Dans chaque genre, les experts de Qobuz rassemblent tous les indispensables. Ces albums qui ont marqué l’histoire de la musique et constituent des dates majeures.

Avec la Discothèque Idéale, vous (re)découvrez des enregistrements mythiques, tout en construisant votre culture musicale.

Les albums

63,99 €
55,99 €

Punk - New Wave - Paru le 24 novembre 2017 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
La règle du jeu était certes claire dès leur premier album, les Ramones réussissent, avec le troisième épisode de leur saga binaire, à se surpasser. Et même à affiner leur art ! Une fois de plus, avec cette Rocket To Russia tirée le 4 novembre 1977 en pleine guerre froide, tout est question de symphonie en trois accords, d'histoires jouissivement crétines 100% ado et surtout de ramener fièrement le rock'n'roll là où il vit le jour : dans un garage ! Mais les refrains de Sheena Is A Punk Rocker ou Teenage Lobotomy sont imparables d'efficacité dans leur relecture du patrimoine rock’n’roll, pop bubblegum et surf. Et même lorsqu’ils revisitent le cultissime Surfin’ Bird des Trashmen ou Do You Wanna Dance? popularisé par Cliff Richard, les Beach Boys et même Bette Midler, nos délinquants punk du Queens font du rock sauvage et poil à gratter comme personne ! Cette édition célébrant les quarante ans de ce sublime attentat sonore propose deux mixes de l’album : celui de l’album original et un nouveau baptisé Tracking Mix signé Ed Stasium, ingénieur du son de la version de départ. Elle comprend également 24 titres rares ou inédits, des démos, des versions alternatives et des faces B. Enfin, cerise sur le gâteau, un pétaradant live inédit des (faux) frères Ramones enregistré le 19 décembre 1977 à l’Apollo Centre de Glasgow en Ecosse. © MZ/Qobuz
16,99 €
14,49 €

Punk - New Wave - Paru le 6 septembre 2013 | Sony Music UK

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Qu’on parle ici de chef d’œuvre ne fait évidemment aucun doute mais là où les Clash brillent réellement tout au long de ce troisième album, c’est dans leur capacité à passer en revue toute la mythologie du rock’n’roll avec grandeur, richesse et éclectisme. Loin de n’être qu’un coup de gueule punk post-ado, l’art du gang de Joe Strummer fusionne un engagement militant et social jamais bas du front à un traitement subtil de tous leurs styles de prédilection, qu’il s’agisse de reggae (Guns Of Brixton, Rudie Can't Fail), de rockabilly (Brand New Cadillac), de soul (The Right Profile), de ska (Wrong 'Em Boyo), de funk (Train In Vain) voire même de jazz (Jimmy Jazz). Même la pochette de ce London Calling qui revisite celle du tout premier disque d’Elvis Presley est un chef d’œuvre. In-dis-pen-sa-ble ! © MZ/Qobuz
16,99 €
11,49 €

Punk - New Wave - Paru le 6 septembre 2013 | Sony Music UK

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Lorsque Sandinista est annoncé, chacun se demande comment les Clash vont réussir à surpasser leur double-album London Calling. Réponse : avec un triple album ! Déjà connu pour fusionner les genres, la bande de Joe Strummer appuie davantage sur son éclectisme. Punk rock, dub, rockabilly, ska, funk, rhythm’n’blues, disco, reggae et même rap, c’est le feu d’artifice stylistique total ! Et Sandinista tisse de jolis ponts entre Londres, New York et Kingston, comme les prémices d’une grande sono mondiale. © MD/Qobuz
17,49 €
14,99 €

Punk - New Wave - Paru le 24 juillet 2015 | Rhino

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
20,99 €

Punk - New Wave - Paru le 1 janvier 2004 | Fiction

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Minimaliste et froide en surface, la musique de Cure à des allures de grenier d'Alice de Lewis Carroll dans son imagerie, son imaginaire et la construction de ses mélodies. Mais ce premier essai ultra-épuré aux cambrures post-punk ne préfigure pas encore de la trilogie bien anthracite à venir (les essentiels Seventeen Seconds, Faith et Pornography). Dans l'alliage de sons métalliques, saturés et nerveux de Three Imaginary Boys qui paraît en mai 1979, Robert Smith évoque ses phobies et ses angoisses de manière atypique. Atypique comme 10:15 Saturday Night, géniale pop song désarticulée et anguleuse, appuyée sur la béquille d'improbables guitares saturées. Atypique encore avec une relecture ovni du Foxy Lady d’Hendrix dont Smith est un fan absolu. Voilà des débuts étranges et beaux, à des années-lumière de l'immense succès que ce groupe phare de la new wave britannique connaîtra tout au long des années 80 et 90… © Marc Zisman/Qobuz
39,99 €
33,99 €

Punk - New Wave - Paru le 9 septembre 2016 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Saintes écritures du punk rock comme le sont aussi Never Mind The Bollocks, l’unique album des Sex Pistols, le premier Ramones offre une approche originale du genre, bien ancrée dans une tradition rock’n’roll allant de la surf music aux girls groups. La crétinerie comme philosophie, l’insouciance ado comme unique credo, les guitares supersoniques comme arme de destruction massive, cette profession de foi, binaire dans sa forme, jouissive dans son fond, donne naissance à des hymnes de pop bubble-gum sous amphétamines comme Blitzkrieg Bop, Now I Wanna Sniff Some Glue et Judy Is A Punk. Totalement originale à sa sortie au printemps 1976, la musique des vrais-faux frères Ramones est un bon coup de pied (de nez) dans la fourmilière rock’n’roll. Cette édition deluxe remastérisée souffle les quarante bougies de ce chef d’œuvre on ne peut plus influent, à grand renfort de démos, inédits et titres live. © MZ
16,99 €

Punk - New Wave - Paru le 10 mars 1989 | WM UK

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Trait d’union entre les expériences berlinoises du tandem Bowie/Eno et la poésie errante des Doors, l’univers de Joy Division qui nait en pleine ère punk fut une fulgurance à l’image de son tourmenté leader Ian Curtis qui se pendra en 1980 à seulement 23 ans… Textes noir foncé, atmosphère pesante, voix de mort vivant, guitares carrées, basse fantomatique, mélodies étriquées, rythmique industrielle, Unknown Pleasure, cliniquement produit par Martin Hannett, instaure une esthétique rigoureuse et austère, comme un pacte obsédant avec la mort et la folie qui rodent. Totalement fascinant dans leur jusqu’au-boutisme, Ian Curtis et son groupe (qui formeront New Order après sa mort) donne ici naissance à l’un des manifestes les plus influents du post-punk. © MZ
15,49 €
10,99 €

Punk - New Wave - Paru le 1 janvier 1979 | Island Records (The Island Def Jam Music Group / Universal Music)

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Lorsque parait ce premier album éponyme durant l’été 1979, la new wave américaine ne comprend pas ce qui lui arrive ! Car dès ce premier missile, les extra-terrestres B-52’s s’amusent à chahuter toutes les légendes et les règles de l’histoire du rock’n’roll. Rockabilly, surf music, pop bubble-gum, rock garage, punk minimaliste, les cinq étudiants d’Athens en Georgie construisent leurs pop songs survitaminées, syncopées et désopilantes sur les cendres d’un passé qu’ils chérissent malgré tout… Costards cintrés aux couleurs flashy pour ces messieurs, coupes choucroutes gratte-ciel superbement kitsch pour ces dames, imagerie SF, difficile de reprocher aux B-52’s de plagier ici quiconque. © Marc Zisman/Qobuz
15,99 €
13,99 €

Punk - New Wave - Paru le 7 avril 2015 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En 1989, New York marque le grand retour aux affaires de l'ancien taulier du Velvet Underground après des années un brin plates. Avec un tel titre, le disque se devait d’être à la hauteur pour l’ambassadeur rock’n’roll de la Grosse Pomme. A 47 ans, le Lou signe son dernier chef d’œuvre en revenant d’une certaine manière à ses fondamentaux côté textes et musique, sans jamais s’auto-parodier. Le son est brut, intègre, sec et juste parfait. L’auto-proclamé rock’n’roll animal n’avait pas été aussi génial depuis des années… Et de Romeo Had Juliette à Dirty Blvd. en passant par Last Great American Whale, There Is No Time ou bien encore Beginning Of A Great Adventure, l’ancien taulier du Velvet Underground rappelle à qui l’aurait oublié qu’il demeure un grand songwriter. A ses côtés sur ce 15e album solo, le guitariste Mike Rathke, le bassiste Rob Wasserman et le batteur Fred Maher qui lui apportent une aide plus qu’essentielle. Aide qui traverse les années car le son comme la production de New York (Lou Reed et Fred Maher) ne souffre d’aucune ride. Un chef d’œuvre sans aucun doute. © MZ/Qobuz
16,99 €
11,49 €

Punk - New Wave - Paru le 6 septembre 2013 | Sony Music UK

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Le chapitre punk du grand livre d’or de l’histoire du rock’n’roll aime opposer les Sex Pistols aux Clash. Et force est de constater que face au nihilisme anar’ de la bande de Johnny Rotten, celle de Joe Strummer préfère déclencher la révolte et la révolution. Guitares garage aux poings, mots choc en bouche et avalanche d’influences (garage, pub rock, rockabilly, reggae), les Clash, en dignes héritiers de l’esprit du MC5, font trembler l’establishment britannique avec des uppercuts comme I’m So Bored With The USA, White Riot, London’s Burning, I Fought The Law (reprise folle de Bobby Fuller), Hate & War ou Police & Thieves (un grand classique reggae de Junior Murvin). Tout au long de ce premier album plus que parfait, Strummer hurle comme un condamné à mort, Mick Jones maltraite les six cordes de sa Les Paul et Paul Simonon, la mèche pas encore gominée, entretient le feu dans la cheminée avec sa basse féline et bouillonnante comme s’il habitait Kingston. © MZ/Qobuz
19,49 €

Punk - New Wave - Paru le 10 septembre 2007 | London Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Trait d’union entre les expériences berlinoises du tandem Bowie/Eno et la poésie errante des Doors, l’univers de Joy Division qui nait en pleine ère punk fut une fulgurance à l’image de son tourmenté leader Ian Curtis qui se pendra en 1980 à seulement 23 ans… Textes noir foncé, atmosphère pesante, voix de mort vivant, guitares carrées, basse fantomatique, mélodies étriquées, rythmique industrielle, Unknown Pleasure, cliniquement produit par Martin Hannett, instaure une esthétique rigoureuse et austère, comme un pacte obsédant avec la mort et la folie qui rodent. Totalement fascinant dans leur jusqu’au-boutisme, Ian Curtis et son groupe (qui formeront New Order après sa mort) donne ici naissance à l’un des manifestes les plus influents du post-punk. Cette Collector's Edition comprend un live à la Factory de Manchester enregistré le 11 avril 1980, un mois avant le suicide de Ian Curtis... © MZ
10,99 €

Punk - New Wave - Paru le 1 janvier 2005 | UMC (Universal Music Catalogue)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Comme la lente B.O. de funérailles sans fin, grandioses et presqu’irréelles, Pornography qui paraît en mai 1982 conclut avec une certaine majesté une vrai-fausse trilogie new wave commencée avec Seventeen Seconds et Faith. Mais cette fois, le son Cure semble sortir d’une cathédrale immense et vide. Et la torpeur rythmique, martiale, tribale, solennelle et hypnotique s’enroule autour de chacune des huit compositions. Le spleen chanté par Robert Smith se laisse encager par un mur de guitares torturées et des nappes de synthés lugubres et envoûtantes. Difficile de faire la chenille sur ce disque qui renferme une fulgurance anthracite réellement fascinante. Avec Pornography, rarement la new wave n’aura revêtu un aussi beau manteau noir… © MZ
16,99 €

Punk - New Wave - Paru le 20 juillet 2012 | WM UK

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Lorsque Closer s’installe dans les bacs le 18 juillet 1980, Ian Curtis est déjà sous terre depuis deux mois. A seulement 23 ans, le chanteur suicidé de Joy Division ne goûtera donc jamais aux lauriers que le deuxième et dernier album studio de son groupe ramassera durant les années et les décennies à venir… Dans de telles macabres circonstances, l’opus prend évidemment des allures de testament. Avec Closer, le rock (qui là ne roll pas trop) s’offre surtout la plus belle BO de son mal-être. Comme toujours chez Joy Division, le groove est viscéralement martial, les guitares stridentes au possible, le chant est emmitouflé dans une camisole, les rythmiques fleurent bon le cataclysme et les textes la claustrophobie : pas de doute, le postpunk tient là ses Tables de la Loi. Un mode d’emploi et un mode de vie hérités du Velvet Underground des débuts, du Bowie berlinois, des Doors et du krautrock allemand. Bref, grâce à Closer, Ian Curtis est toujours bel et bien sur terre. © Marc Zisman/Qobuz
13,99 €

Punk - New Wave - Paru le 1 janvier 2012 | UMC (Universal Music Catalogue)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
21,99 €

Punk - New Wave - Paru le 1 janvier 2012 | UMC (Universal Music Catalogue)

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
20,99 €

Punk - New Wave - Paru le 1 janvier 2005 | Fiction

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Comme la lente B.O. de funérailles sans fin, grandioses et presqu’irréelles, Pornography qui paraît en mai 1982 conclut avec une certaine majesté une vrai-fausse trilogie new wave commencée avec Seventeen Seconds et Faith. Mais cette fois, le son Cure semble sortir d’une cathédrale immense et vide. Et la torpeur rythmique, martiale, tribale, solennelle et hypnotique s’enroule autour de chacune des huit compositions. Le spleen chanté par Robert Smith se laisse encager par un mur de guitares torturées et des nappes de synthés lugubres et envoûtantes. Difficile de faire la chenille sur ce disque qui renferme une fulgurance anthracite réellement fascinante. Avec Pornography, rarement la new wave n’aura revêtu un aussi beau manteau noir… Comme pour les autres rééditions des albums de Cure, cette Deluxe Edition comprend un deuxième disque blindé de démos inédites et de titres live enregistrés à Londres et Bruxelles. © MZ
13,99 €

Punk - New Wave - Paru le 20 octobre 2003 | WM UK

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Dans la grande et éclectique famille new wave de l’aube des années 80, Echo & The Bunnymen imposa sa propre voix, bien différente de celles des Cure, U2, Simple Minds et autres Psychedelic Furs. Une singularité due en partie à la voix torturée de son charismatique chanteur-crooner Ian McCulloch. Après des premiers albums assez sombres, les Bunnymen assument progressivement leur attirance pour les grandes mélodies et les instrumentations plus riches. Ocean Rain est un peu le sommet de cette mutation. Tout au long de ce quatrième album paru au printemps 1984, le rock éthéré du quartet de Liverpool doit tant à la nonchalante grandiloquence du génial Scott Walker qu’à la poésie des Doors ou des Byrds voire à la tourmente de Joy Divison… Grâce à sa production ultra-léchée et ses arrangements de soie, les talents de compositeur de McCulloch et l’impressionnisme de la guitare de Will Sergeant sont comme magnifiés. Le lyrisme d’Ocean Rain n’est surtout jamais mièvre. Drapé dans les cordes de violons de bon goût, le disque atteint son paroxysme avec The Killing Moon, longue ballade crépusculaire à écouter en boucle… © Marc Zisman/Qobuz
19,49 €

Punk - New Wave - Paru le 8 mars 2009 | WSM UK - Rhino

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Dans la grande et éclectique famille new wave de l’aube des années 80, Echo & The Bunnymen imposa sa propre voix, bien différente de celles des Cure, U2, Simple Minds et autres Psychedelic Furs. Une singularité due en partie à la voix torturée de son charismatique chanteur-crooner Ian McCulloch. Après des premiers albums assez sombres, les Bunnymen assument progressivement leur attirance pour les grandes mélodies et les instrumentations plus riches. Ocean Rain est un peu le sommet de cette mutation. Tout au long de ce quatrième album paru au printemps 1984, le rock éthéré du quartet de Liverpool doit tant à la nonchalante grandiloquence du génial Scott Walker qu’à la poésie des Doors ou des Byrds voire à la tourmente de Joy Divison… Grâce à sa production ultra-léchée et ses arrangements de soie, les talents de compositeur de McCulloch et l’impressionnisme de la guitare de Will Sergeant sont comme magnifiés. Le lyrisme d’Ocean Rain n’est surtout jamais mièvre. Drapé dans les cordes de violons de bon goût, le disque atteint son paroxysme avec The Killing Moon, longue ballade crépusculaire à écouter en boucle… © Marc Zisman/Qobuz
14,99 €

Punk - New Wave - Paru le 1 janvier 2004 | Fiction

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Minimaliste et froide en surface, la musique de Cure à des allures de grenier d'Alice de Lewis Carroll dans son imagerie, son imaginaire et la construction de ses mélodies. Mais ce premier essai ultra-épuré aux cambrures post-punk ne préfigure pas encore de la trilogie bien anthracite à venir (les essentiels Seventeen Seconds, Faith et Pornography). Dans l'alliage de sons métalliques, saturés et nerveux de Three Imaginary Boys qui paraît en mai 1979, Robert Smith évoque ses phobies et ses angoisses de manière atypique. Atypique comme 10:15 Saturday Night, géniale pop song désarticulée et anguleuse, appuyée sur la béquille d'improbables guitares saturées. Atypique encore avec une relecture ovni du Foxy Lady d’Hendrix dont Smith est un fan absolu. Voilà des débuts étranges et beaux, à des années-lumière de l'immense succès que ce groupe phare de la new wave britannique connaîtra tout au long des années 80 et 90… © Marc Zisman/Qobuz
14,99 €

Punk - New Wave - Paru le 4 mai 1984 | Rhino - Warner Bros.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Dans la grande et éclectique famille new wave de l’aube des années 80, Echo & The Bunnymen imposa sa propre voix, bien différente de celles des Cure, U2, Simple Minds et autres Psychedelic Furs. Une singularité due en partie à la voix torturée de son charismatique chanteur-crooner Ian McCulloch. Après des premiers albums assez sombres, les Bunnymen assument progressivement leur attirance pour les grandes mélodies et les instrumentations plus riches. Ocean Rain est un peu le sommet de cette mutation. Tout au long de ce quatrième album paru au printemps 1984, le rock éthéré du quartet de Liverpool doit tant à la nonchalante grandiloquence du génial Scott Walker qu’à la poésie des Doors ou des Byrds voire à la tourmente de Joy Divison… Grâce à sa production ultra-léchée et ses arrangements de soie, les talents de compositeur de McCulloch et l’impressionnisme de la guitare de Will Sergeant sont comme magnifiés. Le lyrisme d’Ocean Rain n’est surtout jamais mièvre. Drapé dans les cordes de violons de bon goût, le disque atteint son paroxysme avec The Killing Moon, longue ballade crépusculaire à écouter en boucle… © Marc Zisman/Qobuz