Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 13 septembre 2019 | Orfeo

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 30 août 2019 | Chandos

Hi-Res Livret
HI-RES12,49 €
CD8,99 €

Classique - Paru le 4 novembre 2016 | RCA Red Seal

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 28 septembre 2010 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica - Prise de son d'exception - Hi-Res Audio
Après ses très beaux Debussy et un passionnant disque Haydn, le pianiste français Jean-Efflam Bavouzet se consacre à trois grands chefs-d’œuvre concertants de la modernité, les Concertos de Bartók, avec Gianandrea Noseda à la tête du Philharmonique de la BBC, un orchestre absolument éblouissant. Le jeu de Bavouzet exploite avec plaisir toute la sève percussive de l’univers bartokien.
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Concertos pour violon - Paru le 13 avril 2018 | Ondine

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Award - Gramophone Record of the Month - Prise de son d'exception - 5 Sterne Fono Forum Klassik - 5 étoiles de Classica
La Finlande est aujourd’hui une des terres musicales les plus riches de la planète, produisant, grâce à la qualité exceptionnelle de son enseignement musical, de nombreux compositeurs, chefs d’orchestre et interprètes qui font carrière dans le monde entier. Le très riche catalogue du dynamique éditeur finlandais Ondine contient de nombreux enregistrements du violoniste allemand Christian Tetzlaff (Sonates et Partitas pour violon seul) de Bach, sonates de Mozart, Trios de Brahms, concertos de Mendelssohn, Schumann et Chostakovitch) et du chef d’orchestre finlandais Hannu Lintu (Sibelius, Mahler, Enescu, Berio, Messiaen, Lindberg, Melartin), mais c’est leur premier disque en commun. Les deux Concertos pour violon de Bartók ont été écrits à trente ans d’intervalle pour deux virtuoses. Si le Deuxième Concerto, en forme de thème et variations se développant d’ingénieuse manière sur trois mouvements, est connu depuis longtemps, le premier est resté longtemps inédit. Écrit comme une déclaration d’amour à la violoniste suisse d’origine hongroise Stefi Geyer dont Bartók était amoureux, il a été tenu secret par sa dédicataire ; c’est bien après la mort du compositeur que la violoniste fit connaître l’œuvre au mécène et chef d’orchestre Paul Sacher, très proche de Bartók, qui en assura la création avec Hansheinz Schneeberger, en 1958 seulement. Les deux concertos de Bartók, essentiels dans le répertoire pour violon et orchestre, trouvent bienheureusement un regain d’intérêt auprès des violonistes de la jeune génération – l’enregistrement des mêmes œuvres par Renaud Capuçon chez Warner est paru il y a quelques semaines. Cette nouvelle version, magnifiquement enregistrée, en explore avec soin toute la richesse orchestrale, en parfait dialogue avec le violon superlatif de Christian Tetzlaff. © François Hudry/Qobuz« [...] L'accompagnement de l'Orchestre de la Radio finlandaise et la prise de son ont leur part dans la nouvelle référence qui s'impose ici malgré la haute qualité d'une très riche discographie. Lintu et son orchestre ne laissent rien dans l'ombre. Plus important encore : leur phrasé se nourrit aussi intensément que celui du soliste de cette nervure rythmique à laquelle le Concerto n°2 doit son renouvellement et son style singulier. [...] Quand avons-nous entendu les passages affolants de virtuosité investis, dans leur moindre atome, par une telle force ? Nouveau triomphe pour Tetzlaff, un an après ses Bach. » (Diapason, juillet-août 2018 / Patrick Szersnovicz)
CD10,99 €

Classique - Paru le 13 octobre 1992 | Decca Music Group Ltd.

HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 26 janvier 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Les deux ultimes chefs-d’œuvre orchestraux de Bartók, écrits lors de son exil états-unien, sont ici réunis ; ce sont deux « concertos », l’un pour piano solo, l’autre pour tout l’orchestre, d’où son singulier nom de Concerto pour orchestre. Oh, Bartók n’est pas le premier à l’avoir utilisé : on le trouve dès 1925 chez Hindemith, en 1931 chez Malipiero, en 1937 chez Casella, deux ans plus tard chez Kodály. Composé d’un jet lors d’une rémission inespérée de la leucémie, d’août à octobre 1943, le Concerto pour orchestre est la seule œuvre orchestrale d’une telle envergure chez le musicien hongrois. Fascinant par son hédonisme sonore comme par la virtuosité qu’il requiert de chaque pupitre, c’est une œuvre de bilan. Il récapitule les types d’écriture favoris de Bartók et les folklores qui l’ont inspiré, de l’Europe centrale aux musiques arabes. Il révèle également la variété de l’harmonie bartókienne, allant de la clarté diatonique et modale issue de la musique populaire jusqu’à un chromatisme plus âpre mais toujours lyrique. Quant au Troisième Concerto pour piano, il était presque terminé à la mort du compositeur : il ne restait que dix-sept mesures à orchestrer. C’est la seule partition pour piano que Bartók n’a pas composée à sa propre intention, puisqu’il l’écrivit pour son épouse Ditta Pásztory – qui n’eut jamais le cœur de la jouer… C’est ici Javier Perianes qui officie, et surtout, la baguette est tenue par Pablo Heras-Casado, qui sait retranscrire le Concerto pour orchestre avec une fougue et une limpidité qui lui restitue toute sa modernité. © SM/Qobuz
CD10,99 €

Classique - Paru le 1 juin 1995 | Decca Music Group Ltd.

CD11,49 €

Classique - Paru le 22 juin 2010 | harmonia mundi

CD10,99 €

Classique - Paru le 8 mars 1995 | Decca Music Group Ltd.

CD9,99 €

Classique - Paru le 29 avril 2008 | Analekta

CD5,99 €

Musique concertante - Paru le 10 août 2001 | Naxos

HI-RES11,99 €
CD8,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2007 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 janvier 2012 | Chandos

Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica - La Clef RESMUSICA
Après les Concertos pour violon et alto, le violoniste star James Ehnes revient à la musique de Bela Bartok chez Chandos, avec les Sonates pour violon, les Rhapsodies et l'Andante en la majeur.Ehnes excelle à faire émerger le côté exalté, parfois turbulent mais toujours virtuose de ces pièces au caractère subtilement improvisé, inspirées par la danse et la tradition folklorique hongroise, et dans lesquelles Bartok développe sans cesse de nouveaux modes de jeu et d'expressions.Renversant !
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Concertos pour violon - Paru le 6 septembre 2011 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
James Ehnes est un habitué des concertos pour violon, ayant déjà à son actif les concertos de Mozart, Hummel, Dvorak, Korngold, Elgar ou bien Mendelssohn, et il a reçu Choc de Classica et Diapason d'Or pour son enregistrement des 24 Caprices de Paganini. Il revient chez Onyx, avec les deux premiers Concertos de Bartok, le premier très court composé en 1908 mais créé 50 ans plus tard à Bâle, et le second composé en 1931, l'un des plus difficiles du répertoire mais aussi l'un des plus populaires, et ajoute à ce programme le Concerto pour alto. James Ehnes livre une interprétation hors-pair de ces deux concertos, par sa virtuosité sans faille et son imagination en constant renouvellement.
CD5,99 €

Classique - Paru le 15 décembre 2009 | Naxos

Livret
Les premières oeuvres pour piano de Bartok témoignent de l'influence lisztienne, surtout dans l'Etude pour la Main Gauche, la première des Quatre Pièces pour piano. Jeno Jando se propose de mettre l'accent sur ces pièces de jeunesse, comme les Deux Elégies, les Petits Morceaux ou First Term at the Piano. Professeur à l'Académie de Musique de Budapest, il a déjà enregistré l'intégrale des sonates de Mozart et de Beethoven, et l'intégrale de la musique pour piano de Bartok.
CD8,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2007 | Deutsche Grammophon (DG)

Concerto pour orchestre, Sz 116 / Los Angeles Philharmonic Orchestra - Gustavo Dudamel, direction
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1995 | Deutsche Grammophon (DG)

CD9,99 €

Classique - Paru le 5 novembre 2013 | Chandos

Livret Distinctions 5 de Diapason