Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1966 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Une production mythique de Erik Smith pour DECCA (celui la même qui a produit Le Ring de Solti ou les opéras de jeunesse de Verdi, sans parler des opéras de Haydn sous la direction de Dorati)enregistrée à Londres en 1965. Smith et Kertesz ont beaucoup travaillé pour obtenir un son particulier convenant au diamant noir de Bartok où tout se passe dans la tête et dans l'imagination. Le résultat est stupéfiant grâce à la splendeur orchestrale du LSO sous la direction brûlante et inspirée du chef et de la prise de son d'une richesse inouïe. La puissance expressive de Christa Ludwig et de son mari Walter Berry (qui chantent en hongrois) donne une force particulière à l'oeuvre de Bartók qui a trouvé là des interprètes d'exception. FH
CD41,99 €

Classique - Paru le 1 septembre 2004 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Cet album est la compilation des enregistrements d'oeuvres de Bartok réalisés pour Mercury par le génial Antal Dorati. L'adjectif n'est pas galvaudé, car voilà un chef de légende qui a eu la chance de laisser le témoignage de son art dans une très grande quantité d'enregistrements de haute valeur. Son sens du style, sa précision, les couleurs raffinées qu'il exige (le mot n'est pas trop fort pour ce chef si autoritaire) des orchestres qu'il mène avec force et conviction sont vraiment sans pareils. Ses affinités avec Bartok dont il fut l'élève éclatent avec évidence dans ces pages essentielles du répertoire du XXème siècle. Ici, en particulier, dans ce coffret, vous trouverez l'une des versions les plus sensationnelles du ballet intégral du Mandarin merveilleux, probablement la référence stéréophonique du Prince de bois, une très bonne version du Concerto pour orchestre et de la Suite de danses (malgré ici Boulez NY, et Fricsay). © François Hudry
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1994 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Voilà un inestimable témoignage pour tous les amoureux de la musique de Béla Bartok. Son disciple Ferenc Fricsay dirige avec ferveur une musique qui était particulièrement chère à son cœur, au même titre que celle de Mozart. Une aubaine aussi de retrouver le violoniste hongrois Tibor Varga, trop rare au disque, qui donne du 2e Concerto une interprétation de référence où se mêlent les influences tziganes et l’expression si particulière du grand compositeur hongrois. La Suite de Danses et la magnifique Cantate Profane, au propos à la fois écologique et mystique, complètent cet admirable album montrant diverses facettes du génie de Bartok. FH
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 septembre 2007 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Un monument ! Ces versions des Concertos pour piano de Bartók captées en 1969 (le n°2) et 1976 (les n°1 et 3), galvanisés par le jeu vif et poétique du pianiste américain Stephen Kovacevich et l'orchestre coloré de Sir Colin Davis (au sommet de son art, entre 1967 et 1975), se hissent au sommet de la discographie par leur équilibre suprême. "Tranchante comme de l'acier, en couleurs vives, dans des tempos implacables et dans une conception futuriste, bruitiste, cubiste, une intégrale inégalée par ses fulgurances" (Les Indispensables)
CD14,49 €

Classique - Paru le 23 novembre 1998 | Sony Classical

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1996 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
CD7,99 €

Musique de chambre - Paru le 26 janvier 2010 | Naxos

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
S’il n’est pas nécessairement vrai que l’on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même – certains compositeurs étaient de piètres pianistes ou chefs pour leurs propres œuvres, on ne citera personne mais les noms sont connus… –, dans le cas de Bartók, la chose est flagrante : ce fut un phénoménal pianiste. Il existe heureusement quelques enregistrements des années quarante où le compositeur s’est mis au piano pour nous donner quelques-unes de ses œuvres, en particulier les Contrastes avec Benny Goodman à la clarinette et Joseph Szigeti au violon, ainsi que la première Rhapsodie pour violon et piano avec le même Szigeti, puis pour finir un large éventail des Mikrokosmos. Touchant document nous montrant Bartók à la fois fragile et obstiné dans son jeu sans concession. Direct Discothèque Idéale.