Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Concertos pour violoncelle - Paru le 18 mai 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Après deux albums salués par la critique internationale unanime, l’Ensemble Resonanz, basé à Hambourg, propose un enregistrement consacré à Carl Philip Emanuel Bach : les Concertos pour violoncelle Wq. 170 et Wq. 172, respectivement de 1750 et 1753, et la Symphonie Wq. 173 de 1741. On remarquera d’emblée la différence radicale de langage entre les deux concertos, écrits après la mort de Bach-le-Père, et la Symphonie, écrite encore de son vivant : les concertos regardent résolument vers l’époque classique en devenir, y compris dans le futur « Sturm und Drang » (à cet égard, le Concerto en la mineur qui ouvre l’album, tout en vigueur et en oppression mélodique, est un parfait exemple), tandis que la Symphonie procède du baroque en cours de mutation finale. La lecture cristalline qu’offre le violoncelliste Jean-Guilhen Queyras et l’Ensemble Resonanz sous la direction de son nouveau directeur musical en résidence, le violoniste Riccardo Minasi, s’oppose sans vergogne aucune à la vogue – parfois assez intrusive il est vrai, voire dictatoriale et exclusive – des instruments d’époque qui voudrait que toute musique avant Mozart (et encore, même Mozart) n’eût pas droit d’être joué sur instruments modernes. Queyras, Resonanz et Minasi ont su se saisir des véritables apports stylistiques de la mode baroque. Voilà un bien bel album, superbement joué, et qui sait faire ressortir toute l’originalité de Carl Philip Emanuel Bach. © SM/Qobuz« Leur première rencontre au disque fait des étincelles, dans deux concertos exubérants où Riccardo Minasi excelle à mettre Jean-Guihen Queyras tout à la fois en danger et en valeur. Quel orchestre ! » (Diapason, juillet/août 2018)
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2001 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Voilà un album infiniment précieux, car il nous entrouvre la porte du fascinant univers de Carl Philipp Emanuel Bach, un compositeur étrange dont les œuvres pour clavier constituent une sorte de laboratoire, dans lequel il laisse libre cours à son imagination débordante, à la recherche d'un langage nouveau, tournant résolument le dos au monde baroque finissant. Ses Sonates et Rondos ouvrent la voie au préromantisme de la période Sturm und Drang par une alchimie très particulière des rythmes et de l'harmonie, avec un goût prononcé pour le bizarre. Mikhail Pletnev s'amuse beaucoup en jouant ces pièces singulières, son interprétation contribue pour beaucoup au modernisme de cette musique. Un régal pour esthètes raffinés. FH
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Concertos pour violoncelle - Paru le 24 mars 2014 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - 4 étoiles de Classica - Prise de son d'exception - Hi-Res Audio
L'anniversaire de la naissance de Carl Philipp Emanuel Bach (8 mars 1714) suscite un engouement extraordinaire de la part des interprètes comme des maisons de disques et c'est une grande chance, car voilà un compositeur qui fait partie des plus grands et que le grand public ignorait un peu. Le choix d'Ophélie Gaillard est des plus judicieux, car il fait découvrir à la fois un Concerto et de la musique de chambre, comme cette extraordinaire "Conversation entre un sanguin et un mélancolique" qui nous fait plonger à elle seule dans l'univers tourmenté et pré-romantique de cet étonnant compositeur. Voilà une manière singulière d'exprimer en musique la dualité qui est au cœur de chaque être humain. FH
CD13,49 €

Musique de chambre - Paru le 4 novembre 2016 | Warner Classics

Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
Quoi de plus « normal » que d’être accompagné par la Kammerakademie de Potsdam, la ville du palais de Sanssouci, pour jouer les concertos pour flûte de Carl Philipp Emanuel Bach ? Car à l’époque de leur composition, aux alentours des années 1745-1755, CPE était compositeur à la cour de Frédéric II de Prusse dans ce même palais, un roi flûtiste apparemment très doué. Et bien que l’ombre écrasante de Bach-père pesait encore sur l’esprit du roi lui-même (tout le monde connaît la célèbre rencontre de 1747), le fiston sut s’affranchir des formes « à l’ancienne » que cultivait son papa et écrivit ces concertos dans un genre tout à fait nouveau, déjà dégagé du gant baroque et pointant vers le classicisme naissant. Emmanuel Pahud (encore un Emmanuel, quand bien avec deux « m » ! décidément, les étoiles sont alignées…), le génial flûtiste solo de l’Orchestre Philharmonique de Berlin, prête sa sonorité cristalline-argentée à ces ouvrages qui méritent mille fois d’être ainsi présentés, avec passion et amour. © SM/Qobuz« [...] Emmanuel Pahud et Trevor Pinnock se confrontent à ces pages après avoir laissé chez EMI de mémorables sonates de Johann Sebastian Bach et "Musiques à la cour de Frédéric II" dans lesquelles ils mêlent habilement les jeux moderne et baroque. Ils n'hésitent pas à mettre ici, selon leur expression, "les mains dans le cambouis" au profit d'une interprétation incarnée magistrale.» (Classica, février 2017 / Pascal Gresset)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Concertos pour violoncelle - Paru le 30 mars 2016 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - Choc de Classica - Prise de son d'exception
Loin d’être un pâle épigone de son père qu’il admirait tant et dont il fut l’un des plus ardents défenseurs, Carl Philipp Emanuel Bach se révèle ici dans toute sa singularité en réinventant littéralement les genres auxquels il touche. Il révolutionne le concerto et la symphonie, bouleverse les formes et les codes ; dans ses concertos pour violoncelle, l’instrument solo n’est plus l’émanation de la basse ou du tissu orchestral, il incarne bel et bien un instrument positionné face à l’orchestre, créant un dialogue tantôt violent, tantôt d’une extrême sensualité. « CPE » annonce ainsi les heures de gloire du violoncelle dans les répertoires classique puis romantique, de Haydn à Schumann. Mozart ne s’y était pas trompé, lui qui avait dit « Il est le père, nous sommes ses enfants ». Voici neuf ans qu’Ophélie Gaillard et son ensemble Pulcinella côtoient ce surprenant personnage. Pour ce deuxième volume consacré à son œuvre, nos musiciens ont choisi deux symphonies, un concerto pour violoncelle, une sonate pour violoncello piccolo – que Bach-le-père a utilisé assez souvent dans ses cantates, et surtout pour lequel il a conçu sa Suite BWV 1012 ; il s’agit d’un violoncelle plus petit mais, dans la plupart des cas, accordé comme le violoncelle normal) –, et pour terminer un concerto pour clavecin. Les solos de violoncelle sont tenus par Ophélie Gaillard, le clavecin par Francesco Corti. Enregistré en septembre 2015 à l’église Bon-Secours, Paris. © SM/Qobuz« [...] Les sautes d’humeur, les incises, les traits vibrants qu’exige cette musique torturée autant que torrentielle sont maîtrisés à la perfection. La soliste et son orchestre Pulcinella visitent ce monde aux lumières changeantes sans rien perdre en beauté sonore. [...] L’album confirme la qualité superlative de timbres et la discipline à toute épreuve obtenue en quelques années par Pulcinella. [...] Une totale réussite.» (Diapason, mai 2016 / Jean-Luc Macia)
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 juin 2000 | Warner Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Gustav Leonhardt donne toute sa saveur à cette incroyable musique de Carl Philipp Emanuel Bach, grâce à la qualité des instrumentistes de l'Orchestre du Siècle des Lumières et aux contrastes qu'il sait ménager dans des partitions dominées par le dramatisme et les élans du coeur si propres à l'époque et au génie singulier de ce compositeur. Ici c'est l'expression des sentiments qui règne en maître absolu. FH
CD3,59 €5,99 €(40%)

Classique - Paru le 1 janvier 2006 | Alpha

Livret
CD24,49 €

Classique - Paru le 26 août 2011 | Sony Classical

HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Musique de chambre - Paru le 29 mars 2011 | harmonia mundi

Hi-Res Livrets Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - Choc de Classica - Prise de son d'exception - Hi-Res Audio
Concertos pour clavier, Wq. 43 / Andreas Staier, clavecin
HI-RES9,89 €16,49 €(40%)
CD6,59 €10,99 €(40%)

Classique - Paru le 28 octobre 2016 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« Ce disque se distingue par la qualité et la variété des œuvres, servies par une interprétation de haut niveau. Les six titres avec voix, autant de premières mondiales, montrent le compositeur sous un aspect peu connu. [...] Reste que c'est dans les trois ouvrages instrumentaux, admirablement servis par le Café Zimmermann, que se manifeste le très grand Bach. [...] Le Café Zimmermann s'impose par ses sonorités à la fois pointues et parfaitement intégrées les unes dans les autres, les cors de la Sonatine Wq.104 constituant à cet égard un modèle.» (Classica, février 2017 / Marc Vignal)
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Piano solo - Paru le 25 août 2017 | ECM New Series

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik - Preis der deutschen Schallplattenkritik
Alexei Lubimov a choisi de jouer ces œuvres de C.P.E. Bach sur un « piano à tangentes », un très rare instrument à clavier avec une sonorité des plus inhabituelles. À partir des années 1750, le piano à tangentes (même si le nom « Tangentenflügel » ne semble avoir été inventé que vers 1790) se répandit parmi les amateurs, car il offrait – à la différence du clavecin – un considérable éventail d’expression et d’intensité, et pouvait donc suivre les évolutions de l’écriture claviéristique du temps. Ce n’est pas par hasard que les trois grands compositeurs viennois que furent Haydn, Mozart et Beethoven, considéraient le « Bach de Hambourg » Carl Philip Emanuel comme un grand modèle. À mesure que le compositeur gagnait en maturité, il s’intéressa toujours de plus près à la musique pour clavier, en particulier à trois genres bien spécifiques : la fantaisie, le rondo et la sonate. Le présent album est consacré à ces trois formats, ainsi qu’à quelques pièces de moindre importance auxquelles le compositeur donna le titre de « solfeggi » – l’un d’eux est d’ailleurs une véritable madeleine proustienne pour bien d’anciens pianistes en herbe… Six des grands ouvrages proposés par Alexei Lubimov sont extraits de collections « für Kenner une Liebhaber », autrement dit « pour les connaisseurs et les amateurs » (amateur ici pris dans le sens noble du terme, qui aime), écrits entre 1779 et 1787. Les pièces plus petites proviennent des collections Pièces pour clavier de divers genres et Mélange musical, publiées en 1765. L’auditeur pourra ainsi se faire une idée de l’évolution entre les œuvres encore écrites à la tout fin de l’ère baroque, et celles contemporaines de Haydn et Mozart quand eux-mêmes sont des stars. Lubimov joue une copie moderne d’un Späth und Schmahl de 1794, dont la fantomatique sonorité se situe quelque part entre un clavecin dynamique, une harpe et un fortepiano, donc quelque chose d’indéfinissable qui n’a d’autre choix que de porter le nom de « piano à tangentes ». © SM/Qobuz« On est pris d’emblée par la richesse et la pureté du son. Explorant méticuleusement ce répertoire, Lubimov, grâce à son piano à tangente, en restitue les moindres inflexions. On entend en toute clarté les déferlements de croches, les oppositions, les ruptures. Magistral.» (Classica, novembre 2017)
CD3,59 €5,99 €(40%)

Duos - Paru le 27 décembre 2005 | Alpha

Livret
CD30,49 €

Classique - Paru le 29 août 2011 | Sony Classical

HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 30 septembre 2014 | Ligia

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Concertos pour violoncelle - Paru le 24 mars 2014 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - 4 étoiles de Classica - Prise de son d'exception - Hi-Res Audio
L'anniversaire de la naissance de Carl Philipp Emanuel Bach (8 mars 1714) suscite un engouement extraordinaire de la part des interprètes comme des maisons de disques et c'est une grande chance, car voilà un compositeur qui fait partie des plus grands et que le grand public ignorait un peu. Le choix d'Ophélie Gaillard est des plus judicieux, car il fait découvrir à la fois un Concerto et de la musique de chambre, comme cette extraordinaire "Conversation entre un sanguin et un mélancolique" qui nous fait plonger à elle seule dans l'univers tourmenté et pré-romantique de cet étonnant compositeur. Voilà une manière singulière d'exprimer en musique la dualité qui est au cœur de chaque être humain. FH
CD6,59 €10,99 €(40%)

Classique - Paru le 1 janvier 2006 | Alpha

Distinctions 5 de Diapason
Sinfonias WQ182/5, WQ182/1, WQ182/6, WQ182/3 - Concerto pour violoncelle & cordes, WQ172 / Café Zimmermann & Céline Frisch
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2010 | Deutsche Grammophon (DG)

CD14,49 €

Classique - Paru le 8 août 1998 | deutsche harmonia mundi

CD14,99 €

Classique - Paru le 2 octobre 2001 | Warner Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
CD14,49 €

Musique concertante - Paru le 26 août 2011 | deutsche harmonia mundi

Le compositeur

Carl Philipp Emanuel Bach dans le magazine
  • La Minute Qobuz #27
    La Minute Qobuz #27 Cette semaine, La Minute Qobuz présente toute l’actualité musicale : 5 minutes, 5 artistes, 5 albums avec Kylie Minogue, Emilie Simon, Rusconi, François & The Atlas Mountains, Cuarteto Casals et, p...