Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Slayer|Reign In Blood (Expanded)

Reign In Blood (Expanded)

Slayer

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

L’année 1986 fut marquante à plus d’un titre pour le thrash metal. Metallica dégaine un Master of Puppets qui met tout le monde d’accord au printemps, suivi de près par Megadeth et son Peace Sells... but Who's Buying? Lors de la rentrée scolaire. Le metal extrême s’installe confortablement au Billboard à la surprise générale. C’était sans compter sur la bombe qui va repousser les limites de la violence et de la vitesse d’exécution puis jalonner le sentier pour les formations plus virulentes qui s’engouffreront dans la brèche. Slayer, maître d’œuvre de cette révolution, dézingue tout en un titre, Angel of Death, qui ouvre son Reign in Blood avec un cri entré dans la légende, celui de son bassiste-chanteur Tom Araya. Le reste déboule peu ou prou avec la même intensité, à vitesse grand V, grâce à une rythmique tranchante comme un rasoir et un jeu de batterie surpuissant qui renvoie les petits camarades des autres formations bosser leur cardio s’ils veulent un jour pouvoir tenir la distance face à Dave Lombardo, marteleur de fûts souvent imité, jamais égalé. Plus agressif, brutal et expéditif que les albums sortis par ses petits camarades (tout est dit en à peine 28 minutes), Reign in Blood est le résultat heureux de la collaboration entre le combo de Huntington Park et le producteur Rick Rubin, fondateur du label rap Def Jam à peine âgé de 23 ans et dont c’est le premier travail avec un groupe de metal. Il va rendre la musique de Slayer plus intelligible sans jamais l’édulcorer. Tout se déroule à plus de 200 bpm. Les solos de guitare flirtent avec une dissonance qui dérange, les thèmes abordés bousculent la pudibonderie de façade du pays de l’Oncle Sam (la religion, la mort, la guerre, l’holocauste…) et le final dantesque, incarné par le magistral Raining Blood fera entrer cet album dans la légende. Un Raining Blood devenu le Highway to Hell (ou le Ace of Spades, à votre guise) de Slayer, passage obligatoire en concert pour faire vriller les fans qui l’ont réclamé à tue-tête pendant des décennies. Slayer atteindra le sommet artistique de sa carrière avec le dantesque Seasons in the Abyss qui fête ses trente ans en 2020. Mais Reign in Blood reste le disque incontournable par lequel tout est arrivé. © Chief Brody/Qobuz

Plus d'informations

Reign In Blood (Expanded)

Slayer

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Angel Of Death (Album Version)
00:04:52

Jeff Hanneman, ComposerLyricist - Rick Rubin, Producer - Slayer, Producer, MainArtist

℗ 1986 American Recordings, LLC

2
Piece By Piece (Album Version)
00:02:03

Kerry King, ComposerLyricist - Rick Rubin, Producer - Slayer, Producer, MainArtist

℗ 1986 American Recordings, LLC

3
Necrophobic (Album Version)
00:01:40

Kerry King, ComposerLyricist - Jeff Hanneman, ComposerLyricist - Rick Rubin, Producer - Slayer, Producer, MainArtist

℗ 1986 American Recordings, LLC

4
Altar Of Sacrifice (Album Version)
00:02:51

Kerry King, ComposerLyricist - Jeff Hanneman, ComposerLyricist - Rick Rubin, Producer - Slayer, Producer, MainArtist

℗ 1986 American Recordings, LLC

5
Jesus Saves (Album Version) Explicit
00:02:54

Kerry King, ComposerLyricist - Jeff Hanneman, ComposerLyricist - Rick Rubin, Producer - Slayer, Producer, MainArtist

℗ 1986 American Recordings, LLC

6
Criminally Insane (Album Version) Explicit
00:02:23

Kerry King, ComposerLyricist - Jeff Hanneman, ComposerLyricist - Rick Rubin, Producer - Slayer, Producer, MainArtist

℗ 1986 American Recordings, LLC

7
Reborn (Album Version)
00:02:11

Kerry King, ComposerLyricist - Jeff Hanneman, ComposerLyricist - Rick Rubin, Producer - Slayer, Producer, MainArtist

℗ 1986 American Recordings, LLC

8
Epidemic (Album Version)
00:02:23

Kerry King, ComposerLyricist - Jeff Hanneman, ComposerLyricist - Rick Rubin, Producer - Slayer, Producer, MainArtist

℗ 1986 American Recordings, LLC

9
Postmortem (Album Version)
00:03:28

Jeff Hanneman, ComposerLyricist - Rick Rubin, Producer - Slayer, Producer, MainArtist

℗ 1986 American Recordings, LLC

10
Raining Blood (Album Version)
00:04:15

Kerry King, ComposerLyricist - Jeff Hanneman, ComposerLyricist - Rick Rubin, Producer - Slayer, Producer, MainArtist

℗ 1986 American Recordings, LLC

11
Aggressive Perfector (Album Version)
00:02:29

Kerry King, ComposerLyricist - Jeff Hanneman, ComposerLyricist - Rick Rubin, Producer - Slayer, Producer, MainArtist

℗ 1986 American Recordings, LLC

12
Criminally Insane (Remix) Explicit
00:03:17

Kerry King, ComposerLyricist - Jeff Hanneman, ComposerLyricist - Rick Rubin, Producer - Slayer, Producer, MainArtist

℗ 1986 American Recordings, LLC

Descriptif de l'album

L’année 1986 fut marquante à plus d’un titre pour le thrash metal. Metallica dégaine un Master of Puppets qui met tout le monde d’accord au printemps, suivi de près par Megadeth et son Peace Sells... but Who's Buying? Lors de la rentrée scolaire. Le metal extrême s’installe confortablement au Billboard à la surprise générale. C’était sans compter sur la bombe qui va repousser les limites de la violence et de la vitesse d’exécution puis jalonner le sentier pour les formations plus virulentes qui s’engouffreront dans la brèche. Slayer, maître d’œuvre de cette révolution, dézingue tout en un titre, Angel of Death, qui ouvre son Reign in Blood avec un cri entré dans la légende, celui de son bassiste-chanteur Tom Araya. Le reste déboule peu ou prou avec la même intensité, à vitesse grand V, grâce à une rythmique tranchante comme un rasoir et un jeu de batterie surpuissant qui renvoie les petits camarades des autres formations bosser leur cardio s’ils veulent un jour pouvoir tenir la distance face à Dave Lombardo, marteleur de fûts souvent imité, jamais égalé. Plus agressif, brutal et expéditif que les albums sortis par ses petits camarades (tout est dit en à peine 28 minutes), Reign in Blood est le résultat heureux de la collaboration entre le combo de Huntington Park et le producteur Rick Rubin, fondateur du label rap Def Jam à peine âgé de 23 ans et dont c’est le premier travail avec un groupe de metal. Il va rendre la musique de Slayer plus intelligible sans jamais l’édulcorer. Tout se déroule à plus de 200 bpm. Les solos de guitare flirtent avec une dissonance qui dérange, les thèmes abordés bousculent la pudibonderie de façade du pays de l’Oncle Sam (la religion, la mort, la guerre, l’holocauste…) et le final dantesque, incarné par le magistral Raining Blood fera entrer cet album dans la légende. Un Raining Blood devenu le Highway to Hell (ou le Ace of Spades, à votre guise) de Slayer, passage obligatoire en concert pour faire vriller les fans qui l’ont réclamé à tue-tête pendant des décennies. Slayer atteindra le sommet artistique de sa carrière avec le dantesque Seasons in the Abyss qui fête ses trente ans en 2020. Mais Reign in Blood reste le disque incontournable par lequel tout est arrivé. © Chief Brody/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Nevermind

Nirvana

Nevermind Nirvana

Songs From The Big Chair

Tears For Fears

Songs From The Big Chair Tears For Fears

Eliminator

ZZ Top

Eliminator ZZ Top

Back To Black

Amy Winehouse

Back To Black Amy Winehouse
À découvrir également
Par Slayer

Live in Paris '91

Slayer

Repentless

Slayer

Repentless Slayer

Seasons In The Abyss

Slayer

Reign In Blood

Slayer

South Of Heaven

Slayer

Dans la même thématique...

Achtung Baby

U2

The Dark Side Of The Moon

Pink Floyd

The Wall

Pink Floyd

The Wall Pink Floyd

Let It Be

The Beatles

Let It Be The Beatles

Raise The Roof

Robert Plant

Raise The Roof Robert Plant
Les Grands Angles...
L’âge d’or du death metal américain

Sous-genre sulfureux du metal, souvent rejeté, parodié ou mal interprété, le death metal a néanmoins su conquérir le public au fil des décennies. Apparue dans les années 80, cette musique continue d’évoluer, depuis la recherche de l’ultraviolence des débuts au plus récent métissage avec d’autres genres plus mainstream. Petit retour sur ses origines, avant un second volet qui s’intéressera à la scène suédoise.

My Bloody Valentine, l’expérience intérieure

Trente ans après sa parution, “Loveless” de My Bloody Valentine reste l’album le plus fou des années 90. Sortie du cerveau dérangé de Kevin Shields, cette sculpture électrique en forme de mur du son a chamboulé l’histoire du rock et reste encore aujourd’hui une source d’influence majeure pour de très nombreux musiciens de tous horizons.

Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée.

Dans l'actualité...