Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Noel Mcghie - Trapeze

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Trapeze

Noel McGhie & Space Spies

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Batteur anglo-jamaïcain peu connu mais prisé par les fans de free-jazz, Noel McGhie s’installe à Paris à l’aube des années 70. Ce digne héritier de Max Roach et de Rashied Ali, qui composera même des musiques pour des pièces de l’Espagnol Fernando Arrabal, devient le batteur fétiche d’un autre exilé dans la capitale française, Steve Lacy. Rapidement, d’autres musiciens de l’avant-garde font appel à lui : François Tusques, Archie Shepp, Bobby Few, Byard Lancaster, Mal Waldron, Anthony Braxton, Alan Silva et Chico Freeman. En 1971, McGhie se retrouve même sur un disque de Colette Magny, Répression ! Étonnamment, son album Trapeze, qui paraît en 1975, sera plus funk que libertaire. Avec le saxophoniste Jorge Joao, le trompettiste Itaru Oki, le pianiste électrique Georges-Edouard Nouel et le bassiste Louis Xavier, il déroule une impeccable partition bien groovy et bien 70's qui n’a rien à envier avec les productions américaines de cette même époque. Une pépite de jazz-fusion à redécouvrir d’urgence ! © Marc Zisman/Qobuz

Plus d'informations

Trapeze

Noel Mcghie

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Trapeze
00:07:40

Noël McGhie & Space Spies, Performer - Noel Mcghie, Composer, Writer

Esperance

2
Dancer
00:06:46

Noël McGhie & Space Spies, Performer - Noel Mcghie, Composer, Writer

Esperance

3
For Gone Desillusion
00:04:25

Noël McGhie & Space Spies, Performer - Noel Mcghie, Composer, Writer

Esperance

4
Ubet
00:11:53

Noël McGhie & Space Spies, Performer - Noel Mcghie, Composer, Writer

Esperance

5
Mademoiselle Tuloch
00:07:27

Noël McGhie & Space Spies, Performer - Noel Mcghie, Composer, Writer

Esperance

Descriptif de l'album

Batteur anglo-jamaïcain peu connu mais prisé par les fans de free-jazz, Noel McGhie s’installe à Paris à l’aube des années 70. Ce digne héritier de Max Roach et de Rashied Ali, qui composera même des musiques pour des pièces de l’Espagnol Fernando Arrabal, devient le batteur fétiche d’un autre exilé dans la capitale française, Steve Lacy. Rapidement, d’autres musiciens de l’avant-garde font appel à lui : François Tusques, Archie Shepp, Bobby Few, Byard Lancaster, Mal Waldron, Anthony Braxton, Alan Silva et Chico Freeman. En 1971, McGhie se retrouve même sur un disque de Colette Magny, Répression ! Étonnamment, son album Trapeze, qui paraît en 1975, sera plus funk que libertaire. Avec le saxophoniste Jorge Joao, le trompettiste Itaru Oki, le pianiste électrique Georges-Edouard Nouel et le bassiste Louis Xavier, il déroule une impeccable partition bien groovy et bien 70's qui n’a rien à envier avec les productions américaines de cette même époque. Une pépite de jazz-fusion à redécouvrir d’urgence ! © Marc Zisman/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
The Complete Studio Albums Creedence Clearwater Revival
Folk Singer Muddy Waters
Live At The Regal B.B. King
Dans la même thématique...
Jazz Is Dead 002 Roy Ayers
Across the Universe Al Di Meola
Turn to Clear View Joe Armon-Jones
Tricycle Flim & The BB's
Les Grands Angles...
Lalo Schifrin, monsieur cinéma

Il n'y a pas que le générique de "Mission Impossible" dans la vie de Lalo Schifrin. Jonglant entre jazz et classique, fusion et rythmes latinos, le compositeur argentin sait tout faire !

ECM en 10 albums

Le plus beau son après le silence. C’est la formule qui colle à la peau d’ECM depuis cinquante ans et la sortie du séminal « Free at Last » du Mal Waldron Trio, en novembre 1969. Manfred Eicher, le charismatique fondateur du label munichois, ne vit pas « hors du temps » mais plus précisément dans « un temps parallèle » à celui de la société, faisant d’ECM une planète de toute beauté où le jazz résonne autrement. Et c’est souvent pour ECM que Keith Jarrett, Charles Lloyd, Jan Garbarek, Chick Corea et tant d’autres ont enregistré leurs disques les plus intenses. Plus encore que pour Blue Note ou Impulse!, se limiter à 10 albums pour raconter toute l’histoire de ce label hors-norme est mission impossible. Aussi, les 10 sélectionnés raconteront « une » histoire d’ECM.

Miles Davis, les doigts dans la prise

En 1968, Miles Davis tombe sous le charme de la fée électricité. Envoûté par les révolutions psychédéliques et funky de Jimi Hendrix et autres Sly Stone, le trompettiste fait sa mue et, au passage, celle du jazz.

Dans l'actualité...