Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

David Bates - Pergolesi: Stabat Mater - Bach: Cantatas BWV 54, 170

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Pergolesi: Stabat Mater - Bach: Cantatas BWV 54, 170

Lucy Crowe, Tim Mead, La Nuova Musica, David Bates

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Ce disque associe deux des plus belles cantates de Bach, composées pour alto solo à Weimar (1714) et Leipzig (1726) respectivement, au Stabat Mater de Pergolèse (1736), l’œuvre sacrée préférée du XVIIIe siècle. Entre austère piété luthérienne et fulgurante émotivité méditerranéenne, le gouffre peut sembler infranchissable. Pourtant, Bach admirait tant le travail de son collègue napolitain qu’il en a réalisé une « parodie » sur un texte allemand. La Nuova Musica et ses deux illustres solistes font preuve ici d’une même maîtrise des deux styles. (c) harmonia mundi

Plus d'informations

Pergolesi: Stabat Mater - Bach: Cantatas BWV 54, 170

David Bates

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Widerstehe doch der Sünde, BWV 54 (Johann Sebastian Bach)

1
I. Aria "Widerstehe doch der Sünde" (Alto) 00:07:04

Tim Mead, Countertenor - La Nuova Musica - David Bates, Conductor - Johann Sebastian Bach, Composer

harmonia mundi 2017

2
II. Recitativo "Die Art verruchter Sünden" (Alto) 00:01:14

Tim Mead, Countertenor - La Nuova Musica - David Bates, Conductor - Johann Sebastian Bach, Composer

harmonia mundi 2017

3
III. Aria "Wer Sünde tut, der ist vom Teufel" (Alto) 00:02:45

Tim Mead, Countertenor - La Nuova Musica - David Bates, Conductor - Johann Sebastian Bach, Composer

harmonia mundi 2017

Stabat Mater, P. 77 (Giovanni Battista Pergolesi)

4
I. Duo "Stabat mater dolorosa" (Soprano - Alto) 00:04:24

Lucy Crowe, Soprano - Tim Mead, Countertenor - La Nuova Musica - David Bates, Conductor - Giovanni Battista Pergolesi, Composer

harmonia mundi 2017

5
II. Aria "Cujus animam gementem" (Soprano) 00:01:40

Lucy Crowe, Soprano - La Nuova Musica - David Bates, Conductor - Giovanni Battista Pergolesi, Composer

harmonia mundi 2017

6
III. Duo "O quam tristis et afflicta" (Soprano - Alto) 00:01:58

Lucy Crowe, Soprano - Tim Mead, Countertenor - La Nuova Musica - David Bates, Conductor - Giovanni Battista Pergolesi, Composer

harmonia mundi 2017

7
IV. Aria "Quae moerebat et dolebat" (Alto) 00:01:36

Tim Mead, Countertenor - La Nuova Musica - David Bates, Conductor - Giovanni Battista Pergolesi, Composer

harmonia mundi 2017

8
V. Duo "Quis est homo qui non fleret" (Soprano - Alto) 00:02:17

Lucy Crowe, Soprano - Tim Mead, Countertenor - La Nuova Musica - David Bates, Conductor - Giovanni Battista Pergolesi, Composer

harmonia mundi 2017

9
VI. Aria "Vidit suum dulcem natum" (Soprano) 00:02:47

Lucy Crowe, Soprano - La Nuova Musica - David Bates, Conductor - Giovanni Battista Pergolesi, Composer

harmonia mundi 2017

10
VII. Aria "Eja, mater, fons amoris" (Alto) 00:02:29

Tim Mead, Countertenor - La Nuova Musica - David Bates, Conductor - Giovanni Battista Pergolesi, Composer

harmonia mundi 2017

11
VIII. Duo "Fac, ut ardeat cor meum" (Soprano - Alto) 00:02:02

Lucy Crowe, Soprano - Tim Mead, Countertenor - La Nuova Musica - David Bates, Conductor - Giovanni Battista Pergolesi, Composer

harmonia mundi 2017

12
IX. Duo "Sancta mater, istud agas" (Soprano - Alto) 00:04:36

Lucy Crowe, Soprano - Tim Mead, Countertenor - La Nuova Musica - David Bates, Conductor - Giovanni Battista Pergolesi, Composer

harmonia mundi 2017

13
X. Aria "Fac, ut portem Christi mortem" (Alto) 00:03:15

Tim Mead, Countertenor - La Nuova Musica - David Bates, Conductor - Giovanni Battista Pergolesi, Composer

harmonia mundi 2017

14
XI. Duo "Inflammatus et accensus" (Soprano - Alto) 00:01:36

Lucy Crowe, Soprano - Tim Mead, Countertenor - La Nuova Musica - David Bates, Conductor - Giovanni Battista Pergolesi, Composer

harmonia mundi 2017

15
XII. Duo "Quando corpus morietur" (Soprano - Alto) 00:03:17

Lucy Crowe, Soprano - Tim Mead, Countertenor - La Nuova Musica - David Bates, Conductor - Giovanni Battista Pergolesi, Composer

harmonia mundi 2017

16
XIII. Duo "Amen" (Soprano - Alto) 00:01:08

Lucy Crowe, Soprano - Tim Mead, Countertenor - La Nuova Musica - David Bates, Conductor - Giovanni Battista Pergolesi, Composer

harmonia mundi 2017

Vergnügte Ruh, beliebte Seelenlust, BWV 170 (Johann Sebastian Bach)

17
I. Aria "Vergnügte Ruh! beliebte Seelenlust!" 00:06:24

Tim Mead, Countertenor - La Nuova Musica - David Bates, Conductor - Johann Sebastian Bach, Composer

harmonia mundi 2017

18
II. Recitativo "Die Welt, das Sündenhaus" 00:01:11

Tim Mead, Countertenor - La Nuova Musica - David Bates, Conductor - Johann Sebastian Bach, Composer

harmonia mundi 2017

19
III. Aria "Wie jammern mich doch die verkehrten Herzen" 00:06:05

Tim Mead, Countertenor - La Nuova Musica - David Bates, Conductor - Johann Sebastian Bach, Composer

harmonia mundi 2017

20
IV. Recitativo "Wer sollte sich demnach" 00:01:08

Tim Mead, Countertenor - La Nuova Musica - David Bates, Conductor - Johann Sebastian Bach, Composer

harmonia mundi 2017

21
V. Aria "Mir ekelt mehr zu leben" 00:05:16

Tim Mead, Countertenor - La Nuova Musica - David Bates, Conductor - Johann Sebastian Bach, Composer

harmonia mundi 2017

Descriptif de l'album

Ce disque associe deux des plus belles cantates de Bach, composées pour alto solo à Weimar (1714) et Leipzig (1726) respectivement, au Stabat Mater de Pergolèse (1736), l’œuvre sacrée préférée du XVIIIe siècle. Entre austère piété luthérienne et fulgurante émotivité méditerranéenne, le gouffre peut sembler infranchissable. Pourtant, Bach admirait tant le travail de son collègue napolitain qu’il en a réalisé une « parodie » sur un texte allemand. La Nuova Musica et ses deux illustres solistes font preuve ici d’une même maîtrise des deux styles. (c) harmonia mundi

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par David Bates
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Gounod romantique et mystique

Artisan majeur du renouveau de la musique française dans la seconde moitié du XIXe siècle aux côtés de son aîné, Berlioz, qu’il admirait, et de ses disciples, Bizet, Saint-Saëns, Massenet qui vénéraient sa foi en l’Art, Charles Gounod (1818-1893), mystique et charmeur, romantique en quête d’un nouveau classicisme, doit sa célébrité à quelques chefs-d’œuvre qui réduisent son envergure. Une discographie en plein essor permet de découvrir sa musique dans sa diversité : instrumentale, vocale, sacrée et lyrique.

Orfeo Orchestra, le chaînon manquant du XVIIIe siècle français

Très actif dans la musique baroque française depuis ses premières parutions au début des années 90, l'Orfeo Orchestra, dirigé par György Vashegyi, a été, ces dernières années, distingué par le Palazzetto Bru Zane et surtout le Centre de musique baroque de Versailles pour sa série d'explorations discographiques ambitieuses du répertoire lyrique français – baroque et classique.

Jordi Savall : la musique, la vie, l'enregistrement

Il pleuvait à seaux en cette nuit d’octobre dans le Bugey, où il pleut d’ailleurs très souvent à cette époque de l’année. Il était autour de minuit. Nous étions une cinquantaine de passionnés à attendre dans le silence, l’humidité et le froid au Festival d’Ambronay. Puis, sans aucun bruit, Jordi Savall est arrivé, sanglé dans un imperméable blanc et trempé, façon Humphrey Bogart dans Casablanca, serrant une caisse en forme de corps humain contre lui. Avec des gestes lents, il en a extrait, non pas une mitraillette, mais une viole de gambe qu’il a commencé à manier et à accorder avec d’infinies précautions. Puis le miracle est descendu sur l’auditoire.

Dans l'actualité...