Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Raphaël Pichon - Stravaganza d'Amore! Birth of Opera at the Medici Court

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Stravaganza d'Amore! Birth of Opera at the Medici Court

Pygmalion - Raphaël Pichon

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Dans quel contexte un chef-d’œuvre tel que L’Orfeo de Monteverdi a-t-il pu naître, paré d’une telle beauté, pourvu d’une expression si profonde et d’une architecture aussi parfaite, alors même que la forme de l’opéra à proprement parler n’en était qu’à ses balbutiements ? C’est précisément cette question qui est à l’origine de ce projet discographique et qui a permis à Raphaël Pichon et ses musiciens de découvrir les étonnantes productions musicales dramatiques qui ont précédé L’Orfeo, notamment celles qui étaient données à la cour des Médicis à Florence, où l’on peut déceler en germe de nombreux éléments contenus dans L’Orfeo. Au tournant du XVIIe siècle, c’est bien dans la cité médicéenne que se déroule l’un des phénomènes les plus fascinants de l’histoire de la musique : la naissance de l’opéra. En se concentrant sur les années reliant la création des intermèdes pour la pièce de théâtre La Pellegrina (1589) à la représentation florentine de la Dafne de Marco da Gagliano (1611), Pichon a réuni dans quatre intermèdes fantasmés – inspirés de la forme de l’« intermedio » en vogue à cette période – certains des plus beaux exemples des prémices de l’opéra, dont les musiques sont signées Lorenzo Allegri, Antonio Brunelli, Giovanni Battista Buonamente, Giulio Caccini, Emilio de’ Cavalieri, Girolamo Fantini, Marco da Gagliano, Cristofano Malvezzi, Luca Marenzio, Alessandro Orologio, Jacopo Peri et Alessandro Striggio. À l’imitation du théâtre antique, les « intermedii » constituaient des divertissements intercalés entre les actes de pièces de théâtre, dans des appareils visuels fastueux, prétextes à des allégories à la gloire de la dynastie régnante. La place de la musique et du merveilleux dans les représentations théâtrales prit un caractère toujours plus grandiose et spectaculaire, grâce notamment au génie des décorateurs et aux progrès de la machinerie théâtrale. Voyant le potentiel artistique et politique de ces « intermedii », les puissantes familles princières de la moitié nord de l’Italie (les Gonzague, les Este, les Médicis, mais aussi la cour pontificale) en favorisèrent l’évolution. Les « intermedii » finirent par occuper tant de place qu’ils devinrent un véritable spectacle dans le spectacle. C’est en 1589 que cette tradition florentine des « intermedii » connut son apogée, avec les six somptueux divertissements imaginés par le comte Bardi pour agrémenter la comédie La Pellegrina qui agrémenta les noces du grand-duc Ferdinando I avec la princesse Christine de Lorraine, petite-fille de Catherine de Médicis. Par leur variété et leur nouveauté, par un mariage équilibré entre la polyphonie et la monodie alors naissante, sans oublier les musiques instrumentales et dansées, les intermedii de 1589 ouvrirent la voie à un théâtre intégralement chanté.


C’est en effet encore à Florence que l’on vit les premiers exemples de ce spectacle total, modèle parfait de l’alliance entre la poésie et la musique. Un véritable laboratoire prit forme au tournant des XVIe et XVIIe siècles, qui poussa les compositeurs et les poètes à faire cohabiter plusieurs formes d’expression musicale. Prenant modèle sur les générations précédentes, les compositeurs poursuivent leur recherche sur l’espace sonore, comme on le voit dans la prolifération des échos au sein des premières monodies, ou encore les madrigaux faisant dialoguer sept chœurs indépendants. Mais comment raconter aujourd’hui cette histoire, restaurer cette riche aventure ? La solution retenue pour cet album est de créer de toutes pièces quelques grandes fresques imaginaires, semblables à un parcours initiatique, qui accompliraient la réunion de ces multiples œuvres. © SM/Qobuz


« En chemin vers les sources de l'opéra, Raphaël Pichon invente une chimère, la plus séduisante qui soit, mêlant la déclamation nue des prototypes florentins au faste des intermèdes de cour. [...] Notre jeune chef a réuni un plateau de rêve : sept voix solistes parmi les plus prometteuses de la jeune génération, un chœur aussi solide qu'attentif de vingt-quatre chanteurs, en regard de vingt-cinq instrumentistes éblouissants. L'orchestration des intermèdes et la distribution des polyphonies renouvellent sans cesse les tableaux sonores. Les pages admirables se succèdent, entre architectures polychorales et recitar cantando, merveilleuseument chantées et fastueusement accompagnées.» (Diapason, juillet/août 2017 / Denis Morrier)

Plus d'informations

Stravaganza d'Amore! Birth of Opera at the Medici Court

Raphaël Pichon

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

All'imperio d'Amore (Girolamo Fantini)

1
1. Toccata "La Renuccini"
00:01:48

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Girolamo Fantini, Composer

harmonia mundi 2017

2
2. O fortunato giorno a 30 "La Pellegrina"
00:03:12

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Cristofano Malvezzi, Composer

harmonia mundi 2017

3
3. Ineffabile ardore a 6 "Il rapimento di Cefalo"
00:01:07

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Giulio Caccini, Composer

harmonia mundi 2017

4
4. O che felice giorno a voce sola
00:04:20

Pygmalion, Primary - Sophie Junker, Primary, Soloist - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Giulio Caccini, Composer

harmonia mundi 2017

5
5. Ineffabile ardore a 6 "Il rapimento di Cefalo"
00:01:01

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Giulio Caccini, Composer

harmonia mundi 2017

6
6. La dipartita e amara a 4
00:02:14

Pygmalion, Primary - Safir Behloul, Primary, Soloist - Renaud Bres, Primary, Soloist - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Zachary Wilder, Primary, Soloist - Davy Cornillot, Primary, Soloist - Lucile Richardot, Primary, Soloist - Maïlys De Villoutreys, Primary, Soloist - Luca Marenzio, Composer

harmonia mundi 2017

7
7. Ineffabile ardore a 6 "Il rapimento di Cefalo"
00:00:55

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Deborah Cachet, Primary, Soloist - Zachary Wilder, Primary, Soloist - Lucile Richardot, Primary, Soloist - Davy Cornillot, Primary, Soloist - Virgile Ancely, Primary, Soloist - Maïlys De Villoutreys, Primary, Soloist - Giulio Caccini, Composer

harmonia mundi 2017

8
8. Non havea Febo ancora a voce sola
00:01:33

Pygmalion, Primary - Renato Dolcini, Primary, Soloist - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Antonio Brunelli, Composer

harmonia mundi 2017

9
9. O Giovenil ardire a 10 "I Fabii"
00:02:16

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Alessandro Striggio, Composer

harmonia mundi 2017

10
10. Donne le celeste lume a 9 "Stravaganza d'Amore"
00:02:56

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Luca Marenzio, Composer

harmonia mundi 2017

La Favolla d'Apollo (Cristofano Malvezzi)

11
11. Dal vago e bel sereno a 6 "La Pellegrina"
00:05:19

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Cristofano Malvezzi, Composer

harmonia mundi 2017

12
12. O qual risplende a 6 "La Pellegrina"
00:01:36

Pygmalion, Primary - Maïlys De Villoutreys, Primary, Soloist - Nicolas Brooymans, Primary, Soloist - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Deborah Cachet, Primary, Soloist - Zachary Wilder, Primary, Soloist - Lucile Richardot, Primary, Soloist - Davy Cornillot, Primary, Soloist - Cristofano Malvezzi, Composer

harmonia mundi 2017

13
13. Ohimè che vegg’io a 5 "La Dafne"
00:01:26

Pygmalion, Primary - Deborah Cachet, Primary, Soloist - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Lucile Richardot, Primary, Soloist - Davy Cornillot, Primary, Soloist - Maïlys De Villoutreys, Primary, Soloist - Nicolas Brooymans, Primary, Soloist - Marco da Gagliano, Composer

harmonia mundi 2017

14
14. Qui di carne si sfama a 12 "La Pellegrina"
00:02:21

Pygmalion, Primary - Lucile Richardot, Primary, Soloist - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Zachary Wilder, Primary, Soloist - Luca Marenzio, Composer

harmonia mundi 2017

15
15. Apollo affronta il serpente
00:01:02

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Alessandro Orologio, Composer

harmonia mundi 2017

16
16. Poi giacque estinto al fine "La Dafne"
00:01:09

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Marco da Gagliano, Composer

harmonia mundi 2017

17
17. O mille volte a 8 "La Pellegrina"
00:02:07

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Luca Marenzio, Composer

harmonia mundi 2017

18
18. Piangete, Ninfe "La Dafne"
00:04:25

Pygmalion, Primary - Davy Cornillot, Primary, Soloist - Virgile Ancely, Primary, Soloist - Maïlys De Villoutreys, Primary, Soloist - Luciana Mancini, Primary, Soloist - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Deborah Cachet, Primary, Soloist - Zachary Wilder, Primary, Soloist - Marco da Gagliano, Composer

harmonia mundi 2017

19
19. Sinfonia a 6 "La Pellegrina"
00:02:35

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Cristofano Malvezzi, Composer

harmonia mundi 2017

20
20. Un guardo, un guard’appena "La Dafne"
00:06:24

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Marco da Gagliano, Composer

harmonia mundi 2017

21
21. Bella ninfa fuggitiva a 5 "La Dafne"
00:02:26

Pygmalion, Primary - Sophie Junker, Primary, Soloist - Maïlys De Villoutreys, Primary, Soloist - Luciana Mancini, Primary, Soloist - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Marco da Gagliano, Composer

harmonia mundi 2017

DISQUE 2

Le Lagrime d'Orfeo (Lorenzo Allegri)

1
22. Gagliarda a 6 "Primo ballo della Notte d’Amore"
00:01:17

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Lorenzo Allegri, Composer

harmonia mundi 2017

2
23. Al canto, al ballo a 5 "Euridice"
00:02:39

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Jacopo Peri - Giulio Caccini, Composer

harmonia mundi 2017

3
24. Lassa, che di spavento "Euridice"
00:06:23

Pygmalion, Primary - Luciana Mancini, Primary, Soloist - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Jacopo Peri, Composer

harmonia mundi 2017

4
25. Non piango e non sospiro "Euridice"
00:01:55

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Renato Dolcini, Primary, Soloist - Jacopo Peri, Composer

harmonia mundi 2017

5
26. Cruda morte. Sospirate aure celesti "Euridice"
00:04:23

Pygmalion, Primary - Maïlys De Villoutreys, Primary, Soloist - Lucile Richardot, Primary, Soloist - Deborah Cachet, Primary, Soloist - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Zachary Wilder, Primary, Soloist - Jacopo Peri, Composer

harmonia mundi 2017

6
27. Sinfonia a 6. Spirto del Ciel "Primo ballo della Notte d’Amore"
00:01:22

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Lorenzo Allegri, Composer

harmonia mundi 2017

7
28. Funeste piagge "Euridice"
00:04:40

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Renato Dolcini, Primary, Soloist - Giulio Caccini, Composer

harmonia mundi 2017

8
29. Udite lagrimosi spirti d’Averno
00:04:20

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Luca Marenzio, Composer

harmonia mundi 2017

9
30. Trionfi oggi pietà "Euridice"
00:04:06

Pygmalion, Primary - Safir Behloul, Primary, Soloist - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Virgile Ancely, Primary, Soloist - Giulio Caccini, Composer

harmonia mundi 2017

10
31. Gioite al canto mio "Euridice"
00:01:21

Pygmalion, Primary - Renato Dolcini, Primary, Soloist - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Jacopo Peri, Composer

harmonia mundi 2017

11
32. Ma che più ? a 5 "Euridice"
00:01:13

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Jacopo Peri, Composer

harmonia mundi 2017

Il Ballo degli reali Amanti (Giovanni Battista Buonamente)

12
33. Ballo del Granduca a 7
00:04:28

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Giovanni Battista Buonamente, Composer

harmonia mundi 2017

13
34. Dolcissime sirene a 6 "La Pellegrina"
00:01:41

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Cristofano Malvezzi, Composer

harmonia mundi 2017

14
35. A voi reali amanti a 15 "La Pellegrina"
00:04:04

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Cristofano Malvezzi, Composer

harmonia mundi 2017

15
36. Coppia gentil a 6 "La Pellegrina"
00:01:11

Pygmalion, Primary - Maïlys De Villoutreys, Primary, Soloist - Lucile Richardot, Primary, Soloist - Nicolas Brooymans, Primary, Soloist - Deborah Cachet, Primary, Soloist - Renaud Bres, Primary, Soloist - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Zachary Wilder, Primary, Soloist - Cristofano Malvezzi, Composer

harmonia mundi 2017

16
37. O che nuovo miracolo a 5, a 3 "La Pellegrina"
00:05:28

Pygmalion, Primary - Raphael Pichon, Conductor, Primary - Sophie Junker, Primary, Soloist - Luciana Mancini, Primary, Soloist - Maïlys De Villoutreys, Primary, Soloist - Emilio de' Cavalieri, Composer

harmonia mundi 2017

Descriptif de l'album

Dans quel contexte un chef-d’œuvre tel que L’Orfeo de Monteverdi a-t-il pu naître, paré d’une telle beauté, pourvu d’une expression si profonde et d’une architecture aussi parfaite, alors même que la forme de l’opéra à proprement parler n’en était qu’à ses balbutiements ? C’est précisément cette question qui est à l’origine de ce projet discographique et qui a permis à Raphaël Pichon et ses musiciens de découvrir les étonnantes productions musicales dramatiques qui ont précédé L’Orfeo, notamment celles qui étaient données à la cour des Médicis à Florence, où l’on peut déceler en germe de nombreux éléments contenus dans L’Orfeo. Au tournant du XVIIe siècle, c’est bien dans la cité médicéenne que se déroule l’un des phénomènes les plus fascinants de l’histoire de la musique : la naissance de l’opéra. En se concentrant sur les années reliant la création des intermèdes pour la pièce de théâtre La Pellegrina (1589) à la représentation florentine de la Dafne de Marco da Gagliano (1611), Pichon a réuni dans quatre intermèdes fantasmés – inspirés de la forme de l’« intermedio » en vogue à cette période – certains des plus beaux exemples des prémices de l’opéra, dont les musiques sont signées Lorenzo Allegri, Antonio Brunelli, Giovanni Battista Buonamente, Giulio Caccini, Emilio de’ Cavalieri, Girolamo Fantini, Marco da Gagliano, Cristofano Malvezzi, Luca Marenzio, Alessandro Orologio, Jacopo Peri et Alessandro Striggio. À l’imitation du théâtre antique, les « intermedii » constituaient des divertissements intercalés entre les actes de pièces de théâtre, dans des appareils visuels fastueux, prétextes à des allégories à la gloire de la dynastie régnante. La place de la musique et du merveilleux dans les représentations théâtrales prit un caractère toujours plus grandiose et spectaculaire, grâce notamment au génie des décorateurs et aux progrès de la machinerie théâtrale. Voyant le potentiel artistique et politique de ces « intermedii », les puissantes familles princières de la moitié nord de l’Italie (les Gonzague, les Este, les Médicis, mais aussi la cour pontificale) en favorisèrent l’évolution. Les « intermedii » finirent par occuper tant de place qu’ils devinrent un véritable spectacle dans le spectacle. C’est en 1589 que cette tradition florentine des « intermedii » connut son apogée, avec les six somptueux divertissements imaginés par le comte Bardi pour agrémenter la comédie La Pellegrina qui agrémenta les noces du grand-duc Ferdinando I avec la princesse Christine de Lorraine, petite-fille de Catherine de Médicis. Par leur variété et leur nouveauté, par un mariage équilibré entre la polyphonie et la monodie alors naissante, sans oublier les musiques instrumentales et dansées, les intermedii de 1589 ouvrirent la voie à un théâtre intégralement chanté.


C’est en effet encore à Florence que l’on vit les premiers exemples de ce spectacle total, modèle parfait de l’alliance entre la poésie et la musique. Un véritable laboratoire prit forme au tournant des XVIe et XVIIe siècles, qui poussa les compositeurs et les poètes à faire cohabiter plusieurs formes d’expression musicale. Prenant modèle sur les générations précédentes, les compositeurs poursuivent leur recherche sur l’espace sonore, comme on le voit dans la prolifération des échos au sein des premières monodies, ou encore les madrigaux faisant dialoguer sept chœurs indépendants. Mais comment raconter aujourd’hui cette histoire, restaurer cette riche aventure ? La solution retenue pour cet album est de créer de toutes pièces quelques grandes fresques imaginaires, semblables à un parcours initiatique, qui accompliraient la réunion de ces multiples œuvres. © SM/Qobuz


« En chemin vers les sources de l'opéra, Raphaël Pichon invente une chimère, la plus séduisante qui soit, mêlant la déclamation nue des prototypes florentins au faste des intermèdes de cour. [...] Notre jeune chef a réuni un plateau de rêve : sept voix solistes parmi les plus prometteuses de la jeune génération, un chœur aussi solide qu'attentif de vingt-quatre chanteurs, en regard de vingt-cinq instrumentistes éblouissants. L'orchestration des intermèdes et la distribution des polyphonies renouvellent sans cesse les tableaux sonores. Les pages admirables se succèdent, entre architectures polychorales et recitar cantando, merveilleuseument chantées et fastueusement accompagnées.» (Diapason, juillet/août 2017 / Denis Morrier)

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Raphaël Pichon

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Jonas Kaufmann en 10 disques essentiels

Avec son physique avantageux de jeune premier romantique, l’Allemand Jonas Kaufmann a modernisé l’image du ténor d’opéra, souvent considéré comme un bateleur impénitent. Outre sa voix puissante et variée, Jonas Kaufmann possède un répertoire immense, en plusieurs langues, à l’aise à l’opéra dans Wagner comme dans Verdi ou Puccini, chantant le lied ou l’opéra français à merveille. Grand admirateur de Fritz Wunderlich, il a commencé sa carrière “à l’ancienne”, en troupe dans de petits théâtres allemands avant de voler de ses propres ailes vers une carrière phénoménale. Après une année 2017 chaotique due à un hématome sur les cordes vocales, Jonas Kaufmann semble parfaitement rétabli et travaille sur de très nombreux projets. En 10 disques, Qobuz tente de couvrir toutes les facettes de son immense talent.

Giovanni Antonini & Il Giardino Armonico, la liberté retrouvée

A la tête de l’ensemble Il Giardino Armonico, qu’il a fondé avec Luca Pianca en 1985, Giovanni Antonini a commencé l’enregistrement des 107 symphonies de Joseph Haydn. Cette monumentale entreprise en est actuellement à son 8e volume et s’achèvera en 2032, à l’occasion des 300 ans de la naissance du Père de la symphonie. Retour sur le parcours de l’audacieux chef milanais.

Un nouveau monde entre électro et classique

Ólafur Arnalds, Nils Frahm, Max Richter, Poppy Ackroyd, Peter Broderick, Joana Gama… Depuis quelques années, tous ces noms en vogue ont été regroupés sous la vaste et imprécise étiquette “néoclassique”. A dire vrai, cette “scène” ressemble plutôt à une bande hétéroclite d’artistes fureteurs qui mêlent instruments classiques et production électronique – avec une connexion assumée aux pionniers du minimalisme américain – régalant les sens et ouvrant des perspectives des deux côtés de leur spectre musical.

Dans l'actualité...