Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD9,99 €

Duos - Paru le 5 avril 2019 | Pan Classics

Livret Distinctions 5 de Diapason
C’est à travers l’enseignement reçu en Italie par un disciple du grand violoniste hongrois Sándor Végh, qu’Enrico Onofri a pris connaissance des 44 Duos pour deux violons que Bartók écrivit à des fins pédagogiques. Onofri a longuement mûri son projet tout en cherchant un partenaire idéal. Sa rencontre avec Lina Tur Bonet fut déterminante, car les deux violonistes éprouvent une même attirance pour l’oeuvre de Bartók et viennent tous deux du monde baroque. C’est en 1931 que le compositeur hongrois accepte la suggestion d’un violoniste et professeur allemand d’un cycle pour deux violons sans accompagnement. Dépassant le projet initial qui lui demandait un simple arrangement de ses « enfantines » pour le piano, Bartók compose des pièces entièrement originales basées sur les chants populaires qu’il allait recueillir dans les campagnes les plus reculées d’Europe de l’Est avec son ami Zoltán Kodály. Divers modes aux caractéristiques bien différentes vont ainsi être utilisés dans ces pages qui permettent d’apprendre de manière ludique, avec des formules rythmiques progressives et irrégulières, utilisant la syncope, les doubles cordes, avec aussi des effets de percussion. C’est tout un catalogue aux atmosphères changeantes et évocatrices qui séduisent les interprètes de ces 44 Duos depuis longtemps, leur aspect éducatif passant au second plan. Enregistrés dans une acoustique très réverbérante, ces duos sont conçus par Enrico Onofri et Lina Tur Bonet comme un cycle entier de quarante-cinq minutes à travers le monde de Bartók. Violonistes « historiquement renseignés », selon la formulation du moment, ces deux interprètes ont l’habitude des articulations précises et d’une dynamique propre à chaque note. Pour cet enregistrement, ils utilisent des cordes du début du XXe siècle, un jeu mixte de boyau nu (la et ré), de boyau filé (sol) et d’acier (mi) pour obtenir un jeu clair et précis. © François Hudry/Qobuz
CD4,99 €

Classique - Paru le 19 juillet 2019 | Warner Classics

CD4,99 €

Classique - Paru le 19 avril 2019 | Warner Classics

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 juin 2019 | BIS

Hi-Res Livret
Après les arguments morbides du Château de Barbe-Bleue et du Mandarin merveilleux, celui du ballet Le prince de bois ressemble à une bluette de tout repos. C’est l’histoire d’un prince et d’une princesse qui finissent par trouver le bonheur après épreuves et malentendus. Le texte de Bélà Baláczs (qui avait déjà fourni l’histoire de Barbe-Bleue) permet toutefois à Bartók d’apporter à sa musique une dimension panthéiste d’une grande intensité expressive et d’une richesse de couleurs exprimant le pouvoir mystérieux du monde de la nature où forêts et rivières prennent vie. Bartók convoque un orchestre symphonique très fourni avec les bois par quatre, deux saxophones, des cuivres en abondance et une importante percussion. Certains auteurs décèlent de nombreuses influences dans cette partition qui est pourtant du pur Bartók avec une carrure rythmique qui lui est si typique et des tournures harmoniques provenant de la musique populaire hongroise. C’est une œuvre saisissante composée en pleine guerre en 1917. Beaucoup plus connu, Le Mandarin merveilleux exprime la force du désir amoureux avec un érotisme musical proche de la pornographie. La crudité du sujet, explicitement exprimée par la fabuleuse musique de Bartók, fit scandale et amena les autorités hongroises à interdire toute représentation du ballet-pantomime. Bartók en fit alors une suite pour orchestre (présentée sur cet album) qui n’a heureusement pas édulcoré la puissance de sa partition qui se trouve juste un peu écourtée et privée du chœur en coulisses. Nommée « Chef de l’année » en 2016 par le site musical "America", la Finlandaise Susanna Mälkki est directrice musicale de l’Orchestre Philharmonique d’Helsinki, un des meilleurs de Finlande, fondé en 1882 par Robert Kajanus, compositeur et chef d’orchestre proche de Sibelius. © François Hudry/Qobuz
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Quatuors - Paru le 12 avril 2019 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
HI-RES22,49 €
CD14,99 €

Musique de chambre - Paru le 26 avril 2019 | Channel Classics Records

Hi-Res
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 juin 2019 | TRITON

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 30 juillet 2019 | Sifare Classical

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Opéra - À paraître le 30 août 2019 | Chandos

Hi-Res Livret
CD3,99 €

Classique - Paru le 20 mai 2019 | RMG Classical Records

CD14,99 €

Classique - Paru le 13 juin 2019 | Ameritz Music Ltd

CD2,99 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | iStrings

CD19,98 €

Classique - Paru le 18 juillet 2019 | Ameritz Music Ltd

CD3,99 €

Classique - Paru le 29 mai 2019 | RMG Classical Records

CD3,99 €

Classique - Paru le 14 mai 2019 | RMG Classical Records

CD9,99 €

Classique - Paru le 22 juillet 2019 | Sifare Classical

CD62,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2005 | Decca Music Group Ltd.

Livret
CD8,04 €11,49 €(30%)

Classique - Paru le 22 juin 2010 | harmonia mundi

HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Concertos pour violon - Paru le 7 septembre 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - Gramophone Editor's Choice - 5 Sterne Fono Forum Klassik
En réalité, le « Premier » concerto de Bartók devrait comporter le numéro « zéro », puisque le compositeur ne l’acheva pas, ne le fit pas publier, et en offrit le manuscrit à celle qui avait été l’inspiratrice, la violoniste Stefi Geyer de laquelle il était amoureux – à sens unique, hélas pour lui. Geyer ne donna jamais l’ouvrage, et le légua après sa mort à Paul Sacher, qui le créa en 1958 seulement. Le troisième mouvement semble n’avoir jamais été écrit. La violoniste Vilde Frang, guère plus âgée que ne le fut Stefi Geyer à l’époque où Bartók lui faisait la cour, nous offre une lecture juvénile et enflammée de ces deux uniques mouvements. Plus rare, la seconde partie de l’album propose l’Octuor à cordes d’Enesco, que le compositeur a écrit plus ou moins au même âge que Mendelssohn n’écrivit le sien. La grande trouvaille d’Enesco, dans cet Octuor, est de construire pratiquement toute l’œuvre – d’une durée de quelque quarante minutes ! – à partir du thème initial, long et passionné. Le résultat est original, même si Enesco a pu se tourner vers des modèles du passé s’agissant d’une structure en un « bloc » : vers la Wanderer-Fantaisie de Schubert, la Sonate en si mineur de Liszt ou encore les poèmes symphoniques de Richard Strauss. Quelques mois seulement avant qu’Enesco n’écrivît son Octuor, Schönberg offrait sa Nuit transfigurée, encore un exemple de forme complexe en un mouvement. Enesco aurait-il eu l’occasion d’entendre cette Nuit avant de donner jour à son Octuor ? Fort imaginable. © SM/Qobuz
CD41,99 €

Classique - Paru le 1 septembre 2004 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Cet album est la compilation des enregistrements d'oeuvres de Bartok réalisés pour Mercury par le génial Antal Dorati. L'adjectif n'est pas galvaudé, car voilà un chef de légende qui a eu la chance de laisser le témoignage de son art dans une très grande quantité d'enregistrements de haute valeur. Son sens du style, sa précision, les couleurs raffinées qu'il exige (le mot n'est pas trop fort pour ce chef si autoritaire) des orchestres qu'il mène avec force et conviction sont vraiment sans pareils. Ses affinités avec Bartok dont il fut l'élève éclatent avec évidence dans ces pages essentielles du répertoire du XXème siècle. Ici, en particulier, dans ce coffret, vous trouverez l'une des versions les plus sensationnelles du ballet intégral du Mandarin merveilleux, probablement la référence stéréophonique du Prince de bois, une très bonne version du Concerto pour orchestre et de la Suite de danses (malgré ici Boulez NY, et Fricsay). © François Hudry