Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Antwerp Symphony Orchestra - Stenhammar: Symphony No. 2 & Ett drömspel

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Stenhammar: Symphony No. 2 & Ett drömspel

Christian Lindberg, Antwerp Symphony Orchestra

Livret Numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Après s’être, en sa jeunesse, abreuvé de musique allemande – Wagner et Bruckner en tête –, le compositeur suédois Wilhelm Stenhammar s’orienta dès le début du XXe siècle vers un idiome plus nordique, dans une forme d’écriture qu’il partagea d’ailleurs avec son collègue et ami Sibelius. Cela dit, en tant que chef de l’Orchestre de Göteborg, il continua à rester en étroite symbiose avec les nouveaux langages, germaniques certes dans la majorité, de Mahler, Strauss ou Reger, mais aussi les mouvances boréales de Sibelius et Nielsen. Par ailleurs, se sachant largement autodidacte, il n’hésita pas à se lancer à cette même époque dans l’étude approfondie du contrepoint, et cette Deuxième Symphonie de 1915 témoigne de l’ampleur de sa quête. Mêlant donc riche contrepoint, orchestration moderne inspirée de Mahler ou Strauss, teintes nordiques, il livre un ouvrage attachant, énergique, lyrique, assez éloigné des excès post-romantiques de certains de ses contemporains, disons donc : une brillante sobriété. De la même époque, mais dans un tout autre esprit, la musique de scène pour Ett Drömspel (« Le Songe ») de Strindberg semble vouloir suivre les méandres oniriques du dramaturge, en particulier dans une orchestration rutilante, quasi-exotique – il faut préciser que le personnage principal est une des filles du dieu védique Indra. Un ouvrage rare qu’il est fascinant de découvrir, dans le sillage de la Deuxième Symphonie qui, elle, jouit quand même d’une solide réputation mondiale. © SM/Qobuz

Plus d'info

Stenhammar: Symphony No. 2 & Ett drömspel

Antwerp Symphony Orchestra

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1 mois offert, puis 9,99€ / mois.

Symphony No. 2 in G minor, Op. 34

1
I. Allegro energico 00:12:08

Wilhelm STENHAMMAR, Composer - Christian Lindberg, Conductor - Antwerp Symphony Orchestra, Orchestra, MainArtist

(C) 2018 BIS (P) 2018 BIS

2
II. Andante 00:09:33

Wilhelm STENHAMMAR, Composer - Christian Lindberg, Conductor - Antwerp Symphony Orchestra, Orchestra, MainArtist

(C) 2018 BIS (P) 2018 BIS

3
III. Scherzo: Allegro ma non troppo presto 00:08:09

Wilhelm STENHAMMAR, Composer - Christian Lindberg, Conductor - Antwerp Symphony Orchestra, Orchestra, MainArtist

(C) 2018 BIS (P) 2018 BIS

4
IV. Finale: Sostenuto - Allegro vivace - Tranquillamente - Allegro ma non troppo 00:16:28

Wilhelm STENHAMMAR, Composer - Christian Lindberg, Conductor - Antwerp Symphony Orchestra, Orchestra, MainArtist

(C) 2018 BIS (P) 2018 BIS

Ett drömspel (A Dream Play) (concert version arr. H. Rosenberg)

5
Ett drömspel (A Dream Play) (concert version arr. H. Rosenberg) 00:12:02

Wilhelm STENHAMMAR, Composer - Hilding ROSENBERG, Composer - Christian Lindberg, Conductor - Antwerp Symphony Orchestra, Orchestra, MainArtist

(C) 2018 BIS (P) 2018 BIS

Descriptif de l'album

Après s’être, en sa jeunesse, abreuvé de musique allemande – Wagner et Bruckner en tête –, le compositeur suédois Wilhelm Stenhammar s’orienta dès le début du XXe siècle vers un idiome plus nordique, dans une forme d’écriture qu’il partagea d’ailleurs avec son collègue et ami Sibelius. Cela dit, en tant que chef de l’Orchestre de Göteborg, il continua à rester en étroite symbiose avec les nouveaux langages, germaniques certes dans la majorité, de Mahler, Strauss ou Reger, mais aussi les mouvances boréales de Sibelius et Nielsen. Par ailleurs, se sachant largement autodidacte, il n’hésita pas à se lancer à cette même époque dans l’étude approfondie du contrepoint, et cette Deuxième Symphonie de 1915 témoigne de l’ampleur de sa quête. Mêlant donc riche contrepoint, orchestration moderne inspirée de Mahler ou Strauss, teintes nordiques, il livre un ouvrage attachant, énergique, lyrique, assez éloigné des excès post-romantiques de certains de ses contemporains, disons donc : une brillante sobriété. De la même époque, mais dans un tout autre esprit, la musique de scène pour Ett Drömspel (« Le Songe ») de Strindberg semble vouloir suivre les méandres oniriques du dramaturge, en particulier dans une orchestration rutilante, quasi-exotique – il faut préciser que le personnage principal est une des filles du dieu védique Indra. Un ouvrage rare qu’il est fascinant de découvrir, dans le sillage de la Deuxième Symphonie qui, elle, jouit quand même d’une solide réputation mondiale. © SM/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Antwerp Symphony Orchestra
Religious Tetralogy Antwerp Symphony Orchestra Écouter ou acheter

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Tim Burton en 10 albums

Qu’il tourne en prises de vues réelles ou en stop motion, Tim Burton a construit en plus de trente ans un monde cinématographique où le merveilleux poétique côtoie le gothique et l’humour macabre. À quelques exceptions près, c’est le compositeur Danny Elfman qui l’a épaulé dans cette aventure, formant un duo symbiotique : sans les images de Burton, la musique de Elfman n’aurait pas la même saveur et vice versa, ce qu’ils ont encore prouvé en 2019 avec le bouleversant “Dumbo”.

Le pèlerinage de Gardiner à travers les Cantates de Bach

John Eliot Gardiner a grandi sous un des deux portraits authentiques de Johann Sebastian Bach que ses parents avaient jalousement gardé, en le cachant dans leur ferme du Dorset pendant la Seconde Guerre mondiale. Devenu l’un des « papes » de la musique baroque, la dévotion totale de Gardiner à Bach a produit un ouvrage passionnant, Musique au château du ciel, paru en français chez Flammarion. « Comment une œuvre aussi sublime a-t-elle pu jaillir d’un homme aussi ordinaire et si opaque », se demande Gardiner dans un ouvrage empli de tendresse et d’une rare érudition, qui n’est pas une nouvelle biographie du compositeur allemand, mais la somme de sa propre expérience d’interprète lui dictant des considérations esthétiques et une analyse sensible des fondements harmoniques, contrapuntiques et polyphoniques de son œuvre. Une tentative réussie de découvrir l’homme à travers sa musique.

Les échos baroques de Nuria Rial

La soprano espagnole Nuria Rial et le flûtiste suisse Maurice Steger ont rejoint la prestigieuse Kammerorchester Basel pour enregistrer Baroque Twitter, un disque comprenant des œuvres du XVIIIe siècle de compositeurs aussi importants que Vivaldi, Albinoni ou Scarlatti. Un jalon de plus dans la carrière, déjà longue, de la chanteuse catalane qui est aujourd’hui l’une des personnalités essentielles du monde de la musique ancienne.

Dans l'actualité...