Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Bob Dylan - The Times They Are A-Changin'

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

The Times They Are A-Changin'

Bob Dylan

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Sorti en janvier 1964, huit mois après The Freewheelin’ Bob Dylan, The Times They Are A-Changin’ consacre Bob Dylan comme le leader incontesté du courant protestataire du folk américain.

Si l’album offre plusieurs « protest songs » définitives, il marque une évolution subtile vers une écriture plus introspective. Dès cette époque, le rôle d’oracle dans lequel les mouvements progressistes le cantonnaient le restreignait dans sa liberté d’artiste. L’assassinat du président démocrate John Fitzgerald Kennedy en novembre 1963 le choqua beaucoup et le questionna sur le pouvoir de la musique à influencer le cours du réel.

Même si la chanson titre, sorte d’ode aux idées nouvelles, se réfère plus à des passages de la Bible qu’à l’actualité brûlante du moment, Bob Dylan y sous-entend que s’il y a révolte contre l’ordre ancien, elle n’est possible qu’à partir d’une décision individuelle aboutissant à un mouvement collectif exempt de suivisme.

 « With God On Our Side », qui a été son morceau le plus repris dans les années 60, est un autre classique de la chanson engagée. Elle raconte les multiples conflits de l’histoire des Etats-Unis où le nom de Dieu fut invoqué pour justifier des attaques sanglantes. L’astuce suprême de Bob Dylan est de donner à ce titre des airs de cantique religieux sur fond d’une mélodie et d’une partie du texte empruntés au « Patriot Game » de l’irlandais Dominic Behan (1957).

« When The Ship Comes In » fait appel à des références religieuses venant directement de la Bible (« la Genèse ») puisque le navire évoque l’arche de Noé. Cette ode à la défaite du mal deviendra un hymne traduit en plusieurs langues et son vers « le monde entier nous regarde » sera chanté par les manifestants gauchistes lors de la Convention Démocrate de Chicago en 1968.

« Only A Pawn In Their Game », seule « protest song » traitant de l’actualité, est une évocation brûlante de l’assassinat de Medgar Evers, responsable pour le Mississippi de l’Association Nationale pour la Défense des Gens de Couleur. Le propos original du chanteur est de démontrer qu’assassins et victimes sont tous deux victimes du système mis en place par ce Sud si foncièrement raciste. La solution radicale pour Bob Dylan ne peut venir que de la suppression totale de la politique ségrégationniste.

Dans ce contexte engagé, on trouve quelques chansons d’amour qui traitent de sa relation avec Suze Rotolo sa petite amie de l’époque. La première, « One Too Many Mornings » est une ballade mélancolique où par une nuit d’angoisse, Bob Dylan réfléchit à la fragilité du lien amoureux. La voix est toute en retenue comme accablée par la tristesse. La seconde, « Boots Of Spanish Leather » nous montre un Dylan dépité par le long voyage de Suze en Italie. Cette période de solitude le rendra extrêmement prolifique puisqu’il va composer en quelques années plus de 200 chansons.

L’album se ferme sur l’étrange « Restless Farewell  » où le jeune Dylan fait un bilan contrasté de son parcours de chanteur engagé. La déclaration d’indépendance de Dylan « rester ce que je suis, dire adieu et m’en ficher complètement » préfigure l’oeuvre à venir où des thèmes plus personnels vont supplanter progressivement les préoccupations militantes.

S’il demeure plutôt austère par son ton parfois messianique, l’album conforte la maîtrise par Bob Dylan d’un folk habile où, à l’inverse de la plupart de ses collègues, il évite la grandiloquence et réussit à rester sobre et incisif, en un mot universel.
© ©Copyright Music Story François Bellion 2017

Plus d'informations

The Times They Are A-Changin'

Bob Dylan

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
The Times They Are A-Changin' Album Version
00:03:12

B. Dylan, Composer - B. Dylan, Lyricist - Bob Dylan, Guitar - Bob Dylan, Harmonica - Bob Dylan, Performer - Bob Dylan, Vocal - Tom Wilson, Producer

Originally Released 1964. All rights reserved by Columbia Records, a division of Sony Music Entertainment

2
Ballad of Hollis Brown Album Version
00:05:02

B. Dylan, Composer - B. Dylan, Lyricist - Bob Dylan, Guitar - Bob Dylan, Harmonica - Bob Dylan, Performer - Bob Dylan, Vocal - Tom Wilson, Producer

Originally Released 1964. All rights reserved by Columbia Records, a division of Sony Music Entertainment

3
With God on Our Side Album Version
00:07:04

B. Dylan, Composer - B. Dylan, Lyricist - Bob Dylan, Guitar - Bob Dylan, Harmonica - Bob Dylan, Performer - Bob Dylan, Vocal - Tom Wilson, Producer

Originally Released 1964. All rights reserved by Columbia Records, a division of Sony Music Entertainment

4
One Too Many Mornings Album Version
00:02:37

Bob Dylan, Composer - Bob Dylan, Guitar - Bob Dylan, Harmonica - Bob Dylan, Lyricist - Bob Dylan, Performer - Bob Dylan, Vocal - Tom Wilson, Producer

Originally Released 1964. All rights reserved by Columbia Records, a division of Sony Music Entertainment

5
North Country Blues Album Version
00:04:31

B. Dylan, Composer - B. Dylan, Lyricist - Bob Dylan, Guitar - Bob Dylan, Harmonica - Bob Dylan, Performer - Bob Dylan, Vocal - Tom Wilson, Producer

Originally Released 1964. All rights reserved by Columbia Records, a division of Sony Music Entertainment

6
Only a Pawn in Their Game Album Version
00:03:29

Bob Dylan, Composer - Bob Dylan, Guitar - Bob Dylan, Harmonica - Bob Dylan, Lyricist - Bob Dylan, Performer - Bob Dylan, Vocal - Tom Wilson, Producer

Originally Released 1964. All rights reserved by Columbia Records, a division of Sony Music Entertainment

7
Boots of Spanish Leather Album Version
00:04:37

B. Dylan, Composer - B. Dylan, Lyricist - Bob Dylan, Guitar - Bob Dylan, Harmonica - Bob Dylan, Performer - Bob Dylan, Vocal - Tom Wilson, Producer

Originally released 1964. All rights reserved by Columbia Records, a division of Sony Music Entertainment

8
When the Ship Comes In Album Version
00:03:14

B. Dylan, Composer - B. Dylan, Lyricist - Bob Dylan, Guitar - Bob Dylan, Harmonica - Bob Dylan, Performer - Bob Dylan, Vocal - Tom Wilson, Producer

Originally Released 1964. All rights reserved by Columbia Records, a division of Sony Music Entertainment

9
The Lonesome Death of Hattie Carroll Album Version
00:05:44

B. Dylan, Composer - B. Dylan, Lyricist - Bob Dylan, Guitar - Bob Dylan, Harmonica - Bob Dylan, Performer - Bob Dylan, Vocal - Tom Wilson, Producer

Originally Released 1964. All rights reserved by Columbia Records, a division of Sony Music Entertainment

10
Restless Farewell Album Version
00:05:32

Bob Dylan, Composer - Bob Dylan, Guitar - Bob Dylan, Harmonica - Bob Dylan, Lyricist - Bob Dylan, Performer - Bob Dylan, Vocal - Tom Wilson, Producer

Originally Released 1964. All rights reserved by Columbia Records, a division of Sony Music Entertainment

Descriptif de l'album

Sorti en janvier 1964, huit mois après The Freewheelin’ Bob Dylan, The Times They Are A-Changin’ consacre Bob Dylan comme le leader incontesté du courant protestataire du folk américain.

Si l’album offre plusieurs « protest songs » définitives, il marque une évolution subtile vers une écriture plus introspective. Dès cette époque, le rôle d’oracle dans lequel les mouvements progressistes le cantonnaient le restreignait dans sa liberté d’artiste. L’assassinat du président démocrate John Fitzgerald Kennedy en novembre 1963 le choqua beaucoup et le questionna sur le pouvoir de la musique à influencer le cours du réel.

Même si la chanson titre, sorte d’ode aux idées nouvelles, se réfère plus à des passages de la Bible qu’à l’actualité brûlante du moment, Bob Dylan y sous-entend que s’il y a révolte contre l’ordre ancien, elle n’est possible qu’à partir d’une décision individuelle aboutissant à un mouvement collectif exempt de suivisme.

 « With God On Our Side », qui a été son morceau le plus repris dans les années 60, est un autre classique de la chanson engagée. Elle raconte les multiples conflits de l’histoire des Etats-Unis où le nom de Dieu fut invoqué pour justifier des attaques sanglantes. L’astuce suprême de Bob Dylan est de donner à ce titre des airs de cantique religieux sur fond d’une mélodie et d’une partie du texte empruntés au « Patriot Game » de l’irlandais Dominic Behan (1957).

« When The Ship Comes In » fait appel à des références religieuses venant directement de la Bible (« la Genèse ») puisque le navire évoque l’arche de Noé. Cette ode à la défaite du mal deviendra un hymne traduit en plusieurs langues et son vers « le monde entier nous regarde » sera chanté par les manifestants gauchistes lors de la Convention Démocrate de Chicago en 1968.

« Only A Pawn In Their Game », seule « protest song » traitant de l’actualité, est une évocation brûlante de l’assassinat de Medgar Evers, responsable pour le Mississippi de l’Association Nationale pour la Défense des Gens de Couleur. Le propos original du chanteur est de démontrer qu’assassins et victimes sont tous deux victimes du système mis en place par ce Sud si foncièrement raciste. La solution radicale pour Bob Dylan ne peut venir que de la suppression totale de la politique ségrégationniste.

Dans ce contexte engagé, on trouve quelques chansons d’amour qui traitent de sa relation avec Suze Rotolo sa petite amie de l’époque. La première, « One Too Many Mornings » est une ballade mélancolique où par une nuit d’angoisse, Bob Dylan réfléchit à la fragilité du lien amoureux. La voix est toute en retenue comme accablée par la tristesse. La seconde, « Boots Of Spanish Leather » nous montre un Dylan dépité par le long voyage de Suze en Italie. Cette période de solitude le rendra extrêmement prolifique puisqu’il va composer en quelques années plus de 200 chansons.

L’album se ferme sur l’étrange « Restless Farewell  » où le jeune Dylan fait un bilan contrasté de son parcours de chanteur engagé. La déclaration d’indépendance de Dylan « rester ce que je suis, dire adieu et m’en ficher complètement » préfigure l’oeuvre à venir où des thèmes plus personnels vont supplanter progressivement les préoccupations militantes.

S’il demeure plutôt austère par son ton parfois messianique, l’album conforte la maîtrise par Bob Dylan d’un folk habile où, à l’inverse de la plupart de ses collègues, il évite la grandiloquence et réussit à rester sobre et incisif, en un mot universel.
© ©Copyright Music Story François Bellion 2017

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
The Complete Studio Albums Creedence Clearwater Revival
Folk Singer Muddy Waters
Live At The Regal B.B. King
À découvrir également
Par Bob Dylan

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Nebraska, quand Bruce Springsteen se met à nu

En 1982, le Boss, au sommet de sa gloire bodybuildée, prend tout le monde à contre-pied avec “Nebraska”, un album totalement acoustique et épuré à l’extrême. Un chef-d’œuvre intemporel baignant dans l’écho et la réverbération. Un disque qui narre l’Amérique de la marge et que beaucoup considèrent comme son plus grand.

Norah Jones en 10 chansons

Même si ses albums paraissent sur le label Blue Note, Norah Jones n’a jamais été vraiment jazz. Comme elle n’a jamais vraiment été pop, ni folk, country ou soul… Depuis le début des années 2000, la chanteuse et pianiste américaine a toujours tout fait pour flouter, voire éradiquer, les frontières stylistiques au profit de sa propre musique apatride, qu’elle adore partager avec d’autres musiciens venus d’horizons divers. Petit tour de son monde en 10 titres.

Comment Kanye West a renversé le hip-hop

En vingt ans, Kanye West a plusieurs fois changé le cours du rap et influencé comme très peu de ses contemporains la pop de son époque. Il a collaboré avec Paul McCartney, Rick Rubin, Daft Punk ou Rihanna, relancé les carrières de Jay-Z et Common, révélé Kid Cudi ou John Legend et est une influence majeure pour des artistes tels que Childish Gambino, Drake ou The Weeknd. Retour sur la carrière d’un artiste qui reste une énigme.

Dans l'actualité...