Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Pat Metheny|Orchestrion

Orchestrion

Pat Metheny

Livret numérique

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Le guitariste à l’éternelle tignasse bouclée Patrick Bruce dit Pat Metheny ne s’est pas contenté de croiser la route musicale de personnalités aussi diverses que le vibraphoniste Gary Burton, la chanteuse Joni Mitchell, le contrebassiste Charlie Haden, ou le pianiste Chick Corea : il a su résister à la pression d’une forte exposition internationale, et faire du petit garçon américain natif du Missouri l’un des plus grands instrumentistes – et des plus personnels - de sa génération (il vogue désormais allègrement vers la soixantaine), et le pape du jazz fusion, fuyant en cela les étiquettes qui voulaient à toutes force le classer, qui dans la musique d’atmosphère, qui dans le folk, qui dans une expression new age.

Avec les cinq pièces (toutes proches des dix minutes, voire davantage) d’Orchestrion, le musicien retrouve certes un scénario qu’il goûte et domine (l’aventure en solo) mais dans une configuration qu’il qualifie lui-même de totalement innovante. L’orchestrion s’avère en fait étymologiquement un ensemble orchestral (acoustique et électro-acoustique), gouverné par des cylindres rotatifs, et autres considérables engins pneumatiques. En clair, cela signifie qu’outre des manches familiers, le musicien se retrouve, par commandes interposées, à la tête d’une invraisemblable machinerie, mêlant cloches tubulaires, claviers, et autres percussions.

En conséquence, la liberté est grande, mais le pari est risqué, qui fait d’un seul homme le responsable plein et entier de ce qui se fera entendre. On achèvera la visite de ces coulisses en précisant que, tour de force technologique, cette structure peut désormais suivre Metheny en tournée.

Musicalement, le virtuose s’est manifestement trouvé inspiré par la liberté d’action, et le large spectre sonore, que ces options impliquent : longues plages répétitives et climatiques, efficience discrète et swing (mais oui) agrémentent l’œuvre. En ouverture et dans la pièce-titre, l’Américain rappelle, si besoin était, de quelle douce vélocité il peut enrichir son jeu. « Entry Point » est l’occasion de mettre en situation l’un des climats tout en suspension qu’il affectionne, alors qu’ « Expansion », et ses guitares et synthétiseurs mêlés, traçant sa voie et sa soie dans des rythmes brésiliens (l’une de ses racines avouées), rappelle à quel point l’art de Wes Montgomery a inspiré la technique du guitariste.

« Soul Search »
permet un détour vers une atmosphère bluesy, et laisse admirer un magnifique toucher de cordes. Enfin, « Spirit Of The Air » et sa remarquable construction, tout en progression dramatique, rappelle à juste titre à quel point Metheny est passé maître dans l’art de créer, sans effets de manche, ni démonstration superfétatoire, la musique la plus sensible qui soit.

Un grand musicien qui fait oublier une grande performance, et un grand agencement d’inventivité humaine : on pourra donc, et raisonnablement, parler d’un grand disque.  
©Copyright Music Story Christian Larrède 2015

Plus d'informations

Orchestrion

Pat Metheny

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 80 millions de titres avec votre abonnement illimité.

À partir de 12,50€/mois

1
Orchestrion
00:15:48

JOE FERLA, MixingEngineer, RecordingEngineer - Pat Metheny, Producer, Arranger, Guitar, Writer, MainArtist, Orchestrionics - STEVE RODBY, Engineer - Mark Wilder, MasteringEngineer - Hyomin Kang, AssistantEngineer

© 2009 Nonesuch Records ℗ 2009 Nonesuch Records

2
Entry Point
00:10:28

JOE FERLA, MixingEngineer, RecordingEngineer - Pat Metheny, Producer, Arranger, Guitar, Writer, MainArtist, Orchestrionics - STEVE RODBY, Engineer - Mark Wilder, MasteringEngineer - Hyomin Kang, AssistantEngineer

© 2009 Nonesuch Records ℗ 2009 Nonesuch Records

3
Expansion
00:08:34

JOE FERLA, MixingEngineer, RecordingEngineer - Pat Metheny, Producer, Arranger, Guitar, Writer, MainArtist, Orchestrionics - STEVE RODBY, Engineer - Mark Wilder, MasteringEngineer - Hyomin Kang, AssistantEngineer

© 2009 Nonesuch Records ℗ 2009 Nonesuch Records

4
Soul Search
00:09:17

JOE FERLA, MixingEngineer, RecordingEngineer - Pat Metheny, Producer, Arranger, Guitar, Writer, MainArtist, Orchestrionics - STEVE RODBY, Engineer - Mark Wilder, MasteringEngineer - Hyomin Kang, AssistantEngineer

© 2009 Nonesuch Records ℗ 2009 Nonesuch Records

5
Spirit of the Air
00:07:44

JOE FERLA, MixingEngineer, RecordingEngineer - Pat Metheny, Producer, Arranger, Guitar, Writer, MainArtist, Orchestrionics - STEVE RODBY, Engineer - Mark Wilder, MasteringEngineer - Hyomin Kang, AssistantEngineer

© 2009 Nonesuch Records ℗ 2009 Nonesuch Records

Descriptif de l'album

Le guitariste à l’éternelle tignasse bouclée Patrick Bruce dit Pat Metheny ne s’est pas contenté de croiser la route musicale de personnalités aussi diverses que le vibraphoniste Gary Burton, la chanteuse Joni Mitchell, le contrebassiste Charlie Haden, ou le pianiste Chick Corea : il a su résister à la pression d’une forte exposition internationale, et faire du petit garçon américain natif du Missouri l’un des plus grands instrumentistes – et des plus personnels - de sa génération (il vogue désormais allègrement vers la soixantaine), et le pape du jazz fusion, fuyant en cela les étiquettes qui voulaient à toutes force le classer, qui dans la musique d’atmosphère, qui dans le folk, qui dans une expression new age.

Avec les cinq pièces (toutes proches des dix minutes, voire davantage) d’Orchestrion, le musicien retrouve certes un scénario qu’il goûte et domine (l’aventure en solo) mais dans une configuration qu’il qualifie lui-même de totalement innovante. L’orchestrion s’avère en fait étymologiquement un ensemble orchestral (acoustique et électro-acoustique), gouverné par des cylindres rotatifs, et autres considérables engins pneumatiques. En clair, cela signifie qu’outre des manches familiers, le musicien se retrouve, par commandes interposées, à la tête d’une invraisemblable machinerie, mêlant cloches tubulaires, claviers, et autres percussions.

En conséquence, la liberté est grande, mais le pari est risqué, qui fait d’un seul homme le responsable plein et entier de ce qui se fera entendre. On achèvera la visite de ces coulisses en précisant que, tour de force technologique, cette structure peut désormais suivre Metheny en tournée.

Musicalement, le virtuose s’est manifestement trouvé inspiré par la liberté d’action, et le large spectre sonore, que ces options impliquent : longues plages répétitives et climatiques, efficience discrète et swing (mais oui) agrémentent l’œuvre. En ouverture et dans la pièce-titre, l’Américain rappelle, si besoin était, de quelle douce vélocité il peut enrichir son jeu. « Entry Point » est l’occasion de mettre en situation l’un des climats tout en suspension qu’il affectionne, alors qu’ « Expansion », et ses guitares et synthétiseurs mêlés, traçant sa voie et sa soie dans des rythmes brésiliens (l’une de ses racines avouées), rappelle à quel point l’art de Wes Montgomery a inspiré la technique du guitariste.

« Soul Search »
permet un détour vers une atmosphère bluesy, et laisse admirer un magnifique toucher de cordes. Enfin, « Spirit Of The Air » et sa remarquable construction, tout en progression dramatique, rappelle à juste titre à quel point Metheny est passé maître dans l’art de créer, sans effets de manche, ni démonstration superfétatoire, la musique la plus sensible qui soit.

Un grand musicien qui fait oublier une grande performance, et un grand agencement d’inventivité humaine : on pourra donc, et raisonnablement, parler d’un grand disque.  
©Copyright Music Story Christian Larrède 2015

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Songs From The Big Chair

Tears For Fears

Songs From The Big Chair Tears For Fears

Nevermind

Nirvana

Nevermind Nirvana

Who's Next

The Who

Who's Next The Who

In Utero - 20th Anniversary Remaster

Nirvana

À découvrir également
Par Pat Metheny

Side-Eye NYC (V1.IV)

Pat Metheny

Side-Eye NYC (V1.IV) Pat Metheny

From This Place

Pat Metheny

From This Place Pat Metheny

Bright Size Life

Pat Metheny

Bright Size Life Pat Metheny

Road to the Sun

Pat Metheny

Road to the Sun Pat Metheny

Side-Eye NYC (V1.IV)

Pat Metheny

Side-Eye NYC (V1.IV) Pat Metheny

Playlists

Dans la même thématique...

Oak Tree

Tom Harrell

Oak Tree Tom Harrell

30 Soulful Moments in Jazz

Various Artists

30 Soulful Moments in Jazz Various Artists

Rétrospective 1940-1953

Charlie Parker

Rétrospective 1940-1953 Charlie Parker

Mingus Ah Um

Charles Mingus

Mingus Ah Um Charles Mingus

What's It All About

Pat Metheny

What's It All About Pat Metheny
Les Grands Angles...
ECM en 10 albums

Le plus beau son après le silence. C’est la formule qui colle à la peau d’ECM depuis cinquante ans et la sortie du séminal « Free at Last » du Mal Waldron Trio, en novembre 1969. Manfred Eicher, le charismatique fondateur du label munichois, ne vit pas « hors du temps » mais plus précisément dans « un temps parallèle » à celui de la société, faisant d’ECM une planète de toute beauté où le jazz résonne autrement. Et c’est souvent pour ECM que Keith Jarrett, Charles Lloyd, Jan Garbarek, Chick Corea et tant d’autres ont enregistré leurs disques les plus intenses. Plus encore que pour Blue Note ou Impulse!, se limiter à 10 albums pour raconter toute l’histoire de ce label hors-norme est mission impossible. Aussi, les 10 sélectionnés raconteront « une » histoire d’ECM.

Lee Morgan, souffle court

Des hauts (sur ses disques) et des bas (dans sa vie) : Lee Morgan (1938-1972) fut le grand trompettiste du label Blue Note. Une carrière fulgurante parmi les géants du jazz, stoppée net par le pistolet de son ex-femme…

Ornette Coleman est la question !

Grand pionnier du free-jazz et figure majeure de l’avant-garde musicale du XXe siècle, le saxophoniste texan ne laissait de marbre que les statues.

Dans l'actualité...