Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Dimitri Mitropoulos, New York Philharmonic - Saint-Saëns: Danse macabre, Op. 40 & Le Rouet d'Omphale, Op. 31 (Mono Version)

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Saint-Saëns: Danse macabre, Op. 40 & Le Rouet d'Omphale, Op. 31 (Mono Version)

Dimitri Mitropoulos, New York Philharmonic

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Saint-Saëns: Danse macabre, Op. 40 & Le Rouet d'Omphale, Op. 31 (Mono Version)

Dimitri Mitropoulos, New York Philharmonic

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Danse macabre in G Major, Op. 40 00:07:22

Dimitri Mitropoulos, Conductor, Performer - New York Philharmonic, Orchestra, Performer - Camille Saint-Saëns, Composer

1957 - BNF Collection 2015 1957 - BNF Collection 2015

2
Le Rouet d'Omphale in A Major, Op. 31 00:07:07

Dimitri Mitropoulos, Conductor, Performer - New York Philharmonic, Orchestra, Performer - Camille Saint-Saëns, Composer

1957 - BNF Collection 2015 1957 - BNF Collection 2015

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Dimitri Mitropoulos, New York Philharmonic

Playlists

Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Martha Argerich, l'indomptable pianiste

Voilà plus de soixante ans que la pianiste argentine (naturalisée suisse) Martha Argerich enchante le public par son jeu sauvage et impulsif et par une prise de risques de chaque instant. Défiant les difficultés techniques, cet artiste flamboyante a fait de chacune de ses interprétations une aventure dont nous sommes les témoins admiratifs.

Le pèlerinage de Gardiner à travers les Cantates de Bach

John Eliot Gardiner a grandi sous un des deux portraits authentiques de Johann Sebastian Bach que ses parents avaient jalousement gardé, en le cachant dans leur ferme du Dorset pendant la Seconde Guerre mondiale. Devenu l’un des « papes » de la musique baroque, la dévotion totale de Gardiner à Bach a produit un ouvrage passionnant, Musique au château du ciel, paru en français chez Flammarion. « Comment une œuvre aussi sublime a-t-elle pu jaillir d’un homme aussi ordinaire et si opaque », se demande Gardiner dans un ouvrage empli de tendresse et d’une rare érudition, qui n’est pas une nouvelle biographie du compositeur allemand, mais la somme de sa propre expérience d’interprète lui dictant des considérations esthétiques et une analyse sensible des fondements harmoniques, contrapuntiques et polyphoniques de son œuvre. Une tentative réussie de découvrir l’homme à travers sa musique.

L’âge d’or de la comédie musicale hollywoodienne

Au même titre que le western et le film de gangsters, la comédie musicale est l’un des genres les plus emblématiques du classicisme hollywoodien. Des années 1930 aux années 1960, petit panorama d’un cinéma certes glamour et coloré, mais souvent moins superficiel qu’il n’y paraît.

Dans l'actualité...