Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Placebo - Without You I'm Nothing

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Without You I'm Nothing

Placebo

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Without You I’m Nothing est sans conteste Le chef d’œuvre de Placebo. A l’instar d’un premier opus très « coup de poing », cet album oscille habilement entre ballades mélancoliques et morceaux très rythmés. Sorti en 1998, il a été composé dans un état de délabrement total, ce qui explique le spleen ressenti dans la plupart des chansons. « Sweet Prince » fait ainsi référence à une personne proche du trio qui a voulu se suicider et qui appelait Brian Molko « My sweet prince ». Une douleur également exprimée par les paroles crues et provocantes du chanteur sur «Every You Every Me» (« Sucker love is known to swing, Prone to cling and waste these things») ou encore sur «Burger Queen» («I'm unclean, a libertine, And every time you vent your spleen, I seem to lose the power of speech, You're slipping slowly from my reach»). Outre son côté ambigu, Placebo montre également toute l’étendue de son talent au niveau musical. « Pure Morning », le titre-phare de l’album, est un morceau construit sur un seul accord avec un beat électro tapageur (c’est d’ailleurs le premier titre où la formation mélange rock et sonorités électroniques). « You don’t care about us » surprend avec sa guitare baryton. Même le morceau caché a ses surprises. « Evil Dildo » est construit sur le sample du répondeur de Brian Molko et se joue à deux basses. Placebo ose. Le résultat : un vrai petit bijou.


© ©Copyright Music Story Béatrice Bessière 2021

Plus d'informations

Without You I'm Nothing

Placebo

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Pure Morning
00:04:14

Placebo, MainArtist

2015 Elevator Lady Ltd 1998 Elevator Lady Ltd

2
Brick Shithouse
00:03:18

Placebo, MainArtist

2015 Elevator Lady Ltd 1998 Elevator Lady Ltd

3
You Don't Care About Us
00:03:58

Placebo, MainArtist

2015 Elevator Lady Ltd 1998 Elevator Lady Ltd

4
Ask for Answers
00:05:19

Placebo, MainArtist

2015 Elevator Lady Ltd 1998 Elevator Lady Ltd

5
Without You I'm Nothing
00:04:08

Placebo, MainArtist

2015 Elevator Lady Ltd 1998 Elevator Lady Ltd

6
Allergic (To Thoughts of Mother Earth)
00:03:49

Placebo, MainArtist

2015 Elevator Lady Ltd 1998 Elevator Lady Ltd

7
The Crawl
00:02:59

Placebo, MainArtist

2015 Elevator Lady Ltd 1998 Elevator Lady Ltd

8
Every You Every Me
00:03:33

Placebo, MainArtist

2015 Elevator Lady Ltd 1998 Elevator Lady Ltd

9
My Sweet Prince
00:05:45

Placebo, MainArtist

2015 Elevator Lady Ltd 1998 Elevator Lady Ltd

10
Summer's Gone
00:03:05

Placebo, MainArtist

2015 Elevator Lady Ltd 1998 Elevator Lady Ltd

11
Scared of Girls
00:03:01

Placebo, MainArtist

2015 Elevator Lady Ltd 1998 Elevator Lady Ltd

12
Burger Queen
00:06:13

Placebo, MainArtist

2015 Elevator Lady Ltd 1998 Elevator Lady Ltd

13
Evil Dildo
00:07:57

Placebo, MainArtist

2015 Elevator Lady Ltd 1998 Elevator Lady Ltd

Descriptif de l'album

Without You I’m Nothing est sans conteste Le chef d’œuvre de Placebo. A l’instar d’un premier opus très « coup de poing », cet album oscille habilement entre ballades mélancoliques et morceaux très rythmés. Sorti en 1998, il a été composé dans un état de délabrement total, ce qui explique le spleen ressenti dans la plupart des chansons. « Sweet Prince » fait ainsi référence à une personne proche du trio qui a voulu se suicider et qui appelait Brian Molko « My sweet prince ». Une douleur également exprimée par les paroles crues et provocantes du chanteur sur «Every You Every Me» (« Sucker love is known to swing, Prone to cling and waste these things») ou encore sur «Burger Queen» («I'm unclean, a libertine, And every time you vent your spleen, I seem to lose the power of speech, You're slipping slowly from my reach»). Outre son côté ambigu, Placebo montre également toute l’étendue de son talent au niveau musical. « Pure Morning », le titre-phare de l’album, est un morceau construit sur un seul accord avec un beat électro tapageur (c’est d’ailleurs le premier titre où la formation mélange rock et sonorités électroniques). « You don’t care about us » surprend avec sa guitare baryton. Même le morceau caché a ses surprises. « Evil Dildo » est construit sur le sample du répondeur de Brian Molko et se joue à deux basses. Placebo ose. Le résultat : un vrai petit bijou.


© ©Copyright Music Story Béatrice Bessière 2021

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Aqualung

Jethro Tull

Aqualung Jethro Tull

Crime Of The Century [2014 - HD Remaster]

Supertramp

Thick as a Brick

Jethro Tull

Thick as a Brick Jethro Tull

Misplaced Childhood

Marillion

À découvrir également
Par Placebo

Beautiful James

Placebo

Beautiful James Placebo

Sleeping With Ghosts

Placebo

Covers

Placebo

Covers Placebo

A Place For Us To Dream

Placebo

Life's What You Make It

Placebo

Dans la même thématique...

Solar Power

Lorde

Solar Power Lorde

Happier Than Ever (Explicit)

Billie Eilish

evermore (Explicit)

Taylor Swift

evermore (Explicit) Taylor Swift

WHEN WE ALL FALL ASLEEP, WHERE DO WE GO?

Billie Eilish

Terra Firma

Tash Sultana

Terra Firma Tash Sultana
Les Grands Angles...
Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée.

40 ans de post-punk en 10 albums

Au crépuscule des 70’s, les éclaboussures punk n’ont pas encore séché que la noirceur du mouvement déteint déjà sur de nouveaux groupes. Dans cette new wave, le courant post-punk offre une approche tourmentée voire radicale. Des précurseurs Joy Division et The Fall aux contemporains Shame et Fontaines D.C., coup de zoom sur les albums phares d’un électrochoc qui n’a jamais cessé de fasciner l’underground rock’n’roll.

Nick Cave, mauvaise graine de star

Nick Cave et ses Bad Seeds restent l’une des aventures les plus prolifiques de l’ère postpunk. Dès la fin des années 80, le magnétisme caverneux du chanteur australien atteignait un certain paroxysme, entre reprises furibardes, ballades au piano et rock’n’roll en sueur. Au fil des ans, le Cave s’est fait de plus en plus crooner, entre un Frank Sinatra punk et un Johnny Cash austère...

Dans l'actualité...