Dans chaque genre, les experts de Qobuz rassemblent tous les indispensables. Ces albums qui ont marqué l’histoire de la musique et constituent des dates majeures.

Avec la Discothèque Idéale, vous (re)découvrez des enregistrements mythiques, tout en construisant votre culture musicale.

Les albums

4,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 26 juillet 2004 | 4AD

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
4,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 25 octobre 2009 | Cooking Vinyl

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Après avoir génialement revisité le blues du Delta sur un premier album choc (Fire Of Love), Jeffrey Lee Pierce et son Gun Club poursuivent leurs pérégrinations dans les musiques classiques américaines avec ce chef d’œuvre produit par Chris Stein de Blondie et sur lequel Debbie Harry fait même quelques chœurs crédités D.H. Laurence Jr. Loin du soleil de Floride, Miami qui paraît à l’automne 1982 enracine encore un peu plus le Gun Club dans le blues le plus cru, le rock’n’roll le plus ancestral mais aussi la country la plus vénéneuse. Violence de la prose et des guitares, ce disque marécageux montre un Jeffrey Lee Pierce orfèvre en songwriting malsain et beau. Il y a toujours ce chant chamanique à la Morrison, toujours à quelques millimètres de sonner faux, qui alterne ballade vaudou et crise de démence. Et cette éternelle cotisation payée à une certaine Amérique, celle de Creedence Clearwater Revival revisité sur Run Through The Jungle. Cette Amérique, sa bannière étoilée, son faux rêve, ses Indiens, ses montagnes, ses rednecks et ses villes fantômes, le blues-country-punk du Gun Club en fut la B.O. essentielle tout au long des années 80. Jeffrey Lee Pierce au fond du trou depuis 1996, le temps l’a juste rendu encore plus essentiel. A noter que cette édition Deluxe contient un bonus sérieux : un furieux live au Continental Club de New York enregistré en 1982. © Marc Zisman/Qobuz
4,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 1979 | UMC (Universal Music Catalogue)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
5,99 €

Rock - Paru le 24 mai 1993 | Parlophone UK

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Est-ce bien le même Talk Talk qui dévalisa les charts quatre ans plus tôt grâce au tubesque Such a Shame ? Avec ce Spirit of Eden, la bande de Mark Hollis opère un virage à 180° en laissant à la cave les synthés typiquement 80's de ses débuts. Publié en septembre 1988, ce quatrième album slalome entre pop chambriste et jazz climatique. Basse onirique, guitare au ralenti et batterie cotonneuse viennent enlacer le chant d’Hollis, qui a abandonné le dandysme de Bryan Ferry pour les chuchotements osés du David Sylvian de Brilliant Trees ou du Brian Eno de Music for Airports. Talk Talk invente une sorte de postrock élégant, mâtiné de New Age classieuse. Et pour atteindre ce zénith de mélancolie, les Anglais ont sorti une improbable quincaillerie avec hautbois, harmonium, violon, basson, cor anglais, dobro… On sort de Spirit of Eden conscient d’avoir entendu une incroyable BO éthérée en forme de symphonie sensorielle. © Marc Zisman/Qobuz
13,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2001 | Universal Music Division Polydor

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
6,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 29 avril 1996 | Divine Comedy Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Le nom du groupe, le titre de l’album : les intentions de Neil Hannon chargées de références littéraires sont assez limpides. Et de littérature, il en est souvent question avec le dandy nord-irlandais. Mais une littérature musicale. Pop dans l’âme, évidemment. Baroque, forcément. Avec ses magnifiques arrangements, ses subtiles mélodies à tiroirs, ses textes très écrits, Casanova s’aventure plus que ses prédécesseurs en terres pop. Une pop plurielle. Angleterre sixties (Something For The Weekend), références de goût (Becoming More Like Alfie), posture vocale à la Morrissey/Scott Walker (In & Out Of Paris & London), arrangements façon Burt Bacharach (The Frog Princess), Hannon fait son show tout au long de son quatrième album. Classe, classieux, drôle, cultivé et touchant. © Marc Zisman/Qobuz
10,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 1994 | Virgin EMI

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
12,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2013 | UMC (Universal Music Catalogue)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
13,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 1964 | Universal Music International Ltda.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
13,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 1993 | Universal-Island Records Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Sélection du Mercury Prize
14,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2007 | Universal Music Division Capitol Music France

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
L’univers musical de Robert Charlebois est une incroyable source de trésors. À l’international, tout bon chasseur de vinyles connaît la valeur et l’importance de Charlebois. Son nom circule entre les collectionneurs, sa musique saute de générations en générations, de pays en pays, comme si de rien n’était. Un constat s’impose: le temps n’altère en rien l’énergie brute de sa musique. La preuve, ce trente trois tours toujours aussi enthousiasmant.
9,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 2004 | EMI Marketing

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
6,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 1969 | Polydor Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
L'unique album enregistré en 1969 par le supergroup composé d'Eric Clapton, Ginger Baker, Steve Winwood et Rick Grech.
10,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 1992 | Island Mercury

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
13,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2004 | Universal Music Division Mercury Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
13,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 2000 | Parlophone Catalogue

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Décortiqué. Dépecé. Etudié. Analysé. Pet Sounds a sans doute subi tout ce qu’un enregistrement peut subir… On a souvent tendance à encager l’histoire de la pop et du rock au moyen de l’équation Beatles et/ou Rolling Stones, impossible pourtant de négliger ce monument de 1966, sorti du cerveau génial et dérangé de Brian Wilson, leader de Garçons Plagistes qu’on croyait cantonnés ad-vitam-aeternam à la gentille mais un peu anecdotique surf music… Avec leur chef d’œuvre Rubber Soul, les Beatles ont fait bien plus que faire entrer la pop dans l’ère adulte. Wilson veut lui aussi plonger l’essence insouciante et adolescente de ce genre dans la complexité de constructions symphoniques quasi-baroques. Même sa prose quitte avec Pet Sounds l’hédonisme de la plage, des voitures et du surf pour toucher une matière un brin plus essentielle comme l’être humain, l’artiste et même Dieu ! Pet Sounds a de génial qu’il demeure, malgré ce sérieux de façade, un disque foncièrement pop. Pop pour popular. Les mélodies simplement démentielles sont accrocheuses et dégustables dès la première écoute. A l’image du Wouldn't It Be Nice qui ouvre l’album. Derrière cette aisance mélodique, les expérimentations sonores de Brian Wilson n’ont rien de gadget. Surtout que parallèlement aux merveilles du binôme Lennon/McCartney, les travaux du génial Phil Spector font, eux aussi, plus qu’intriguer le Californien joufflu qui ose avec Pet Sounds de nombreuses innovations techniques. Re-recording, instrumentations ovni, utilisation originale de la réverbération et de l’écho, structure complexe de certaines mélodies, titres instrumentaux, tout y passe sans pour autant qu’au final une quelconque sensation de catalogue pour savant fou ne prenne le dessus sur le Graal unique : la musique. Sur God Only Knows, harmonies vocales, arrangements à la pince à épiler, mélodies plurielles et chœurs célestes fusionnent dans un éther de pureté pop inégalée. Les fans américains de la première heure des Beach Boys seront évidemment déboussolés par Pet Sounds à sa sortie. Mais outre-Manche, l’accueil sera alors bien plus chaleureux et émerveillé. Aujourd’hui encore et sans doute demain voire même après-demain, ce disque demeure le maître-étalon d’un style musical, la règle d’un jeu sucré, d’apparence aisé, mais au final bien plus complexe qu’il n’y parait… © MZ/Qobuz
16,99 €

Pop - Paru le 28 juin 2005 | Elektra Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
12,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 1998 | Capitol Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
12,49 €
8,99 €

Pop - Paru le 26 mars 1976 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
14,49 €

Rock - Paru le 7 février 1973 | Columbia - Legacy

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Après deux disques immenses (The Stooges et Fun House), il faudra attendre presque trois ans avant que le troisième épisode des aventures d’Iggy et ses Stooges ne sorte enfin. Exit Dave Alexander qui file sa basse à Ron Asheton et, entrée en cours de match, de James Williamson pour s’occuper des guitares. Avec Raw Power, la légende de l’Iguane monte d’un cran. Poussé en studio par David Bowie, Osterberg et son groupe concoctent une nouvelle bombe atomique dont l’Iguane, plus sombre que jamais, est le détonateur. Ces titres de chansons ! Search & Destroy, Penetration, Gimme Danger, Raw Power, Death Trip, l’esprit n’est pas trop à Petit Ours Brun… Iggy braille, miaule, éructe, pleure, chante aussi, et le feu comme le sang sortent de son gosier. Le leader des Stooges reprochera toutefois à l’ami Bowie d’avoir rendu l’ensemble moins sauvage que ce qu’il n’était à l’origine. Au point qu’en 1997, il remixera l’album pour lui rendre sa puissance et sa sauvagerie initiales. C'est d'ailleurs la version de ce présent disque. Nombreux sont celles et ceux qui rangeront Raw Power dans le Top 10 des plus grands albums de rock de tous les temps… © MZ/Qobuz