Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Louis Schwizgebel - Saint-Saëns: Piano Concertos Nos. 2 & 5

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Saint-Saëns: Piano Concertos Nos. 2 & 5

Louis Schwizgebel - BBC Symphony Orchestra, Martyn Brabbins, Fabien Gabel

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24 bits / 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Le pianiste sino-suisse Louis Schwizgebel (*1987) a remporté le Concours international de Genève à dix-sept ans, puis un Deuxième Prix au Concours international de Leeds. Dès lors il est invité à se produire avec la fine fleur des orchestres britanniques – London Philharmonic, BBC, Birmingham en tête – ainsi qu’avec les Wiener Symphoniker, l’Orchestre National de Lyon ou encore l’Orchestre de la Suisse Romande dans la vieille Europe, et nombre d’autres orchestres outre-Atlantique. Son enregistrement Beethoven avec l’Orchestre de la Suisse Romande lui vaut un accueil plus que chaleureux de la presse, et le très exclusif magazine allemand FonoForum le saluait pour son premier album comme « un authentique virtuose, un fougueux jeune génie plein de profondeur ». Voici qu’il s’attaque à un répertoire qui exige, justement, fougue et virtuosité, à savoir deux des cinq Concertos de Saint-Saëns, lui-même salué en son temps comme jeune et fougueux virtuose. En plus du célèbre Cinquième Concerto, dit « Égyptien » de 1896 – égyptien plus par le nom et le lieu de composition que par les emprunts mélodiques, Saint-Saëns évoquant plutôt une Égypte de salons parisiens que des bords du Nil ; mais avec quelle élégance ! –, Schwizgebel a choisi l’autre grand concerto du compositeur français, à savoir le Deuxième de 1868, écrit pour Anton Rubinstein qui en assura (assez mal, semble-t-il) la création à la baguette, et le compositeur au piano. Plutôt qu’un concerto de format classique, il s’agit là d’une quasi-improvisation qui évolue du tempo initial plutôt tranquille dans le premier mouvement vers un éclatant presto final en guise de troisième. Comme quoi Saint-Saëns, trop souvent taxé d’académisme, savait parfaitement s’écarter des standards. Schwizgebel prête toute son élégante vigueur à ces deux concertos. © SM/Qobuz

Plus d'info

Saint-Saëns: Piano Concertos Nos. 2 & 5

Louis Schwizgebel

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1 mois offert, puis 9,99€ / mois.

Piano concerto No. 2 in G Minor, Op. 22

1
I. Andante sostenuto 00:11:16

Louis Schwizgebel, Primary, Soloist - Fabien Gabel, Conductor, Primary - BBC Symphony Orchestra, Primary - Camille Saint-Saëns, Composer

BBC 2015

2
II. Allegro scherzando 00:05:25

Louis Schwizgebel, Primary, Soloist - Fabien Gabel, Conductor, Primary - BBC Symphony Orchestra, Primary - Camille Saint-Saëns, Composer

BBC 2015

3
III. Presto 00:06:23

Louis Schwizgebel, Primary, Soloist - BBC Symphony Orchestra, Primary - Fabien Gabel, Conductor, Primary - Camille Saint-Saëns, Composer

BBC 2015

Piano Concerto No. 5 in F Major, Op. 103 "Egyptian"

4
I. Allegro animato 00:09:53

Louis Schwizgebel, Primary, Soloist - BBC Symphony Orchestra, Primary - Martyn Brabbins, Conductor, Primary - Camille Saint-Saëns, Composer

BBC 2015

5
II. Andante 00:11:18

Louis Schwizgebel, Primary, Soloist - BBC Symphony Orchestra, Primary - Martyn Brabbins, Conductor, Primary - Camille Saint-Saëns, Composer

BBC 2015

6
III. Molto allegro 00:05:49

Louis Schwizgebel, Primary, Soloist - Martyn Brabbins, Conductor, Primary - BBC Symphony Orchestra, Primary - Camille Saint-Saëns, Composer

BBC 2015

Descriptif de l'album

Le pianiste sino-suisse Louis Schwizgebel (*1987) a remporté le Concours international de Genève à dix-sept ans, puis un Deuxième Prix au Concours international de Leeds. Dès lors il est invité à se produire avec la fine fleur des orchestres britanniques – London Philharmonic, BBC, Birmingham en tête – ainsi qu’avec les Wiener Symphoniker, l’Orchestre National de Lyon ou encore l’Orchestre de la Suisse Romande dans la vieille Europe, et nombre d’autres orchestres outre-Atlantique. Son enregistrement Beethoven avec l’Orchestre de la Suisse Romande lui vaut un accueil plus que chaleureux de la presse, et le très exclusif magazine allemand FonoForum le saluait pour son premier album comme « un authentique virtuose, un fougueux jeune génie plein de profondeur ». Voici qu’il s’attaque à un répertoire qui exige, justement, fougue et virtuosité, à savoir deux des cinq Concertos de Saint-Saëns, lui-même salué en son temps comme jeune et fougueux virtuose. En plus du célèbre Cinquième Concerto, dit « Égyptien » de 1896 – égyptien plus par le nom et le lieu de composition que par les emprunts mélodiques, Saint-Saëns évoquant plutôt une Égypte de salons parisiens que des bords du Nil ; mais avec quelle élégance ! –, Schwizgebel a choisi l’autre grand concerto du compositeur français, à savoir le Deuxième de 1868, écrit pour Anton Rubinstein qui en assura (assez mal, semble-t-il) la création à la baguette, et le compositeur au piano. Plutôt qu’un concerto de format classique, il s’agit là d’une quasi-improvisation qui évolue du tempo initial plutôt tranquille dans le premier mouvement vers un éclatant presto final en guise de troisième. Comme quoi Saint-Saëns, trop souvent taxé d’académisme, savait parfaitement s’écarter des standards. Schwizgebel prête toute son élégante vigueur à ces deux concertos. © SM/Qobuz

À propos

Distinctions : 4F de Télérama (1/10/15)

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Louis Schwizgebel

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Jonas Kaufmann en 10 disques essentiels

Avec son physique avantageux de jeune premier romantique, l’Allemand Jonas Kaufmann a modernisé l’image du ténor d’opéra, souvent considéré comme un bateleur impénitent. Outre sa voix puissante et variée, Jonas Kaufmann possède un répertoire immense, en plusieurs langues, à l’aise à l’opéra dans Wagner comme dans Verdi ou Puccini, chantant le lied ou l’opéra français à merveille. Grand admirateur de Fritz Wunderlich, il a commencé sa carrière “à l’ancienne”, en troupe dans de petits théâtres allemands avant de voler de ses propres ailes vers une carrière phénoménale. Après une année 2017 chaotique due à un hématome sur les cordes vocales, Jonas Kaufmann semble parfaitement rétabli et travaille sur de très nombreux projets. En 10 disques, Qobuz tente de couvrir toutes les facettes de son immense talent.

Tim Burton en 10 albums

Qu’il tourne en prises de vues réelles ou en stop motion, Tim Burton a construit en plus de trente ans un monde cinématographique où le merveilleux poétique côtoie le gothique et l’humour macabre. À quelques exceptions près, c’est le compositeur Danny Elfman qui l’a épaulé dans cette aventure, formant un duo symbiotique : sans les images de Burton, la musique de Elfman n’aurait pas la même saveur et vice versa, ce qu’ils ont encore prouvé en 2019 avec le bouleversant “Dumbo”.

Julius Katchen, 50 nuances de Brahms

Si les pianistes de notre époque, toutes générations confondues, enregistrent la musique pour piano de Brahms à tour de doigts – surtout les derniers opus, 116 à 119, qui ont la cote –, il n’en a pas toujours été ainsi. Lorsque le pianiste américain Julius Katchen commence ses enregistrements brahmsiens en 1962, il signe pour Decca la toute première intégrale des œuvres pour clavier du compositeur allemand. Il sera suivi une dizaine d’années plus tard par celle de l’Allemand Peter Rösel, et, plus récemment, d’une douzaine de pianistes.

Dans l'actualité...