Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Courtney Barnett - Tell Me How You Really Feel

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Tell Me How You Really Feel

Courtney Barnett

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Le deuxième album studio de Courtney Barnett est aussi génial que simple. Pas simpliste, non. Simple. Le rock’n’roll conçu par la jeune Australienne est même d’une pureté et d’une limpidité presque désarmantes. Pour la bonne raison qu’il y a ici de grandes chansons. Des chansons oui. Cette « chose » qui fait qu’un disque sera bon ; ou pas… Comme sur la compilation de ses deux premiers EP (A Sea of Split Peas), sur son premier album (Sometimes I Sit and Think, and Sometimes I Just Sit) et son disque en duo avec Kurt Vile (Lotta Sea Lice), ce Tell Me How You Really Feel aligne dix trips agençant, à la perfection, humour grinçant et confession sincère. Surtout, Courtney Barnett s’avère bien plus introspective que par le passé. Et comme tout roule pour elle, à la scène (un succès international public et critique impressionnant) comme à la ville (sa love story qui dure avec sa consœur Jen Cloher), on sent que l’Australienne a pris le temps de fignoler chacune de ces dix compositions. D’autant plus impressionnant qu’elle brasse ici d’éternelles thématiques éculées (ses amours, ses angoisses, ses frustrations, ses opinions) sans jamais tomber dans le cliché. Comme à son habitude, Courtney Barnett habille sa prose d’un impeccable indie rock à guitares, jamais surproduit, influencé par ses marottes habituelles (Lou Reed, Kurt Cobain, Neil Young, Jonathan Richman…) et pour lequel elle a invité, sur deux titres, les sœurs Deal, Kim et Kelley des Breeders. Comment Neil Young disait déjà sur son fameux Hey Hey, My My ? Rock’n’roll can never die ? © Marc Zisman/Qobuz

Plus d'informations

Tell Me How You Really Feel

Courtney Barnett

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Hopefulessness
00:04:48

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2018 Marathon Artists 2018 Marathon Artists

2
City Looks Pretty
00:04:41

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2018 Marathon Artists 2018 Marathon Artists

3
Charity
00:04:10

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2018 Marathon Artists 2018 Marathon Artists

4
Need a Little Time
00:03:58

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2018 Marathon Artists 2018 Marathon Artists

5
Nameless, Faceless
00:03:14

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2018 Marathon Artists 2018 Marathon Artists

6
I’m Not Your Mother, I’m Not Your Bitch
00:01:50

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2018 Marathon Artists 2018 Marathon Artists

7
Crippling Self Doubt and a General Lack of Confidence
00:02:48

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2018 Marathon Artists 2018 Marathon Artists

8
Help Your Self
00:03:02

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2018 Marathon Artists 2018 Marathon Artists

9
Walkin’ on Eggshells
00:04:01

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2018 Marathon Artists 2018 Marathon Artists

10
Sunday Roast
00:04:44

Courtney Barnett, Artist, MainArtist

2018 Marathon Artists 2018 Marathon Artists

Descriptif de l'album

Le deuxième album studio de Courtney Barnett est aussi génial que simple. Pas simpliste, non. Simple. Le rock’n’roll conçu par la jeune Australienne est même d’une pureté et d’une limpidité presque désarmantes. Pour la bonne raison qu’il y a ici de grandes chansons. Des chansons oui. Cette « chose » qui fait qu’un disque sera bon ; ou pas… Comme sur la compilation de ses deux premiers EP (A Sea of Split Peas), sur son premier album (Sometimes I Sit and Think, and Sometimes I Just Sit) et son disque en duo avec Kurt Vile (Lotta Sea Lice), ce Tell Me How You Really Feel aligne dix trips agençant, à la perfection, humour grinçant et confession sincère. Surtout, Courtney Barnett s’avère bien plus introspective que par le passé. Et comme tout roule pour elle, à la scène (un succès international public et critique impressionnant) comme à la ville (sa love story qui dure avec sa consœur Jen Cloher), on sent que l’Australienne a pris le temps de fignoler chacune de ces dix compositions. D’autant plus impressionnant qu’elle brasse ici d’éternelles thématiques éculées (ses amours, ses angoisses, ses frustrations, ses opinions) sans jamais tomber dans le cliché. Comme à son habitude, Courtney Barnett habille sa prose d’un impeccable indie rock à guitares, jamais surproduit, influencé par ses marottes habituelles (Lou Reed, Kurt Cobain, Neil Young, Jonathan Richman…) et pour lequel elle a invité, sur deux titres, les sœurs Deal, Kim et Kelley des Breeders. Comment Neil Young disait déjà sur son fameux Hey Hey, My My ? Rock’n’roll can never die ? © Marc Zisman/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Courtney Barnett
Dans la même thématique...
Live Vol. 1 Parcels
Myopia Agnes Obel
Ghosteen Nick Cave & The Bad Seeds
Les Grands Angles...
Pixies, les années 4AD

Sans les Pixies, pas de Nirvana ! A la fin des années 80, le quartet de Black Francis révolutionne le rock avec une recette originale et une fusion des genres inédite. En quatre albums pour le label 4AD, les Pixies font de la surf punk noise pop ou, plus simplement, du Pixies, imprimant un style unique qui expédie les fans de rock au nirvana.

New Order, de la cave au dancefloor

Comment le groupe mancunien le plus sombre de l’ère punk est devenu maître du dancefloor ? Né sur les cendres de Joy Division au début des années 80, New Order symbolise l’une des premières unions réussies entre rock’n’roll et dance music. L’impeccable BO de la morose Angleterre thatchérienne.

Jack White au secours du rock

Des Whites Stripes à son virage en solitaire, Jack White aura sonné le glas d’un rock faisandé. Dix ans après « Seven Nation Army », le génie aux mille projets prophétise : la relève du rock revient en force. En attendant, retour sur le phénomène White.

Dans l'actualité...