Le compositeur ne trouva comme récurrence que la belligérance des discours, [...] il réalisa aussi que ces mots d'ordres dissimulaient un sentiment d'insécurité, une peur de perdre sa liberté. À partir de fragments épars d'hymnes, David Lang réussit malgré tout à trouver ce lien partagé, une même quête spirituelle qu'il fait vibrer par une majestueuse œuvre chorale puisant aux sources du plain-chant mais aussi de la ferveur minimaliste. Un lyrisme diaphane et poignant baigne cette œuvre qui dévoile une angoisse viscérale, [...] celle du monde actuel en totale déréliction. [...] Seul surgit de The Little Match Girl Passion, inspirée de La petite fille aux allumettes d'Andersen, un fragile scintillement poétique qui regarde du côté de la liturgie de Bach, la seule issue possible de rédemption chez Lang étant la dévotion pour sortir du désarroi.» (Classica, décembre 2016 / Romaric Gergorin)
CD3,50 €6,99 €(50%)

Classique - Paru le 18 novembre 2008 | Naxos

Livret
Pierced - Heroin (de Lou Reed, arrangé par David Lang) - Cheating, Lying, Stealing - How to Pray - Wed / Real Quiet - Theo Bleckmann, voix - Evan Ziporyn, clarinette basse - Boston Modern Orchestra Project - Gil Rose, direction
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 7 février 2020 | Cantaloupe Music

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 25 octobre 2019 | Cantaloupe Music

Hi-Res Livret
CD1,19 €

Classique - Paru le 10 novembre 2017 | Cantaloupe Music

CD9,99 €

Classique - Paru le 30 avril 2013 | Cantaloupe Music

"Death Speaks" de David Lang est une commande du Carnegie Hall et de Stanford Lively Arts destinée à être le pendant de sa pièce "Little Match Girl Passion", et tire son inspiration la Jeune Fille et la Mort de Schubert. David Lang a utilisé des extraits de 32 Lieder, traduits sommairement et réajusté de la même manière que les textes de Bach dans The Little Match Girl Passion. Puis le compositeur a fait appel à des musiciens de rock : Bryce Dessner (guitariste de The National), Shara Worden (chanteuse de My Brightest Diamond) et Owen Pallett (violoniste, claviériste et chanteur de Final Fantasy) et le compositeur Nico Muhly, tous des créateurs talentueux. En complément de programme, la pièce "Depart" avec quatre chanteurs solistes et la violoncelliste Maya Beiser.
CD2,29 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 21 décembre 2015 | WM Italy

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 20 avril 2018 | Cantaloupe Music

Hi-Res
En fait cet album propose quatre pièces du compositeur états-unien David Lang (né en 1957), dont seule la première porte le nom de Writing on Water de 2005, sur un livret de Peter Greenaway. Qui dit livret dit paroles et en effet, paroles il y a, chantées à la vitesse d’une mitraillette sur un tissu musical effréné, hystérique, irrésistible et dangereux ; le tissu musical fait appel à quelques cuivres, une poignée de cordes, piano, percussion, guitare électrique et surtout des sons préenregistrés qui ajoutent encore à l’aspect irréel de l’ouvrage. Suit Forced March de 2008 dont les premières mesures ne doivent pas trop dérouter l’auditeur : déferlement de guitare électrique (discrètement doublée au violoncelle pour effets d’écho) et batterie de rock, on pourrait croire s’être trompé de référence. Que nenni, Lang est bel et bien un compositeur « classique » et s’il intègre volontiers des éléments empruntés au rock, il s’agit avant tout des sonorités. Le langage du compositeur se situerait plutôt dans la lignée des minimalistes nord-américains, mais aussi de Lou Harrison ou Hans Werner Henze – dont il fut le disciple. Increase de 2002 fait aussi appel à des instruments amplifiés, même si le langage reste fort discret, une rareté pour Lang. L’album se referme sur Pierced de 2007, un mélange de salsa, de cha-cha-cha, de folie furieuse. Les explications fournies par le compositeur, sur son site, restent assez opaques et il suffit tout bonnement d’écouter ces pièces pour y trouver son plaisir – si tant est que l’on est amateur de musique minimaliste quelque peu déjantée. © SM/Qobuz
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 novembre 2011 | Cantaloupe Music

Passionné, prolifique, sophistiqué, le compositeur David Lang, co-fondateur du groupe Bang on a Can et du label Cantaloupe, personnifie l'esprit perpétuel d'invention. "This was written by hand" a été écrit pour le pianiste Andrew Zolinsky, et fut créé en juin 2003 au Wigmore Hall à Londres, alors que le compositeur avait délaissé l'écriture à la table pour l'ordinateur depuis 1993. Son coup de crayon y est immédiatement perceptible par l'intensité presque physique de la musique, comme un chant intérieur jeté sur le papier avec frénésie. A découvrir !
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2011 | Cantaloupe Music

Livret
Sentieri Selvaggi - Carlo Boccadoro, cirection
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 26 janvier 2018 | Cantaloupe Music

Hi-Res Livret
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2007 | NWCRI

CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2011 | Cantaloupe Music

Livret
Lisa Moore & Andrew Zolinsky, piano - Audrey Riley, violoncelle - James Woodrow, guitare électrique - Nick Allum 8 Rob Allum, batterie - Mike Svoboda, trombone - European Music Project
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 novembre 2011 | Cantaloupe Music

CD6,99 €

Classique - Paru le 30 octobre 2012 | Naxos Digital Compilations

CD4,99 €

Rock - Paru le 28 mars 2017 | Nettwerk Records

CD9,99 €

Classique - Paru le 2 janvier 2017 | Cantaloupe Music

Ne vous laissez surtout pas troubler par les premières mesures de Forced March du compositeur états-unien David Lang (*1957) : guitare électrique (discrètement doublée au violoncelle pour effets d’écho) et batterie de rock, on pourrait croire s’être trompé de référence. Que nenni, Lang est bel et bien un compositeur « classique » et s’il intègre volontiers des éléments empruntés au rock, il s’agit avant tout des sonorités. Le langage du compositeur se situerait plutôt dans la lignée des minimalistes nord-américains, mais aussi de Lou Harrison ou Hans Werner Henze – dont il fut le disciple. Autrement dit, voilà un ouvrage inclassable, déroutant, étonnamment orchestré pour flûte, clarinette basse, trombone, percussion et guitare électrique déjà mentionnés, et quatre cordes dans des rythmes insaisissables, instables, qui donnent une véritable sensation de marche forcée, d’avancée irrésistible vers on ne sait quelle fin… la fin vous le dira. Le Crash Ensemble, qui a créé l’œuvre à Dublin en 2008, joue ici ce petit bijou. © SM/Qobuz

Le compositeur

David Lang dans le magazine