Dans chaque genre, les experts de Qobuz rassemblent tous les indispensables. Ces albums qui ont marqué l’histoire de la musique et constituent des dates majeures.

Avec la Discothèque Idéale, vous (re)découvrez des enregistrements mythiques, tout en construisant votre culture musicale.

Les albums

26,99 €
19,49 €

Rock - Paru le 30 novembre 1970 | UMC (Universal Music Catalogue)

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En solo, les Beatles n’y sont pas allés de main morte. Mais cette quantité n’a pas toujours été synonyme de qualité. Avec All Things Must Pass qui parait en novembre 1970 dans la foulée de la séparation du groupe, on est pourtant sans doute dans le tiercé de tête des disques solo des Fab Four. Mélodies bouleversantes, instrumentarium totalement fou, production ample et luxueuse, invités de marque (Eric Clapton, Peter Frampton, Ginger Baker, Bobby Womack, Billy Preston, Dave Mason, Klaus Voorman, Bobby Keys, Ringo Starr et, derrière la console, un certain Phil Spector… ), ce triple album de George Harrison est d’une richesse folle : de l’hymne hippie My Sweet Lord au trip psyché-barge Wah Wah, le plus habité et mystique des Fab Four excelle aussi bien dans la ballade à tiroirs que dans le rock’n’roll coloré. A l’arrivée, All Things Must Pass prouve que derrière la montagne Lennon/McCartney se cachait une autre montagne nommée Harrison… © MZ/Qobuz
19,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2014 | UMC (Universal Music Catalogue)

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En solo, les Beatles n’y sont pas allés de main morte. Mais cette quantité n’a pas toujours été synonyme de qualité. Avec All Things Must Pass qui parait en novembre 1970 dans la foulée de la séparation du groupe, on est pourtant sans doute dans le tiercé de tête des disques solo des Fab Four. Mélodies bouleversantes, instrumentarium totalement fou, production ample et luxueuse, invités de marque (Eric Clapton, Peter Frampton, Ginger Baker, Bobby Womack, Billy Preston, Dave Mason, Klaus Voorman, Bobby Keys, Ringo Starr et, derrière la console, un certain Phil Spector… ), ce triple album de George Harrison est d’une richesse folle : de l’hymne hippie My Sweet Lord au trip psyché-barge Wah Wah, le plus habité et mystique des Fab Four excelle aussi bien dans la ballade à tiroirs que dans le rock’n’roll coloré. A l’arrivée, All Things Must Pass prouve que derrière la montagne Lennon/McCartney se cachait une autre montagne nommée Harrison… © MZ/Qobuz
21,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 2013 | UMC (Universal Music Catalogue)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
21,49 €
14,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 2014 | UMC (Universal Music Catalogue)

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Sorti en 1973, Goodbye Yellow Brick Road est considéré comme l’un des albums majeurs d’Elton John. En l’espace de 17 titres sans temps mort, le chanteur anglais montre toute l’étendue de son talent de songwriter. Au sommet de son art, il livre certains de ses morceaux les plus inspirés, qui font aujourd’hui figure de classiques et nous rappellent l’immense talent de l’un des chanteurs les plus influents du XXe siècle. © NG/QOBUZ
19,49 €
13,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 1969 | UMC (Universal Music Catalogue)

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
12,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2013 | UMC (Universal Music Catalogue)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
13,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 1965 | UMC (Universal Music Catalogue)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
21,99 €

Punk - New Wave - Paru le 1 janvier 2012 | UMC (Universal Music Catalogue)

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
13,99 €

Punk - New Wave - Paru le 1 janvier 2012 | UMC (Universal Music Catalogue)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
13,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 2010 | UMC (Universal Music Catalogue)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
10,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2002 | UMC (Universal Music Catalogue)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Et la plus grande chanteuse pop et soul britannique s’envola, à l’automne 1968, dans la moiteur de Memphis, dans la tanière du groove sudiste américain. C’est là que Dusty Springfield accouche de l’un des plus grands disques de tous les temps ! Produit par Jerry Wexler, déjà responsable de l’âge d’or d’Aretha Franklin et Otis Redding, épaulé par l’ingénieur du son Tom Dowd, la soul sister londonienne love la voix de son âme blanche dans le paradis de ce rhythm’n’blues noir. Les arrangements sont d’une finesse renversante, sa voix n’a jamais atteint de tels sommets, les chansons sont d’une rare perfection (Gerry Goffin et Carole King, Michel Legrand, Randy Newman, Barry Mann et Cynthia Weil ou bien encore Burt Bacharach et Hal David), bref la messe est dite. A se demander si Dusty In Memphis n’est pas… le disque soul parfait ? © MZ/Qobuz
10,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2010 | UMC (Universal Music Catalogue)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
27,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2010 | UMC (Universal Music Catalogue)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Sélection Les Inrocks
13,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 2009 | UMC (Universal Music Catalogue)

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
14,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2008 | UMC (Universal Music Catalogue)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 1997 | UMC (Universal Music Catalogue)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En 1997, à la sortie de son premier album, Grandaddy symbolisait les fantasmes des groupes de rock indé américains de l’époque, pris entre l’éclectisme de ses confrères (Pavement, Swell, Beck, Wilco…) et les grands maîtres d’antan (Neil Young en tête, mais aussi les Beatles et les Beach Boys). Sous des airs laidback, les Californiens accomplissent avec Under the Western Freeway le tour de force de fusionner tout cela. Entre folk contemplatif (Collective Dreamwish of Upperclass Elegance), pop planante (Laughing Stock), country chloroformée et embardé indie furieuse (Summer Here Kids), Jason Lytle et ses bricoleurs rêveurs inventent un monde merveilleux dans lequel il fait bon se laisser porter, au gré de leurs humeurs mélodiques. © Marc Zisman/Qobuz
21,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2008 | UMC (Universal Music Catalogue)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Le vrai one hit wonder comme on dit chez les Anglo-Saxons… Un album et puis rideau ! Un disque de l’automne 1990 porté par l’un des singles les plus parfaits de toute l’histoire de la pop music : There She Goes. Sur les brisées de leurs illustres aînés sixties (Kinks, Beatles, Small Faces), les La’s enchainent les merveilles pop sculptées à la guitare mordante ou cristalline, aux refrains catchy à souhait et aux arrangements d’une pureté folle. Mais ces augustes parentés n’ont rien de pesant ici, la bande de Lee Mavers ne faisant jamais dans la taxidermie. Car comme leurs concitoyens Oasis, Jam, Smiths et autres Blur, les La’s ont su digérer les préceptes des anciens pour les adapter à leur époque. © MZ/Qobuz
21,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 2008 | UMC (Universal Music Catalogue)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
13,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 1983 | UMC (Universal Music Catalogue)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Pour se libérer de la pression de leurs groupes respectifs, Robert Smith de The Cure et Steven Severin de Siouxsie & the Banshees se réunissent et forme The Glove. Le projet ne durera que le temps d’un album : Blue Sunshine. Véritable mix de sons psychédélique enrobés dans de la pop typique des années 80, les compositions sont mises en valeur par la belle voix de Jeanette Landray (Smith était interdit de chanter pour un autre groupe par sa maison de disque, ce qui ne l’a tout de même pas empêché de poser sa voix à deux reprises sur cet album). Les thèmes de la mort et du sexe sont omniprésent dans les textes, rappelant fortement les univers des deux artistes. L’éclectisme et les expérimentations du disque en font une parenthèse mémorable dans les carrières de Smith et de Severin © LG/Qobuz
10,99 €

Punk - New Wave - Paru le 1 janvier 2005 | UMC (Universal Music Catalogue)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Comme la lente B.O. de funérailles sans fin, grandioses et presqu’irréelles, Pornography qui paraît en mai 1982 conclut avec une certaine majesté une vrai-fausse trilogie new wave commencée avec Seventeen Seconds et Faith. Mais cette fois, le son Cure semble sortir d’une cathédrale immense et vide. Et la torpeur rythmique, martiale, tribale, solennelle et hypnotique s’enroule autour de chacune des huit compositions. Le spleen chanté par Robert Smith se laisse encager par un mur de guitares torturées et des nappes de synthés lugubres et envoûtantes. Difficile de faire la chenille sur ce disque qui renferme une fulgurance anthracite réellement fascinante. Avec Pornography, rarement la new wave n’aura revêtu un aussi beau manteau noir… © MZ