Catégories :
Dans chaque genre, les experts de Qobuz rassemblent tous les indispensables. Ces albums qui ont marqué l’histoire de la musique et constituent des dates majeures.

Avec la Discothèque Idéale, vous (re)découvrez des enregistrements mythiques, tout en construisant votre culture musicale.

Les albums

HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Rock - Paru le 8 novembre 1972 | RCA - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Avec Transformer, son chef d’œuvre qui parait en novembre 1972, Lou Reed propose une version new-yorkaise du glam rock de Bowie. Celui-ci produit ce second disque solo, et prête au Lou son fidèle guitariste Mick Ronson. Grandiloquent et poète sur Perfect Day, nerveux et serré pour Vicious et noctambule et vénéneux sur Walk On The Wild Side qui livre un génial tango basse et sax, félin à souhait : voilà un album en forme de bande originale idéale d’une New York androgyne, décadente et plus urbaine que jamais. © MZ/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Rock - Paru le 11 janvier 1971 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Indéniablement l’une des deux meilleures créations de Janis Joplin (avec Cheap Thrills), Pearl, publié en 1971, est une véritable démonstration de sensibilité artistique et de musicalité de la part de la légendaire chanteuse. Sa voix rocailleuse et torturée libère toute sa passion sur des rythmes funky et bluesy et des ballades à la fois romantiques et dramatiques. L’album comprend son tube posthume Me and Bobby McGee ainsi qu’une chanson totalement instrumentale, Buried Alive in the Blues : cette dernière revêt un aspect tragique puisque Joplin est retrouvé morte avant d’avoir eu le temps d’enregistrer sa partie vocale. Difficile de passer outre ce vide laissé par le décès de cette immense artiste et de se questionner sur l’immense potentiel gâché par une disparition survenue bien trop tôt. Un disque incontournable. © LG/Qobuz
HI-RES12,49 €
CD8,99 €

Pop - Paru le 26 mars 1976 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
HI-RES12,49 €
CD8,99 €

Rock - Paru le 13 décembre 1975 | Arista - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
L’aura de Patti Smith est déjà grande lorsqu’en 1975 parait ce premier album. La pythie du rock new-yorkais ose alors le carambolage entre ses icônes de l’écrit (Rimbaud, Genet, donc) et celles du rock’n’roll (Van Morrison, les Who…), un alliage typiquement new-yorkais. Album phare du punk de la Grosse Pomme alors naissant, produit par l’ex-Velvet Underground, John Cale, Horses était porté par la furie électrique de la guitare de Lenny Kaye et de celle de deux figures majeures du rock enragé : Tom Verlaine, leader culte des tout aussi cultes Television, et Allen Lanier de Blue Öyster Cult. Un déluge furibard offrant alors à la poétesse l’écrin parfait pour tirer ses tentures de mots rageurs ou charnels. © MZ/Qobuz
HI-RES12,49 €
CD8,99 €

Rock - Paru le 19 janvier 1976 | RCA Records Label

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Punk - New Wave - Paru le 6 septembre 2013 | Sony Music UK

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Qu’on parle ici de chef d’œuvre ne fait évidemment aucun doute mais là où les Clash brillent réellement tout au long de ce troisième album, c’est dans leur capacité à passer en revue toute la mythologie du rock’n’roll avec grandeur, richesse et éclectisme. Loin de n’être qu’un coup de gueule punk post-ado, l’art du gang de Joe Strummer fusionne un engagement militant et social jamais bas du front à un traitement subtil de tous leurs styles de prédilection, qu’il s’agisse de reggae (Guns Of Brixton, Rudie Can't Fail), de rockabilly (Brand New Cadillac), de soul (The Right Profile), de ska (Wrong 'Em Boyo), de funk (Train In Vain) voire même de jazz (Jimmy Jazz). Même la pochette de ce London Calling qui revisite celle du tout premier disque d’Elvis Presley est un chef d’œuvre. In-dis-pen-sa-ble ! © MZ/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Pop/Rock - Paru le 12 juillet 2010 | Legacy Recordings

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Publié en janvier 1972, deux ans après s’être artistiquement séparé d’Art Garfunkel, Paul Simon signe ce deuxième album solo sur lequel il s’envole vers des cieux plus colorés que ses faits d’arme passé n’auraient pu le laisser présager. Son ADN reste certes folk mais des ambiances diverses viennent subtilement changer la donne. Avec Mother And Child Reunion, Simon lorgne ouvertement vers le reggae, un genre alors peu connu du grand public. Sur Duncan et surtout Me And Julio Down By The School Yard, le ton est clairement latino. Et sur Hobo's Blues, il accueille le violoniste de jazz Stéphane Grappelli. A l’arrivée, l’art de Paul Simon prend de nouvelles formes, offre de nouvelles couleurs. Et ça n’est que le début… © MD/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Punk - New Wave - Paru le 6 septembre 2013 | Sony Music UK

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Lorsque Sandinista est annoncé, chacun se demande comment les Clash vont réussir à surpasser leur double-album London Calling. Réponse : avec un triple album ! Déjà connu pour fusionner les genres, la bande de Joe Strummer appuie davantage sur son éclectisme. Punk rock, dub, rockabilly, ska, funk, rhythm’n’blues, disco, reggae et même rap, c’est le feu d’artifice stylistique total ! Et Sandinista tisse de jolis ponts entre Londres, New York et Kingston, comme les prémices d’une grande sono mondiale. © MD/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Rock - Paru le 8 avril 1960 | RCA - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Punk - New Wave - Paru le 6 septembre 2013 | Sony Music UK

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Le chapitre punk du grand livre d’or de l’histoire du rock’n’roll aime opposer les Sex Pistols aux Clash. Et force est de constater que face au nihilisme anar’ de la bande de Johnny Rotten, celle de Joe Strummer préfère déclencher la révolte et la révolution. Guitares garage aux poings, mots choc en bouche et avalanche d’influences (garage, pub rock, rockabilly, reggae), les Clash, en dignes héritiers de l’esprit du MC5, font trembler l’establishment britannique avec des uppercuts comme I’m So Bored With The USA, White Riot, London’s Burning, I Fought The Law (reprise folle de Bobby Fuller), Hate & War ou Police & Thieves (un grand classique reggae de Junior Murvin). Tout au long de ce premier album plus que parfait, Strummer hurle comme un condamné à mort, Mick Jones maltraite les six cordes de sa Les Paul et Paul Simonon, la mèche pas encore gominée, entretient le feu dans la cheminée avec sa basse féline et bouillonnante comme s’il habitait Kingston. © MZ/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Pop/Rock - Paru le 1 juin 2012 | Legacy Recordings

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
L’album de la renaissance pour Paul Simon. Après une période où l’inspiration se faisait plus rare qu’à ses habitudes, le songwriter américain tombe sous le charme de la musique africaine et compose Graceland, une pure réussite qui lui permet de renouer avec le succès et de faire découvrir de nouvelles sonorités à un large auditoire. Mixant ses habituelles influences rock et folk avec les rythmes et les instrumentations d’Afrique, Paul Simon opère ici un véritable tout de force. Imprégnant le disque de sa poésie et de ses arrangements de qualité, il crée ici des chansons intemporelles qui prouvent que l’expérimentation musicale peut être à l’origine de véritables pépites. Hearts and Bones, The Boy in the Bubble et Diamonds on the Soles of her Shoes sont quelques exemples de ce qui fait de cet album un véritable classique. © LG/Qobuz
CD10,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 1984 | Geffen*

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
HI-RES13,49 €
CD9,99 €

Rock - Paru le 2 juin 2017 | Virgin Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Après la séparation des Stooges et un séjour en hôpital psychiatrique, Iggy Pop bénéficie de la bienveillance d'un ange-gardien pas comme les autres : David Bowie. Le Thin White Duke l'embarque en effet avec lui à Berlin au moment où il s’engage dans ce qui sera sa trilogie berlinoise. De cette escapade européenne qui passera également par Paris, l’Iguane donnera naissance à ses deux plus grands disques solo : The Idiot et Lust For Life. Dans la décadence froide et la folie schizophrène de la cité allemande alors encore bicéphale, les deux hommes se nourrissent des sonorités neuves de Kraftwerk, Neu !, Can et tous les groupes de la scène Krautrock. Ensembles, Ziggy et Iggy écrivent et réalisent ce chef d’œuvre déroutant qu’est The Idiot, bardé de synthés presque cheap (l’hypnotique Nightclubbing), de basses fantomatiques et de guitares minimalistes violentes passablement torturées. Et Iggy joue même les Sinatra imbibé sur Tiny Girls. Urbain comme jamais, anguleux et malsain, cet album à des années lumières de la sémantique stoogienne et assez proche des travaux de Bowie, est une sublime résurrection pour Iggy Pop. Un disque qui influencera surtout de nombreux groupes new-wave dans les années qui suivront sa sortie… © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD9,99 €

Rock - Paru le 1 septembre 1971 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
HI-RES15,49 €
CD10,99 €

Rock - Paru le 2 juin 2017 | Virgin Catalog (V81)

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Cinq mois seulement après le génial The Idiot, Iggy Pop remet le couvert avec ce Lust For Life qui parait en août 1977... Après la séparation des Stooges et un séjour en hôpital psychiatrique, l'Iguane avait bénéficié de la bienveillance d'un ange-gardien pas comme les autres : David Bowie. Le Thin White Duke l'a donc embarqué avec lui à Berlin au moment où il s’engageait dans ce qui sera sa trilogie berlinoise. De cette escapade européenne qui passera également par Paris, Iggy Pop donne naissance à ses deux plus grands disques solo : The Idiot et ce Lust For Life. Ce dernier est un nouveau festin sombre, un brin plus consensuel et éclectique que son prédécesseur. Mitonné lui aussi avec Bowie, ce disque enchaine les furibardes embardées rock’n’roll (l’hymne Lust For Life qui trouvera une seconde jeunesse en 1996 lorsque le cinéaste britannique Danny Boyle l’utilisera en ouverture de son film Trainspotting), les séquences paillettes (Tonight) et les ballades crooneuses (Turn Blue). L’Iguane roi des punks se transforme ici en entertainer total, prouvant qu’il peut aussi roucouler comme nul autre... © MZ/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Rock - Paru le 3 décembre 2014 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Loin du grand barnum de son E Street Band, sa puissante et jouissive formation rock’n’roll pétaradante de déménageur, Bruce Springsteen prend tout le monde à contrepied en septembre 1982 en sortant Nebraska. À l’opposé des cinq précédents disques du Boss, ce chef d’œuvre d’épure est conçu à la guitare et à l’harmonica, capté par un basique magné-cassette Portastudio de chez Tascam. Dans ce dénuement total, Springsteen donne à sa prose une puissance jamais atteinte. C’est évidemment l’Amérique de la marge, celle des laissés pour compte, qu’il narre. Dans la ligné des écrits de Steinbeck et des chansons de Woody Guthrie, Nebraska enchaine portraits touchants, descriptions poignantes et chroniques sociales avec une classe imparable. Sa voix amplifie le propos et ses mélodies, sublimes, touchent à l’intemporel. D’ailleurs, dans ce registre, Springsteen a beau être un inconditionnel de Dylan, il ne sombre jamais dans le plagiat et impose même une véritable originalité stylistique et formelle. Une claque indémodable. © MZ/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Rock - Paru le 24 mars 1998 | RCA Records Label

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Berlin est une ville et, ici, un concept. Une œuvre aussi terrifiante que renversante qui sort durant l’été 1973. C’est là que Lou Reed plante son décor de fin du monde. Un Berlin décadent pour offrir la descente aux enfers d’un couple de junkies, Caroline et Jim. On est bien loin des néons new-yorkais de Transformer paru sept mois plus tôt, car l’ancien taulier du Velvet Underground orchestre ici une symphonie morbide et quasi-baroque. Des aplats bien noirs qu’il atténue grâce à quelques ballades épurées, moins oppressantes, mais tout aussi glauques… Dans ce grand cabaret de la solution finale, le Lou est un maître de cérémonie terrifiant mais parfait, un chef d’orchestre cynique et faustien. Du rock’n’roll pour grandes personnes que ce Berlin… © MZ/Qobuz
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Rock - Paru le 18 janvier 2005 | Rhino Atlantic

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence - Hi-Res Audio
HI-RES17,49 €
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 14 juillet 2014 | 4AD

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Reissue
Lorsque parait ce sixième album en septembre 1990, les Cocteau Twins sont déjà considérés comme l’un des groupes les plus originaux de la scène new wave des années 80. Les nappes de guitares oniriques de Robin Guthrie et la voix d’ange de Liz Fraser qui ferait quasiment passer celle de Kate Bush pour du Tom Waits ont touché des hordes de fans aux quatre coins du monde. Pourtant Heaven Or Las Vegas n’est guère un radotage de leurs enregistrements antérieurs. La base reste certes la même et, en moins de quinze secondes, l’identité du groupe est identifiable. Pourtant, les mélodies sont ici plus enjouées que par le passé, et le chant de Liz Fraser semble lui aussi sourire. Rythmiquement, le disque prend également des risques, osant quelques séquences up-tempo. A l’arrivée, non seulement la magie Cocteau Twins brille toujours de mille feu mais elle touche au sublime. © MD/Qobuz
HI-RES17,49 €
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 27 octobre 2014 | Rough Trade

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
La pochette de l’album le sous-entend légèrement : les Libertines ne carburent pas qu’à l’eau minérale et à la vitamine C. Les problèmes de drogue et d’entente entre les leaders Pete Doherty et Carl Barât sont à l’origine de la plupart des titres figurant sur le deuxième album éponyme de ce groupe à la si courte carrière mais à l’influence si grande. Leur manager Alan Mcgee qui avait déjà dû supporter les frères Gallagher d’Oasis qualifie les Libertines comme le groupe le plus extrême avec qui il a travaillé. Mais la vie mouvementée menée par les musiciens en question semble les inspirer plus que jamais : avec cet album, c’est un rock typiquement britannique qui est livré, avec ses guitares claquantes qui viennent se superposer aux paroles empreintes de poésie moderne écrites par les deux artistes. Un classique venu tout droit de Londres. © LG/Qobuz