Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Quatuor Arthur-LeBlanc - Pierné & Vierne : Quintettes pour piano

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Pierné & Vierne : Quintettes pour piano

Quatuor Arthur-LeBlanc - Stéphane Lemelin

Livret numérique

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

On pourrait presque être troublé par les parallélismes : Pierné et Vierne sont nés à quelques années d’intervalle, morts tous deux en 1937, et leurs quintettes avec piano respectifs portent le numéro d’opus 41 pour l’un, écrit en 1917, et opus 42 pour l’autre, écrit en 1918. Les convergences ne s’arrêtent pas là. Les deux ouvrages portent en eux cette atmosphère terrifiée, tout particulièrement le Quintette de Vierne, écrit après que le compositeur eut appris la mort de son fils à la guerre. « J’édifie en ex-voto un quintette de vastes proportions dans lequel circulera largement le souffle de ma tendresse et la tragique destinée de mon enfant. Je mènerai cette œuvre à bout avec une énergie aussi farouche et furieuse que ma douleur est terrible, et je ferai quelque chose de puissant, de grandiose et de fort, qui remuera au fond du cœur des pères les fibres les plus profondes de l’amour d’un fils mort… Moi, le dernier de mon nom, je l’enterrerai dans un rugissement de tonnerre et non dans un bêlement plaintif de mouton résigné et béat. » Le quintette de Pierné, d’une proportion quasi-symphonique, comporte également ces accents révoltés, non pas dans la plainte, mais dans la violence. Comment se fait-il que ces deux chefs-d’œuvre de la littérature française de l’époque n’appartiennent pas au grand répertoire ? Justice est ici faite. © SM/Qobuz



" On retrouve ici Stéphane Lemelin dont nous avions tant aimé les Fauré, au toucher souple, sensuel et varié très adapté à ce type de musique à la fois sensible et fortement architecturée. Le Quatuor Arthur-Leblanc semble avoir particulièrement travaillé le son spécifique à la musique de chambre française. Sans jamais épaissir la sonorité, en évitant toujours l'agressivité métallique, en restant toujours léger, il parvient cependant à donner une impression de puissance symphonique." (Classica, juin 2015 / Jacques Bonnaure)

Plus d'informations

Pierné & Vierne : Quintettes pour piano

Quatuor Arthur-LeBlanc

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Piano Quintet, Op. 41 (Gabriel Pierné)

1
I. Moderato molto tranquillo 00:12:13

Quatuor Arthur-Leblanc - Stéphane Lemelin, Piano - Gabriel Pierné, Composer

2015 ATMA Classique

2
II. Sur un rythme de zortzico 00:09:57

Quatuor Arthur-Leblanc - Stéphane Lemelin, Piano - Gabriel Pierné, Composer

2015 ATMA Classique

3
III. Allegro vivo ed agitato 00:13:47

Quatuor Arthur-Leblanc - Stéphane Lemelin, Piano - Gabriel Pierné, Composer

2015 ATMA Classique

Piano Quintet, Op. 42 (Louis Vierne)

4
I. Poco lento - Moderato 00:10:36

Quatuor Arthur-Leblanc - Stéphane Lemelin, Piano - Louis Vierne, Composer

2015 ATMA Classique

5
II. Larghetto sostenuto 00:10:45

Quatuor Arthur-Leblanc - Stéphane Lemelin, Piano - Louis Vierne, Composer

2015 ATMA Classique

6
III. Allegro molto risoluto 00:09:46

Quatuor Arthur-Leblanc - Stéphane Lemelin, Piano - Louis Vierne, Composer

2015 ATMA Classique

Descriptif de l'album

On pourrait presque être troublé par les parallélismes : Pierné et Vierne sont nés à quelques années d’intervalle, morts tous deux en 1937, et leurs quintettes avec piano respectifs portent le numéro d’opus 41 pour l’un, écrit en 1917, et opus 42 pour l’autre, écrit en 1918. Les convergences ne s’arrêtent pas là. Les deux ouvrages portent en eux cette atmosphère terrifiée, tout particulièrement le Quintette de Vierne, écrit après que le compositeur eut appris la mort de son fils à la guerre. « J’édifie en ex-voto un quintette de vastes proportions dans lequel circulera largement le souffle de ma tendresse et la tragique destinée de mon enfant. Je mènerai cette œuvre à bout avec une énergie aussi farouche et furieuse que ma douleur est terrible, et je ferai quelque chose de puissant, de grandiose et de fort, qui remuera au fond du cœur des pères les fibres les plus profondes de l’amour d’un fils mort… Moi, le dernier de mon nom, je l’enterrerai dans un rugissement de tonnerre et non dans un bêlement plaintif de mouton résigné et béat. » Le quintette de Pierné, d’une proportion quasi-symphonique, comporte également ces accents révoltés, non pas dans la plainte, mais dans la violence. Comment se fait-il que ces deux chefs-d’œuvre de la littérature française de l’époque n’appartiennent pas au grand répertoire ? Justice est ici faite. © SM/Qobuz



" On retrouve ici Stéphane Lemelin dont nous avions tant aimé les Fauré, au toucher souple, sensuel et varié très adapté à ce type de musique à la fois sensible et fortement architecturée. Le Quatuor Arthur-Leblanc semble avoir particulièrement travaillé le son spécifique à la musique de chambre française. Sans jamais épaissir la sonorité, en évitant toujours l'agressivité métallique, en restant toujours léger, il parvient cependant à donner une impression de puissance symphonique." (Classica, juin 2015 / Jacques Bonnaure)

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
The Lion King Various Artists
Beethoven: 9 Symphonies Berliner Philharmoniker
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Le violon en 10 interprètes, épisode 2

Si le timbre et l’ambitus du violoncelle le rapprochent de la voix humaine, les aigus stratosphériques du violon flirtent avec les dieux. L’instrument a inspiré des œuvres nombreuses à la discographie pléthorique : des trésors qui sont autant de versions de référence. Voici la seconde partie de cette sélection subjective de 10 violonistes qui met en lumière deux générations éloignées : la première est née pendant le premier tiers du XXe siècle ; la seconde pendant le dernier tiers.

Dans l'actualité...