Catégories :

Eloquence, c'est la collection des trésors oubliés des labels Deutsche Grammophon, Decca et Philips. Initiée par l'Australie, cette série de rééditions sait créer l'événement. Les albums offrent des couplages souvent inédits, avec une véritable connaissance de l'histoire discographique pour former une présentation cohérente et soignée. Le son, provenant des bandes originales anglaises, est traité de manière naturelle pour pouvoir rendre au mieux l'exceptionnelle qualité sonore qui a subjugué des générations de mélomanes dès l'orée de la stéréophonie dont Decca a été un des pionniers, développant ses propres micros et magnétophones. Une collection pour mélomanes et audiophiles exigeants pour un prix modique.

Les albums

CD14,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 30 avril 2019 | Decca

Distinctions Diapason d'or
CD27,99 €

Piano solo - Paru le 11 janvier 2019 | Universal Music Australia Pty. Ltd.

Distinctions Diapason d'or
« Eloquence étoffe l’anthologie publiée par Philips dans sa collection « The Early Years » : les 2 CD se concentraient sur les œuvres espagnoles enregistrées par Eduardo del Pueyo dans les années 1950 à Paris. S’ajoutent désormais les Beethoven, Bach et Franck captés à la même époque à Amsterdam, ciselés par le saisissant Del Pueyo. [...] Quant aux Nuits dans les jardins d’Espagne, cette approche directe et sans faux-semblants, partagée avec Martinon, nous vaut un must de la discographie. Ensemble parfois austère mais passionnant, à ne pas mettre entre toutes les mains. » (Diapason, juillet-août 2019 / Laurent Muraro)
CD14,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 11 janvier 2019 | Universal Music Australia Pty. Ltd.

Distinctions 5 de Diapason
CD14,99 €

Musique symphonique - Paru le 11 janvier 2019 | Decca

Distinctions 5 de Diapason
CD10,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 26 octobre 2018 | Decca Music Group Limited

Distinctions 5 de Diapason
« Voici ce qui paraît être les seuls enregistrements commerciaux de Nikolai Orloff, édités pour la première fois en CD. [...] Splendide pianiste, raffiné, toujours inspiré, présent, libre sans aucun excès, ennemi de l'emphase comme de la sécheresse, Orloff convainc dans les Chopin ici réunis, modèles d'élégance, de fluidité et de compréhension des textes. [...] Le Concerto n° 1 de Tchaïkovski, plutôt bien enregistré (1945), avec un orchestre dirigé par Anatole Fistoulari à qui cet univers n'était pas étranger, témoigne de la façon dont on jouait cette œuvre avant que Wladimir Horowitz ne lui donne un tout autre visage. [...] À cinquante-trois ans, Orloff livre une interprétation réfléchie, inspirée, admirablement réalisée pianistiquement, élégante, sensible, tout entière baignée du climat des grandes œuvres du compositeur. Le piano chante toujours, sans jamais tirer la couverture à lui. Cette splendide rareté fait regretter qu'il n'ait pas davantage visité les studios. » (Diapason, mars 2019 / Alain Lompech)
CD24,99 €

Musique symphonique - Paru le 14 septembre 2018 | Universal Music Australia Pty. Ltd.

CD10,99 €

Symphonies - Paru le 6 juillet 2018 | Decca

Distinctions Diapason d'or
« [...] Pour la Symphonie n° 1, Eloquence préfère à la version stéréo extraite de l'intégrale (1954-1958) une mono de 1952. Le geste y est un soupçon plus direct et fébrile. Amsterdam y déploie des textures infiniment plus allégées que celles de Berlin (Allegro con brio, finale) et non moins charmeuses que celles de Vienne dans les mouvements médians. [...] Bien moins connue et tout aussi magistralement enregistrée, la Symphonie n° 3 de 1946 est plus fascinante encore. Le London Philharmonic offre à Van Beinum une réponse singulièrement moelleuse dans cette œuvre parfois considérée comme l'"Eroica" de Brahms.  [...] Une authentique  révélation, même pour les brahmsiens les plus avertis. » (Diapason, novembre 2018 / Hugues Mousseau)
CD23,49 €

Symphonies - Paru le 8 juin 2018 | Decca

Distinctions 5 de Diapason
« [...] Ces quatre interprétations de Jochum n’ont vraiment rien à envier aux lectures gravées par Josef Krips avec le même orchestre une décennie plus tard ; elles l’emportent sur les versions altières mais gourmées de Böhm avec Berlin, quasi contemporaines. Splendides jalons, d’un galbe délicieusement daté, loin du coup de fouet qu’offriront, deux décennies plus tard, les gravures amstellodamoises d’Harnoncourt. Nous retrouvons pour finir Eduard Van Beinum dans une Sérénade "Cor de postillon" d’anthologie, où la magie des interventions solistes (la flûte d’Hubert Barwahser !) transcende la solennité récréative de l’œuvre. » (Diapason, novembre 2018 / Hugues Mousseau)
CD10,99 €

Musique symphonique - Paru le 8 juin 2018 | Universal Music Australia Pty. Ltd.

CD19,49 €

Ballets - Paru le 11 mai 2018 | Decca

Distinctions Diapason d'or
« [...] Dans le Daphnis et Chloé de 1965, l’exactitude textuelle s’accompagne d’une fluidité et d’une luminosité exceptionnelles — son Lever du jour est peut-être le plus fabuleux de la discographie. La lecture épurée, hautaine, un rien corsetée du Prélude à l’après-midi d’un faune (1957, avec la flûte envoûtante d’André Pépin) ne sera pas au goût de tous nos collègues — elle nous enchante. N’en rajoutons pas sur la seconde version de Jeux (1958), reprise dans un « Indispensable » de Diapason [...] — la stéréo dont Decca avait alors le secret flatte l’habileté du chef suisse dans les changements de tempo, imperceptiblement anticipés pour tendre, sans effet apparent, la continuité dramatique. [...] Ansermet, ciselant le détail, magnifie la diversité des progressions orchestrales. Mathématicien de formation, Ansermet le cérébral avait pourtant quelque chose de naïvement sauvage et d’une étonnante force poétique. À preuve l’admirable verdeur conférée aux Noces de Stravinsky, où s’incarne la fatalité de la souffrance humaine. » (Diapason, décembre 2018 / Jean-Philippe Grosperrin)
CD14,99 €

Mélodies (France) - Paru le 11 mai 2018 | Universal Music Australia Pty. Ltd.

Distinctions Diapason d'or
« Retour, dans un son supérieur à celui de 1994 (coffet "The early years"), de mélodies enregistrées en 1954-1955, où le baryton léger nous émerveille par son imagination, ses variations de lumière, son velours clair... [...] L'imagination secrète des voyelles est stupéfiante [...] comme la perfection des nasalisées [...], mais l'ajustement exquis des R et des liaisons, la longueur des lignes sont assujettis au monde de chaque poème. [...] Cet art défie le temps et les modes. » (Diapason, octobre 2018 / Jean-Philippe Grosperrin)
CD21,99 €

Musique symphonique - Paru le 11 mai 2018 | Universal Music Australia Pty. Ltd.

Distinctions 5 de Diapason
« Les chefs dont la discographie est aussi riche en coups de maître, aussi pauvre en déchets que celle d’Eduard Van Beinum (1900-1959) se comptent sur les doigts d’une main. Eloquence poursuit la réédition intégrale de ses enregistrements, partagés entre Decca (1945-1953) et Philips (1954-1959). […] les sept Ouvertures de Beethoven […] trouvent, tout comme les Variations Haydn de Brahms, une voie qui s’écarte autant du melos furtwänglérien que de la furia toscaninienne… et ne doit rien à Mengelberg : peu de vibrato, des phrasés serrés, une densité percutante ne sacrifiant jamais leur part de lyrisme. […] la "Militaire" de Haydn un modèle d’équilibre entre le soin apporté au détail et la puissance assumée du geste. […] » (Diapason, septembre 2018 / Hugues Mousseau)
CD14,99 €

Musique symphonique - Paru le 11 mai 2018 | Decca

Distinctions 5 de Diapason
« Ces soixante-dix-neuf minutes représentent l'intégralité du legs enregistré par Jean Fournet en studio avec l'Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam pour Philips. À entendre un Apprenti sorcier et un Prélude à l'après-midi d'un faune de ce calibre, il y a de quoi crier au gâchis. Le tandem aurait pu fixer un catalogue stéréophonique de musique française de très haut vol [...] En fait, ces témoignages uniques furent dictés par le décès en avril 1959 d'Eduard Van Beinum et son remplacement par Jean Fournet pour les sessions déjà prévues. [...] ce dernier maintint Peer Gynt, planifié avec Van Beinum, et adapta le reste à son répertoire. [...] Ce sont les partitions les plus subtiles et coloristes qui sortent du lot, notamment le Prélude à l'après-midi d'un faune révélé par Universal France il y a une vingtaine d'années. [...] » (Diapason, septembre 2018 / Christoph Huss)
CD24,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 janvier 1948 | Universal Music Australia Pty. Ltd.

Distinctions Diapason d'or
« Les chefs dont la discographie est aussi riche en coups de maître, aussi pauvre en déchets que celle d’Eduard Van Beinum (1900-1959) se comptent sur les doigts d’une main. Eloquence poursuit la réédition intégrale de ses enregistrements, partagés entre Decca (1945-1953) et Philips (1954-1959). […] Aucun mahlérien ne voudra se priver de la Symphonie n° 4, dont la narration féline, les miroitements et la profondeur de champ sont légende. Merveilleusement captée par Kenneth Wilkinson, artisan en chef du son Decca, elle trône avec les non moins mythiques versions de Reiner, Kletzki et Horenstein. » (Diapason, septembre 2018 / Hugues Mousseau)
CD24,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 janvier 1952 | Universal Music Australia Pty. Ltd.

Distinctions 5 de Diapason
« Les chefs dont la discographie est aussi riche en coups de maître, aussi pauvre en déchets que celle d’Eduard Van Beinum (1900-1959) se comptent sur les doigts d’une main. Eloquence poursuit la réédition intégrale de ses enregistrements, partagés entre Decca (1945-1953) et Philips (1954-1959). […] Les symphonies de Schubert, dont Van Beinum n’enregistra hélas jamais la "Grande", enchantent par une ductilité et une aération de chaque instant. […] l’« Inachevée » montre une science des contrechants, de l’étagement des plans, du temps musical, qui est la marque des plus grands. Formidable redécouverte, la "Tragique" s’impose par ses envoûtants jeux d’ombres […] » (Diapason, septembre 2018 / Hugues Mousseau)
CD14,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 janvier 1978 | Universal Music Australia Pty. Ltd.

CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1959 | Universal Music Australia Pty. Ltd.

CD17,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 janvier 1953 | Universal Music Australia Pty. Ltd.

Distinctions Diapason d'or - 5 étoiles de Classica
« [...] Italien de naissance mais Londonien dès l'enfance, il eut pour unique professeur son père. Sa carrière de concertiste ne prenant pas l'envol espéré, il se tourna vers la musique légère en fondant plusieurs ensembles... contre l'autorité paternelle. Après avoir vendu des millions de disques, il revint définitivement au répertoire classique au lendemain de la guerre, sans jamais regretter cette carrière de salon. Jusqu'à son dernier récital en 1985, ce gentleman plein d'humour se fit entendre dans le monde entier (URSS compris), avant d'être emporté par une crise cardiaque à son club de bridge londonien. Sa discographie comprend plus de cent œuvres, dont les plus grands concertos romantiques plusieurs fois remis sur le métier pour certains (Bruch, Beethoven, Mendelssohn) sous la baguette de chefs éminents. [...] Les différents volumes Eloquence en exhument l'essentiel. "The Bel canto violin" : s'il est un domaine dans lequel Campoli excelle c'est bien celui du chant, talent hérité de sa soprano de mère — un temps partenaire de Caruso – qui lui avait appris enfant à imiter au violon les grands chanteurs italiens. [...] Avec un charme à nul autre pareil dans Kreisler, si ce n'est celui de l'auteur, son instinct fascine tout autant dans les pièces les plus virtuoses (Paganini, Sarasate, Wieniawski...). [...] » (Diapason, juin 2018 / Jean-Michel Molkhou)
CD19,49 €

Duos - Paru le 1 janvier 1972 | Universal Music Australia Pty. Ltd.

Distinctions 5 étoiles de Classica
« [...] Italien de naissance mais Londonien dès l'enfance, il eut pour unique professeur son père. Sa carrière de concertiste ne prenant pas l'envol espéré, il se tourna vers la musique légère en fondant plusieurs ensembles... contre l'autorité paternelle. Après avoir vendu des millions de disques, il revint définitivement au répertoire classique au lendemain de la guerre, sans jamais regretter cette carrière de salon. Jusqu'à son dernier récital en 1985, ce gentleman plein d'humour se fit entendre dans le monde entier (URSS compris), avant d'être emporté par une crise cardiaque à son club de bridge londonien. Sa discographie comprend plus de cent œuvres, dont les plus grands concertos romantiques plusieurs fois remis sur le métier pour certains (Bruch, Beethoven, Mendelssohn) sous la baguette de chefs éminents. [...] Les différents volumes Eloquence en exhument l'essentiel. "The Bel canto violin" : s'il est un domaine dans lequel Campoli excelle c'est bien celui du chant, talent hérité de sa soprano de mère — un temps partenaire de Caruso – qui lui avait appris enfant à imiter au violon les grands chanteurs italiens. [...] Campoli démontre, y compris dans ses témoignages les plus tardifs comme ici, une habileté, une souplesse rythmique et une élégance qui aujourd'hui encore laissent sans voix. » (Diapason, juin 2018 / Jean-Michel Molkhou)
CD17,99 €

Duos - Paru le 1 janvier 1951 | Universal Music Australia Pty. Ltd.

Distinctions 5 étoiles de Classica
« [...] Italien de naissance mais Londonien dès l'enfance, il eut pour unique professeur son père. Sa carrière de concertiste ne prenant pas l'envol espéré, il se tourna vers la musique légère en fondant plusieurs ensembles... contre l'autorité paternelle. Après avoir vendu des millions de disques, il revint définitivement au répertoire classique au lendemain de la guerre, sans jamais regretter cette carrière de salon. Jusqu'à son dernier récital en 1985, ce gentleman plein d'humour se fit entendre dans le monde entier (URSS compris), avant d'être emporté par une crise cardiaque à son club de bridge londonien. Sa discographie comprend plus de cent œuvres, dont les plus grands concertos romantiques plusieurs fois remis sur le métier pour certains (Bruch, Beethoven, Mendelssohn) sous la baguette de chefs éminents. [...] Les différents volumes Eloquence en exhument l'essentiel. "The Bel canto violin" : s'il est un domaine dans lequel Campoli excelle c'est bien celui du chant, talent hérité de sa soprano de mère — un temps partenaire de Caruso – qui lui avait appris enfant à imiter au violon les grands chanteurs italiens. [...] Après une Partita en ré mineur de Bach au lyrisme très personnel, des sonates de Tartini et Haendel se coulent dans un large vibrato employé sans modération. [...] » (Diapason, juin 2018 / Jean-Michel Molkhou)

La collection

Philips dans le magazine